Navigation – Plan du site

Gérard Regnault, Les TPE ou microfirmes françaises

Florian Botte
Les TPE ou microfirmes françaises
Gérard Regnault, Les TPE ou microfirmes françaises. Caractéristiques dans un contexte de crise, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2013, EAN : 9782343014999.
Haut de page

Texte intégral

1Peu médiatisé, sinon par le biais d’exemples et de cas particuliers, l’univers des Très Petites Entreprises (TPE) est méconnu. Quelles sont leurs caractéristiques ? Qu’est-ce qui les distingue des autres entreprises en dehors de leur taille ? Dans quels environnements évoluent-elles et comment sont-elles perçues à la fois par ceux qui les vivent (dirigeants et salariés) et par ceux qui seront amenés à les faire vivre (les jeunes) ? C’est à ces questions que Gérard Regnault, fort d’une carrière de 30 ans dans le conseil aux TPE-PME et expert en ressources humaines, apporte des réponses qui inciteront les lecteurs à s’intéresser de plus près à ces organisations. Il associera tout au long de cet ouvrage, qui se veut empirique et proche de la réalité de terrain des TPE, son expérience professionnelle et une grande variété de sources de données et d’études récentes. Bien que chacun soit amené à côtoyer les TPE dans son quotidien, il est difficile de s’en faire une idée générale, d’autant que si elles doivent être qualifiées en tant que groupe, c’est par leur diversité. Malgré ce constat répété, l’auteur tente tout au long des cinq chapitres de l’ouvrage de présenter les grands traits caractéristiques de ces entreprises à partir de différentes perspectives, ce qui est à l’origine à la fois de l’intérêt de son propos et de ses limites.

2Le premier chapitre chiffre les grandes caractéristiques des TPE par rapport aux autres catégories d’entreprises et permet d’appréhender de façon quantitative ce groupe à partir des secteurs d’activité, des chiffres d’affaires, du nombre et des particularités des salariés, des salaires moyens, et de leurs évolutions récentes. Rappelons d’abord que l’appellation de TPE s’applique aux entreprises qui comptent jusqu’à dix salariés et qui ont un chiffre d’affaires inférieur à deux millions d’euros. Les TPE regroupent près de 95 % des entreprises françaises, dont 65 % n’emploient pas de salarié. Leur part dans l’emploi salarié est stable, aux alentours de 20 % sur la décennie 2000. Leur chiffre d’affaires représente 15,7 % de celui de l’ensemble des entreprises (en recul de 2,2 % en 2012 alors que celui des entreprises de plus de dix salariés est en hausse). Ce chiffre est inférieur à la part des salariés ’employés par les TPE (20 %). Ces dernières ont un taux d’exportation très faible de 4,4 %. Les salariés des TPE gagnent en moyenne 20 % de moins que ceux des entreprises de plus de dix salariés. Cela s’explique en partie par des différences de secteurs d’activité et de nature d’emploi. En effet, à situation professionnelle et géographique équivalente, l’écart se réduit à 10 %. À cela s’ajoute une part de cadres plus faible dans les TPE (10,5 % contre 18,5 %). Concernant la gestion des compétences, les dirigeant des TPE privilégient largement « la formation sur le tas dispensée par un responsable de l’entreprise » et considèrent dans les mêmes proportions (70 %) disposer des compétences nécessaires au sein de leur effectif. Il faut cependant garder à l’esprit que, derrière ces moyennes, se cache une grande diversité de situations.

3Ce premier chapitre comprend également des éléments qualitatifs à propos de l’évolution des compétences et de leur gestion au sein de l’entreprise, ou encore de la structure concurrentielle dans laquelle s’insèrent les TPE. Enfin, il revient sur les évolutions récentes de leurs comportements vis-à-vis du numérique, de l’innovation, de la responsabilité sociale des entreprises et de la culture d’entreprise et présente quelques pistes pour améliorer leur fonctionnement, telles que la prise en compte des conséquences sociales et environnementales de leurs activités, le renforcement des échanges entre les salariés et les patrons de TPE ou encore une exploitation plus intense des outils numériques.

4Le deuxième chapitre se concentre sur le contexte économique actuel et présente les principales difficultés auxquelles sont confrontées les TPE. En moyenne, la situation des TPE s’est dégradée en 2012 alors que celle des PME s’est améliorée faiblement. Cela se traduit par une dynamique à la baisse en termes d’emploi et d’investissement. Les raisons invoquées sont l’insuffisance de la demande et la faiblesse de la rentabilité, auxquelles s’ajoute le durcissement bancaire, ce qui conduit à des tensions sur leur trésorerie. Les anticipations pour 2013 ne sont guère plus réjouissantes, et seules les structures fortement exportatrices ou innovantes se distinguent par plus d’optimisme.

  • 1  Présentés par l'auteur comme des « systèmes de pensées et de sentiments qui se manifestent à trave (...)
  • 2  Le lecteur intéressé pourra mettre en parallèle l’analyse que fait Gérard Regnault du management d (...)
  • 3  Blanche Segrestin et Armand Hatchuel, Refonder l’entreprise, Paris, Seuil, coll. « La république d (...)
  • 4  Norbert Alter, Donner et prendre. La coopération en entreprise, Paris, La Découverte, 2009.

5Le chapitre suivant se concentre sur les dirigeants de TPE. Ils sont décrits comme supportant une charge de travail élevée, ayant des activités très diverses et étant généralement issus d’un milieu d’entrepreneurs. Ils sont très largement méfiants vis-à-vis des syndicats (qu’ils soient représentants des salariés ou du patronat) et des politiques qu’ils considèrent comme peu au fait de leurs attentes. De leurs relations avec leurs salariés ressort une forte dimension paternaliste, que l’auteur justifie avec des concepts issus de l’analyse transactionnelle. Il s’agit d’une théorie dont l’objectif est de mieux comprendre les relations entre les personnes et les groupes. Elle repose sur le concept d’« états du Moi »1 dont il existe trois types : le Parent, l’Adulte et l’Enfant. Gérard Regnault nous explique que les dirigeants des TPE sont à la fois Parent et Adulte, tandis que les salariés sont principalement Enfant. C’est une situation peu satisfaisante puisqu’elle ne favorise ni l’émancipation des salariés, ni leur implication, ni leur esprit d’initiative. Selon l’auteur, il faudrait plutôt que l’ensemble des membres de l’entreprise soient plus Adultes, c’est-à-dire responsables, « capables d’affronter le maximum de situations, y compris les plus difficiles ». C’est sans doute une des parties les moins convaincantes de l’ouvrage, les concepts mobilisés apportant peu au propos. Toutefois, cette analyse subsidiaire permet à l’auteur d’évoquer des enjeux de débats contemporains portant sur l’entreprise. Par exemple, il défend l’idée que l’absence de management par les chiffres dans les TPE ne constitue pas un handicap, au contraire2. Il évoque également la nécessité de repenser l’entreprise à travers la démocratie ou la coopération, comme ont pu le faire récemment Armand Hatchuel et Blanche Segrestin dans Refonder l’entreprise3 ou Norbert Alter dans Donner et prendre. La coopération en entreprise4.

  • 5  Dominique Méda et Patricia Vendramin, Réinventer le travail, Paris, PUF, coll. « Le lien social », (...)

6Le quatrième chapitre revient rapidement sur le profil des salariés des TPE et s’attarde sur leurs préoccupations. On retrouvera dans cette partie des résultats cohérents avec ceux de Dominique Méda et Patricia Vendramin dans Réinventer le travai5l : le travail est une obligation acceptée dans le but de percevoir un revenu, mais sa dimension relationnelle, sociale, la volonté de se réaliser, de faire société et de contribuer à la collectivité sont également des éléments largement plébiscités par les salariés des microfirmes.

7Le dernier chapitre se penche enfin sur la perception du travail et des TPE chez les jeunes. Moins fouillée que dans l’ouvrage de Méda et Vendramin, la question de la perception du travail est pourtant traitée dans cette partie d’une façon pertinente, qui remet en cause certains poncifs sur la « perte de la valeur travail » ou les conflits de génération. Il apparaît que les TPE sont mieux perçues sur le plan des valeurs humaines (ambiance de travail, esprit d’initiative, respect des valeurs humaines) que les structures plus grandes, mais qu’elles offrent moins d’avantages, notamment financiers. Parallèlement, les étudiants des grandes écoles et les entreprises de type TPE/PME ont réciproquement de forts préjugés les uns sur les autres à propos des débuts de carrière.

8Le livre se termine par un rappel de la conjoncture peu favorable aux TPE et propose quelques pistes afin d’aider ces entreprises structurellement plus fragiles malgré les nombreuses qualités qui les distinguent des organisations plus grandes.

9L’intérêt de cet ouvrage réside dans sa manière originale d’aborder et de décrire un groupe aussi hétéroclite que celui des TPE. Plutôt que de tenter l’élaboration, sans doute plus aisée, d’une typologie et de les décrire par sous-groupes plus faciles à identifier, l’auteur s’attache à toujours porter son propos vers une vision globale nuancée. La répartition des chapitres, qui décrit les TPE à partir de différents points de vue (statistique, conjoncturel et en fonction des parties prenantes des TPE), offre au lecteur un panorama intéressant qui lui permet de saisir l’actualité et la pertinence des questions relatives à l’organisation du travail, au management, au rapport salarial ainsi qu’aux questions de demande et de financement et leurs spécificités lorsqu’elles sont appliquées aux TPE. Sans prétention exhaustive, ce travail encourage une plus grande curiosité envers ces organisations peu visibles et invite à s’y intéresser davantage.

Haut de page

Notes

1  Présentés par l'auteur comme des « systèmes de pensées et de sentiments qui se manifestent à travers des comportements tout à fait observables » (p. 92-93).

2  Le lecteur intéressé pourra mettre en parallèle l’analyse que fait Gérard Regnault du management des TPE et les pratiques de management par les chiffres dans de grandes organisations critiquées par François Dupuy dans Lost in management, Paris, Seuil, 2011.

3  Blanche Segrestin et Armand Hatchuel, Refonder l’entreprise, Paris, Seuil, coll. « La république des idées », 2012. http://lectures.revues.org/7965.

4  Norbert Alter, Donner et prendre. La coopération en entreprise, Paris, La Découverte, 2009.

5  Dominique Méda et Patricia Vendramin, Réinventer le travail, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florian Botte, « Gérard Regnault, Les TPE ou microfirmes françaises », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 17 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12726

Haut de page

Rédacteur

Florian Botte

Doctorant en sciences économiques à l’Université de Lille 1, membre du Laboratoire CLERSÉ.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page