Navigation – Plan du site

Sophie Rétif, Logiques de genre dans l'engagement associatif

Lilian Mathieu
Logiques de genre dans l'engagement associatif
Sophie Rétif, Logiques de genre dans l'engagement associatif. Carrières et pratiques militantes dans des associations revendicatives, Dalloz-Sirey, coll. « Nouvelle Bibliothèque de Thèses », 2013, 570 p., préf. Virginia Ferreira et Erik Neveu, ISBN : 978-2-247-12617-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Les logiques patriarcales du militantisme », Nouvelles questions féministes, vol. 24, n° 3, 2005 (...)
  • 2  Voir par exemple Martine Barthélémy, Associations, un nouvel âge de la participation ?, Paris, Pre (...)

1La perspective de genre a, en France, récemment acquis ses lettres de noblesse dans l’analyse des mouvements sociaux1. Cela est moins vrai dans l’étude de formes de participation moins spectaculaires ou conflictuelles, telles que l’engagement associatif. Les travaux d’historien-ne-s et les enquêtes statistiques sur le fait associatif ont pourtant montré de longue date que les femmes investissent davantage les associations que les syndicats ou les partis politiques2. Les logiques sociales qui contribuent à rendre les associations plus attractives ou plus accueillantes pour les femmes restent pourtant mal connues, et c’est tout le mérite de l’ouvrage de Sophie Rétif que de s’affronter à cette question. L’auteure s’est s’appuyée pour cela sur un dispositif d’enquête particulièrement ambitieux, puisque ce sont rien moins que six associations qui ont été étudiées au travers d’une démarche essentiellement qualitative. La recherche est doublement comparative puisqu’elle compare trois couples d’associations dans deux pays, à savoir la France et le Portugal : deux associations féministes mixtes (Mix-Cité en France et Não te prives au Portugal), deux associations familiales catholiques (la Confédération nationale des associations familiales catholiques et l’Associação portuguesa de familias numerosas) et, dans chaque pays, une section locale de la même organisation, Amnesty International. Ces associations ont été choisies pour leur rapport particulier à la question du genre (rapport posé en hypothèse comme central pour les féministes, hostile pour les familialistes et indifférent pour Amnesty).

2Le premier chapitre, qui dresse un portrait des militant-e-s de ces organisations, confirme un certain nombre d’acquis de la sociologie des engagements, à savoir que les associations recrutent principalement au sein de couches relativement dotées en capital économique et surtout scolaire. L’intérêt du propos dépasse la simple présentation de données originales sur le recrutement social des associations étudiées ; il réside surtout dans la mise en évidence de la transversalité de cette sélectivité sociale puisqu’on la retrouve dans les six associations, en dépit de ce qui les distingue ou les oppose en termes d’activités ou d’idéologie. Bien sûr des nuances, voire des différences, sont notables – la part des femmes qui ne travaillent pas est, sans surprise, supérieure du côté des associations familiales ; le rapport entre professions du public et du privé peut s’inverser d’une association à l’autre ; une même socialisation religieuse exerce des effets contrastés selon qu’on se penche sur les militantes catholiques ou les féministes, etc. – mais ces nuances ne masquent pas la prépondérance du diplôme comme élément prédisposant à l’engagement associatif.

3Le deuxième chapitre, consacré au « tropisme associatif dans les carrières militantes féminines », déploie plus amplement la comparaison des engagements masculins et féminins. Sophie Rétif dresse le constat, d’autant plus remarquable qu’il est transversal aux associations étudiées, que les carrières militantes féminines se caractérisent par une focalisation sur le registre associatif, registre qui est, dans une écrasante majorité de cas, celui de leur premier engagement. À l’inverse, les hommes s’engagent d’abord dans un parti ou un syndicat pour ensuite rejoindre une association, et cela non sur le mode de la succession mais de l’accumulation des investissements militants : les carrières militantes masculines se distinguent de celles des femmes en ce qu’elles relèvent d’un poly-engagement. Non seulement les femmes « se cantonnent » en quelque sorte à la seule sphère associative mais celles qui tentent de rejoindre partis ou syndicats y sont souvent déçues ; en outre, lorsque multipositionnalité militante féminine il y a, celle-ci relève généralement d’un poly-engagement associatif. L’auteure identifie ce qu’elle appelle joliment un « mur de verre » qui freine l’accès des militantes associatives aux sphères syndicales ou partidaires, dont les ressorts résident dans leur intériorisation d’un sentiment d’incompétence et dans leur vision du registre associatif comme davantage guidé par la probité et la liberté d’action. Des nuances apparaissent toutefois entre associations : c’est au sein d’Amnesty International que les carrières masculines et féminines sont les moins divergentes alors qu’elles sont nettement plus contrastées dans les associations familiales et féministes.

4Le choix des associations étudiées se révèle particulièrement judicieux dans le troisième chapitre, consacré à la gestion du stigmate. Se définir comme féministe ou, à l’inverse, défendre une conception traditionnaliste de la famille et des rôles parentaux expose en effet à des formes de dévalorisation symbolique, face auxquelles les militant-e-s doivent résister au moyen d’un important et coûteux travail sur soi. Ici aussi, hommes et femmes ne s’exposent pas aux mêmes logiques de disqualification et n’y réagissent pas de la même manière, et les pages consacrées aux hommes se déclarant féministes sont parmi les plus originales du livre. Les parcours biographiques sont également différents selon les milieux associatifs : si les féministes doivent souvent entrer seul-e-s dans la carrière déviante, les défenseurs de la famille catholique le font en couple et bénéficient davantage d’un accompagnement par des proches. L’analyse permet de mesurer l’importance, dans les résistances au stigmate, des gratifications symboliques inhérentes à une définition de soi sur un mode héroïsé.

5L’auteure reconnaît elle-même s’être trompée en choisissant un type d’associations, celles des familles catholiques, dont elle présupposait qu’elles ignoreraient les questions relatives aux rapports entre hommes et femmes en leur sein. Au contraire, si ces associations rejettent violemment la notion sociologique de genre (qu’elles comprennent d’ailleurs très mal), elles n’en sont pas moins le lieu d’une réflexion poussée sur la différence des sexes, devenue depuis peu centrale dans la réflexion de l’Église catholique. La dénonciation de l’« indifférenciation sexuelle » s’y exprime dans une valorisation de la « complémentarité » entre hommes et femmes que leurs différences n’empêchent pas de reconnaître comme égaux. Pour les associations féministes, c’est autour du choix de la mixité (qui rompt avec le principe de non-mixité emblématique de la deuxième vague féministe) que se cristallisent les réflexions relatives au genre, avec la mise en œuvre de dispositifs destinés à empêcher toute prise de pouvoir des hommes. Par contraste, si Amnesty s’est posé depuis peu la question des oppressions dont les femmes sont spécifiquement victimes, cela n’a pas débouché sur une réflexion sur la manière dont les rapports hommes-femmes s’expriment en son sein.

6L’ouvrage se termine par un chapitre consacré à la division sexuelle du travail associatif. Il montre notamment combien le bagage militant plus important des hommes et le sentiment d’incompétence intériorisé par les femmes contribuent à reproduire la classique distinction entre rôles masculins valorisés et tâches féminines invisibilisées. D’autres facteurs (tels que les compétences professionnelles des hommes) se combinent pour produire une division du travail symboliquement hiérarchisée, y compris au sein des groupes féministes. Sophie Rétif montre combien, dans toutes les associations étudiées, l’opposition entre « extérieur » et « intérieur » subsume un ensemble de catégories mentales (danger/sécurité, politique/domestique, compétent/ignorante, généraliste/particulier, direction/exécution, etc.) rabaissant les tâches assignées aux femmes. Les pages consacrées au clivage entre « intellectuel » (domaine des hommes) et « émotionnel » (caractéristique des femmes) ajoute une nouvelle confirmation aux acquis des études sur la division sexuelle du travail, que celui-ci soit militant ou non.

7 Cette étude est extrêmement riche, à plusieurs niveaux. Celui de la production de connaissances, tout d’abord. La réalité sociale du Portugal, et a fortiori sa vie associative, sont mal connues des sociologues de langue française et l’ouvrage permet d’en savoir un peu plus sur ce pays. Si les associations humanistes sont relativement bien connues, les nouvelles générations féministes (spécialement leurs militants hommes) et plus encore les mouvements conservateurs tels que les associations familiales catholiques sont assez peu étudiés. De ce point de vue, c’est une contribution importante à la connaissance des engagements « de droite » que livre l’ouvrage. La fécondité de certaines des approches mobilisées pour l’analyse apparaît également, à l’instar principalement de celle des carrières – qu’elles soient militantes ou déviantes – mais aussi de la sociologie des émotions. L’ouvrage met également en lumière la réflexivité dont font preuve les membres des associations, qui pour cela ont à la fois recours à des formes d’introspection (pour par exemple se distancier de certaines représentations péjoratives du militantisme intensif) et à des expertises produites par les sciences sociales (cas principalement des féministes). Certes, l’auteure a parfois tendance à s’en tenir aux discours de ses enquêté-e-s et à sous-estimer la profondeur de l’intériorisation de certaines dispositions ; le fait qu’un individu ait rejeté son éducation religieuse, par exemple, ne signifie pas pour autant que ses effets n’opèrent plus au présent sous une forme transposée ; enfin, l’analyse aurait sans doute gagné à mobiliser davantage les socialisations familiales ou les héritages dispositionnels des militant-e-s.

8Ce ne sont là que des réserves mineures et ce n’est pas à l’auteure qu’il convient d’adresser les principaux reproches que mérite cet ouvrage, mais plutôt au principe d’une collection qui consiste à reproduire pratiquement telles quelles des thèses de doctorat. La lecture du propos particulièrement riche et original de Sophie Rétif est comme lourdement lestée, et entravée, par de multiples détours, revues de littérature ou rappels historiques exigés par l’exercice scolaire de la thèse mais qui, maintenus dans un livre, nuisent à la lisibilité du propos. Une version beaucoup plus resserrée de la thèse, recentrée sur ses principaux enjeux, aurait rendu davantage service à la diffusion d’un travail appelé à faire référence pour l’étude des processus d’engagement.

Haut de page

Notes

1  « Les logiques patriarcales du militantisme », Nouvelles questions féministes, vol. 24, n° 3, 2005 ; « Militantisme et hiérarchies de genre », Politix, n° 78, 2007 ; Olivier Fillieule, Patricia Roux (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, 2009 ; « Les conflits dans les mouvements sociaux », Raison présente, n° 186, 2013.

2  Voir par exemple Martine Barthélémy, Associations, un nouvel âge de la participation ?, Paris, Presses de Sciences Po, 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Sophie Rétif, Logiques de genre dans l'engagement associatif », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12729

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page