Navigation – Plan du site

Tarik Tazdaït et Rabia Nessah, Le paradoxe du vote

Vincent Enjalbert
Le paradoxe du vote
Tarik Tazdaït, Rabia Nessah, Le paradoxe du vote, EHESS, coll. « Cas de figure », 2013, 223 p., ISBN : 978-2-7132-2406-5.
Haut de page

Texte intégral

1Le spectre de l’abstention hante régulièrement les échéances électorales qui rythment la vie de nos démocraties modernes, et les tentatives de mobilisation des électeurs, s’appuyant sur des registres divers (moral, politique, idéologique pragmatique…) ont souvent montré leurs limites. Ce n’est pourtant pas l’abstention que Tarik Tazdaït et Rabia Nessah tentent de saisir et d’éclairer mais, à l’inverse, la participation des électeurs. Au cœur de leur ouvrage, qui fait la synthèse de travaux existants, une question qui pourrait de prime abord sonner comme une provocation tant elle renverse le questionnement habituel et interroge le sens commun : pourquoi les gens votent-ils ?

2Il faut d’emblée préciser que cette réflexion s’inscrit dans le cadre de la théorie du choix rationnel, théorie de l’action selon laquelle les individus agissent dans leur intérêt propre et en recherchant le plus grand profit. Dans cette approche c’est donc la somme des choix individuels qui forme les entités sociales, et non les structures sociales qui façonnent les individus. Ce point de vue est promu par le Public Choice, courant de pensée qui prône le recours aux outils et théories de la microéconomie dans l’analyse des sphères publique et politique : le système politique y est un marché, les partis des entrepreneurs, les électeurs des consommateurs et le vote un investissement. En conséquence, le fait d’aller voter suppose un bénéfice espéré (la victoire du candidat que l’on soutient) mais aussi des coûts subis par l’électeur, même si ceux-ci ne sont pas toujours intuitivement perceptibles (inscription sur les listes électorales, déplacement, temps nécessaire pour voter, etc).

  • 1 Skinner Burrhus Frederick, « Walden II », Mac/Millan, 1948.
  • 2 L’équation est la suivante : R = PB – C, où R correspond à l’utilité espérée que l’individu obtient (...)

3Le point de départ de l’ouvrage correspond à un des serpents de mer des sciences politiques et lui donne son titre : il s’agit du paradoxe du vote, soulevé par Anthony Downs dans les années 1950. Ce chercheur pose que tout électeur qui se rend aux urnes subit un coût plus important que le gain qu’il peut espérer en retirer, dans la mesure où il a très peu de chances d’influencer seul le résultat du vote. En suivant ce raisonnement, il serait donc totalement irrationnel de se déplacer aux urnes tant la possibilité pour chaque électeur d’en affecter le résultat est « inférieure à celle d’être tué en se déplaçant voter »1. La réflexion de Downs, traduite par Tullock sous la forme d’une équation2, aboutit donc à prédire une participation nulle. Et pourtant, malgré les aléas de l’abstention, force est de constater que, globalement, les gens votent.

4De nombreux chercheurs se sont emparés de ce paradoxe. En s’appuyant sur cet immense corpus scientifique, le projet des auteurs, tous deux économistes, s’apparente alors à une épistémologie critique de ce champ de recherche dont ils établissent un état des lieux. Au fil des chapitres sont ainsi examinées les réponses successives qui ont été avancées pour tenter de lever le paradoxe de Downs et expliquer les motivations des électeurs ; aucune n’étant à elle-même satisfaisante et suffisante, il s’agit d’en dégager à chaque fois les apports et limites.

  • 3 Knack Stephen, « Does Rain Help the Republicans ? Theory and Evidence on Turnout and the Vote », Pu (...)

5Ce sont d’abord les termes de l’équation de Downs qui ont été discutés par certains chercheurs : le coût à voter étant souvent imperceptible par les électeurs, il ne serait pas nécessairement pris en compte dans leur décision de se déplacer ou non aux urnes. Pourtant, des études empiriques3 ont montré que la participation était plus faible les jours de pluie, où l’on peut supposer que le coût à voter est plus élevé : son influence est donc indéniable. De la même manière, des sondages tendraient à souligner que la probabilité d’influer sur le vote est largement surestimée par les électeurs, victimes d’une illusion cognitive, ce qui aurait pour effet de faire augmenter mécaniquement la participation.

  • 4 L’équation de vote devient alors la suivante : R = PB – C + D, la variable D ayant vocation à rééqu (...)

6Pour rééquilibrer l’équation, de nouvelles variables susceptibles d’expliquer la motivation des électeurs ont également été proposées : le sentiment de s’être conformé au devoir civique, sorte de récompense psychique qu’obtiendrait le citoyen en allant voter, ou encore la nécessité de conserver une bonne réputation auprès des autres membres de la société en se pliant à cet acte citoyen4. Cependant, ces reformulations n’éclairent pas réellement les motivations des électeurs : la variable qu’elles introduisent serait à elle seule capable d’expliquer la participation des électeurs. Ainsi nous ne voterions pas pour soutenir un candidat ou préserver nos intérêts mais simplement par attachement à la démocratie, explication qui ne peut paraître satisfaisante.

  • 5 On obtient alors R = P(B+a+r) – C.

7Tout en restant dans le cadre du choix rationnel, d’autres travaux ont postulé que les électeurs ne cherchaient pas nécessairement à maximiser leurs gains mais aussi à minimiser leur regret maximum. Dans cette perspective, l’électeur anticipe par exemple son « allégresse » ou son « remord », d’autant plus qu’il estime que le candidat qu’il soutient remportera ou perdra l’élection de peu5. L’électeur se déplacerait alors aux urnes pour éviter, s’il s’abstenait, de ressentir un grand remord en cas de défaite du candidat qu’il soutient, ou pour éprouver de l’allégresse en cas de victoire à laquelle il aurait contribué. Ce modèle introduit ici une dimension émotive, en complément des autres variables instrumentales, et permet d’aboutir à une participation positive. Malgré tout, les études empiriques ont tendance à l’infirmer ou ne permettent pas de mettre en évidence un lien de cause à effet.

8Les auteurs s’intéressent ensuite à un autre type de modèle : dans les théories précédentes, l’électeur choisit de voter ou de s’abstenir sans prendre en compte les autres électeurs, leurs intentions et leurs comportements. En intégrant les interactions entre électeurs mais aussi les interactions avec les candidats, c’est l’idée d’un « vote stratégique » qui émerge : chaque électeur, connaissant la taille de l’électorat mais aussi ses préférences, est alors en mesure d’estimer plus précisément la probabilité qu’il a d’influer sur le résultat de l’élection. Le rôle des leaders politiques et des militants, qui visent à mobiliser les sympathisants d’un candidat, est également reconnu. Cependant ces hypothèses n’ont été validées empiriquement que pour les électorats de petite taille.

9Si la théorie du vote expressif s’inscrit toujours dans la lignée du choix rationnel, elle opère un sérieux pas de côté. En effet, les chercheurs qui soutiennent cette thèse pensent que « l’acte de vote est choisi pour lui-même et non pas pour entraîner une conséquence particulière ». Le politique ne saurait ici se confondre totalement au marché, puisqu’il porte une profonde dimension symbolique : le vote serait avant tout l’expression d’une identité sociale, la marque de l’identification d’un électeur à une politique et à un candidat, le moyen d’exprimer son idéal politique. La dimension instrumentale du vote est donc mise au second plan par la dimension expressive. La métaphore sportive est alors particulièrement parlante : un supporter qui assiste à un match de football ne peut pas raisonnablement penser que sa présence dans le stade sera décisive pour la victoire de son équipe, mais elle lui permet d’exprimer son soutien (cri, applaudissements) et donc de « jouir de sa participation ». Cette thèse se révèle à même d’éclairer certaines situations observées empiriquement : si une campagne électorale est particulièrement marquée par des attaques entre candidats, visant plus à discréditer les adversaires qu’à faire adhérer les électeurs à des idées ou un programme, alors la participation sera faible.

10Le dernier chapitre, enfin, est l’occasion d’aborder des approches s’affranchissant du cadre du choix rationnel et introduisant des principes issus de la psychologie sociale. Le comportement des électeurs répond alors à un processus d’apprentissage issu de son expérience : plus son choix de voter ou de s’abstenir se sera révélé positif dans le passé, plus cette décision sera confortée et susceptible d’être renouvelée pour les élections à venir ; dans le cas inverse, ce choix pourra être remis en question. Ce modèle, s’il est jugé peu satisfaisant par les deux auteurs, permet néanmoins d’introduire la notion de mémoire dans notre comportement électoral, et donc de donner de l’épaisseur aux électeurs qui n’adoptent pas nécessairement les mêmes postures tout au long de leur vie citoyenne.

11Il faut saluer deux atouts majeurs de cette publication. L’immense travail de documentation accompli par les deux auteurs, d’abord, nous permet d’embrasser de manière assez exhaustive son objet sans pour autant le survoler : les différentes théories, que nous n’avons ici que dessinées à grands traits, sont présentées avec précision, même si l’effet catalogue n’est pas toujours évité et peut rendre la lecture un brin rébarbative. Mais c’est sans aucun doute le sens pédagogique dont ils ont fait preuve qui constituait le plus grand défi de l’ouvrage : pari plutôt réussi tant ils parviennent à rendre accessible le sens des travaux complexes qu’ils compilent et intelligibles les critiques qu’ils en font. Un seul regret peut-être, sur ce plan : la gargantuesque bibliographie, d’une trentaine de pages, aurait peut-être mérité d’être hiérarchisée afin d’en dégager quelques références les plus susceptibles de permettre au lecteur de prolonger ou d’approfondir la réflexion.

12Même si les auteurs, dans la conclusion de leur cheminement, ne semblent pas renoncer au choix rationnel pour lever le paradoxe du vote, ils soulignent avec honnêteté et lucidité les limites des outils conceptuels fondés sur le seul intérêt individuel. Le lecteur ne peut alors qu’adhérer à l’invitation qui est faite de s’affranchir des frontières entre écoles de pensées et disciplines pour saisir toutes les aspérités de notre rapport au vote. Ce serait également l’occasion de donner alors à voir, peut-être, une dimension moins désabusée et cynique du processus électoral.

Haut de page

Notes

1 Skinner Burrhus Frederick, « Walden II », Mac/Millan, 1948.

2 L’équation est la suivante : R = PB – C, où R correspond à l’utilité espérée que l’individu obtient quand il choisit de voter plutôt que de s’abstenir, P la probabilité que son vote soit décisif, B le bénéfice résultant de l’élection du candidat qu’il soutient, et C le coût à voter. Dans cette équation, l’individu choisit de voter si R est positif, c’est-à-dire si PB > C. Or P ayant par définition une valeur très faible (un vote parmi tant d’autres), il apparaît peu probable que R soit positif.

3 Knack Stephen, « Does Rain Help the Republicans ? Theory and Evidence on Turnout and the Vote », Public Choice, 1994.

4 L’équation de vote devient alors la suivante : R = PB – C + D, la variable D ayant vocation à rééquilibrer les termes et tendre à donner à R une valeur positive.

5 On obtient alors R = P(B+a+r) – C.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Enjalbert, « Tarik Tazdaït et Rabia Nessah, Le paradoxe du vote », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12732

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page