Navigation – Plan du site

Bernard Tanguy, Schéma directeur

Etienne Antelme
Schéma directeur
Bernard Tanguy, Schéma directeur, Rézina productions, 2009.
Haut de page

Texte intégral

1Après avoir abordé le monde du travail sous un angle léger, tournant en dérision le rituel de l’entretien dans A l’état d’(e)mbauche (2005), Bernard Tanguy a mis à nouveau en scène le monde du travail, cette fois sous un jour plus sombre, avec Schéma directeur (2008), lauréat du prix Unifrance du court-métrage en 2009.

2Cette fiction réaliste nous plonge dans le département informatique d’une grande banque, théâtre de l’itinéraire croisé de deux nouvelles recrues. Pierre, qui fait son entrée dans la vie active, s’intègre tant bien que mal au sein d’un service chargé du développement des réseaux au service de traders, client indirect, invisible, le collègue de Pierre lui avouant qu’un mois après son embauche, il ne comprend toujours pas vraiment pour qui il travaille.

3A l’heure du déjeuner, Pierre découvre la morosité et le pessimisme ambiants, mais aussi la mesquinerie quotidienne des relations entre collègues. Après un premier mouvement de rejet, il semble s’accommoder de la médiocrité des échanges. N’attendant visiblement pas de grandes choses de son travail, il semble s’adapter en gardant une distance salutaire à toute source potentielle de conflits.

4Un second protagoniste principal apparaît en la personne de Philippe, ancien salarié de France télécom, que le responsable des ressources humaines du service présente comme l’arrivée de « deux cent jours-hommes », vocable évoquant la conception taylorienne de l’homme-tâche et sa prétention à prescrire une organisation du travail optimale, niant les individualités, leurs compétences propres et donc leur histoire singulière. Stigmatisé pour son statut passé de fonctionnaire, il semble vouloir devancer toute critique, par un activisme ostentatoire, en attendant « d’être affecté quelque part ». Faisant acte de présentéisme, il s’intéresse à un « schéma directeur », dont l’importance supposée correspond peut-être plus à son fantasme de l’entreprise privée qu’à sa réalité. Dérangée dans son fonctionnement routinier, sa hiérarchie le confronte à ce schéma directeur, le sommant de répondre à des questions qui ne font pas sens pour lui, et à vrai dire pas plus pour son responsable direct, qui n’en répercute pas moins la pression sur lui, pression d’une « discipline de la faim », qui dans un contexte de précarisation de l’emploi, incite à dissimuler ses lacunes, ses ignorances, de peur d’apparaître comme défaillant, et ce même si cela conduit à entraver la possibilité d’une coopération authentique.

5Investi d’une mission qui lui échappe et désorienté par l’absence de repères, il finit par s’inventer une trajectoire et une promotion directement chez les traders, lui permettant d’être enfin valorisé aux yeux des autres et par suite, à ses yeux. Il y a là pour lui un besoin de reconnaissance par autrui qui va le plonger dans une fuite en avant. Passée la colère face à ce qui apparaît comme une trahison, son supposé débauchage par les traders est envié par l’ensemble de l’équipe, ce qui traduit finalement pour lui une forme de reconnaissance précaire, au même titre que sa position mal assurée dans l’entreprise. Se retrouvant dans une position intenable, il n’est pas certain qu’il trouve les ressources, en lui ou auprès des autres, pour revenir en arrière et éviter la chute.

6Ce film nous montre comment le travail peut agir différemment sur les individus, et comment il peut précipiter certains dans la pathologie mentale, aux conséquences parfois tragiques. Loin d’une fragilité qui serait inhérente à certains, plus enclins à devenir des victimes, il montre comment la souffrance au travail peut affecter prioritairement ceux qui l’investissent des attentes les plus fortes, et donc les salariés les plus zélés, acceptant de jouer complètement le jeu de discours managériaux parfois abstraits. Schéma directeur nous montre une entreprise aux contours atomisés, qui expose ses acteurs à mal comprendre les finalités de leur action, et par là même réduit leurs chances de partager un référentiel commun, une définition partagée du bon et du mauvais travail, du juste et de l’injuste, en bref, un monde commun, ne serait-ce qu’au sein de l’entité réduite d’un service. Sur fond de financiarisation de l’économie, il soulève habilement la vive question de la place accordée à l’individu dans le travail contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Antelme, « Bernard Tanguy, Schéma directeur », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 16 février 2011, consulté le 19 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1278

Haut de page

Rédacteur

Etienne Antelme

Doctorant au LATTS (Laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés) Université Paris Est Marne-la-vallée

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page