Navigation – Plan du site

Christophe Jaffrelot et Jules Naudet, Justifier l’ordre social. Caste, race, classe et genre

Thierry Colmard
Justifier l'ordre social
Christophe Jaffrelot, Jules Naudet (dir.), Justifier l'ordre social. Caste, race, classe et genre, Paris, Presses universitaires de France, coll. « La Vie des Idées », 2013, 98 p., ISBN : 978-2-13-061933-8.
Haut de page

Texte intégral

1Dans ce petit ouvrage collectif – de moins de cent pages –, la problématique des hiérarchies sociales constitue le fil directeur. Comment l’ordre social et les inégalités qui en découlent sont justifiés ? Quel est le point commun entre le racisme, le sexisme et le système de castes ? Tous trois produisent des discriminations reposant sur des idéologies justifiant toujours l’infériorité de certains individus ou groupes. Les textes réunis ici s’inscrivent dans cette perspective et ont été initialement publiés sur le site de La vie des idées1 .Le regard proposé relève de la sociologie et de l’anthropologie. Jules Naudet, qui coordonne l’ouvrage, et Christophe Jaffrelot, qui l’introduit, sont tout deux des spécialistes du système des castes, caractéristique de la structure sociale indienne.

2Dans l’introduction, il est rappelé fort utilement sur quoi repose ce système, son histoire à travers l’épisode colonial britannique et le repérage administratif qui en a découlé. Les britanniques vont d’ailleurs les premiers à introduire des éléments de discrimination positive pour les Intouchables ou Dalits – « les hommes brisés », comme ces derniers préfèrent s’appeler –, caste située tout en bas de l’échelle sociale. L’indépendance de l’Inde en 1947 s’accompagne d’un élan réformateur où ces politiques sont confirmées avec des mesures favorables à la promotion sociale comme des quotas pour l’attribution de postes dans la fonction publique et des places réservées à l’université. Ces politiques étant renouvelées au fil des ans, une élite Dalit émerge et obtient peu à peu des postes à responsabilités, notamment politiques. Les castes situées juste au dessus des Intouchables – les Others backward classes, classes arriérées autres que les Dalits - revendiquent des aides similaires et obtiennent certains avantages. Les effets pervers du système mis en place pour effacer le poids de l’hérédité, inhérent aux castes, se manifestent à différents niveaux. Par exemple, la question d’aider ou non les enfants de Dalits discriminés positivement se pose car ces derniers ont objectivement bénéficié de conditions de vie plus favorables que leurs parents.

3La première contribution, « Caste et ordre social en Inde contemporaine » de Zoé E. Headley, relate la mise en œuvre et les difficultés du recensement de 2011 où près de deux millions et demi d’agents du gouvernement indien interrogent la population des ménages du pays pour déterminer leur caste. La réintroduction de la variable « caste » dans un recensement après une parenthèse de trois quart de siècle va susciter un débat souvent polémique dans l’ensemble du pays. On apprend ainsi que le terme même de caste renvoie à différentes acceptions, conception rituelle pour les uns, représentation ethnicisée pour d’autres. D’origine européenne, le mot caste est une adaptation du terme portugais casta, « ce qui est non mélangé », lui-même dérivé du terme latin castus désignant ce qui est pur, intègre, chaste. Durant la période coloniale, la caste se révèle par ailleurs un outil puissant pour identifier et contrôler la population indienne. Dès 1951, la jeune République indienne poursuit les recensements décennaux mais les castes ne sont plus dénombrées, à l’exception des groupes d’intouchables – scheduled castes. L’auteur rappelle également les mesures de discrimination positives, plus connues dans le contexte indien comme des politiques de « réservation », et les troubles qu’elles ont parfois suscité. À partir des années 1980, des associations communautaires issues des Others Backward Classes se transforment en partis politiques afin d’obtenir des avantages et de jouer un rôle d’arbitre lors des élections législatives.

4Les cinq contributions qui suivent ce premier opus constituent de brèves recensions d’ouvrages de sciences sociales sur la thématique générale de la stratification sociale.

5Sous la plume de Roland Lardinois, « Peut-on comparer race et caste ? » rend compte de l’ouvrage de Kamala Viswestwaran, Un/common cultures, racism and the rearticulation of cultural difference (2010). Il est question ici de sociologie comparative à partir notamment des travaux fondateurs de Louis Dumont sur les castes mais aussi sur le racisme aux États-Unis vis-à-vis des Noirs.

6« Le racisme de classe en Grande- Bretagne » par Ismaïl Ferhat s’appuie sur le livre d’Owen Jones Chavs.The demonization of the working class (2011) où l’on apprend que les classes populaires sont toujours perçues outre-Manche comme des classes dangereuses.

7Dans le « Deuxième sexe au premier rang » de Catherine Achin, le compte rendu de l’ouvrage de Sylvie Schweitzer, Femmes de pouvoir, une histoire de l’égalité professionnelle en Europe, XIXe et XXsiècles (2010) aborde la discrimination à l’égard des femmes dans le monde du travail et les étapes de sa résorption partielle.

  • 2 Cette analyse est à rapprocher pour les groupes dominants de celle développée par M. Pinson et M. P (...)

8Les deux dernières recensions sont écrites par Marie Duru-Bellat. Dans « Les voies subjectives de la domination », elle s’appuie sur le livre du psychosociologue Fabio Lorenzi-Cioldi, Dominants et dominés. Les identités des collections et des agrégats (2009) pour mettre en exergue la thèse selon laquelle la position sociale d’un individu détermine largement sa psychologie. Ainsi, un groupe dominant se présente comme une collection d’individus qui se pensent comme des personnalités qui n’ont pas besoin du groupe pour se définir, alors qu’à l’inverse, le groupe dominé fonctionne comme un agrégat dans lequel les identités individuelles sont assimilées au groupe, renforçant en cela l’interchangeabilité de ses membres2. M. Duru-Bellat semble avoir particulièrement appréciée cet essai et l’expose avec talent. Dans « Le rêve américain et l’idéologie méritocratique », son point de vue sur l’ouvrage de Stephan J. McNamee et Robert K.Miller, The meritocracy myth (2004) est plus clinique.

9Le livre se termine par une postface de Jules Naudet qui s’interroge sur la justification des privilèges en passant brièvement en revue les principaux regards sur le thème, en particulier ceux de Louis Dumont et de Max Weber.

10Si cet ouvrage propose des pistes de réflexion sur l’ordre social et donne envie d’approfondir ses connaissances, le contenu en lui-même manque cependant de consistance. D’un point de vue formel, le modeste rédacteur de ces lignes a la fâcheuse impression de faire un compte rendu de comptes rendus, ces derniers constituant la plus grande part du livre. Au final, il s’agit d’un livre qui donne une initiation de qualité à la connaissance du système de castes en Inde, mais même si le fait d’associer celle-ci à d’autres contributions sur des stratifications sociales différentes semble un objectif louable, la justification de l’ordre social énoncée dans le titre nous parait en l’espèce bien incomplète.

Haut de page

Notes

1 http://www.laviedesidees.fr.

2 Cette analyse est à rapprocher pour les groupes dominants de celle développée par M. Pinson et M. Pinson-Charlot, notamment dans Sociologie de la bourgeoisie, Paris, La Découverte, Repère, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Colmard, « Christophe Jaffrelot et Jules Naudet, Justifier l’ordre social. Caste, race, classe et genre », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 novembre 2013, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12787

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page