Navigation – Plan du site

Caroline Mazaud, L’artisanat français. Entre métier et entreprise

Diane Desprat
L'artisanat français
Caroline Mazaud, L'artisanat français. Entre métier et entreprise, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le sens social », 2013, 217 p., ISBN : 978-2-7535-2732-4.
Haut de page

Texte intégral

1Près de 30 ans après la thèse de Bernard Zarca, Survivance ou transformation de l’artisanat dans la France d’aujourd'hui, Caroline Mazaud se penche à nouveau sur ce secteur professionnel délaissé des études sociologiques. Son étude tend à combler ce vide sociologique en s’interrogeant sur les caractéristiques de l’artisanat et ses évolutions. Issue d’une thèse, cette recherche est située à la croisée de la sociologie des groupes professionnels, de la sociologie du travail et de la sociologie de la stratification et des mobilités sociales. Plusieurs questions ont servi de point de départ à cette étude : « Que sait-on aujourd’hui de l’artisanat ? Entre petit entrepreneur et travailleur manuel solitaire, comment caractériser l’artisan d’aujourd'hui ? Quelle trajectoire a-t-il suivi avant de s’installer à son compte ? » Ainsi, l’ouvrage aborde aussi bien les questions de l’organisation professionnelle et de l’organisation du travail dans les entreprises, que celles des trajectoires professionnelles et familiales des artisans et de l’identité de métier.

  • 1  Il s’agit de dirigeants d’entreprises classées dans les « Biens et services industriels », en phot (...)

2Afin de mener cette étude, Caroline Mazaud a choisi de procéder par observation sur plusieurs niveaux d’échelles (macro, méso et micro). Ce changement de focale permettait d’observer plusieurs niveaux de réalité, depuis l’échelle du groupe professionnel dans son ensemble jusqu’à l’échelle d’un secteur d’activité ou d’un métier en particulier. Il s’agissait par là d’observer les artisans dans leur environnement local (dans leur commune et dans leur atelier de travail). Ces observations sont complétées par des entretiens auprès des membres des institutions artisanales et des dirigeants d’entreprises artisanales1 dans cinq communes situées en Loire-Atlantique (Nantes, Machecoul, La Turballe, Abbaretz et Saint-Vincent-des-Landes). L’auteur s’appuie sur un travail de documentation, réalisé notamment au travers de la presse professionnelle et de la communication institutionnelle et exploite des enquêtes statistiques telles que l’enquête FQP de l’INSEE.

  • 2 Les consommateurs privilégient le rachat de certains produits (petits électroménagers, etc.) au dét (...)

3Le premier chapitre s’attache à retracer l’histoire de l’artisanat, son institutionnalisation et le rôle de ses différentes instances représentatives. On apprend notamment que l’artisanat s’est construit « au cours du XXe siècle par la “rencontre” de plusieurs facteurs conjoncturels mais surtout d’une réelle volonté politique ». Le chapitre suivant porte sur les chiffres de l’artisanat, par secteurs et par métiers, et sur les difficultés de recrutement de main d’œuvre que rencontrent certains métiers de l’artisanat. Par exemple, les réparateurs en électroménager ou encore les cordonniers subissent de plein fouet l’évolution des normes de consommation2 et la concurrence de l’industrie, ce qui n’est pas sans poser de difficultés concernant le renouvellement de la main d’œuvre. À l’opposé, le bâtiment, l’esthétique ou encore la coiffure connaissent une forte hausse du nombre d’immatriculés. Mais ce dynamisme est freiné par un faible taux de pérennité des entreprises. Le troisième chapitre aborde quant à lui la question du recrutement et de la formation. Un constat apparaît : le « miroir identificatoire » qui unissait le patron à son apprenti (« le premier voit dans le second son passé, quand le second projette dans le premier l’image de son avenir désiré ») tend à s’effriter du fait d’une division du travail de plus en plus poussée, rendant d’autant plus difficile cette identification entre le patron et ses employés.

4Mais l’intérêt majeur de cet ouvrage réside dans la distinction qu’il opère entre deux idéaux-types de l’artisan, qui correspondent à deux types d’accès au statut d’artisan : les « hommes de métier » et les « reconvertis ».

  • 3  Ces « hommes de métier » sont ainsi dès l’adolescence socialisés à une culture de métier.

5Les premiers, les « hommes de métier », après une formation en alternance3 et plusieurs années d’expérience professionnelle, choisissent la voie de l’indépendance. Ils décident alors de monter leur propre entreprise, souvent avec le soutien d’autres professionnels et/ou de leur famille. L’appartenance territoriale de ces hommes de métier, appelée « capital d’autochtonie », est également un atout pour ces professionnels souhaitant créer leur entreprise. Parmi les hommes de métier, certains font le choix de « garder la maîtrise de la production, soit qu’ils désirent continuer d’exercer leur métier soit que l’activité de leur entreprise ne leur permet pas qu’il en soit autrement, alors que d’autres développeront leur entreprise et délégueront l’exercice productif à leurs salariés ».

6Les seconds, « les reconvertis », « ne se destinaient pas a priori à l’artisanat » mais l’ont choisi suite à une reconversion, après un parcours chaotique à l’université ou une mauvaise expérience du salariat. Ces artisans s’adressent la plupart du temps à des institutions artisanales pour l’accompagnement, tout en faisant appel à la famille pour un soutien financier. Certains sont détenteurs d’un bagage scolaires et sont ainsi avantagés par rapport aux « hommes de métier » au moment de la création de leur entreprise. Autre aspect intéressant, ces reconvertis n’ont pas été socialisés à la culture de métier. Cela n’est pas sans conséquence sur leurs pratiques de travail, notamment lorsqu’ils déploient des stratégies de communication particulièrement originales. Parmi les « reconvertis », Caroline Mazaud distingue les « chefs d’entreprise », caractérisés par leur volonté de croissance, et les « néo-artisans », qui souhaitent maintenir une entreprise à taille humaine et « surfent » sur le « marché de l’authentique ».

7Cette typologie, qui ne se veut en rien figée, permet de saisir l’hétérogénéité du groupe professionnel des artisans et de rompre avec l’image de l’artisan type, à savoir, « un homme, ouvrier de métier, qualifié et travaillant à temps plein ». Il s’agit au travers de « ces modèles théoriques […] de mieux saisir la réalité dans sa complexité ». On apprécie également les récits de vie d’artisans qui ponctuent l’ouvrage et donnent à voir les parcours professionnels de ces différents profils d’artisans.

8L’autre intérêt de cette thèse réside dans le fait qu’elle ne porte pas sur un métier artisanal en particulier mais sur le groupe professionnel dans son ensemble, sur la catégorie officielle des artisans. Comme l’explique l’auteure, ce choix était guidé par une volonté de privilégier une posture comparative entre les différents métiers de l’artisanat en prêtant attention aussi bien aux similitudes qu’aux spécificités propres à chacun des métiers. On apprend notamment que de grandes disparités existent dans le secteur de l’alimentation. Par exemple, à la différence des boulangeries-pâtisseries qui sont parvenues à diversifier leur gamme tout en privilégiant une clientèle de proximité, les boucheries artisanales peinent à se démarquer des chaînes de boucheries de moyennes et de grandes surfaces. Face à cette concurrence, les boucheries artisanales ont dû s’adapter aux nouvelles normes de consommation en développant leur activité de traiteur et ainsi diversifier leur clientèle.

9Cet ouvrage, tout en dressant un état des lieux de l’artisanat, réussit l’exploit de ne pas figer ce « groupe des artisans » et de déconstruire l’image du petit artisan indépendant, travaillant seul et réalisant l’ensemble du process de production. En réalité, loin d’être homogène, l’artisanat français réunit des individus aux profils variés.

Haut de page

Notes

1  Il s’agit de dirigeants d’entreprises classées dans les « Biens et services industriels », en photographie, en réparation automobile, en réparation informatique, de dirigeants spécialisés dans le nettoyage de locaux ou encore de dirigeants dans la boulangerie.

2 Les consommateurs privilégient le rachat de certains produits (petits électroménagers, etc.) au détriment de la réparation.

3  Ces « hommes de métier » sont ainsi dès l’adolescence socialisés à une culture de métier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Desprat, « Caroline Mazaud, L’artisanat français. Entre métier et entreprise  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 25 novembre 2013, consulté le 18 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12788

Haut de page

Rédacteur

Diane Desprat

Doctorante à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, membre de l’IDHE et du GTM-CRESPPA.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page