Navegación – Mapa del sitio

Valérie Becquet, Claire Bidart (dir.), « Normes sociales et bifurcations dans les parcours de vie des jeunes »

Sébastien Paul
Normes sociales et bifurcations dans les parcours de vie des jeunes
Valérie Becquet, Claire Bidart (dir.), « Normes sociales et bifurcations dans les parcours de vie des jeunes », Agora débats/jeunesses, n° 65, 2013, INJEP, @ean : 9782724633061.
Inicio de página

Texto completo

1Le numéro 63 de la revue Agora débats/jeunesses propose un dossier sur la construction des parcours de vie à ce moment singulier qu’est la jeunesse. À partir du constat que la transition vers la vie adulte s’est complexifiée du fait de la désynchronisation des étapes entre le statut de jeune et celui d’adulte, ce dossier propose d’analyser la jeunesse comme un processus. Cette approche dynamique permet de mettre en évidence la singularité des parcours de vie. La prise en compte de cette individualisation des parcours ne se fait cependant pas au détriment de la capacité des normes sociales à les structurer. Dans l’introduction, Valérie Becquet et Claire Bidart défendent la nécessité de penser la jeunesse comme un processus singulier guidé par un ensemble de « référents collectifs ». La question de l’agencement entre choix individuels et normes sociales apparaît alors au centre des différentes contributions.

2Le premier article, de Jean-Michel Bonvin, Maël Dif-Pradalier et Emilie Rosenstein, présente un programme d’insertion mis en œuvre en Suisse pour accompagner des jeunes sans qualification et bénéficiant de l’aide sociale. Ce programme a pour objectif d’améliorer leur employabilité. Il propose un accompagnement sous forme de coaching des jeunes, dès la signature de leur contrat d’apprentissage, ainsi qu’une étape préparatoire pour les jeunes qui ne parviennent pas à décrocher seuls ce contrat. L’article s’attache essentiellement à mettre en évidence les normes que porte ce programme. Les auteurs en identifient tout d’abord le présupposé principal : « la formation et l’emploi sont les meilleurs remparts contre la précarité ». L’emploi étant également perçu comme un espace privilégié de réalisation de soi, ce programme valorise une logique d’« entreprenariat de soi » : la capacité à se projeter dans l’avenir et à formuler un projet sont des normes que les jeunes en difficulté qui intègrent le dispositif se doivent de maîtriser. D’autres normes, plus informelles, structurent également le programme. À des critères d’accès largement ouverts (avoir entre 18 et 25 ans, ne pas avoir achevé de formation professionnelle, ne pas habiter chez ses parents) s’ajoutent des critères informels qui imposent une sélection des candidats dès l’entrée. Les difficultés qui sont considérées comme des freins trop importants à l’insertion professionnelle apparaissent comme des critères permettant de refuser l’accès au programme (faible disponibilité des mères célibataires, addictions sévères...). La normativité du programme affleure enfin dans la construction même des parcours d’insertion de ces jeunes en difficulté. En effet, autour de la norme du projet « aussi réaliste et réalisable que possible », se joue la redéfinition des préférences d’un jeune au nom d’un « principe de réalité ». Ils sont orientés plus facilement vers des secteurs d’activité en manque de main d’œuvre. En conclusion, les auteurs analysent ce programme comme une modalité d’adaptation de l’offre à la demande. Pour eux, il « se donne comme objectif d’inculquer aux jeunes une éthique du travail conforme aux attendus des entreprises ; il agit ainsi comme une courroie de transmission de ces exigences auprès des jeunes ».

3Le deuxième article, de Michaël Segon et Nathalie Le Roux, porte sur le recours par les étudiants handicapés à des dispositifs de compensation dont ils peuvent bénéficier au cours de leur formation et de leur recherche d’emploi. Plus spécifiquement, l’article s’intéresse « aux situations qui poussent les jeunes vivants avec des incapacités, à recourir ou non à des dispositifs spécifiques durant leurs parcours d’études et d’insertion ». Les auteurs élaborent quatre types de parcours, selon qu’ils recourent plus ou moins à ces dispositifs. Cette catégorisation s’articule autour d’une graduation entre des parcours durant lesquels le recours aux dispositifs est continu et des parcours marqués par le non-recours ou le recours à venir. Cette dernière catégorie représente un cas limite, dans la mesure où les auteurs notent qu’ils ont rencontré peu de situation de refus ou d’ignorance des dispositifs d’aide aux étudiants handicapés. Son intérêt réside dans le fait qu’elle éclaire le processus, long dans le cas présenté, d’acceptation par la personne concernée des limitations dues à son handicap. Ces quatre types de parcours définissent les différents rapports que peut établir une personne avec son handicap ainsi que l’évolution de ce rapport dans le temps. Se reconnaître comme personne handicapée n’est pas une évidence et peut faire l’objet d’une négociation selon les opportunités ou les difficultés rencontrées dans le cadre d’un parcours d’insertion professionnelle.

4Le troisième article, signé par Maria Eugenia Longo, Sylvain Bourdon, Johanne Charbonneau, Cathel Kornig et Virginie Mora, repose sur une étude comparative des bifurcations professionnelles en France, au Québec et en Argentine. Il présente dans un premier temps les « trajectoires de référence », notion à partir de laquelle les auteurs mettent ensuite en évidence les bifurcations et changements de trajectoires de jeunes durant leur parcours d’insertion. « La trajectoire de référence » est pensée ici comme un idéal-type qui désigne les « chemins socialement proposés aux jeunes pour leur permettre de réaliser leur modèle de réussite ». Cet indicateur articule ainsi des dimensions objectives et normatives (les parcours d’insertion réalisables dans un contexte donné) et des dimensions subjectives (la lecture et l’analyse de leur situation faite par les jeunes à un moment donné de leur parcours). Les auteurs présentent huit trajectoires de référence identifiées de manière récurrente dans au moins deux des trois pays étudiés. Ces trajectoires sont essentiellement construites à partir de la place accordée à la formation et à l’emploi. Le principal intérêt de la définition de ces trajectoires de référence est de montrer que des parcours qui présentent apparemment une bifurcation importante s’inscrivent en fait dans la continuité du point de vue de la personne concernée. Inversement, des parcours au cours desquels aucune bifurcation ne semble apparaître sont marqués par des changements de logique et d’objectifs importants.

5L’article d’Eddy Supeno et Sylvain Bourdon porte sur les parcours des jeunes adultes non diplômés au Québec. Les auteurs proposent de ne pas réduire la question de l’insertion à la seule dimension professionnelle, en prenant en compte l’articulation des différentes sphères de vie de ces jeunes. Leur objectif est de « repérer des configurations produisant des effets d’entraînement susceptibles de structurer de façon significative l’orientation des parcours de vie ». Ils cherchent également à saisir comment une opportunité peut provoquer une bifurcation biographique significative dans le temps long. En considérant les parcours de vie comme les configurations singulières des sphères de vie d’un individu, ils identifient trois types de séquences permettant de comprendre leur rôle dans les parcours d’insertion : les séquences de parcours vers la sortie de précarité, les séquences de parcours en oscillation forte et les séquences de parcours vers l’enlisement. A partir de ces types de séquences, les auteurs distinguent trois éléments déterminant la cristallisation d’une opportunité en bifurcation biographique : le rôle de l’entourage du jeune adulte, l’évaluation par le jeune lui-même de l’apport de cette opportunité et la mise en cohérence des sphères de vie.

6Ce dossier se clôt avec la contribution de Mélanie Le Her, qui s’intéresse aux raisons qui poussent des jeunes français à entamer une carrière migratoire au Québec. L’auteure mobilise le concept de bifurcation pour penser l’entrée en carrière migratoire des jeunes et définit quatre carrières idéal-typique. Ces carrières sont construites à partir de deux paramètres : la dimension professionnelle pensée en termes de carrière qualifiante ou déqualifiante, selon que les compétences de ces jeunes sont plus ou moins reconnues au Québec, et la dimension spatiale qui distingue les parcours d’insertion professionnelle selon qu’ils engagent un espace national (le Québec) ou deux espaces nationaux (la France et le Québec). L’articulation des concepts de bifurcation et de carrière permet de caractériser l’entrée en migration à partir de trois phases : « une première phase d’insatisfaction liée à l’écart entre les dispositions et les conditions de travail, une seconde où la migration représente une trajectoire de sortie possible et enfin une dernière phase où les démarches migratoires orientent la trajectoire ». L’approche développée permet l’analyse de l’entrée en migration, à la croisée des dimensions objectives et subjectives des trajectoires des individus.

7Ces cinq contributions mettent en évidence l’intérêt de penser la jeunesse comme un processus pour identifier les multiples modalités d’accès à l’âge adulte. L’approche par les normes sociales aurait cependant mérité d’être davantage spécifiée. Dans ce dossier, la référence aux normes sociales renvoie à deux manières d’appréhender les jeunes en insertion. Certains articles réfèrent les normes sociales aux dispositifs d’accompagnement des jeunes. Leur propos est alors de définir ce qui fait plus ou moins de ces jeunes des usagers des dispositifs. D’autres articles se réfèrent aux normes de la vie adulte. Dans ce cas, l’analyse est centrée sur le devenir adulte mais laisse en suspend la difficile question de définir ce qu’est une « vie adulte normale ». Ces remarques n’enlèvent toutefois rien à l’intérêt de ce dossier riche de sa dimension internationale et de la diversité des situations d’insertion étudiées.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Sébastien Paul, « Valérie Becquet, Claire Bidart (dir.), « Normes sociales et bifurcations dans les parcours de vie des jeunes » », Lectures [En línea], Reseñas, 2013, Publicado el 26 noviembre 2013, consultado el 19 julio 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12794

Inicio de página

Redactor

Sébastien Paul

Docteur en sciences de l’éducation, chargé d’insertion professionnelle dans un établissement médico-social

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página