Navigation – Plan du site

Rodolphe Durand, Jean-Philippe Vergne, L'organisation pirate. Essai sur l'évolution du capitalisme

Guillaume Arnould
L'organisation pirate
Rodolphe Durand, Jean-Philippe Vergne, L'organisation pirate. Essai sur l'évolution du capitalisme, Le Bord de l'eau, coll. « Mondes Marchands », 2010, 176 p., EAN : 9782356870841.
Haut de page

Texte intégral

1Pari audacieux lancé par Rodolphe Durand et Jean-Philippe Vergne : étudier le phénomène de la piraterie et le relier à l’évolution du capitalisme. « Audacieux » parce que le thème pourrait relever d’un simple marketing éditorial : les pirates et le capitalisme faisant vendre actuellement depuis le succès de quelques œuvres (la série de films sur les pirates des caraïbes ou les livres critiques de Stiglitz notamment) et risquant donc certainement de ne plus rencontrer ce succès …

2Le constat est clair, le pari est réussi. L’organisation pirate est un livre qui propose une argumentation étayée et réfléchie, tout en restant abordable et introductif. Durand et Vergne posent ainsi des bases d’analyse, sans épuiser le débat. L’intérêt principal de ce livre relève de sa méthodologie : les auteurs enseignent en école de commerce et auraient pu produire une théorie orientée vers la gestion, le management. Ils ont, bien au contraire, choisi une perspective qui permet le dialogue entre les sciences sociales : partir de l’ « organisation ».

3Evoquer la science des organisations, l’« organisationologie » du capitalisme selon la terminologie des auteurs, favorise la rencontre et la confrontation des disciplines académiques autour d’objets communs. Cette démarche s’inscrit ainsi dans la perspective ouverte par Max Weber dans sa célèbre étude des liens entre l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme : croiser les facteurs religieux et économique pour produire une analyse de la société. Durand et Vergne s’intéressent donc à la question de la piraterie dans une perspective résolument pluridisciplinaire. Ils s’appuient notamment sur une analyse très stimulante de la philosophie du capitalisme de Gilles Deleuze et Felix Guattari, dont ils montrent l’intérêt pour saisir le phénomène pirate. En reprenant la notion de schizophrénie comme ligne de démarcation du monde capitaliste, ils montrent que les rapports de pouvoir de l’économie procèdent d’un codage, qui consiste à nommer, à désigner qui fait partie de sa partie légitime et qui doit en être exclu. Ainsi les pirates sont une invention des Etats nations en création au XVe siècle pour qualifier ceux qui ne respectent pas les normes édictées.

4L’organisation pirate mobilise également une forte dimension historique, juridique, géographique ou sociologique. On y croise les grandes monographies sur l’histoire des pirates maritimes, qui permettent de ne pas sombrer dans une vision idéalisée de type : ce sont des rebelles anarchistes libertaires avant l’heure. La diversité des situations temporelles est primordiale pour faire avancer la réflexion : la piraterie n’est pas simplement l’illégalité. De plus l’utilisation du droit permet de rappeler des phénomènes sociaux fondamentaux. Ainsi le capitalisme s’est toujours construit en relation avec l’Etat puisque les normes marchandes ont été formulées par la puissance publique. L’idée d’une opposition capitalisme/Etat est un mythe selon les auteurs, qui auraient pu mobiliser sur ce point les nombreux travaux régulationnistes sur les formes du capitalisme (Crouch, Streeck, Boyer ou Amable). De même, l’invention des normes internationales sur l’appropriation des territoires et des routes maritimes (les monopoles commerciaux donnés aux compagnies des Indes) est un élément primordial pour comprendre la frontière entre les pirates et les capitalistes.

5Cette volonté de puiser des éléments de réflexion dans des domaines de recherche variés a le mérite de remettre sérieusement en question l’impérialisme économique. En effet, Durand et Vergne s’intéressent aux travaux menés par l’économiste Peter Leeson sur le monde des pirates dans une perspective d’économie néo-classique généralisant le calcul coût-bénéfices. Ils montrent que la réduction de l’analyse à sa dimension économique ne permet pas d’expliquer la permanence du phénomène dans le temps et ses évolutions ultérieures. Considérer que les pirates ne fonctionnent que selon la rationalité économique, et n’utilisent par exemple le drapeau à tête de mort que pour envoyer un « signal » à leurs futures victimes, ne permet pas de comprendre pourquoi on devient pirate, ni où on devient pirate … Utiliser l’organisation comme clé d’entrée favorise la contestation de cette réduction économique. Sans nier son importance (car le gain est évidemment un élément de motivation de la piraterie) les auteurs rappellent le rôle joué par les guerres et les conditions de vie dans la marine marchande : beaucoup de marins deviennent pirates pour améliorer leur sort ou simplement travailler quand la marine officielle met un terme aux recrutements.

6Cette théorie de l’organisation pirate défend une thèse générale plus que socio-historique : le phénomène de piraterie est indissociable de la place de l’Etat dans les processus de territorialisation et de normalisation marchande. Si les individus choisissent volontairement de s’organiser en dehors et contre les règles produites par la puissance publique, c’est qu’ils en contestent la légitimité et qu’ils souhaitent mettre en œuvre une alternative. Les auteurs évoquent ainsi les revendications démocratiques de certains pirates par opposition au couple capitalisme marchand / Etat nation. On voit dès lors apparaître de véritables mythologies telles que des îles sanctuaires où l’ensemble des citoyens sont totalement égaux, femmes et esclaves notamment.

7Mais le livre de Rodolphe Durand et Jean-Philippe Vergne n’est pas qu’un essai sur les pirates des mers, il est avant tout l’exposé d’un phénomène historique permanent de contestation de l’ordre capitaliste. Les auteurs montrent ainsi que les pirates existent encore dans l’économie moderne, tant dans le domaine de l’informatique (trolls et autres hackers jouant avec les codes du droit de propriété pour se les réapproprier et les contester) que dans le domaine de la biologie (où le codage de l’ADN devient un enjeu de fond sur les frontières de la marchandisation). Leurs analyses permettent au novice, comme à l’amateur éclairé de saisir ces phénomènes de remise en cause des modèles économiques dominants. La manière dont l’autorité essaye de récupérer les pirates (en les faisant corsaires ou en validant leur innovation) montre que les frontières de l’organisation sont mouvantes et rappelle l’analyse de la déviance de Robert Merton où les individus de pouvant mobiliser de moyens légitimes pour atteindre leurs objectifs peuvent chercher à innover pour obtenir satisfaction. En bref, un livre qui stimule la réflexion et devrait permettre d’avancer dans la compréhension du nouvel esprit du capitalisme

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Arnould, « Rodolphe Durand, Jean-Philippe Vergne, L'organisation pirate. Essai sur l'évolution du capitalisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 17 février 2011, consulté le 23 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1280

Haut de page

Rédacteur

Guillaume Arnould

Inspecteur d’académie, inspecteur pédagogique régional économie et gestion, académie de Rouen.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page