Navigation – Plan du site

Guillaume Gourgues, Les politiques de démocratie participative

Fiacre Thibaut Zoungni
Les politiques de démocratie participative
Guillaume Gourgues, Les politiques de démocratie participative, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Libres cours », 2013, 148 p., ISBN : 978-2-7061-1806-7.
Haut de page

Texte intégral

1En partant d’une part du constat que les tentatives de résolution de la crise financière européenne n’ont pas donné lieu à un débat public impliquant les citoyens concernés et d’autre part de l’exemple du référendum européen de 2005 sur le Traité constitutionnel, Guillaume Gourgues revient sur la notion de démocratie participative en affirmant qu’aucune démocratie participative de quelque façon que ce soit ne semble exercer une influence significative sur le gouvernement des affaires collectives.

2Selon Guillaume Gourgues, « la démocratie participative est l’ensemble des dispositifs institutionnels, officiellement mis en œuvre par les autorités publiques, à toutes les échelles, dans le but d’associer tout ou une partie d’un public à un échange de la meilleure qualité possible, afin d’en faire des parties prenantes du processus décisionnel dans un secteur déterminé d’action publique » (p. 13). Si, à en croire Carole Pateman, la démocratie participative fait historiquement référence, à un régime dans lequel le maximum de participation est requis et dans lequel les bénéfices produits n’incluent pas uniquement les politiques publiques mais également le développement des capacités sociales et politiques de chaque individu, cette théorisation a fluctué au gré du temps. Ont été utilisées successivement les théories radicales de la démocratie, les théories de l’empowerment, les théories de la gestion des problèmes publics ou encore des théories de contrôle participatif afin de mieux cerner le cadre théorique de la participation publique. Toutefois, l’intégration de la participation active des citoyens dans le processus décisionnel, le passage d’un modèle de gouvernement à un modèle de gouvernance et l’avènement d’une gouvernance locale semblent être des éléments constitutifs importants d’une démocratie participative.

3En faisant une distinction entre démocratie participative et participation publique, l’auteur nous suggère que la participation publique peut être désignée comme « un ensemble d’expériences, d’institutions, de démarches, bref de dispositifs concrets qui visent à provoquer une forme institutionnelle et officielle de participation » (p. 21). Dès lors, on comprend que le passage de la démocratie participative à la participation publique est tributaire de la prise en compte des différents dispositifs susceptibles de permettre l’implication des citoyens dans les processus de prise de décision. À cet égard, Gourgues identifie quelques dispositifs participatifs de l’Europe en Amérique du Nord en passant par l’Asie. Il s’agit entre autres des référendums locaux, du budget participatif de Porto Alegre, des Participatory Rural Appraisal (PRA), des Fonds de participation des habitants, etc. Ces dispositifs partagent des caractéristiques communes telles que la participation des citoyens lors de la mise à l’agenda de politiques publiques. Ils s’inscrivent tous dans la logique de la démocratie participative portée sur les mobilisations associatives, par un mouvement bottom-up ou top-down. Cependant, tous ces dispositifs ne répondent pas à la même idéologie. Les référendums sont considérés comme un mode de participation semi-directe incluant un grand nombre de citoyens alors que les budgets participatifs ne concernent que des « mini-publics délibératifs ».

4Une fois ces dispositifs participatifs recensés, l’auteur porte son attention sur les enjeux liés à l’offre de participation publique. Il relève, à toute fin utile, que l’apparition d’une offre publique de participation correspond moins à un pur mimétisme ou une simple mise sous tutelle des pratiques participatives issues des luttes sociales et ouvrières, qu’à l’intégration progressive d’instruments participatifs rationalisés, inspirés de ces expériences, dans les répertoires d’action de ces autorités publiques. Compte tenu de l’influence de l’action publique ou gouvernementale sur la mise en place des dispositifs participatifs, Gourgues nous propose une modélisation de l’analyse de l’émergence d’un dispositif participatif. Il met en exergue trois éléments à savoir le jeu politique, les coalitions d’acteurs et l’action politique. Ainsi, la combinaison de ces trois éléments, non hiérarchisés et en interaction constante, fournit une explication basique de l’émergence d’un dispositif participatif. Comme le souligne l’auteur, cette modélisation vise à : 1) expliquer l’enracinement d’un dispositif participatif dans des contextes spécifiques ; 2) considérer l’hétérogénéité des dispositifs participatifs composant l’offre publique de participation, en interroger les éventuelles différenciations, connexions et saisir comment cet assemblage de dispositifs ne répond jamais à une et même norme ou idéologie politique ; 3) permettre une analyse complète des origines des dispositifs participatifs, visant à comprendre, dans un second temps, les effets et usages possibles (p. 86).

5Après cette ébauche sur la genèse des dispositifs participatifs, Gourgues s’attarde sur leur fonctionnement. Pour lui, comprendre le fonctionnement d’un dispositif participatif revient à poser trois questions fondamentales. Dans un premier temps, il faut se questionner sur la sélection des publics qui doivent prendre part au débat. Ensuite, la question des procédures et celle de la place de la délibération doivent nous aider dans notre entreprise de compréhension du fonctionnement. Et en dernier lieu, l’auteur insiste sur la portée décisionnelle des dispositifs.

  • 1 « Dispositifs participatifs », Politix, 2006/3, n° 75, p. 3-9. DOI : 10.3917/pox.075.0003.

6En 2006, l’éditorial du numéro de la revue Politix consacré aux « dispositifs participatifs » faisait le constat selon lequel « la quasi-totalité des travaux les plus sérieux sur la démocratie participative s'étaient essentiellement intéressés à l'économie générale des dispositifs participatifs (origine, intérêts des promoteurs, rôle des dispositifs par rapport à d'autres procédures de représentation etc.), au détriment de l'analyse des propriétés internes de ces dispositifs et de l'effet des instruments et des techniques mobilisées sur les acteurs impliqués et leur système de relations »1. Cet ouvrage vient, dans une certaine mesure, combler ce vide de part la richesse du travail élaboré sur les dynamiques internes propres aux dispositifs participatifs mais aussi à la mise en lumière des effets pouvant résulter des interactions entre le jeu politique, les coalitions d’acteurs et l’action politique.

  • 2 Mazeaud Alice, « Le Débat national sur l'avenir de l'École » ou des partenaires sociaux à l'épreuve (...)

7Qui plus est, ce livre nous a permis de comprendre, à l’instar de Alice Mazeaud, que « l'instauration d'un tel dispositif témoigne de l'existence d'une règle à la fois normative et pragmatique qui fait de la participation le point de passage désormais obligé de toute action ou parole légitime »2.

Haut de page

Notes

1 « Dispositifs participatifs », Politix, 2006/3, n° 75, p. 3-9. DOI : 10.3917/pox.075.0003.

2 Mazeaud Alice, « Le Débat national sur l'avenir de l'École » ou des partenaires sociaux à l'épreuve de la démocratie participative, Politix, 2006/3, n° 75, p. 143-162. DOI : 10.3917/pox.075.0143.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fiacre Thibaut Zoungni, « Guillaume Gourgues, Les politiques de démocratie participative », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 novembre 2013, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12822

Haut de page

Rédacteur

Fiacre Thibaut Zoungni

Candidat au doctorat en science politique à l’Université Laval (Canada)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page