Navigation – Plan du site

Tawa Al Azzawi, L’image de la surfeuse. Un miroir aux alouettes ?

Delphine Moraldo
L'image de la surfeuse
Taha Al Azzawi, L'image de la surfeuse. Un miroir aux alouettes ?, Paris, L'Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2013, 232 p., ISBN : 9782343014258.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Tawa Al Azzawi se penche sur la question de « l’image de la femme et de la surfeuse dans la presse spécialisée, et dans la publicité » (p. 21). En mobilisant des concepts issus tant de la sociologie de Goffman (comme celui de ritualisation de la féminité) que de celle de Bourdieu ou de Pociello (champ sportif ou espace des sports), il entend, à partir de l’étude « [du] fond et de la forme » des journaux spécialisés, interroger les mutations de la place du genre féminin dans l’univers du surf (univers historiquement masculin où les femmes restent largement sous-représentées). Dans la lignée d’une sociologie du sport à tendance bourdieusienne, la reconstruction préalable d’un espace des pratiquantes de surf, en fonction de leur degré d’engagement dans l’activité, permet ainsi d’emblée d’éviter de mettre toutes les surfeuses sur le même plan au niveau de leurs styles de vie et de leurs rapports à l’image médiatique.

2Dans un utile chapitre méthodologique, qui revient sur les étapes de la construction de son objet d’étude et sur son rapport à cet objet, Tawa Al Azzawi nous rappelle tout d’abord qu’il n’existe pas une image de « la surfeuse » : plusieurs représentations iconographiques coexistent, parmi lesquelles domine une image plutôt romantique et esthétisante. Ces images, « systèmes de signes intelligibles » peuvent être lues comme des reflets de normes et attentes sociales en matière de corps féminins et de rapports entre les genres. Ces normes sont par ailleurs en évolution : ainsi, l’auteur remarque qu’aux thématiques de l’« aventure », du « plaisir », de la « grâce » ou encore de la « sociabilité » qui caractérisent les images jusqu’aux années 2000 s’ajoutent peu à peu des thématiques nouvelles traditionnellement associées au masculin, comme la performance ou la puissance. Pour autant, Tawa Al Azzawi montre que la valorisation du corps féminin comme corps désirable demeure une constante. Autre évolution générationnelle, la multiplication des supports d’image : journaux, films, publicités, vidéos en ligne… La réception de ces images par les sportifs est également différenciée, en fonction des variables sociologiques classiques : en fonction du milieu social, du genre et de l’âge, de la position dans le champ du surf, la lecture des images varie, ainsi que les représentations des surfeuses révélées dans les entretiens que l’auteur a réalisé avec plusieurs d’entre elles. En outre, en revenant sur la méthodologie adoptée, Tawa Al Azzawi montre la nécessité de replacer les acteurs du surf, hommes et femmes, dans l’espace de la pratique : pour expliquer la prégnance de certains schèmes dans les représentations des surfeuses, il convient de questionner la place de ces dernières dans le surf professionnel, mais également dans la ligne éditoriale des revues spécialisées qui les mettent en scène. Au-delà de ce premier constat, l’auteur s’interroge sur ce que signifient réellement ces mises en scène picturales et sur l’impact qu’elles peuvent avoir sur les surfeuses elles-mêmes. Au-delà de l’analyse des images, il s’agit donc pour lui de recontextualiser socialement à la fois la production de ces images par les médias spécialisés et leur réception par les surfeurs.

3Tawa Al Azzawi conclut ce premier chapitre par la formulation d’une hypothèse qu’il testera par la suite, celle selon laquelle « l’image de la surfeuse “artefact” est imposée par la mode en général » (p. 51).

  • 1 Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Minuit, 1998.
  • 2 Sayeux Anne-Sophie, Surfeurs, l’être au monde : Une analyse socio-anthropologique, Rennes, PUF, 200 (...)
  • 3 Mennesson Christine, Être une femme dans le monde des hommes, Socialisation sportive et constructio (...)

4Le deuxième chapitre du livre est consacré à « la mythologie de l’iconographie dans les publicités et les articles ». L’auteur y évoque les mythes qui organisent les récits journalistiques sportifs et les publicités de surf, en « décortiquant » des publicités tirées de magazines. Il revient notamment sur le cliché de la femme objet, révélateur de la domination masculine à l’œuvre dans le monde du surf (p. 67-77). Il décrit en particulier deux mythes mettant en scène des femmes en position de domination : d’une part le mythe ancien et ancré dans l’imaginaire social du surf qui est celui de la « Vahiné », surfeuse exotique et sensuelle, représentée dans des postures classiques d’une féminité hyper-ritualisée, par exemple nageant sous l’eau (élément associé au féminin, dans la lignée des travaux de Françoise Héritier ou de Pierre Bourdieu dans La domination masculine1, ouvrage plusieurs fois cité par l’auteur), et d’autre part le mythe tenace de la « veuve du surfeur », laissée pour compte face à la passion envahissante de son mari. Un troisième mythe, qui ne met pas en scène une femme dominée mais qui cristallise bien pour autant la ligne de tension entre les attributs et les normes du féminin et du masculin dans le surf, est celui de la surfeuse « garçon manqué », qui transgresse les représentations traditionnelles de la surfeuse et conduit à une remise en question de son appartenance genrée. Sur ce point, on peut se référer aux travaux d’Anne-Sophie Sayeux dans Surfeurs, l’être au monde2, ou à ceux de Christine Mennesson dans Être une femme dans le monde des hommes3, dont l’auteur reprend d’ailleurs plus loin dans l’ouvrage la terminologie – utilisée par C. Mennesson à propos des boxeuses – opposant surfeuse « hard » et « soft »). Remettant en contexte cette représentation, Tawa Al Azzawi montre que c’est surtout à partir des années 1970 que le mythe du garçon manqué apparait, de façon concomitante avec l’évolution des planches et une manière plus physique et donc plus « virile » de surfer.

5Dans le troisième chapitre, ces différents mythes sont réexaminés à la lumière d’entretiens et de discours rapportés dans la presse, afin de « faire la part des choses entre image mythologique, image médiatique, et image réelle » (p. 107). Après l’image mythologique, l’image médiatique est ici analysée quantitativement à partir de magazines récents, en mesurant la part de trois types-idéaux, qu’Al Azzawi appelle « prototypes », de la surfeuse, à partir de critères précis : la « femme pour surfeur », la « femme du surfeur », et la « femme surfeuse ». Quant à l’image « réelle » de la surfeuse, l’auteur l’analyse en faisant réagir des surfeuses face à un corpus d’images, lors d’entretiens. Ces dernières témoignent d’une grande acuité dans leur perception des clichés et des stéréotypes de la surfeuse, et établissent des distinctions précises entre les différents types de surfeuses, qui recoupe les « prototypes » établis par le sociologue.

6Dans une intéressante dernière sous-partie consacrée à la vision journalistique « féminine » du sport, l’auteur montre comment un certain renversement s’opère dans des magazines destinés aux surfeuses.

7De manière générale, les changements observés depuis une dizaine d’années dans le surf permettent à Tawa Al Azzawi de conclure à une redéfinition contemporaine de la place dans la femme dans ce sport, le « miroir aux alouettes » de l’image médiatique étant de plus en plus critiqué par les sportives elles-mêmes, même si certaines s’y conforment. Finalement, « ce que l’image de la femme et de la surfeuse dans la presse spécialisée apprend sur la sociologie des genres, c’est que, davantage qu’à un reflet uniforme et uniformisant, on a à faire à un kaléidoscope de façons de définir la féminité moderne » (p. 209).

8L’ouvrage de Tawa Al Azzawi nous donne à voir l’univers du surf sous un angle intéressant, celui des images des magazines, et ceci dans une optique sociologique principalement bourdieusienne. On pourra cependant regretter le choix éditorial de ne pas avoir inclus les images décrites dans l’ouvrage (le lecteur devant se les imaginer à l’aide de descriptions).

Haut de page

Notes

1 Bourdieu Pierre, La domination masculine, Paris, Minuit, 1998.

2 Sayeux Anne-Sophie, Surfeurs, l’être au monde : Une analyse socio-anthropologique, Rennes, PUF, 2008.

3 Mennesson Christine, Être une femme dans le monde des hommes, Socialisation sportive et construction du genre, Paris, L'Harmattan, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Moraldo, « Tawa Al Azzawi, L’image de la surfeuse. Un miroir aux alouettes ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 novembre 2013, consulté le 22 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12828

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page