Navigation – Plan du site

Expériences temporelles du vieillir

Aline Chamahian
Expériences temporelles du vieillir
« Expériences temporelles du vieillir », Enfances, Familles, Générations, n° 13, 2010.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro thématique de la revue Enfances, Familles, Générations se structure autour de cinq contributions qui proposent une lecture de l’expérience du vieillissement à travers le prisme des temporalités.

2L’article de M. Membrado intitulé « Les expériences temporelles des personnes aînées : des temps différents ? » constitue une base solide pour saisir les fondements théoriques d’une telle approche sociologique démontrant l’apport croisé de la sociologie du temps, des parcours de vie et du vieillissement à une compréhension du vécu du « devenir vieux ». La question des temporalités est ici centrale, car c’est cette approche qualitative du temps qui permet d’appréhender la multiplicité des expériences du vieillir, leur subjectivité, le temps vécu et les processus d’individualisation. L’auteure souligne parfaitement que cette orientation d’un intérêt macrosociologique pour le temps vers une lecture plurielle des temporalités et leur dimension subjective est profondément liée à la modernité qui se fonde sur la figure de l’individu. La sociologie du temps et des temporalités a permis tout à la fois de questionner l’existence d’un temps social dominant (le temps de travail associé à la figure masculine de l’adulte actif) et ses effets sur l’organisation des parcours de vie et la structuration des temps sociaux. L’auteure voit à travers ce modèle d’interprétation du temps plusieurs enjeux : la non-pertinence de la dichotomie entre temps de travail et temps hors travail, la prégnance d’une conception linéaire du temps et l’effacement d’autres types de temporalités (celles des retraités, des non-actifs, des femmes).

3C’est donc à partir d’un état des lieux des différentes contributions théoriques en matière de sociologie du temps et des temporalités que M. Membrado établit un lien avec les préoccupations théoriques et empiriques de la sociologie du vieillissement. En posant la question des « expériences temporelles », elle ouvre sur une multitude de champs d’investigation possibles non exclusifs les uns des autres. Tout d’abord, la remise en cause des catégories d’âge et la valorisation d’une analyse processuelle du vieillissement qui permet de saisir plus précisément les « formes du vieillir ». En intégrant à la réflexion la notion de « durée », elle montre comment le sociologue peut saisir les expériences singulières du « passage » d’un âge à l’autre (souvent en décalage avec les marqueurs institutionnels) et le vécu des « transitions » qui supposent au niveau individuel un travail identitaire d’ajustements, de négociation qui est loin d’être linéaire. Saisir les expériences temporelles, c’est aussi analyser les activités qui organisent le temps de la retraite : la question de la place du temps productif se pose alors avec acuité, ainsi que celle des loisirs, des activités d’utilité sociale, du temps domestique et du temps pour soi ; autant de temporalités à concilier au quotidien pour redéfinir un « rythme » temporel entre routines, mobilités et retraits. Dans cette construction de la vie quotidienne, le rapport au « chez-soi » semble central, notamment pour les femmes qui doivent redéfinir leur place au sein de la sphère privée. Enfin, le devoir de mémoire et de transmission générationnelle qui passe aussi par l’observation de la mise en récit de sa propre histoire font partie des entrées par lesquelles les expériences temporelles des aînées peuvent être saisies.

4À travers cette lecture critique et la construction de ces champs possibles d’investigation, ce premier article introduit de façon tout à fait éclairante les quatre articles suivants qui rendent compte du vécu de l’avancée en âge à partir de deux entrées privilégiées : le « chez-soi » et les relations familiales (articles d’Elsa Ramos et de Perla Serfaty-Garzon) et les divers engagements des femmes (articles d’Isabelle Marchand et al., et de Mélissa Petit).

5L’article d’Elsa Ramos, « Voir partir ses aînés familiaux : les preuves du temps et la consistance de la réalité », donne une perspective extensive à ces expériences temporelles du vieillir qui peuvent être vécues bien avant l’heure de la retraite. Elle montre avec force comment des évènements biographiques emblématiques (le départ à la retraite des parents ou le décès des ascendants) bouleversent la « normalité » du quotidien, les routines et les habitudes individuelles et/ou familiales. Le travail du vieillir se développe alors, à l’âge adulte, à partir de lieux (la maison familiale par exemple) et d’objets porteurs de souvenirs – comme des points de repères dans la vie passée – et qui ne font plus sens dans le présent. C’est de cette tension entre « familiarité » et « étrangéité » que la sociologue procède à une lecture compréhensive de ces expériences temporelles incarnées dans le concept de « dé-prise ». Si l’analyse souligne le poids de l’irréversible dans le vécu de ces chocs biographiques (la mort est synonyme de « plus jamais » et le départ à la retraite induit « une page qui se tourne »), elle ouvre sur le travail de reformulation que l’adulte doit opérer pour se positionner dans un espace-temps familial.

6L’article de Perla Serfaty-Garzon, « Temporalités intimes : le chez-soi de la vieillesse », interroge les formes de l’habiter féminin au fil de l’avancée en âge. Après des vies bien remplies par le travail, le militantisme, les enfants et les liens familiaux, l’entrée dans la troisième phase du cours de la vie conduit les femmes à réinvestir le « chez-soi ». Pourtant, cette expérience est ambivalente : si la maison est un lieu de réconfort, un espace de liberté pour soi et ouvert aux proches, elle est aussi un lieu où peuvent s’exprimer des « confrontations temporelles » : les tâches domestiques peuvent en effet être source de satisfaction, mais aussi enfermer les femmes dans une routine qui occupe de façon quasi aliénante le temps libre ; la disparition du temps professionnel peut aussi laisser place à une situation conflictuelle entre époux en raison d’un rythme quotidien décalé qui oblige le plus souvent l’épouse à se replier sur le domicile et à s’ajuster aux besoins du conjoint. Dès lors, tout l’enjeu du rapport au temps de ces femmes consiste à mettre en œuvre des stratégies permettant de trouver un équilibre entre le temps personnel du conjoint et le temps pour soi. Mais l’avancée en âge induit d’autres expériences relatives au « chez-soi », notamment la « précarité temporelle » : s’interroger sur le temps qui reste à vivre dans sa maison, s’obliger à déménager dans un logement plus adapté pour rester le plus longtemps possible au domicile, se projeter dans une maison de retraite qui renvoie bien souvent une image peu positive de la vieillesse que l’auteure appelle « la vieillitude ». Tout cela pose les enquêtées rencontrées dans un état de réflexion sur elles-mêmes, sur le vécu de leur parent qu’elles ont accompagné et sur le rôle du réseau de sociabilité pour envisager au mieux l’à-venir.

7L’exploration de l’expérience temporelle du vieillir au féminin se poursuit à travers l’article d’Isabelle Marchand et al., « Vieillesses d’aujourd’hui : les femmes aînées et leurs rapports aux temps », qui vise à mieux saisir comment les femmes aînées québécoises d’aujourd’hui (intégrées à l’univers du travail, indépendantes, actives et engagées dans la sphère publique) construisent leur rapport au temps. Pour cela, les auteures se proposent d’explorer la vision que ces femmes ont d’elles-mêmes. Conscientes des représentations négatives dont est porteuse la « vieillesse », ces femmes refusent d’être considérées comme « âgées » et se définissent comme des personnes dynamiques, vivantes, curieuses et engagées. L’avancée en âge a peu d’impact sur cette définition de soi, même si l’enjeu de se maintenir dans la vie passe alors plus par la santé physique, mentale et l’autonomie. Cette définition d’elles-mêmes ne s’oppose néanmoins pas à l’acceptation du « passage du temps » qui se trouve être dans l’ordre des choses et qui doit être assumé pour mieux s’y ajuster : il s’agit « d’apprivoiser son vieillir », car celui-ci peut encore durer de nombreuses années dessinant un horizon qui fait encore sens. L’expérience temporelle de ces femmes est aussi analysée au regard de l’usage qu’elles font de leur temps, entre temps pour et à soi et temps pour les proches. Cette lecture étant étroitement liée à la trajectoire de vie de ces femmes, leur position socioprofessionnelle et le contexte sociétal dans lequel elles ont évolué.

8Enfin, l’article de Mélissa Petit, « Les femmes retraitées en France : entre engagement bénévole et engagement familial », clôture ce numéro thématique et prolonge les réflexions amorcées en matière d’organisation du temps des femmes retraitées. À travers la construction d’une typologie des formes d’engagement bénévole et familial (« temps plein », « équilibre » et « ponctuel »), l’auteure vise à comprendre comment ces femmes structurent le temps de la retraite au regard du parcours de vie antérieur et de la place occupée par l’activité professionnelle. Cet article, s’il semble en premier lieu plus éloigné que les autres de la thématique du numéro, rejoint l’importance accordée par M. Membrado à l’expérience temporelle des femmes qui, tout au long de leur vie et après leur retraite vivent des temps non linéaires, multiplient les formes d’engagements, jonglent avec les temps sociaux, mais aussi et surtout ont à se positionner dans la sphère familiale entre descendants et ascendants.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Chamahian, « Expériences temporelles du vieillir », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 18 février 2011, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1283

Haut de page

Rédacteur

Aline Chamahian

Post-doctorante en sociologie à la Téluq-Uqam (ARUC GATS) et chercheure associée au CeRIES (Université Lille 3)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page