Navegación – Mapa del sitio

La littérature comme acte politique : les stratégies de prise de parole des écrivaines contemporaines (franco) algériennes et (franco) marocaines

À propos de : Isabelle Charpentier, Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb, Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, coll. « Long-courriers », 2013.
Emilie Saunier
Le Rouge aux joues
Isabelle Charpentier, Le Rouge aux joues. Virginité, interdits sexuels et rapports de genre au Maghreb, Saint-Etienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, col. « Long-courriers », 2013, 333 p., ISBN : 978-2-86272-630-4.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 C. Planté, La Petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Le Seuil, coll. « Libre à el (...)
  • 2 P. Bourdieu, entretien avec Roger Chartier intitulé « La lecture : une pratique culturelle », in R. (...)
  • 3 Il faut noter que cette variable du genre n’est pas la seule à intervenir dans la pratique d’écritu (...)
  • 4 C. Détrez, La Construction sociale du corps, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 2002, p. 185.
  • 5 B. Lahire, « Masculin-féminin. L’écriture domestique », in D. Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie d (...)
  • 6 B. Lahire (en collaboration avec G. Bois), La Condition littéraire, la double vie des écrivains, Pa (...)

1Ces dernières décennies ont vu se multiplier plusieurs travaux remarquables sur les pratiques littéraires des femmes, étudiant les conditions sociales de leur venue à l’écriture, leur trajectoire et leur place dans les productions ainsi que dans les instances de légitimation littéraires. Persistent des stéréotypes de genre qui associent les femmes à la sphère privée et à l’intime, et qui, incorporés, peuvent être à l’origine de phénomènes d’autocensure1. Car « publier, c’est rendre public, c’est faire passer de l’officieux à l’officiel. La publication est la rupture d’une censure »2. Dès lors, écrire et publier quand on est une femme reviendraient à réinterroger des frontières symboliques inter-genres3. Christine Détrez montre comment les femmes artistes « incorporent » cette impossibilité d’accès au statut de créatrices : le refus de la sexualité, de la maternité ou les pratiques anorexiques de Virginia Woolf par exemple seraient une « façon de résoudre, souvent dramatiquement et sans la remettre en cause, l’inconciliabilité de la femme et de l’esprit »4. La pratique féminine des écritures domestiques ou des journaux intimes5 contraste avec la surreprésentation des hommes dans le champ littéraire6.

  • 7 D. Naudier, B. Rollet (dir.), Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes (...)
  • 8 V. Gemis, « La biographie genrée : le genre au service du genre », COnTEXTES, mis en ligne le 24 ju (...)

2À cette autocensure en amont répondent, en aval, des difficultés d’accès à la visibilité et à la postérité artistique. À partir d’études de femmes artistes, Delphine Naudier et Brigitte Rollet montrent que dans les systèmes de consécration propres au champ artistique, le « “repoussoir” commun » intériorisé par les hommes et par les femmes, est « tout ce qui est référé au “féminin” », « la connotation du marqueur féminin jou [ant] défavorablement »7. Ces représentations dévalorisantes participent de l’exclusion des femmes de l’histoire littéraire et contribuent à donner un statut d’exceptionnalité aux rares femmes écrivains mises en exergue8.

Écrire sur les écrivaines maghrébines contemporaines

  • 9 M. Daoud, F. Bendjelid, C. Détrez, Écriture féminine : réception, discours, représentations, Oran, (...)
  • 10 Voir notamment sa thèse sur Annie Ernaux : Une Intellectuelle déplacée, enjeux et usages sociaux et (...)
  • 11 Un ouvrage a été tiré de cette recherche : I. Charpentier, C. Détrez et A. Kréfa (dir.), Socialisat (...)

3Ces enjeux liés à l’écriture et à la reconnaissance, aux assignations sexuées et à leur remise en cause, ont été travaillés en Europe mais aussi au Maghreb. Un nombre croissant de travaux accompagnent en effet la place de plus en plus importante numériquement que prennent les écrivaines maghrébines dans la sphère littéraire, ainsi qu’un intérêt accru des critiques9. Dans le prolongement de ses travaux antérieurs sur la littérature et les rapports sociaux de sexe10, Isabelle Charpentier investit pleinement ces problématiques en travaillant sur les prises de parole des écrivaines (franco-) algériennes et (franco-) marocaines et leur portée transgressive. Son enquête s’inscrit plus largement dans une recherche collective internationale et pluridisciplinaire financée par la Maison des sciences de l’homme et le Ministère des affaires étrangères, intitulée « Femmes, Maghreb, écritures », et qui concernait trois pays du Maghreb : Algérie, Maroc, Tunisie11. Si Isabelle Charpentier décide de privilégier un axe d’analyse - celui des interdits sexuels - c’est bien parce que c’est à cet endroit précis que se situe encore actuellement la domination masculine. Avec finesse, elle déconstruit l’image totalisante et exotique de « “la ” femme arabe » et évite les écueils d’une vision occidentalo-centrée de la femme « victime », sans pour autant nier la dureté de la condition des femmes maghrébines, révélant des formes parfois intenses de violences sociales, physiques et matérielles. Dans un style clair et précis (on apprécie particulièrement les introductions et conclusions de chacun des cinq chapitres, qui sont très travaillées), elle contextualise en effet systématiquement ses observations et les déshomogénéise, en montrant des variations en fonction de la classe sociale, du lieu d’habituation ou encore de l’âge.

  • 12 Les notices biobibliographiques de chacune des écrivaines interrogées permettent d’accéder au détai (...)

4Pour saisir les stratégies d’expression publiques des écrivaines abordant centralement les questions relatives à la sexualité, elle a choisi de travailler tout à la fois sur des entretiens semi-directifs approfondis avec ces dernières et sur leurs œuvres littéraires. Dans ce cadre, 30 entretiens ont été réalisés entre 2006 et 2012 et 75 œuvres ont été étudiées. Pour les distinguer des écrivaines « beures » nées et élevées en France, elles devaient avoir vécu au moins dix années au Maghreb. Le souci de mettre à distance des principes de classement ethnocentrés et de montrer la diversité des positions de ces écrivaines a conduit à retenir les romancières qui ont publié au moins une fois un récit en langue française et qu’elles revendiquent comme une œuvre « littéraire ». Ces romancières appartiennent à des générations différentes. Les deux tiers environ sont d’origine (très) populaire. La plupart sont des « transfuges de classe » grâce au capital culturel acquis par l’école ; elles ont souvent été encouragées par leur père à réaliser des études secondaires et universitaires, et leurs mères ont également pu leur transmettre un petit capital culturel. Elles exercent majoritairement des professions intellectuelles en lien avec l’écrit, souvent dans le secteur public. Nombre d’entre elles « se revendiquent de religion et/ou de “culture” musulmane » (p. 20)12.

Les contraintes à la prise de parole des femmes sur la sexualité

5Le fait d’articuler textes et témoignages des écrivaines constitue sans aucun doute un des apports essentiels de l’ouvrage. Isabelle Charpentier s’efforce en effet de penser ensemble des domaines souvent pris isolément (le contenu des livres est souvent délaissé par les sociologues, tout comme les conditions sociales de production des textes le sont par les études littéraires). Mais c’est moins une analyse de la création romanesque qui est l’objet de l’ouvrage qu’une objectivation des prises de position (par des moyens littéraires ou non) de ces romancières. Isabelle Charpentier démêle un à un les fils des structures sociales qui pèsent objectivement et subjectivement sur les prises de paroles traitant du thème de la virginité : les ressources (sociales, économiques, culturelles, etc.) de ces romancières, leurs contraintes externes multiples (familiales, juridiques, religieuses, politique, économique, etc.) et leurs enjeux (notamment le désir de reconnaissance littéraire).

6La reconstruction des situations historiques et sociales de l’Algérie et du Maroc se heurte à la difficulté de recueillir des données. On perçoit ici la ténacité dont Isabelle Charpentier a dû faire preuve pour contourner au maximum ce problème : en multipliant les entretiens avec des informateurs (journalistes, praticiens de santé publique, responsables d’associations, etc.) et en croisant les données chiffrées disponibles, elle a notamment pu établir des faisceaux d’indices lui permettant d’avancer des ordres de valeurs sur les enfants issus des « mariages de jouissance » pendant la décennie noire des années 1990 en Algérie, ou encore les opérations de réfection d’hymen.

7Il faut en effet souligner un contexte général conduisant à rendre inexprimables les pratiques liées à la sexualité. En ce qui concerne l’homosexualité par exemple, le contexte institutionnel, religieux et juridique est encore particulièrement répressif en Algérie comme au Maroc. L’homosexualité est, au nom de la morale musulmane, considérée comme « contre nature » (p. 220), passible de peines d’emprisonnement et d’amendes. Ces pratiques sont tellement stigmatisées et réprimées qu’elles en deviennent indicibles, que ce soit par la voie littéraire ou non. Le traitement littéraire de l’homosexualité (féminine) serait ainsi considéré comme « la subversion politique “ultime” de l’ordre patriarcal hétéronormatif » (p. 195). Sur ce point, Isabelle Charpentier prend soin de décrire tout à la fois les écrits des femmes et des hommes sur l’homosexualité, montrant alors qu’un tel verrouillage de la parole n’est pas spécifique aux écrivaines (franco-) maghrébines et que le traitement de cette thématique a pu varier au cours du temps.

8Les exigences liées à la sexualité pèsent néanmoins de manière variable sur les hommes et les femmes et, par conséquent, sur ce qu’ils peuvent s’autoriser à dire ou faire. S’agissant de la socialisation des femmes, les tabous de la sexualité et de ses interdits, sont reproduits d’une génération à l’autre, à travers des silences et des non-dits ainsi que des discours allusifs et fragmentaires (des « métaphores mystérieuses », des « stratégies discursives d’évitement », p. 97) énoncés par les femmes de la famille et souvent peu comprises par les fillettes. Ces normes pèsent formellement sur les écrits des romancières, dans leur difficulté à parler au « je », qui est associée à une vision patriarcale de la féminité où « l’expression (féminine) de soi est considérée comme contraire à la pudeur et à la discrétion » (p. 39-40). La sexualité féminine fait également l’objet d’un contrôle familial et social intense avant le mariage. En effet, si dans les faits, au nom de la morale « viriliste », la virginité masculine est stigmatisée, la virginité féminine tient le statut de capital social, convertible sur le marché matrimonial, de « bonne réputation » (p. 112), d’ « honneur » et de « respectabilité » (p. 79), non seulement de la femme concernée mais aussi de son père et de l’ensemble de la lignée. Ce contrôle est souvent relayé par le voisinage qui s’apparente à un véritable réseau de « surveillance » (p. 174) : ceux-ci permettent de ne pas relâcher la pression sociale, qui peut s’exercer jusque tard dans la vie de ces femmes. C’est le cas notamment de celles vivant seules, qui sont stigmatisées et dont certains logements locatifs leur sont refusés sous la pression des voisins, voisins qu’Isabelle Charpentier décrit, non sans un certain agacement, comme des individus « aussi prudes qu’indélicats » (p. 176).

9Les modalités de mise en scène littéraire de la sexualité sont enfin particulièrement liées à la situation de la littérature en Algérie et au Maroc. Les entreprises privées se consacrant uniquement à l’édition littéraire sont peu nombreuses, récemment créées et peu professionnalisés. Il y a peu de librairies, de bibliothèques publiques, de presse littéraire spécialisée « grand public ». À cela s’ajoutent la faiblesse des instances de consécration et de promotion littéraire et une hétéronomie vis-à-vis de l’État et du marché du livre. Et ce, dans un contexte de maintien d’un taux élevé d’alphabétisme, qui met en concurrence les pratiques lectorales (surtout observables chez les élites urbaines) avec d’autres pratiques culturelles moins coûteuses. Cette situation peut conduire des écrivaines qui souhaitent obtenir une certaine visibilité littéraire et médiatique à publier en France, en privilégiant certains thèmes jugés particulièrement « porteurs » (l’intime, le corps, les violences faites aux femmes au Maghreb, etc.) au risque de reconduire certains clichés orientalistes et misérabilistes et de se trouver dès lors en porte-à-faux avec leur pays d’origine. Le cas de Leïla Marouane est ici tout à fait emblématique du rapport de force pouvant exister entre des contraintes d’« exotisation » formulées par certaines maisons d’édition françaises du pôle commercial et le projet littéraire de l’écrivaine. Le risque est également, par ces prises de parole sur la sexualité, d’être assignées au genre littéraire très peu valorisé du roman « témoignage », et ainsi « enferm [ées] et/ou marginalis [ées] dans un ghetto “infralittéraire” » (p. 197).

Une écriture de la résistance et de la lutte

10En s’appuyant sur leur propre socialisation adolescente, les écrivaines dénoncent dans leurs textes le maintien du poids de l’ordre patriarcal et mettent en scène, sous des modalités variées, des formes de résistance, non parfois sans ambivalence. Dans un tel contexte de sacralisation et de tabou de la virginité, parler publiquement des formes de la socialisation genrée et des dominations (de genre, d’orientation sexuelle mais aussi de classe) qui pèsent sur la sexualité des femmes est un acte résolument politique (au sens large).

11Les écrivaines étudiées montrent notamment comment une des manifestations des rapports de pouvoir asymétriques entre hommes et femmes s’observe dans le mariage (souvent encore arrangé) de filles vierges. Certaines écrivaines l’associent à une forme de « prostitution légale » (p. 79) dans la mesure où la virginité d’une jeune fille augmente sa valeur d’échange et, par conséquent, le coût de la dot. Le mariage s’apparente alors à un « échange économico-sexuel » (p. 112) dans lequel la valeur sociale des femmes est réduite à leur virginité. Pour soutenir et contrôler cet interdit sexuel, les écrivaines témoignent en entretien et dans leurs œuvres de « rites de clôture symbolique de l’hymen » (donnant parfois lieu à une scarification sur la cuisse de l’enfant) et de pratiques « humiliantes et brutales » (p. 107) de « vérification et de certification prénuptiales de virginité ». Ces actes sont assurés par les femmes, alors « gardiennes de l’honneur des hommes » (p. 108). La violence symbolique exercée sur les femmes se double alors bien souvent d’une violence physique, notamment le soir du mariage, au cours duquel la défloration est très souvent décrite comme un viol. Sous la pression sociale, même des hommes instruits, libéraux, peuvent reproduire ce rituel.

  • 13 En prenant soin d’éviter à nouveau tout ethnocentrisme, Isabelle Charpentier souligne néanmoins que (...)

12Des évolutions actuelles laissent penser qu’une transformation des rapports de genre pourrait s’opérer en Algérie et au Maroc : la scolarisation croissante des filles, la progression des niveaux d’emploi féminin, l’augmentation de l’âge moyen des filles au mariage, l’apparition progressive du célibat féminin13. Isabelle Charpentier affirme qu’une « sexualité féminine hors/avant le mariage s’affirme progressivement – même si de manière clandestine- dans la réalité sociale » (p. 161). Les écrivaines étudiées mettent en récit le développement de cette sexualité prénuptiale. Elle peut viser à « faire patienter » (p. 185) le partenaire tout en préservant l’hymen intact (par des pratiques telles que la masturbation, la sodomie) ou encore, s’il y a eu défloration, à procéder à une hyménoplastie (opération de réfection d’hymen) en prévision du mariage. Mais ces subterfuges reviendraient en fin de compte surtout à « se conformer (en les « négociant ») aux injonctions d’un ordre patriarcal plaçant l’impératif de la virginité au cœur du dispositif de régulation de la sexualité féminine et de l’arrangement matrimonial » (p. 194).

13Des écrivaines cherchent à mettre à mal dans leurs textes ces codes de l’ordre patriarcal en décrivant des trajectoires de femmes à l’opposé du stéréotype de la femme soumise, voilée et victime. Ainsi les héroïnes mises en scène par Bahaa Trabelsi, Leïla Sebbar, ou encore Assia Djebar sont-elles fortes, autonomes, prêtes à rompre avec leur entourage afin d’acquérir leur liberté, et ayant une sexualité épanouie. Néanmoins, certaines résistances semblent rester inachevées. Persiste par exemple dans les œuvres et entretiens de Leïla Sebbar et Assia Djebar une certaine fascination pour les « représentations orientalistes » (p. 203). De même, si la liberté sexuelle peut exister, elle est bien souvent associée à la présence de sentiments amoureux, qui ne font que reconduire le modèle traditionnel des rapports amoureux.

  • 14 Isabelle Charpentier renvoie parfois à des titres d’ouvrages qui étayent la dimension proprement li (...)
  • 15 Nedjma, L’Amande, Paris, Plon, 2004, p. 106
  • 16 B. Lahire, Franz Kafka, éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, (...)

14Sur ce point, la lecture critique des situations littéraires ne semble selon nous pas totalement aboutie, car la mise en narration et les dispositifs littéraires mobilisés sont négligés14. C’est une prise de position qui est explicitement annoncée par l’auteure au début de l’ouvrage (p. 58-59). Néanmoins, Isabelle Charpentier réfère ponctuellement à certaines propriétés stylistiques des textes. Par exemple, pour soutenir que les vérifications prénuptiales de virginité sont vécues comme des événements très violents et traumatiques pour celles qui les subissent, elle réfère à leur mise en forme stylistique, soulignant l’accumulation de métaphores agonistiques (par exemple, « l’examen a été bref et douloureux, et j’ai gardé sa brûlure comme une balle reçue en plein front »15). Pour justifier que la nuit de noces est associée par les jeunes vierges à un viol, elle évoque les « métaphores menaçantes du sexe masculin et de ses effets redoutés » (p. 121 : « clou », « fend », etc.). Elle souligne encore la « syntaxe éclatée, elle aussi désarticulée et mutilée » (p. 156) du recueil Nouvelles d’Algérie de Maïssa Bey, à travers laquelle se donnent à voir les terribles violences affligées à une jeune fille et sa famille au cours des années 1990. Tous ces éléments manifestent l'intérêt d'une analyse interne détaillée des textes : ils ne sortent pas des contours de l’objet que l’auteure a fixés, au contraire ils le constituent et permettent, à ce titre, d’apporter des précisions utiles. En effet, ce qui se dit est difficilement séparable des formes particulières dans lesquelles cela est dit, le travail littéraire pouvant se penser comme une recherche de la forme la plus juste pour permettre l’expression de soi et du monde16. Ces prolongements auraient alors certainement permis d’apporter des éléments à la problématique de départ s’ils avaient été mis en œuvre plus frontalement et plus systématiquement.

15Afin de contourner les fortes contraintes qui pèsent sur elles et de s’approprier une « parole sur elles-mêmes, pour elles-mêmes » (p. 246), les écrivaines recourent à diverses « stratégies ». Par exemple, un moyen de lever l’autocensure consiste parfois à attendre la mort de ses proches, à l’instar de Leila Sebbar qui n’a pu écrire des véritables autobiographies qu’après la mort de son père. En outre, un court chapitre est dédié plus spécifiquement aux femmes (franco)-algériennes qui ont écrit sur les violences exercées sur le corps des femmes au cours de la « décennie noire » en Algérie (viols, enlèvements, séquestration, esclavage sexuel, ou encore meurtres). Conscientes des risques d’agressions voire d’assassinats, ces femmes n’en continuent pas moins de lutter, considérant leur écriture comme un acte de résistance. Si certaines choisissent l’exil, d’autres font le choix de vivre en Algérie, malgré les menaces. Pour continuer à écrire, certaines ont choisi de recourir à la pratique du pseudonyme, à l’instar de Maïssa Bey ou encore Leïla Marouane. Mais, à nouveau, pour cette dernière, un tel choix n’est pas aisé à faire accepter à son éditeur, car il contrevient à sa logique de mise en visibilité et de médiatisation. Cet exemple montre la situation extrêmement complexe dans laquelle peuvent se retrouver ces romancières, prises dans des contraintes très diverses et parfois même contradictoires.

  • 17 Un tel phénomène n’est bien sûr pas spécifique aux femmes étudiées. Delphine Naudier montre, à part (...)
  • 18 Nous reprenons ici la formule de Delphine Naudier (D. Naudier, « Assignation à "résidence sexuée" e (...)

16La portée politique de ces prises de position ne réside pas seulement dans les thématiques traitées mais bien aussi dans leur aspiration à exister sur la scène publique et littéraire17, dans la mesure où elles rendent publique ce qui traditionnellement fait partie de la sphère privée, intime, mais aussi dans la mesure où elles sont initiées par des femmes. Il ne s’agit pas seulement d’écrire, mais bien de se construire une place, d’être reconnues en tant qu’écrivaines et d’affirmer à ce titre leur autonomie. Pour se protéger socialement tout en évitant le discrédit littéraire, les écrivaines usent souvent de stratégies de distanciation littéraire : ainsi, l’hybridation générique (telle que l’autofiction), en créant un flou sur le pacte autobiographique, évite la réduction de leur travail littéraire à des « témoignages ». Certaines œuvres mettent également en scène des héros masculins comme un moyen de déjouer « l’assignation à résidence sexuée », qui consisterait à évaluer les textes des écrivaines en fonction de leur sexe et des stéréotypes qui lui sont associés18.

17Ainsi, en mettant en scène des problématiques autour de la sexualité sous des formes littéraires variées (et qui ne rencontrent pas les mêmes profits commerciaux et symboliques), cette littérature éminemment politique rend visible et parfois même questionne des dimensions qui restent encore profondément taboues au Maghreb. L’ouvrage d’Isabelle Charpentier permet alors de travailler des questions plus vastes relatives aux fonctions de la création littéraire et à son rôle dans le combat contre les dominations. Plus précisément, elle donne à voir la dimension souvent ambivalente de ces résistances au travers des textes littéraires eux-mêmes, qui manifestent les injonctions et intérêts souvent contradictoires portés par et pesant sur les écrivaines (franco-) maghrébines : persistance d’un interdit sexuel au Maghreb et menaces et pression de groupes politiques ou religieux versus médiatisation de soi demandée par des maisons d’édition françaises du pôle commercial ; aspirations littéraires des écrivaines versus tentations dramatisantes et sensationnalistes des éditeurs et de la critique littéraire occidentale, qui conduisent à homogénéiser ces récits sous des étiquettes esthétiques disqualifiantes, etc.

  • 19 B. Péquignot, Sociologie des arts, Paris, Armand Colin, 2009, p. 107.

18Ce cas permet alors de voir à quel point l’écriture littéraire s’enracine toujours dans le social (culturel, économique, religieux, etc.), lequel a, pour reprendre la formule de Bruno Péquignot, « concouru à produire une question à l’artiste et à son époque »19 et dont les écrivaines (franco-) maghrébines se sont emparées en la travaillant par des moyens littéraires. Les diverses œuvres dont Isabelle Charpentier rend compte ont le mérite de déconstruire, en pratique, le stéréotype homogénéisant et essentialisant de « l’ » écrivaine maghrébine en montrant des traitements littéraires différents des tabous sexuels. On aurait à ce sujet aimé en connaître davantage sur ces différences textuelles, en ayant notamment accès à des systèmes d’opposition plus clairement établis en fonction de certaines propriétés sociales des écrivaines (par le biais de portraits par exemple).

19En outre, on imagine que ce contexte difficile (émotionnellement) et parfois dangereux de la prise de parole des femmes étudiées a pu mettre en difficulté l’enquête elle-même. Comment se présenter sur le terrain ? Quelles difficultés ont pu se poser avec les proches des écrivaines mais aussi peut-être avec la justice ? Quelle position le sociologue peut-il négocier ? Si Isabelle Charpentier explicite en introduction les enjeux (parfois vitaux) liés à l’anonymisation des enquêtées, on regrette qu’elle n’ait pas davantage développé les effets de ce contexte d’enquête sur le type de données recueillies ainsi que les manières de contourner certaines difficultés, qui sont autant d’enjeux qui intéressent tout chercheur travaillant sur des objets « à risque » (politique, judiciaire, sociaux, etc.).

20On peut enfin s’interroger sur les effets de la création littéraire sur l’ordre établi. Dans quelle mesure contribue-t-elle à repenser les rapports de genre au Maghreb ? La portée subversive de ces œuvres peut se poser dans la mesure où l’on observe que, pour un roman pourtant à succès et à forte couverture médiatique tel que Une vie à trois de Bahaa Trabelsi, la thématique homosexuelle résolument transgressive qui y a été développée a été (à la déception de son auteure) peu reprise dans les médias… Il serait alors utile de multiplier des études de réception sur cette problématique afin de répondre à un tel questionnement. L’un des intérêts de l’étude d’Isabelle Charpentier réside indéniablement dans le fait de soulever l’ensemble de ces questions.

Inicio de página

Notas

1 C. Planté, La Petite sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur, Paris, Le Seuil, coll. « Libre à elles », 1989.

2 P. Bourdieu, entretien avec Roger Chartier intitulé « La lecture : une pratique culturelle », in R. Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Payot, 1993, p. 283.

3 Il faut noter que cette variable du genre n’est pas la seule à intervenir dans la pratique d’écriture : dans leurs études sur les femmes écrivains du XIXsiècle et du XXsiècle, B. Didier (L’Écriture-femme, Paris, PUF, 1981), M. de Saint Martin (« Les femmes “écrivains” et le champ littéraire, Actes de la recherche en sciences sociales, n°83, juin 1990, pp. 52-56) et D. Naudier (La Cause littéraire des femmes, Modes d’accès et modalités de consécration des femmes dans le champ littéraire (1970-1998), thèse de doctorat de sociologie (dir. R.-M. Lagrave), EHESS, 2000) soulignent que ce « droit d’écrire » est également corrélé à la classe sociale et au capital culturel des écrivaines, les femmes issues de l’aristocratie et de la bourgeoisie et les femmes diplômées se donnant plus facilement ce droit.

4 C. Détrez, La Construction sociale du corps, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 2002, p. 185.

5 B. Lahire, « Masculin-féminin. L’écriture domestique », in D. Fabre (dir.), Par écrit. Ethnologie des écritures quotidiennes, Paris, MSH éditions, 1997.

6 B. Lahire (en collaboration avec G. Bois), La Condition littéraire, la double vie des écrivains, Paris, La Découverte, 2006.

7 D. Naudier, B. Rollet (dir.), Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ?, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 13.

8 V. Gemis, « La biographie genrée : le genre au service du genre », COnTEXTES, mis en ligne le 24 juin 2008.

9 M. Daoud, F. Bendjelid, C. Détrez, Écriture féminine : réception, discours, représentations, Oran, CRASC éditions, 2010.

10 Voir notamment sa thèse sur Annie Ernaux : Une Intellectuelle déplacée, enjeux et usages sociaux et politiques de l’œuvre d’Annie Ernaux (1974-1998), thèse pour le doctorat de science politique (dir. B. Pudal), Université de Picardie Jules Verne, 1999.

11 Un ouvrage a été tiré de cette recherche : I. Charpentier, C. Détrez et A. Kréfa (dir.), Socialisations, identités et résistances des romancières du Maghreb. Avoir voix au chapitre, Paris, L’Harmattan, 2013.

12 Les notices biobibliographiques de chacune des écrivaines interrogées permettent d’accéder au détail des trajectoires sociales.

13 En prenant soin d’éviter à nouveau tout ethnocentrisme, Isabelle Charpentier souligne néanmoins que si à première vue on peut considérer le recul de l’âge moyen des filles au mariage comme une amélioration de la condition des femmes, cette situation « peut en réalité dissimuler des frustrations effectives et des situations non voulues, y compris par des diplômées du secondaire et du supérieur » (p. 170).

14 Isabelle Charpentier renvoie parfois à des titres d’ouvrages qui étayent la dimension proprement littéraire des œuvres étudiées.

15 Nedjma, L’Amande, Paris, Plon, 2004, p. 106

16 B. Lahire, Franz Kafka, éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, 2010.

17 Un tel phénomène n’est bien sûr pas spécifique aux femmes étudiées. Delphine Naudier montre, à partir de son travail réalisé sur une quarantaine d’écrivaines contemporaines françaises, comment l’entrée dans l’activité publique d’écriture s’apparente à une transgression d’un partage sexué implicite des territoires, provoquant des réactions sociales parfois vives (D. Naudier, « Les écrivains et leurs arrangements avec les assignations sexuées », Sociétés contemporaines, n° 78, 2/2010, pp. 39-63, p. 47-48.).

18 Nous reprenons ici la formule de Delphine Naudier (D. Naudier, « Assignation à "résidence sexuée" et nomadisme chez les écrivaines », in A. Lasserre, A. Simon (dir.), Nomadismes des romancières contemporaines, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, 2008, p. 60).

19 B. Péquignot, Sociologie des arts, Paris, Armand Colin, 2009, p. 107.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Emilie Saunier, « La littérature comme acte politique : les stratégies de prise de parole des écrivaines contemporaines (franco) algériennes et (franco) marocaines », Lectures [En línea], Notas críticas, 2013, Publicado el 02 diciembre 2013, consultado el 20 mayo 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12853

Inicio de página

Redactor

Emilie Saunier

Docteure en sociologie, Centre Max Weber, équipe « Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations », CNRS UMR 5283

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página