Navigation – Plan du site

Xabier Itçaina, La politique du lien. Les nouvelles dynamiques territoriales de l'économie sociale et solidaire

Clément Gérôme
La politique du lien
Xabier Itçaina, La politique du lien. Les nouvelles dynamiques territoriales de l'économie sociale et solidaire, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et Territoires », 2010, 383 p., EAN : 9782753512085.
Haut de page

Texte intégral

1La politique du lien, ouvrage collectif issu d’un colloque organisé en 2007 à Bordeaux avec le soutien de l’IEP de Bordeaux, veut s’inscrire dans le renouvellement des études apportées au champ de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS). Un renouvellement non sans rapport avec les récentes crises financières et économiques mondiales, celles-ci entraînant un regain d’intérêt pour les recherches dans le secteur de l’ESS (associations, coopératives, mutuelles) incarnant des « formes solidaires du lien économique ». A côté d’une économie incontrôlable et prédatrice incapable d’assurer une stabilité économique et sociale, nombre d’études mettent en avant les modes de gouvernance alternatifs, la prise en compte de l’intérêt général, une lucrativité limitée…

2Fort de cette filiation, les auteurs de l’ouvrage mettent l’accent sur les relations entre les acteurs de l’ESS et les territoires sur lesquels ces acteurs inscrivent leur action et sur les conditions d’une réflexion et d’un dialogue pluridisciplinaire (sociologie, sciences politiques, économie…) autour de l’ESS. C’est bien ce qu’entend introduire le titre de l’ouvrage : quels nouveaux types de liens sociaux économiques et politiques produisent les acteurs de l’ESS ? Et comment ces liens nouveaux s’incarnent à travers de nouvelles dynamiques territoriales ?

3Les thèmes de la gouvernance territoriale et des stratégies de coopération qui structurent les relations entre acteurs (associatifs, pouvoirs publics, secteur marchand…) sont au centre des recherches. L’un des intérêts de l’ouvrage est l’alternance des points de vue qui vont de l’étude microsociologique technique et de l’analyse d’expérience de terrain à l’étude socio-historique et à la réflexion sociologique plus générale. Une diversité que l’on retrouve dans les méthodes d’enquête employées ainsi que dans les objets d’étude (la comparaison internationale est amorcée autour de deux contributions). L’ouvrage se divise en quatre parties. Les deux premières s’intéressent à l’évolution des relations et aux interdépendances entre les acteurs de l’ESS et les caractéristiques des territoires sur lesquelles ils s’inscrivent à travers diverses études de cas. La troisième partie se consacre exclusivement au secteur de la finance solidaire alors, que la dernière entend explorer les « usages militants » de l’ESS par les acteurs sociaux qui y interviennent.

4La première partie (« La transformation des matrices territoriales ») s’attache à rendre compte de l’impact du développement de dispositifs de l’ESS (notamment les coopératives) sur l’évolution des dynamiques territoriales (à travers cinq études régionalisées : à Grenoble, en région Roannaise, dans les Pays de la Loire, à Ravenne et en Cornouaille bretonne et britannique) et inversement. Ainsi, l’ESS est-elle le produit d’un territoire qui en constitue la matrice et qui en structure la forme ? Le territoire s’impose-t-il (par le marché ou les pouvoirs publics) aux acteurs de l’ESS contraints de composer avec ses caractéristiques ? Ou au contraire, les acteurs de l’ESS « font-ils » par leurs modes de coopération le territoire et constituent-ils sa matrice ? Tels sont les différents types de rapport entre ESS et territoires mis en valeur dans cette partie.

5Il faut souligner la contribution de J.Argot, H.Duval et J.Poisat (« Le rôle des coopératives dans le développement économique et social des territoires en restructuration ») qui, après avoir situé les objectifs et le cadre d’action de la coopérative ainsi que les spécificités du territoire rouannais sur lequel porte l’étude, montrent les effets économiques et sociaux de coopératives sur ce territoire : sauvegarde d’un savoir faire patrimonial dans le secteur textile, dynamisation de réseaux économiques locaux... Une autre particularité est la manière dont les auteurs surmontent la contradiction entre deux objectifs des coopératives : l’exigence de résultats économiques d’une part et le projet politique basé sur la solidarité d’autre part. En effet, davantage qu’une opposition, ces deux objectifs s’incluent dans une relation d’interdépendance (le projet politique de solidarité et de coopération étant une garantie de développement économique, et inversement, la performance économique étant une garantie de développement économique).

6La seconde partie (« Action publique territoriale comparée »), traite des influences réciproques entre ESS et politiques publiques. Une conception de l’ESS « en tant que secteur d’action publique » en construction, et donc se substituant à l’action du service public, reste toutefois transversale à l’ensemble des contributions. Cette conception pose la question de la relation entre salariés et bénévoles, professionnalisation et engagement. La première contribution (« Economie sociale et solidaire et action publique territorialisée : entre aiguillon, partenariat et soumission » de N.Richez-Battesti et Patrick Gianfaldoni), consacrée aux dispositifs d’appui et d’accompagnement à la création d’activité en PACA (dispositifs visant l’insertion économique et sociale de personnes démunies par la création d’entreprise individuelle ou par le soutien à l’activité de structures comme les entreprise d’insertion), propose une typologie de ces modes de relation (ou « registre de coopération »), « entre aiguillon, partenariat et soumission », et de leur impact en matière de régulation locale. Cette typologie s’appuie sur trois indicateurs : l’origine de la coopération, ses motifs et ses conditions. Comme « aiguillon », les acteurs associatifs de l’ESS constituent les véritables coordinateurs des politiques locales, les pouvoirs publics assurent un rôle d’accompagnateur. Ces derniers peuvent également adopter une gestion marchande des opérateurs associatifs en généralisant leur mise en concurrence et en imposant un horizon d’action caractérisé par le court terme (nous serons alors dans le registre de la soumission). Enfin, le registre du partenariat implique quant à lui une temporalité plus ample et se caractérise par une production commune et « une rationalisation professionnelle partagée » (144). Il faut également souligner dans cette partie la contribution de C. Marival (Association de solidarité et action publique) qui, sortant d’une perspective monographique (portant sur des territoires et des évènements circonscrits) adoptée par l’ensemble des autres publications, jette un regard global sur les relations entre associations de « solidarité » (appartenant au champ sanitaire et social) et pouvoirs publics.

7L’analyse de la finance solidaire, objet d’étude de la troisième partie, place les notions de territoire et d’échelon local au premier plan. Les analyses portent sur les particularités des institutions financières solidaires (IFS) dans le financement de projets locaux rendant incontournable la référence à l’espace local. La cartographie du secteur du microcrédit dans la région Aquitaine (cette optique méthodologique permet aux auteurs de dresser un panorama régional du microcrédit en Aquitaine et de ses caractéristiques : progression générale, disparité de répartition, hégémonie du réseau ADIE), ou encore les modes de justification qu’emploient les acteurs de la finance solidaire (en s’appuyant sur la terminologie élaborée par L. Boltansky et L. Thévenot) sont des sujets centraux. Cette typologie de la justification est composée de quatre idéaux types ou « topiques », par exemple les topiques philia (axée sur la notion de convivialité) et topique de l’engagement (mise en avant d’une critique du capitalisme).

8La dernière partie de l’ouvrage, « Les logiques militantes » explore la diversité de l’ESS en s’appuyant sur ses usages militants, ces derniers étant eux aussi caractérisés par « des raisons d’agir diverses » (305). L’étude des SEL (système d’échange locaux) montre qu’ils constituent pour les acteurs qui y participent des outils politiques construits contre un ordre économique et social dominant. Il s’agit pour ces acteurs de développer un nouveau mode d’échange en réaction à celui de l’économie classique, du marché, et ce par des pratiques ayant vocation à s’ériger en « actes exemplaires » (321). La contribution suivante (« Commerce équitable, économie solidaire et altermondialisme : une imbrication qui ne va pas de soi ») reprend cette dimension politique et militante comme fondement de l’action, à travers l’étude du réseau de magasins Artisans du Monde. Pour l’auteur, l’enjeu réside à un niveau individuel dans la politisation du comportement des consommateurs incités à faire preuve de responsabilité (citoyenne) et à un niveau macro dans un bouleversement des rapports commerciaux entre pays du nord (consommateurs) et pays du sud (producteurs).

9Des pistes de réflexion inexplorées sont proposées au lecteur en clôture de l’ouvrage : sur les « dynamiques d’institutionnalisation » d’un champ dont les acteurs tentent de pallier le manque d’unité tant au niveau théorique et conceptuel que politique afin de « se penser en secteur » (en témoigne le développement des fédérations spécialisées et des organisations représentatives comme les Chambres Régionales de l’Economie Sociale et Solidaire ou [CRESS]). Reste également à approfondir l’étude de l’ESS en ce qu’elle constitue une matrice de développement territorial. Les progrès accomplis dans l’analyse des dynamiques territoriales et des interdépendances entre acteurs nécessitent une mise en commun et l’ouverture d’un dialogue entre savoirs (une interdisciplinarité de la recherche) ainsi qu’un recentrage des recherches sur les formes traditionnelles de l’ESS (coopératives et mutuelles notamment). Pour Xabier Itcaina, coordinateur de l’ouvrage, respecter ces deux exigences permettrait de développer une approche analytique globale réinterrogeant les liens entre secteur marchand et aspects redistributifs, et surtout de développer la connaissance de ces nouvelles politiques du lien que construisent les acteurs de l’ESS.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Gérôme, « Xabier Itçaina, La politique du lien. Les nouvelles dynamiques territoriales de l'économie sociale et solidaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 février 2011, consulté le 18 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1287

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page