Navigation – Plan du site

Quand Zalea mettait le feu au PAF...

Igor Martinache
Quand Zalea mettait le feu au PAF...
Quand Zalea mettait le feu au PAF..., Les Mutins de Pangée, 2011.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans la perspective, de Pierre Bourdieu, on parlera d'espace plutôt que de champ pour souligner l'h (...)
  • 2 Association issue, avec Ecrans d'arrêt » de la dissolution de Zaléa TV en 2007 et qui se revendique (...)

1Zaléa TV, vous ne connaissez (sans doute) pas ? C'est normal, et révélateur de la structure de l'espace médiatique 1 -et en particulier de la force des barrières à son entrée. Car ce n'est pas faute, pour ses animateurs, d'avoir essayé d'atteindre une large audience. Zaléa TV – abréviation de « TéléViZone d'Action pour la Liberté d'Expression Audiovisuelle » -, c'est donc une expérience associative qui a duré de 2000 à 2007 et dont ce petit coffret édité par la coopérative « Les mutins de Pangée » et le Dispositif 2 permet de se faire (bien plus qu') une idée. Celui-ci regroupe quatre films, soit plus de quatre heures de programmes. Le premier et sans doute le plus édifiant, « On la fermera pas », retrace ainsi l'histoire du projet, entre documentaire et hagiographie, entre monographie d'une organisation (un peu) désorganisée, la relation, au-delà, d'un mouvement social, et la révélation des clôtures peu visibles du cœur de la « société du spectacle » comme disent les situationnistes. Le mouvement en question, c'est celui des « télévisions libres », vingt ans après l'autorisation des radios libres. Celui-ci commence en 1999 avec la tenue le 8 mai à Paris du Forum des Médias Libres où se décide notamment la création de la Coordination Permanente des Médias Libres, qui revendique la création d'un « Tiers secteur audiovisuel » entre État et marché. Deux mois plus tard, le 14 juillet (date une fois de plus choisie totalement au hasard), celle-ci organise une « prise de la Bastille audiovisuelle », la première journée nationale de diffusion pirate des télévisions libres, initiative qui sera répétée à plusieurs reprises au cours des mois suivants. D'autres actions « spectaculaires » sont organisées, comme des dépôts de téléviseurs devant le Ministère de la Culture, et semblent porter leurs fruits : créée quelques mois auparavant, Zaléa TV est la première chaîne associative à être autorisée à diffuser par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) le 25 juillet 2000, quelques jours avant que soit promulguée, le 1er août, la loi dite « Trautman-Tasca » dont l'article 30 légalise la diffusion des télévisions associatives, y compris par la voie hertzienne. Une victoire cependant en demi-teinte puisque le canal hertzien accordé par le CSA à Zaléa TV n'a une puissance que d'une centaine de Watts, élargie ensuite à 250 – doit 2 000 fois moins que celle des « grandes » chaînes commerciales nationales...La chaîne est cependant hébergée pour quelques mois par un bouquet satellite, mais cela n'empêche pas ses concepteurs de poursuivre leur « combat pour une télé libre » par d'autres moyens.

  • 3 Sur cette question, voir le « docu-fiction » de William Karel, Poison d'avril, et pour une mise en (...)

2Alors qu'en 2001 est importée dans l'Hexagone la trash TV (aussi trompeusement appelée « télé réalité »), sous la forme de l'émission « Loft Story » diffusée par M6, ils mettent ainsi en place un jeu intitulé « Loft Raider » dont l'objectif est de libérer les jeunes otages volontaires enfermés dans les studios de la chaîne. L'initiative n'est guère goûtée par les dirigeants de cette dernière, qu'un contingent important de forces policières aide à préserver les intérêts pécuniaires (assurés également par l'entreprise publique France Telecom qui sponsorise l'émission). Au mois de mai 2001, Zaléa TV participe aux premiers États-généraux du Tiers Secteur Audiovisuel organisés à Tours, qui mettent notamment à jour les divergences de conception au sein de ces derniers. Quelques mois plus tard, le CSA décide d'interrompre l'autorisation d'émettre de l'ensemble des chaînes télévisées associatives durant tout le semestre précédant l'élection présidentielle de 2002, usant de justifications peu convaincantes, notamment quand il s'agit de comparer ce traitement à celui réservé aux stations de radio, et surtout aux chaînes commerciales (on se souvient du rôle supposé qu'a joué la publicisation du thème de l' « insécurité » dans la réélection de Jacques Chirac à l'Elysée... 3. S'ensuit un chassé-croisé entre Zaléa TV et le CSA, qui menace de saisir son matériel après qu'elle est enfreint l'interdiction, puis lorsque la chaîne se déclare candidate à une fréquence nationale de la future Télévision Numérique Terrestre (TNT), qu'elle n'obtiendra pas, comme du reste aucune autre télévision associative, malgré les discours de Dominique Baudis, alors président du CSA, déclarant rechercher « l'égalité absolue entre tout le monde » et faire preuve « d'impartialité et d'équité ». Encore un qui n'avait pas dû lire (ou alors au contraire avait trop bien lu) George Orwell.

  • 4 la chaîne étant désormais basée dans un local situé dans une maison désaffectée située près de la s (...)
  • 5 Voir Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Raisons d'Agir, 1996
  • 6 Sur ces contradictions, voir notamment le dossier « Critiquer les médias » de la revue Mouvements ( (...)

3Entre émissions pirate et solutions de fortune (au sens propre du terme), la chaîne a donc poursuivi son aventure jusqu'en 2007, où elle cesse définitivement ses émissions après un nouveau rejet du CSA pour l'obtention d'un canal hertzien régional en Ile-de-France 4. Lieu d'expériences télévisuelles (pour le meilleur et pour le pire !), la chaîne se voulait à la fois un média alternatif, proposant un espace de paroles à diverses associations du « mouvement social », invitées à contribuer activement à ses programmes récurrents comme « L'actu par derrière », et en suivant les manifestations non montrées ailleurs, mais aussi un lieu de critique interne des médias, télévision en tête. Une grand part de son temps d'antenne était ainsi consacré au décryptage d'articles de presse ou d'extraits d'émissions de la télévision publico-commerciale. Le tout dans une veine bourdieusienne, consistant à mettre à jour à la fois les structures invisibles formatant l'espace des prises de parole possible et la « circulation circulaire » de l'information qui en résulte 5. Dans les deux cas, on aperçoit cependant les limites et contradictions inhérentes aux deux genres : la tension entre la spontanéité inventive de l'amateurisme et la nécessité de maîtriser un savoir-faire technique, mais bridant, et surtout de l'opportunité de critiquer les médias, ici la télévision en particulier, en étant un média 6.

  • 7 Voir à ce sujet, Nacira Guénif-Souleimas, Les féministes et le garçon arabe, Paris, L'Aube, 2004
  • 8 Comme « Pas vu, pas pris » (1998), « Enfin pris » (2002) ou « Fin de concession » (2010)

4Le coffret est également constitué du « Zalzap », un montage en 1h20 des (supposés) meilleurs moments de la chaîne, dans laquelle on peut voir une conception alternative des débats à celle des « grandes » chaînes (on voit ainsi des jeunes de classes populaires confrontés à une jeune animatrice sur la question du viol, ou à un militant homosexuel – même si cela n'est pas sans conforter certains stéréotypes sur le machisme de ces derniers 7), ou une intelligente mise en évidence de la généralisation de l'emploi de la conjugaison au conditionnel par les journalistes, alors que « le conditionnel, surtout en temps de guerre, il conditionne ». « Aux chiottes le CSA » est quant à lui un pamphlet court et peu poli (c'est un euphémisme) à l'égard des membres d'alors du CSA, mettant en lumière les collusions de chacun avec les dirigeants politiques de l'époque, à l'instar des films de Pierre Carles 8, et le « Zalzob », cours d'éducation sexuelle, aussi (souvent) drôles que peu conventionnels.

5Ces films permettent également d'illustrer d'autres thèmes, comme la place apparemment croissante de l'humour et de la dérision dans le répertoire d'actions des mouvements sociaux contemporains (comme l'illustrent entre autres le collectif « Sauvons les riches », le (drolatique) site « Brave Patrie » ou les fausses « manifs de droite » en France, ou la campagne antinationaliste « Pink Rabbit » menée en 2009-2010 par les membres berlinois de l'association "Naturfreunde" outre-Rhin. Reste que cette forme de protestation implique également la détention d'un certain capital culturel qui en restreint l'accès. Ce qui peut nous amener à regretter de ne pas avoir d'informations dans ces films sur la trajectoire sociale des principaux animateurs du collectif, ni même sur son fonctionnement concret. Il n'en reste pas moins que si le projet de cette chaîne « associative, non-marchande, citoyenne à but non-lucratif » a (temporairement) échoué, son évocation dans ce coffret contribue à s'interroger de nouveau sur la détention et la mission des médias, dont on ne soulignera jamais assez la concentration dans notre pays 9, comme en d'autres, et les biais très problématiques que celle-ci entraîne 10.

Haut de page

Notes

1 Dans la perspective, de Pierre Bourdieu, on parlera d'espace plutôt que de champ pour souligner l'hétéronomie de celui-ci vis-à-vis des champs politique et économique, à l'instar de l'« espace des mouvements sociaux ». Voir Lilian Mathieu, « L'espace des mouvements sociaux », Politix , n° 77, 2007, pp. 131-153

2 Association issue, avec Ecrans d'arrêt » de la dissolution de Zaléa TV en 2007 et qui se revendique du « dispositisme ». Voir le blog (assez drôle) « Démerdez-vous »

3 Sur cette question, voir le « docu-fiction » de William Karel, Poison d'avril, et pour une mise en perspective, Laurent Bonelli, La France a peur, Paris, La Découverte, 2008)

4 la chaîne étant désormais basée dans un local situé dans une maison désaffectée située près de la station Stalingrad sur d'anciens terrains de la SNCF alors mise à disposition par cette société avant d'être récemment récupérés par la Mairie de Paris pour aménager les « jardins Eole » et contribuer ainsi à la gentrification de cette partie du nord-ouest de la capitale...

5 Voir Pierre Bourdieu, Sur la télévision, Paris, Raisons d'Agir, 1996

6 Sur ces contradictions, voir notamment le dossier « Critiquer les médias » de la revue Mouvements (n°61 Paris, La Découverte, 2010)

7 Voir à ce sujet, Nacira Guénif-Souleimas, Les féministes et le garçon arabe, Paris, L'Aube, 2004

8 Comme « Pas vu, pas pris » (1998), « Enfin pris » (2002) ou « Fin de concession » (2010)

9 Voir l'analyse qu'en faisait en 2004 l'Observatoire français des médias – le constat n'est guère allé en s'améliorant depuis...

10 Pour une veille salutaire en la matière, voir le site de l'association Acrimed (Action-critique-médias)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Quand Zalea mettait le feu au PAF... », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 février 2011, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1289

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Professeur agrégé (PRAG) en sciences économiques et sociales à l’Université Lille-1, et rédacteur en chef du site Agora / Sciences sociales. Igor Martinache est membre du comité de rédaction de Lectures.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page