Navigation – Plan du site

Céline Jouin, Le retour de la guerre juste

Xenophon Tenezakis
Le retour de la guerre juste
Céline Jouin, Le retour de la guerre juste. Droit international, épistémologie et idéologie chez Carl Schmitt, Vrin, coll. « Contextes », 2013, 375 p., ISBN : 978-2-7116-2380-8.
Haut de page

Texte intégral

1 Cet ouvrage, rédigé à partir d’une thèse soutenue en 2009 à l’Université de Rennes, a le mérite de nuancer l’image qu’on peut avoir de la pensée de Carl Schmitt, et notamment de sa théorie du droit international. Oui, Carl Schmitt s’est engagé en faveur du nazisme ; oui, c’est un théoricien aux valeurs profondément conservatrices. Mais cela n’implique pas pour autant que sa pensée elle-même soit conservatrice, au sens où elle se complairait dans le passé et le regret du temps de la toute-puissance de l’Etat souverain, ou dans le spiritualisme en vogue à son époque. L’originalité principale du livre de Céline Jouin consiste ainsi à souligner les multiples emprunts et références implicites ou explicites de Schmitt à la théorie marxiste de l’impérialisme.

2 L’exposé, érudit, et solidement étayé sur un usage intensif de sources allemandes, démarre par une approche historique de l’état de la discipline du droit international dans l’Allemagne du début du XXe siècle. Cette histoire montre que les prises de position de Schmitt à l’époque ont été tributaires de contraintes idéologiques fortes. Paradoxalement, la discipline du droit international en Allemagne s’est développée avant tout comme une critique de ce droit : les juristes allemands de l’époque ont commencé à étudier le droit international en vue d’une critique du diktat que représente le traité de Versailles comme négation de la souveraineté étatique. Dans ce contexte, Schmitt se serait lui-même senti obligé d’effacer ou de minimiser ses références aux penseurs du marxisme, et plus particulièrement aux théories de l’impérialisme de Lénine et de Rosa Luxembourg – et cela en raison de l’évidente disgrâce de ces auteurs dans l’idéologie spiritualiste, inspirée notamment par Ranke, en contradiction totale avec le marxisme.

3 Il faudrait donc distinguer les valeurs politiques que défend Schmitt, qui sont éminemment conservatrices et anti-libérales, de son épistémologie – constituée par les points d’accroche et la méthode qui fondent ses analyses – qui elle serait à la fois nominaliste et matérialiste. Elle relève du nominalisme, cette doctrine philosophique qui refuse l’existence des universaux en dehors de l’esprit humain – mais un nominalisme a dans un premier temps une portée restreinte. Il consiste en une proximité de Schmitt avec Guillaume d’Occam et Pascal, par exemple lorsque Schmitt affirme la possibilité d’une contradiction entre la théorie (la norme) et les moyens de sa mise en œuvre dans le réel (la dictature), dans le cadre de sa doctrine décisionniste. Rappelons que celle-ci consiste en ce que la condition de l’effectivité d’un ordre juridique ne serait pas une norme suprême, mais une décision souveraine, personnelle. D’autre part, l’épistémologie de Schmitt est matérialiste, en un sens dialectique, car il ne s’appuie pas dans son argumentation sur une prétendue opposition des nations en tant que forces irrationnelles existant au-delà de leurs déterminations historiques et contingentes, mais au contraire sur les oppositions concrètes qu’on peut déceler dans le réel. L’analyse du régime d’écriture du Nomos de la terre témoigne aussi de ce matérialisme, comme refus de Schmitt de voir dans les systèmes théoriques propres à chaque auteur des sources de vérité ; ce sont les problèmes concrets sous-jacents qui priment. On peut donc déceler plusieurs périodes dans sa pensée : une période précédant la Seconde Guerre mondiale, où il s’est focalisé sur une critique du droit international dans son existence même au profit de la défense de la souveraineté de l’Etat ; et une autre qui démarre en 1937. Il abandonne alors progressivement son refus radical du droit international et tente plutôt de saisir les conséquences du développement de ce droit, afin d’élaborer un concept politique alternatif à l’Etat souverain, dont il reconnaît qu’il n’est plus pertinent pour comprendre l’ordre international. Cette recherche aboutit à la théorie des grands espaces (explicitée en particulier dans une conférence de 1941), dont l’héritage funeste est d’avoir justifié l’impérialisme allemand. Cette inflexion se poursuit en se transformant après la guerre.

4 La théorie du droit international dans le Nomos, publié en 1950, tend à montrer que les traités coloniaux et plus généralement le droit colonial doivent être vus comme une rationalisation et un habillage légal, par la catégorie juridique de l’appropriation issue du droit privé, de rapines et de conquêtes violentes. C’est ici que les catégories marxistes de critique du libéralisme trouvent toute leur utilité : elles permettent de montrer que les concepts abstraits du droit n’ont pas une influence sur le réel par eux-mêmes mais ont un aspect idéologique, de légitimation de rapports de pouvoir et de domination.

5Dans le détail, Céline Jouin explique par exemple que la critique par Schmitt du théologien et juriste Vitoria comme théoricien du concept de guerre juste est orientée, et doit être comprise à partir de ces outils marxistes. Cette critique trouve la plénitude de son sens dans l’examen du retour du concept de guerre juste au XXe siècle dans une forme sécularisée, déthéologisée. Elle apparaît alors comme un moyen, en initiant la guerre à partir d’une cause juste, de criminaliser, déshumaniser l’ennemi, et de justifier l’emploi de ressources extrêmes à son encontre. Cela s’accompagne par le rappel par l’auteur, utile pour le présent, de la conception véritable de la guerre juste au Moyen-Âge : une telle guerre ne doit pas seulement partir d’une cause légitime, mais doit aussi s’exercer avec des moyens limités. Elle ne peut être qu’un ultime recours, et doit partir d’intention droite. La guerre juste au sens plein ne se réduit donc pas à l’idée d’une justification des moyens par une fin, quelle que soit la légitimité de celle-ci. Ces constats ne vont pas sans une mise en lumière des paradoxes d’un penseur foncièrement polémique qui dans un premier temps critique le droit international au nom de la souveraineté, et qui au contraire après la Seconde Guerre mondiale fait valoir ce même droit pour défendre l’intégrité politique allemande face aux Alliés. Il n’en demeure pas moins que le livre de Céline Jouin témoigne de l’actualité et de la fécondité des idées de Schmitt comme théoricien du conflit et du droit, et son utilité pour penser notre présent et déconstruire toute légitimation juridique de l’usage de la force.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xenophon Tenezakis, « Céline Jouin, Le retour de la guerre juste  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 04 décembre 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12900

Haut de page

Rédacteur

Xenophon Tenezakis

Etudiant en Master 2 de sciences politiques à l’ENS de Lyon, Diplomé de philosophie et de sciences-po Strasbourg.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page