Navigation – Plan du site

Ludovic Halbert, L'avantage métropolitain

Martial Cavatz
L'avantage métropolitain
Ludovic Halbert, L'avantage métropolitain, PUF, coll. « La ville en débat », 2010, 144 p., EAN : 9782130581499.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur ce sujet, voir Jean-Claude Daumas, "Districts industriels : du concept à l’histoire", numéro sp (...)
  • 2 Sur les liens entre tertiaire et secondaire et pour réévaluer les spécificités du premier voir : Hu (...)
  • 3 Keynes écrivait ainsi : « il ne faut pas exagérer l’importance du problème économique, il ne faut p (...)

1Ouvrage de synthèse mais aussi ouvrage de parti pris. L’auteur revendique dans son avant-propos cette position normative et son rattachement à un courant particulier, celui de l’économie territoriale. Toutefois ce parti est entouré de prudence sémantique comme en témoigne l’emploi d’expressions du type : « je partage l’idée » (p.14), « je ne le crois pas » (p. 43), « je fais l’hypothèse » (p. 61, p.98), « je ne partage pas l’idée » (p.81), « je défends la thèse » (p.101.), etc. Ce type de formulations montre bien au lecteur qu’à de nombreux endroits, ce qu’exprime l’auteur ne sont que des hypothèses, et qu’il n’y a pas encore de vérité stabilisée sur plusieurs points abordés par l’ouvrage. Une telle honnêteté est à porter au crédit de l’auteur. Les métropoles occupent une place particulière dans l’économie, elles sont le lieu où se produit le plus de richesse. Une fois ce constat posé, Ludovic Halbert décompose son propos en trois temps : il critique d’abord les analyses qui sont faites de la réussite des métropoles ; il présente ensuite ce qui fait, selon lui, leur avantage et, enfin ; il indique les conclusions à tirer pour les politiques urbaines. La première partie est une critique de la notion de « ville d’exception » qui incite les métropoles à favoriser les activités à forte valeur ajoutée. Cette notion se décline en trois archétypes : la « ville globale », la « technopole », la « métropole créative ». Toutes trois sont marquées par un biais économiciste qui les amène à supposer que l’avantage économique des métropoles serait lié à une activité particulière, pour le dire vite celle liée à l’économie de la connaissance. Or, lorsque l’on s’intéresse à la population active employée dans ce secteur, on se rend compte qu'elle est relativement faible. Elle serait à peine de 15 % dans le cas parisien. Pour autant, ces schémas d’analyse ont des conséquences sur les politiques urbaines qui sont clairement identifiables. Acteurs publics et privés sont tentés de tout faire pour attirer ces activités spécifiques. Cela passe aussi bien par la communication que par un profond remodelage de l’espace urbain. L’installation de nouvelles infrastructures à « haut niveau » a un coût que ne peuvent supporter les pouvoirs publics. La finance prend alors le relais et trouve là une source de revenus réguliers et fiables. Le résultat de cette politique est loin d’être satisfaisant si l’on tient compte de ce que les économistes appellent pudiquement les « externalités négatives » : aggravation de la grande pauvreté, impact écologique non négligeable. Ces conséquences négatives et la découverte qu’il existe d’autres modèles de développement (les districts industriels1 par exemple) ont fait émerger, depuis la fin des années 1980 un courant de pensée critique de cette forme de métropolisation. Si la notion de « ville d’exception » est hautement critiquable, reste à savoir ce qui fait l’avantage métropolitain : c’est l’objet de la deuxième partie. En fait, cet avantage est lié à un ensemble de facteurs, l’exemple des clusters le montre bien. Au lieu de voir ceux-ci comme l’élément moteur du développement économique, on peut se demander pourquoi ils trouvent leur plein épanouissement dans les métropoles plus qu’ailleurs. Ils apparaissent alors comme les révélateurs des qualités des territoires métropolitains : diversité des secteurs d’activités et des fonctions économiques présents sur un même territoire. Mais cette diversité pour être opérante doit trouver des intermédiaires qui connectent ces différentes fonctions entre elles, ce que l’auteur appelle des « gardes barrières métropolitains ». Toutefois, dans une économie mondialisée, il importe de ne pas limiter les métropoles à leur territoire car la capacité qui est la leur à mobiliser des ressources à distance s’avère cruciale. Elles doivent cette capacité à trois caractéristiques essentielles : la connectivité (transports et télécommunications), une population cosmopolite (ce qui favorise les échanges avec les pays d’origines) et la présence d’acteurs économiques pour qui il est vital d’aller chercher des ressources ailleurs. Si la deuxième partie laissait déjà apparaitre quelques pistes quant aux choix politiques qui doivent être faits dans les politiques publiques, la troisième expose clairement les solutions que l’auteur propose. Exercice particulièrement difficile compte tenu de la taille de l’ouvrage, mais l’idée essentielle est bien de refuser les politiques qui ne privilégieraient que certains secteurs au profit d’une économie s’appuyant sur la diversité et la connectivité de ressources multilocalisées. Ludovic Halbert revient d’abord sur le mythe de la déterritorialisation qui ne verrait que des métropoles communiquant entre elles au détriment des régions voisines, les recherches récentes montrant, au contraire, que le développement des métropoles bénéficie à leur environnement immédiat (villes proches, régions). C’est cette double connexion à l’espace local et mondial qui fait leur efficacité économique que l’on doit renforcer afin de permettre ainsi le développement de zones qui dans un premier temps ont été oubliées. Dans le cas français cela conduit à envisager le pays comme une grande métropole drainée par Paris du développement duquel les métropoles régionales doivent pouvoir bénéficier et le restituer ensuite au reste du territoire. Au sein des métropoles, les politiques urbaines doivent favoriser les rencontres et éviter les stratégies d’évitement. Par conséquent, il importe que les populations puissent se rencontrer dans des lieux qui favorisent les échanges (comme la Cantine à Paris), de projets qui les dynamisent (manifestations culturelles). Le tournant sociétal auquel appelle l’auteur à la toute fin de son ouvrage est moins concluant : s’appuyant sur l’idée qu’il existerait un nouveau modèle d’innovation lié au développement de l’économie des services, il n’en précise pas l’importance, ce qui limite grandement les conclusions qui peuvent en être tirées2. L’auteur tend à défendre qu’un développement plus respectueux et harmonieux est bénéfique d’un point de vue économique. Basé dans sa dernière partie essentiellement sur des exemples venant du monde de la culture (son terrain de recherche), on pourrait lui reprocher son optimisme car il n’est pas certain que cela s’applique à d’autres secteurs économiques et que toutes les mixités de population aient -hélas- la même valeur économique. On pourrait même aller plus loin et prétendre qu’il faut parfois oser s’extraire des critères économiques –ce que fait en partie l’ouvrage- et ne pas craindre de revendiquer de s’y opposer parfois au nom d’une société urbaine plus harmonieuse, meilleure manière de sortir de l’économicisme que l’auteur reproche à la « ville d’exception ». Ramener comme disait Keynes l’économie au second plan3. Cette critique est toute relative tant il importe de signaler cet ouvrage qui s’illustre tant par la clarté de l’écriture, que par le souci d’appuyer chaque proposition sur des exemples empiriques. Historiens, géographes, économistes, sociologues y trouveront de quoi alimenter utilement leur réflexion sur les métropoles.

Haut de page

Notes

1 Sur ce sujet, voir Jean-Claude Daumas, "Districts industriels : du concept à l’histoire", numéro spécial de la Revue Economique, « Où va l’histoire des entreprises ? », n° 1, janvier 2007, p.131-152.

2 Sur les liens entre tertiaire et secondaire et pour réévaluer les spécificités du premier voir : Hubert Bonin, « Tertiaire et histoire économique : quelques mises au point sur la fonction des services dans la croissance », Historiens & Géographes, n°378, mai 2002, p.203-218

3 Keynes écrivait ainsi : « il ne faut pas exagérer l’importance du problème économique, il ne faut pas sacrifier à ses nécessités supposées d’autres affaires d’une portée plus grande et plus permanente », cité in Pascal Combemale, Introduction à Keynes, Paris, La Découverte, Repères, 2003, p.5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martial Cavatz, « Ludovic Halbert, L'avantage métropolitain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 24 février 2011, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1293

Haut de page

Rédacteur

Martial Cavatz

Doctorant en histoire économique, Laboratoire des Sciences Historiques EA 2273, Université de Franche-Comté.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page