Navigation – Plan du site

Saint-Just, Rendre le peuple heureux. Rapports et décrets de ventôse – Institutions républicaines

Patrick Cotelette
Rendre le peuple heureux
Saint-Just, Rendre le peuple heureux. Rapports et décrets de ventôse – Institutions républicaines, Paris, La Fabrique, 2013, 104 p., Texte présenté et établi par Pierre-Yves Glasser et Anne Quennedey, ISBN : 978-2-35872-051-9.
Haut de page

Texte intégral

1Aux côtés de Robespierre, Danton et Marat, Saint-Just fait partie des personnalités les plus emblématiques de la courte Révolution Française, d’une part en raison de son rôle d’orateur pour la République naissante, d’autre part en raison de son nom évocateur à lui seul de tout l’idéal de justice porté par les Révolutionnaires. Reste que, derrière l’emblème, tout une variété de réalités peuvent exister, et seul le détour par la biographie des personnalités ou la lecture de leurs écrits permet de soulever le voile des apparences. Avec Rendre le peuple heureux, compilation de deux rapports prononcés par Saint-Just à la Convention Nationale et de son Projet d’institutions – ici réorganisé -, les éditions La Fabrique proposent de revenir aux propositions concrètes des Montagnards durant l’année 1794 pour permettre d’en saisir l’esprit.

  • 1 « Nous avons un gouvernement ; nous avons ce lieu commun de l’Europe qui consiste dans ces pouvoirs (...)

2Pour comprendre ces textes, il est nécessaire de faire un rapide rappel historique. Suite aux premiers effets de la Révolution en 1789, il fallut attendre 1792 pour que la Première République apparaisse et l’exécution de Louis XVI le 21 janvier 1793 symbolisa l’abolition officielle de la monarchie constitutionnelle en France. Afin d’appuyer ce passage de la monarchie à la démocratie, les Révolutionnaires français siégeant à la Convention Nationale (1792-1795) amplifièrent et durcirent les mesures prises par l’Assemblée Nationale Constituante (1789-1791) et l’Assemblée Législative (1791-1792) pour renforcer la République naissante aux prises avec une guerre civile et une guerre avec les puissances monarchiques étrangères. Les propositions de Saint-Just lisibles ici s’inscrivent dans cette tentative de donner « une âme » à la République1 et participent de la logique politique de la Terreur (1793-1794) consistant à faire muter les comportements des citoyens vers plus de vertu collective. En effet, puisque le « but est de créer un ordre des choses tel qu’une pente universelle vers le bien s’établisse » (page 36, nous soulignons), il s’agit par ces institutions de trouver les règles de vie en collectivité qui permettent à tous les citoyens de tendre vers un état où il n’existe « plus un malheureux ou un oppresseur sur le territoire français » (page 48). Lire aujourd’hui ces textes est ainsi le moyen de comprendre, du temps des Révolutionnaires, quelles règles de vie collective étaient envisagées pour assurer la félicité à l’ensemble de la population par la disparition tant de l’opprimé que de l’oppresseur.

  • 2 Ces dernières sont à la différence des garçons éduquées uniquement par leur famille et n’ont donc p (...)
  • 3 « Les institutions ont pour objet de […] forcer les magistrats et la jeunesse à la vertu ; de donne (...)
  • 4 « La garantie du citoyen contre le pouvoir devrait être en lui-même » (page 55). « Il faut substitu (...)
  • 5 C’est à ce titre que l’on peut dire que la Terreur des Montagnards constitue une politique totalita (...)

3Même si certaines des propositions de Saint-Just sont alors profondément marquées par le contexte social, historique et politique de l’époque, comme en attestent le cantonnement des femmes au rôle domestique2 ou l’intransigeance face aux prisonniers politiques, on peut reconnaître leur grande cohérence logique et politique. Puisque l’objectif est d’obtenir des hommes vertueux3 et résistants face à l’injustice4, ni oppresseur ni opprimé, Saint-Just énonce tout un ensemble de principes juridiques visant à assurer une éducation nouvelle ainsi qu’un contrôle social institué permettant d’assurer la défense de l’intérêt général plutôt que de l’intérêt particulier5. Du côté de l’éducation, on constate ainsi qu’une des mesures principales consiste à faire éduquer les enfants (garçons) uniquement par la patrie de l’âge de 5 ans à l’âge de 16 ans en leur donnant pour simple vêtement de la toile. Plutôt que de laisser les familles créer de l’inégalité entre les hommes, l’objectif des institutions est ici de les faire vivre ensemble sans intérêt familial particulier pour développer leur sens de l’intérêt général. Dans leur éducation, on constate également que Saint-Just préconise de leur apprendre à travailler la terre et à se servir des armes, le citoyen accompli devant ainsi être capable de nourrir la collectivité et la défendre. Du côté du contrôle social, on peut remarquer que Saint-Just cherche à inventer des mécanismes sociaux simples pour forcer les individus à la vertu. Pour contrebalancer la domination implicite que constitue le rôle domestique des femmes, Saint-Just propose simplement la punition de mort pour tout homme qui frappe une femme. Tout meurtrier doit s’habiller durant sa vie entière de noir, le rendant visible aux yeux de la collectivité et pour faire de la honte publique une partie du châtiment. Tout propriétaire de la terre doit nécessairement être laboureur, pour éviter l’exploitation de l’homme par l’homme. « En mémoire de l’égalité humaine » (page 81), si un même village comporte un homme jeune et riche et une jeune fille pauvre, ils doivent s’épouser si le vote public y consent. Dans le même ordre d’idées, le rôle juridique fort donné à l’amitié est notable. Tout citoyen doit déclarer chaque année devant un tribunal public ceux qui sont ses amis, et celui qui déclare ne pas croire en l’amitié ou n’a pas d’amis est banni. L’ami a pour fonction de servir de témoin lors de la signature des contrats (sans quoi ces derniers sont invalides) et lors des procès et celui qui brise une amitié doit justifier pourquoi. Si un ami est puni pour un acte contraire aux lois collectives, l’individu est puni de même pour n’avoir pas su le conduire au respect des règles. La défense de l’intérêt collectif conduit de même Saint-Just à concevoir l’existence d’un « domaine public » constitué d’un prélèvement sur les successions afin d’assurer à tous – et de façon très moderne – une égalité des chances.

4La lecture de ces différentes propositions permet ainsi de saisir l’état d’esprit des Révolutionnaires et leur manière d’envisager les réformes collectives envisageables pour obtenir une pleine et entière République, tant dans le gouvernement que dans la société civile. Même si on ne peut les prendre au pied de la lettre – notre contexte social étant bien différent de celui de 1794 et certaines mesures existant de fait aujourd'hui -, elles constituent un exemple politique pour tous ceux qui cherchent à inventer de nouvelles règles de vie en collectivité et de nouveaux moyens d’accomplir l’idéal révolutionnaire : liberté, égalité, fraternité. Reste à inventer ces nouvelles règles de vie en collectivité qui permettraient d’atteindre cet idéal : Saint-Just, où es-tu ?

Haut de page

Notes

1 « Nous avons un gouvernement ; nous avons ce lieu commun de l’Europe qui consiste dans ces pouvoirs et une administration publique ; les institutions, qui sont l’âme de la République, nous manquent » (page 27).

2 Ces dernières sont à la différence des garçons éduquées uniquement par leur famille et n’ont donc pas l’obligation d’apprendre « à lire, à écrire, à nager » (page 61) et ne bénéficient pas de dix à seize ans d’une éducation « militaire et agricole » (page 61).

3 « Les institutions ont pour objet de […] forcer les magistrats et la jeunesse à la vertu ; de donner du courage et de la frugalité aux hommes ; de les rendre justes et sensibles » etc. (page 53).

4 « La garantie du citoyen contre le pouvoir devrait être en lui-même » (page 55). « Il faut substituer, par les institutions, la force et la justice inflexible des lois à l’influence personnelle » (page 56).

5 C’est à ce titre que l’on peut dire que la Terreur des Montagnards constitue une politique totalitariste en ce sens qu’elle vise à créer un « homme nouveau ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Saint-Just, Rendre le peuple heureux. Rapports et décrets de ventôse – Institutions républicaines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 11 décembre 2013, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12971

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page