Navigation – Plan du site
Noire Finance

Noire Finance

Jean-Michel Meurice, Fabrizio Calvi, Noire Finance, Éditions Montparnasse, 2013.
Notice publiée le 11 décembre 2013

Présentation de l'éditeur

Pourquoi faut-il donner de l’argent public aux banques privées en faillite ? C’est par cette question sans ambiguïté que s’ouvre ce passionnant documentaire qui, pendant plus de deux heures, nous entraîne dans les arcanes d’un système financier devenu incontrôlable. Y répondre n’était pas gagné d’avance, tant est opaque l’univers de la finance. Mais Jean-Michel Meurice et Fabrizio Calvi (déjà coauteurs pour ARTE de Série noire au Crédit Lyonnais et de ELF : les chasses au trésor) nous ont habitués depuis longtemps à traiter sous une forme accessible des dossiers complexes. Noire finance s’inscrit dans cette veine : un montage très éclairant de propos de spécialistes, émaillé de scènes d’animation, retrace l’histoire politique des déréglementations qui ont abouti à la financiarisation de l’économie mondiale, au profit d’une spéculation criminelle.

Les intervenants délivrent un cours magistral et s’attachent à partager de manière simple leurs connaissances pointues des marchés. On retrouve ainsi de nombreux acteurs de la finance (Guillaume Hannezo, associé gérant de Rothschild et Cie, ancien conseiller technique au cabinet de Pierre Bérégovoy, puis conseiller économique à l’Elysée sous François Mitterrand ; Jean-François Hénin, surnommé dans les années 80 le « Mozart de la finance » ; Jean Peyrelevade, ancien dirigeant de grandes entreprises françaises telles que Suez, le Crédit Lyonnais)…
Mais aussi de grands spécialistes du monde économique (Michel Aglietta, membre du Haut Conseil des Finances Publiques, professeur de macroéconomie à HEC ; Jean-François Gayraud, commissaire divisionnaire de la police nationale, dont les travaux portent sur l'articulation entre phénomènes criminels et crises financières ; Paul Jorion, chercheur en sciences sociales, ancien trader et spécialiste de la formation des prix pour le milieu bancaire américain), ou encore des journalistes économiques (Michael Sauga ; Ursula Weidenfeld…).

Partie 1 – La Grande pompe à phynances – 1h12

Dans ce premier volet, les auteurs remontent au fameux jeudi noir d'octobre 1929 à Wall Street, pour montrer comment une crise boursière se transforme en crise bancaire, qui elle-même se développe en crise économique mondiale. Des « barons voleurs » d'hier aux golden boys des années Tapie, des accords de Bretton Woods à la création de l'euro, il retrace ensuite les différentes étapes qui ont conduit à la libéralisation des flux financiers. Assurances, produits dérivés, fonds spéculatifs (hedge funds)... : les dispositifs techniques se succèdent pour accroître les profits, augmentant toujours plus le risque et la fraude systémiques.
 

Partie 2 – Le Bal des vautours – 1h07

Le second volet montre comment, à travers l'éclatement de la bulle immobilière et la crise des subprimes des années 2000, le « piège à pauvres » s'est refermé. Il décortique les rouages de la « machine à dette » et expose avec clarté les logiques boursières qui ont mené à la crise mondiale actuelle. Dénonçant l'impunité des « banksters » et leur emprise sur la classe politique occidentale (aux États-Unis, on parle même d'un « gouvernement Goldman Sachs »), les réalisateurs concluent leur enquête sur un chiffre éloquent : les principaux dirigeants financiers mondiaux totalisent 95 milliards de dollars de salaire alors qu'ils ont accumulé 1 000 milliards de perte...

[2012 – 139 min (2 parties) – Diffusé sur ARTE le 2 octobre 2012 – Une production Zadig Productions]

Haut de page