Navigation – Plan du site

Jacques Faget, Sociologie de la délinquance et de la justice pénale

Lionel Francou
Sociologie de la délinquance et de la justice pénale
Jacques Faget, Sociologie de la délinquance et de la justice pénale, Toulouse, Erès, 2013, 245 p., 1ère éd. 2002, édition revue et actualisée, ISBN : 978-2-7492-3871-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Directeur de recherche au CNRS (centre Emile-Durkheim) et enseignant à Sciences Po Bordeaux, J. Fag (...)

1Bien que l’on ait affaire ici à la troisième édition de ce livre, il ne s’agit pas d’une simple réédition. En plus d’avoir été mise à jour, elle a été avantageusement augmentée, tant en volume qu’en profondeur. Cet ouvrage de synthèse est divisé en deux grandes parties : l’une relative à la sociologie de la délinquance et l’autre à la sociologie de la justice pénale. Cette structure, déjà présente dans les éditions précédentes, est étoffée par l’ajout d’un chapitre dédié aux théories de la domination, que l’auteur n’avait pas intégrées jusqu’à présent, et par l’important développement de la partie relative à la justice pénale. Le fil rouge déroulé par Jacques Faget1 présente les grandes théories sociologiques et criminologiques qui ont marqué ce champ d’études et leurs influences et oppositions réciproques. La clarté du propos et sa nature pédagogique font de ce livre un objet à mettre entre toutes les mains. Cet état des lieux de la connaissance sociocriminologique s’avérera utile, tant pour les étudiants que pour les acteurs de terrain, de par les clés qu’il offre pour démystifier cet univers.

2L’auteur retrace le développement des travaux sociologiques relatifs à la délinquance et à la justice pénale, en tenant compte de la chronologie des événements depuis plus d’un siècle. On y découvre leur histoire, leurs précurseurs, leurs auteurs, théories et concepts majeurs, mais aussi leur institutionnalisation progressive, les prédominances successives de certaines théories sur d’autres, et les défis récents auxquels la discipline doit faire face. Il s’agit d’un voyage au sein de cette « discipline métissée », d’un « domaine de réflexion à géométrie variable » au croisement de quatre types de sociologie (sociologie de la déviance, sociologie du droit, sociologie politique et sociologie des organisations).

3Dans la première partie de l’ouvrage, consacrée à la sociologie de la délinquance, l’auteur identifie cinq courants de pensée ou paradigmes influents : les théories culturalistes, de la tension, du contrôle, de la réaction sociale et de la domination. Ces théories s’intéressent à des processus micro, méso ou macrosociaux et l’individu est vu tantôt « comme acteur responsable exerçant un libre choix dans le cadre de contraintes contextuelles qu’il rencontre (liberté) », tantôt comme un être influencé, voire déterminé, par des mécanismes externes qu’il subit. L’auteur souligne qu’il n’est pas possible de construire une théorie intégrative articulant tous ces travaux et qu’on ne s’y risque d’ailleurs plus aujourd’hui.

4Tandis que les théories culturalistes, ici abordées en grande partie à partir des travaux de l’École de Chicago, se focalisent sur « l’analyse des chocs culturels » et de la désorganisation sociale concomitante susceptibles de déboucher sur des comportements délinquants, les théories de la tension considèrent que le passage à l’acte d’un individu s’explique par l’appartenance de cet individu à un milieu favorisant la délinquance, et par l’existence de désirs entravés, inaccessibles autrement. Dans la perspective rationaliste des théories du contrôle, la transgression est vue comme naturelle et c’est le contrôle social qui peut la contrecarrer. Pourtant, l’acte délinquant ne peut pas être réduit à un « calcul savamment élaboré ». Suivent les théories de la réaction sociale, dont l’interactionnisme symbolique et l’ethnométhodologie, selon lesquelles « la délinquance n’est pas un “type social naturel” mais le produit d’une négociation sociale ». Quant aux théories de la domination, il s’agit d’une « criminologie militante » qui souhaite « replacer la question criminelle dans le cadre général du capitalisme et du système néolibéral ». L’auteur aborde enfin les sociologies du crime et de la violence, qu’il présente comme étant caractéristiques de la recherche sociocriminologique contemporaine.

5Dans la seconde partie de l’ouvrage portant sur la sociologie de la justice pénale, trois niveaux d’analyse sont considérés : les politiques pénales et l’incrimination ; le système pénal et le travail judiciaire ; les conséquences de l’activité pénale.

6La production normative, loin d’être la création d’un législateur impersonnel, dépend de plusieurs facteurs tels que les idéologies politiques (dont la « doxa néolibérale » qui a pris une ampleur considérable), le « temps politique » qui précipite les décisions, l’influence des experts, etc. Les normes cumulent ainsi des fonctions instrumentales et symboliques. On observe l’État « surinvestir son rôle punitif et protecteur » à défaut d’avoir prise sur des enjeux socio-économiques. De plus, on attend des individus qu’ils prennent toujours plus de responsabilités, alors même que les « clients » de la justice sont bien mal armés pour relever ce défi.

7La justice, qui semble prisonnière de son passé, refuserait d’adapter son modèle à une société toujours changeante, voudrait garder la main sur la résolution de tous les conflits, distribuant la punition à tour de bras, alors que d’autres approches pourraient s’avérer plus adaptés et profitables au plan social. Car, au quotidien, et ce n’est bénéfique pour personne, l’institution se retrouve contrainte de mettre en œuvre une « logique administrative routinisée », tentant tant bien que mal de traiter un maximum de dossiers en leur appliquant un traitement standardisé. On assiste ainsi à la collision entre une rationalité juridique abstraite et une rationalité managériale.

8À la punition du délinquant se substitue la prise en compte du risque que représente l’individu pour la société. Tandis que la peine perd son sens et débouche sur une prison où domine l’ennui, les « alternatives » à la prison n’en sont pas vraiment. Elles étendent en fait le filet pénal et l’on assiste à « un envahissement du social par des logiques répressives au visage de plus en plus subtil ». Les criminologues en sont réduits à « dénoncer la montée d’un “État pénal” […] qui criminalise la misère ». Cependant, la prison, parce qu’elle incarne si bien une rationalité pénale « guerrière », reste le modèle dominant à l’heure actuelle. L’auteur, quant à lui, appelle à repenser le modèle de la justice afin de favoriser un « maintien de la paix » plus subtil et équilibré, qui ne sera « pas aisé à réaliser dans un contexte général où la “pénalisation du social” va bon train ».

9On retiendra que, face à une justice en crise, à un État en perte de pouvoir et de légitimité et aux peurs de la population, il est plus urgent que jamais de comprendre et d’expliquer la délinquance et la justice ; ce livre y contribue grandement. On regrettera néanmoins le peu de place consacré aux publications les plus récentes mais cela s’explique par l’étendue du récapitulatif historique et par la dimension introductive de l’ouvrage, ainsi que par l’éclatement des intérêts de ce champ d’études. Cependant, à défaut de pouvoir présenter systématiquement les recherches les plus récentes, l’ouvrage donne une série de balises qui permettent de prendre connaissance des débats et enjeux contemporains de la discipline. Notons que l’auteur présente la discipline au travers de son regard de chercheur français ce qui, comme il en avertit lui-même le lecteur, a pour conséquence de laisser, parfois, trop peu de place à d’autres perspectives de recherche, notamment anglo-saxonnes, même si les plus grandes théories sont prises en compte et des comparaisons internationales effectuées.

Haut de page

Notes

1 Directeur de recherche au CNRS (centre Emile-Durkheim) et enseignant à Sciences Po Bordeaux, J. Faget est spécialiste de la médiation. Il est notamment l’auteur de Médiations. Les ateliers silencieux de la démocratie, Toulouse, Érès, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Jacques Faget, Sociologie de la délinquance et de la justice pénale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 26 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12984

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page