Navigation – Plan du site

Sophie Corbillé, Paris Bourgeois, Paris Bohême : La ruée vers l’Est

Louise Dorignon
Paris BOurgeoise, Paris BOhème
Sophie Corbillé, Paris BOurgeoise, Paris BOhème. La ruée vers l'Est, Paris, PUF, coll. « Hors collection », 2013, 285 p., ISBN : 978-2-13-061968-0.
Haut de page

Texte intégral

1En ethnologue du monde parisien, Sophie Corbillé se penche dans cet ouvrage sur ces « villages » que constituent les quartiers est de Paris, les 10e, 11e, 12e, 18e, 19e et 20e arrondissements : « Mais en quoi ces espaces, au cœur d’une capitale de plus de deux millions d’habitants, sont-ils encore des villages ? » (p. 33). Cette question posée par l’auteure au début de la première partie révèle d’entrée de jeu les interrogations qui animent cette étude : l’inscription d’espaces différenciés au sein d’une ville, l’évolution du profil sociologique de ces quartiers, la tension entre un Paris dit populaire et un Paris dit bourgeois, l’apparition de nouvelles pratiques et manières d’être parisiennes, et enfin le fourmillement de représentations sans cesse débattues autour de ces frontières sociales et du phénomène qu’on nomme gentrification.

  • 1 Smith Neil, The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, London, Routledge, 1996
  • 2 Glass Ruth, Introduction to London: Aspects of Change, London, Center for Urban Studies, 1963.
  • 3 Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 1989.
  • 4 Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Paris Mosaïque, Paris, Calmann-Lévy, 2001.
  • 5 Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, 2004. Compte rend (...)
  • 6 Thèse d’Anne Clerval, La gentrification à Paris intra muros : dynamiques spatiales, rapports sociau (...)
  • 7 Clerval Anne, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013. C (...)
  • 8 « La gentrification urbaine », Espaces et Sociétés, n° 132-133, 2008. Compte rendu d’Elsa Vivant su (...)
  • 9 Chevalier Sophie, Lallement Emmanuelle, Corbillé Sophie, Paris résidence secondaire. Enquête chez c (...)

2La gentrification, dont le géographe Neil Smith précisait qu’elle n’était pas « un gros mot »1, désigne une forme particulière d’embourgeoisement et implique la transformation de l’habitat au sein des quartiers populaires d’une ville. Cette modification sociologique de l’espace passe aussi par la modification des espaces publics et de l’activité commerciale du quartier, lui conférant ainsi de nouveaux attributs (en termes de temporalité, de culture et d’apparence). La gentrification, si elle désigne un processus économique et un changement dans la division sociale de l’espace intra-urbain, passe donc également par la transformation physique de l’espace. L’observation du phénomène de la gentrification et son étude ne sont pas nouvelles et remontent aux années 1960 avec les travaux précurseurs de Ruth Glass sur Londres2, néanmoins l’analyse de ce phénomène au cœur de Paris connaît un vif essor depuis ces dix dernières années. Tandis que les sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot ont ouvert la voie à partir des années 1980 avec une série d’ouvrages dont Dans les beaux quartiers3 (1989), Paris Mosaïque4 (2001) ou plus récemment Sociologie de Paris (2004)5, la géographie s’est plus récemment emparée de ce nouveau terrain d’étude pour étudier l’impact de ce phénomène sur les territoires. Les thèses des géographes Anne Clerval et Marie Chabrol6 ont été remarquées pour leurs apports sur le sujet tandis que de nombreuses publications dont l’ouvrage d’Anne Clerval, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale7 (2013), et le numéro d’Espaces et Sociétés, « La gentrification urbaine »8 (2008), tentent de décrypter cette géographie changeante de la capitale. Conjointement à ces disciplines, l’ethnologie n’est pas en reste et de nombreuses publications témoignent d’une réactualisation des approches ethnographiques sur les pratiques parisiennes, publications pour lesquelles Sophie Corbillé signe et cosigne abondamment9.

3Sans renoncer ni à la délimitation économique et sociale de la gentrification, ni à sa dimension matérielle, Sophie Corbillé choisit pour son étude une entrée originale : celle des symboles incarnés par les pratiques quotidiennes des habitants de ces quartiers. En effet, cette vaste enquête entend au départ examiner le renouvellement d’une dynamique est-ouest du point de vue des représentations sociales et culturelles qui lui sont associées. Aussi, la transformation de l’est constituerait, selon Sophie Corbillé, « une activité sociale à part entière » (p. 270). Le titre souligne d’ailleurs cette hypothèse : avec une référence à la construction sociale et culturelle d’une culture « bourgeois-bohême », ainsi qu’à l’imaginaire du western (« la ruée vers l’Est », en référence à la ruée vers l’Ouest américain), il s’agit d’une activité hautement symbolique qui, semblable à une ruée vers l’or, s’apparente à une véritable conquête de l’espace social parisien.

4L’enquête menée par l’auteure part de l’hypothèse selon laquelle l’opposition structurante et historique entre les quartiers bourgeois de l’ouest et ceux, populaires, de l’est, serait en train de s’estomper sinon de s’effacer, au profit de la « fabrication d’un nouveau monde urbain » (p. 7) dont il s’agit de dessiner les contours. Par-delà les données statistiques qui peuvent expliquer la transformation sociale et économique des quartiers, il s’agit bien pour l’ethnologue de se pencher sur l’émergence de cette nouvelle urbanité, « théâtre de compétitions sociales et symboliques dans un contexte de métropolisation et de globalisation » (p. 8).

5Pour décrypter cette nouvelle urbanité, l’auteur suit dans cet ouvrage une dynamique en quatre temps. Partant d’une analyse sémantique très riche des termes employés par les enquêtés pour désigner leur quartier de résidence et la ville de Paris (mais aussi et surtout ce qui n’est plus Paris), Sophie Corbillé commence son étude par la caractérisation identitaire de ce déplacement vers l’est. Puisque ces parisiens vivent ensemble au sein de mêmes quartiers, le deuxième temps de l’étude est consacré à l’étude des échanges entre les individus et les différents groupes sociaux, échanges qui prennent la forme de relations amicales, de mobilisations sociales ou de transactions commerciales. Le choix d’une troisième partie portant sur la tension entre diversité et altérité est alors justifié par ce constat d’un vivre-ensemble (ou séparément) au sein de ces quartiers. L’ethnologue se consacre à l’étude des pratiques perçues comme l’expérience d’un certain exotisme, et notamment aux choix gastronomiques des parisiens enquêtés. Enfin, le dernier temps de l’étude prend un tour plus analytique pour présenter les critiques et les menaces (toujours dans le champ des symboles) envers ces transformations.

6Un des principaux défis de l’auteure, et par-là même ce qui donne à l’ouvrage sa richesse et sa clarté, semble avoir été la proximité de l’ethnologue avec ce terrain où elle a vécu pendant toute la durée de son enquête. Revenant sur les distinctions entre terrain et quotidien, identification et distanciation, Sophie Corbillé opte pour une « anthropologie du familier » qui, une fois explicitée, conduit l’étude et guide le lecteur dans l’analyse de l’Est parisien. Si l’auteure a opéré un certain nombre de choix en ce qui concerne l’analyse des pratiques décrites, et se penche ainsi principalement sur des pratiques diurnes (le vide-grenier, le café-verre d’eau, la consommation en famille de bún, une soupe vietnamienne dont ces groupes sociaux seraient friands), l’ouvrage ne perd en rien sa richesse et sa complétude. Ainsi, l’étude de la vie nocturne et de ses lieux emblématiques au sein des quartiers Est trouve bien sa place, même succinctement.

7Cet opus est rondement mené, élégamment écrit et d’une grande finesse. Les conclusions apportées par l’ethnologue sont efficaces et l’on finit la lecture de l’ouvrage avec l’impression d’avoir bien cerné l’évolution des imaginaires et des identités du groupe d’enquêtés suivi par l’auteure, même si l’on aurait aimé en savoir plus sur leurs pratiques quotidiennes ainsi que sur la façon dont ils sont eux-mêmes perçus à l’extérieur des quartiers est de la capitale.

Haut de page

Notes

1 Smith Neil, The New Urban Frontier: Gentrification and the Revanchist City, London, Routledge, 1996.

2 Glass Ruth, Introduction to London: Aspects of Change, London, Center for Urban Studies, 1963.

3 Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Dans les beaux quartiers, Paris, Seuil, 1989.

4 Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Paris Mosaïque, Paris, Calmann-Lévy, 2001.

5 Pinçon Michel, Pinçon-Charlot Monique, Sociologie de Paris, Paris, La Découverte, 2004. Compte rendu de Marion Blatgé sur Lectures : http://lectures.revues.org/678 

6 Thèse d’Anne Clerval, La gentrification à Paris intra muros : dynamiques spatiales, rapports sociaux et politiques publiques, soutenue en 2008 à Paris, http://tel.archives-ouvertes.fr/docs/00/34/78/24/PDF/These_Anne_Clerval_2008.pdf. Thèse de Marie Chabrol, De nouvelles formes de gentrification ? Dynamiques résidentielles et commerciales à Château-Rouge (Paris), soutenue en 2011 à Poitiers, http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00658852/fr/.

7 Clerval Anne, Paris sans le peuple. La gentrification de la capitale, Paris, La Découverte, 2013. Compte rendu d’Aurélie Le Floch sur Lectures : http://lectures.revues.org/12813.

8 « La gentrification urbaine », Espaces et Sociétés, n° 132-133, 2008. Compte rendu d’Elsa Vivant sur Lectures : http://lectures.revues.org/640.

9 Chevalier Sophie, Lallement Emmanuelle, Corbillé Sophie, Paris résidence secondaire. Enquête chez ces habitants d’un nouveau genre, Paris, Belin, coll. « Anthropolis », 2013. Compte rendu de Margot Delon sur Lectures : http://lectures.revues.org/10946. « Le Paris des ethnologues. Des lieux, des hommes », Ethnographie française, n° 3, 2012. Compte rendu de Lionel Francou sur Lectures : http://lectures.revues.org/9155.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Dorignon, « Sophie Corbillé, Paris Bourgeois, Paris Bohême : La ruée vers l’Est », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 12 décembre 2013, consulté le 16 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/12988

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page