Navigation – Plan du site

Catherine Achin, Laure Bereni (dir.), Dictionnaire genre et science politique

Maud Navarre
Dictionnaire genre & science politique
Catherine Achin, Laure Bereni (dir.), Dictionnaire genre & science politique. Concepts, objets, problèmes, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Références », 2013, 700 p., ISBN : 978-2-7246-1381-0.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par exemple, Achin Catherine et al., Sexe, genre et politique, Paris, Économica, 2007.
  • 2 Entre autres, Muller Pierre, Sénac-Slawinsky Réjane (dir.), Genre et action publique : la frontière (...)
  • 3 Parmi les ouvrages pionniers : Fauré Christine, La démocratie sans les femmes. Essai sur le libéral (...)
  • 4 Boussaguet Laurie, Jacquot Sophie, « Mobilisations féministes et mise à l’agenda de nouveaux problè (...)

1Depuis quelques années, les études de genre se sont développées en science politique. De nombreux travaux ont émergé dans les principaux champs d’étude de la discipline : la sociologie politique1, les politiques publiques2, les questions internationales ou encore, depuis un peu plus longtemps, la théorie politique3. Des chercheur-e-s soutiennent le développement d’une « approche intégrée » du genre, consistant à l’articuler aux concepts de la science politique4.

2Le Dictionnaire genre et science politique se situe dans cette perspective. Il regroupe une quarantaine de synthèses relatives aux travaux et aux enjeux des études de genre dans des domaines concernant tant les objets classiques de la science politique (démocratie, vote et comportement politique, nation, etc.) que des objets plus novateurs (conflits armés, féminisme, quotas/parité, intersectionnalité, corps, etc.). Les articles mobilisent les apports des différentes générations de chercheur-e-s. Chaque notice se présente comme une synthèse originale des travaux réalisés sur le sujet, en France et ailleurs. Parfois, certaines s’appuient majoritairement sur des travaux étrangers, notamment anglo-saxons, en raison du retard spécifique de la science politique dans l’hexagone. Ce retard est perceptible également en comparaison avec d’autres disciplines en France, comme la sociologie ou encore l’histoire, qui se sont emparées plus rapidement de l’objet « femme », puis du « genre » (en particulier depuis le colloque fondateur de Toulouse en 1982).

3L’ouvrage débute par une introduction épistémologique présentant l’émergence des études de genre en science politique. Laure Bereni et Catherine Achin reviennent sur leur difficile acclimatation à la discipline, après avoir précisé le sens qu’elles donnent au genre : un rapport de pouvoir relationnel, imbriqué dans d’autres rapports sociaux (de classe, de « race », pour ne citer qu’eux). Le genre présente une dimension critique qu’il est toujours utile de rappeler face à l’usage banalisé de la notion, parfois réduite à un synonyme de sexe. Il désigne le processus de bicatégorisation en homme/femme et les valeurs qui lui sont associées (masculin/féminin).

  • 5 Gaxie Daniel, Le Cens caché, Paris, Seuil, 1978.

4Les auteures présentent ensuite trois facteurs expliquant les « résistances » de la science politique au genre. Tout d’abord, la construction de la discipline comme science au service de l’État n’a pas encouragé la prise en compte de cette perspective d’étude, et plus globalement de l’ensemble des rapports sociaux. Tant que la science politique est restée subordonnée à la formation des serviteurs de l’État (gouvernants, conseillers, …), majoritairement masculins, le droit était prédominant car l’objectif était de leur fournir des savoirs utiles pour accomplir leurs tâches. En s’autonomisant, la science politique a pu élargir son champ d’étude aux rapports sociaux. Deuxième facteur explicatif : alors qu’émergeait un « tournant critique » dans les années 1980-1990, sous l’influence de Pierre Bourdieu, la science politique est restée hermétique aux préoccupations relatives au genre. S’est développé un pôle de sociologie politique refusant le caractère normatif et conformiste de la science politique, autour de revues telles que Genèse et Politix ou encore d’institutions comme l’Université Paris 1. Les approches privilégient les enquêtes de terrain destinées à « déconstruire » les comportements et les institutions politiques. Toutefois, malgré des ouvrages pionniers tels celui de Daniel Gaxie5, le genre est demeuré absent des questions de recherche, même de celles s’inscrivant dans une perspective critique. Enfin, la féminisation de la discipline a accompagné le développement des études de genre. Plus que d’autres disciplines, la science politique est demeurée majoritairement pratiquée par des hommes, ce qui n’a pas favorisé l’émergence des questions féminines et de genre. Aujourd’hui encore, malgré une féminisation notable, un plafond de verre est perceptible en science politique : on compte 59 % de doctorantes, 40 % de femmes maîtres de conférence et 47 % de chargées de recherche au CNRS, mais il n’y a que 39 % de directrices de recherche et 23 % de professeures des universités.

5Pourtant, le genre présente des intérêts non négligeables pour la science politique. Il permet d’élargir son champ d’étude en décloisonnant les frontières disciplinaires. S’intéresser à l’objet « femme » dans le champ politique permet par exemple de repousser les limites entre le public et le privé. L’assignation des femmes au privé amène la science politique à s’engager dans ces domaines. En outre, l’étude de l’interaction entre les objets « genre » et « politique » permet d’appréhender les processus de bicatégorisation en masculin/féminin impulsés par le champ politique (par exemple, en générant des identités, des rôles ou des trajectoires spécifiques selon le sexe) et, réciproquement, la structuration du politique par le genre (neutralité supposée des institutions, division sexuelle du travail politique).

6Le volume important de l’ouvrage nous amène à centrer la recension sur quelques notices. Cela ne présume en rien de la qualité de chacune d’entre elles. Pour l’illustrer, nous avons choisi d’en présenter deux rejoignant nos objets d’étude, l’une se rapportant à l’administration et l’autre au syndicalisme.

7Le dictionnaire débute par une notice consacrée à l’« administration ». Anne Revillard propose une synthèse des travaux réalisés sur cet objet, éclaté entre différentes disciplines, mais qui concerne pourtant directement la science politique. L’administration se rapproche du pouvoir étatique et donc de la science politique à travers le secteur public (le fonctionnariat), qui regroupe 20 % des personnes en emploi en France. Elle se rapporte également à la sociologie des professions et du travail, appliquée à des domaines comme la justice, la police, l’école, l’hôpital, le travail ou encore le social. Anne Revillard dresse le bilan des travaux sur le sujet « des élites au guichet » (p. 48) : de l’absence de préoccupation pour la féminisation de l’administration aux études actuelles sur la relation administrative, en passant par celles consacrées aux inégalités de genre dans la féminisation des formations et des fonctions. Les recherches françaises sur cet objet s’avèrent clivées entre différentes traditions disciplinaires, tandis que dans d’autres pays comme les États-Unis, la public administration constitue un champ disciplinaire à part entière.

8Parmi les dizaines d’articles également documentés, une synthèse des travaux sur le syndicalisme est présentée par Cécile Guillaume et Sophie Pochic. Les deux sociologues dressent l’état des lieux des recherches sur le sujet à travers les études relatives à la place des femmes dans les organisations syndicales et l’étude des relations professionnelles, au prisme du genre. La notice montre également la portée heuristique des études de genre. Dans une perspective d’étude des mobilisations collectives, s’intéresser au genre permet d’investiguer d’autres répertoires d’action syndicale, notamment les formes de grève utilisées par les salariées précaires, dans des organisations peu structurées conduisant à l’isolement des travailleur-e-s (en particulier des emplois peu qualifiés comme les aides à domicile). Ces autres formes de mobilisation collective ne sont pas nouvelles. Elles ont été invisibilisées par les chercheurs dont les travaux se sont trop souvent centrés sur les actions collectives « légitimes » et masculines. C’est là tout l’intérêt des études de genre : redécouvrir ces formes alternatives qui peuvent permettre de « revitaliser » (p. 489) les luttes syndicales actuelles.

9L’ouvrage est structuré de manière à permettre aussi bien une lecture in extenso qu’une lecture partielle, par entrée, selon les envies. Chaque article du dictionnaire se conclut par une courte bibliographie présentant les ouvrages majeurs sur le sujet ainsi qu’un renvoi à d’autres notices connexes. Les lecteurs particulièrement intéressés par une thématique pourront également se reporter à la bibliographie générale située à la fin de l’ouvrage pour trouver d’autres références. Le sommaire initial présentant la liste des entrées ainsi que l’index thématique et des noms propres en fin d’ouvrage permettent de se repérer facilement dans ce dictionnaire, aux vertus pédagogiques.

10Malgré les nombreux thèmes abordés, on regrette l’absence d’une entrée « sexualité ». Elle aurait parachevé l’ambition principale de l’ouvrage : montrer les apports du genre aux objets de la science politique, notamment à travers la redéfinition des frontières entre le public et le privé.

Haut de page

Notes

1 Par exemple, Achin Catherine et al., Sexe, genre et politique, Paris, Économica, 2007.

2 Entre autres, Muller Pierre, Sénac-Slawinsky Réjane (dir.), Genre et action publique : la frontière public-privé en questions, Paris, L’Harmattan, 2009.

3 Parmi les ouvrages pionniers : Fauré Christine, La démocratie sans les femmes. Essai sur le libéralisme en France, Paris, PUF, 1985.

4 Boussaguet Laurie, Jacquot Sophie, « Mobilisations féministes et mise à l’agenda de nouveaux problèmes publics », Revue française de science politique, vol. 59, n° 2, 2009, p. 173-181.

5 Gaxie Daniel, Le Cens caché, Paris, Seuil, 1978.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Catherine Achin, Laure Bereni (dir.), Dictionnaire genre et science politique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13020

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page