Navigation – Plan du site

Alain Chaffel, Le déclin français : mythe ou réalité ?

Benoît Ladouceur
Le déclin français : mythe ou réalité ?
Alain Chaffel, Le déclin français : mythe ou réalité ?, Paris, Bréal, coll. « Thèmes et Débats », 2013, 128 p., ISBN : 978-2-7495-3206-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’idée que le monde court à sa perte n’est pas récente, Alain Chaffel l’a retrouvée dans l’œuvre du poète Grec Hésiode au milieu du VIIIe siècle avant Jésus-Christ ! Appliqué à la France, le constat d’une décadence du pays, tant économique, culturelle, morale, diplomatique ou démographique oppose le mythe d’un âge d’or (celui des Trente Glorieuses notamment) à une ère de repli plus contemporaine. Les explications mobilisées pour expliquer ce déclin peuvent changer au cours du temps mais récemment la rigidité structurelle du modèle français ou son « incapable inadaptation » au contexte de la mondialisation ont le vent en poupe... Ces analyses, qui sont largement relayées par les médias, nourrissent un « déclinisme » que l’auteur souhaite ici prendre à bras le corps. L’enjeu est en effet dans cet ouvrage de reposer les termes du débat afin, de « démêler le vrai du faux sur le déclin économique français ». Le projet est salutaire même si l’auteur a bien conscience de la difficulté d’un tel projet.

2L’ouvrage qui se veut accessible à des lycéens ne prétend pas apporter « des réponses définitives » dans ce débat, mais proposer différentes clés de lectures. Son auteur, agrégé et docteur en histoire, a fait le choix de structurer son propos en trois temps. Tout d’abord, Alain Chaffel propose de recenser les principales thèses du déclin développées depuis la Révolution Française. Ensuite, et c’est la plus grande partie de l’ouvrage, la question du déclin français est envisagée selon différentes thématiques bien identifiées. Enfin, dans une perspective normative, l’auteur propose sa vision des réponses à apporter à l’échelle nationale et européenne au déclin économique et social de la France.

3L’ouvrage débute donc par un détour historique. Alain Chaffel y analyse la présence du discours décliniste à partir de 1789. Il pointe ainsi la récurrence d’un tel point de vue dans les écrits de penseurs, d’écrivains (Chateaubriand), d’historiens, mais surtout d’hommes politiques. Cette entrée nous semble particulièrement bienvenue à propos d’une thèse (on pourrait presque parler d’une forme d’idéologie) qui prend d’emblée le parti de considérer le passé comme un âge d’or révolu. Les exemples proposés par l’auteur sont nombreux, mais il manque cependant une mise en perspective comparative de ces discours qui sont accolés sans qu’ils aient forcément de lien entre eux. Par ailleurs, Alain Chaffel convoque souvent des thèses émises par des individus appartenant à la sphère politique sans forcément en expliciter les partis pris et la teneur partisane. Ce détour historique aurait donc mérité d’être davantage creusé, et ce d’autant que l’auteur, docteur en histoire, semble plus particulièrement qualifié pour mener une telle analyse. On regrettera également la faiblesse de la perspective diachronique et des données statistiques qui auraient permis au lecteur de prendre davantage de recul par rapport aux thèses déclinistes actuelles.

4Les chapitres suivants étudient la question du déclin à partir de thèmes économiques et sociaux importants et régulièrement invoqués par les tenants du déclin français sur le plan européen ou mondial. L’auteur propose ainsi un rapide tour d’horizon de la (mauvaise) situation macroéconomique française. Les problèmes liés à la faiblesse de l’emploi et de la croissance sont logiquement mis en avant. Alain Chaffel en propose des explications comme la perte de compétitivité des produits français, notamment par manque d’investissements dans l’industrie de pointe et dans une stratégie de diversification de la production comme a pu la mener l’économie allemande. L’auteur oublie cependant qu’une telle stratégie n’a pu réussir que grâce à une politique de réduction des impôts et cotisations au profit des employeurs.

5La fiscalité et la situation des finances publiques sont également abordées. Le constat est bien connu, la France est un pays où le niveau de prélèvements obligatoires est élevé, mais également un pays dans lequel l’Etat-providence est relativement efficace et les dépenses publiques importantes. Tout cela a un coût mais assure en retour un soutien essentiel à l’activité économique, notamment en période de forte récession. L’auteur n’évoque pas non plus les problèmes de comparaison de la pression fiscale à l’échelle internationale. La France fait partie des pays à forte imposition en raison de son système de financement de la santé et des retraites qui est assuré par les prélèvements obligatoires et non par les individus directement.

6L’ouvrage s’intéresse à la santé des entreprises françaises, soulignant les fortes disparités qui les caractérisent. Ces disparités reposent sur une bipolarisation des entreprises au niveau de leur taille (94 % des entreprises ont moins de 10 salariés. Entre les entreprises de petites taille essentiellement tournées vers le marché des services aux particuliers et les grands groupes internationaux, les PME sont notoirement sous représentées. Or, ces entreprises sont souvent source de dynamisme, leur petite taille leur permettant notamment d’être plus réactives à l’évolution des marchés extérieurs. Les questions de la place de la France dans la diplomatie internationale, ou encore de son rayonnement culturel, notamment par son système éducatif sont également abordées. La problématique de l’efficacité du système éducatif est ainsi évoquée, de même que celle de l’attractivité des territoires français, qui reste bonne rappelle Alain Chaffel.

7Les deux derniers chapitres reprennent les principaux problèmes soulevés dans l’ouvrage en y apportant cette fois des pistes de réforme pour tenter de les résoudre. L’auteur y reprend des préconisations sur ces différentes problématiques, certaines ayant déjà été mises en application avec plus ou moins de résultats. C’est le cas de la réduction des dépenses publiques et son corollaire, la diminution du nombre de fonctionnaires. Comme il le précise bien, il reste encore à mettre en œuvre une véritable évaluation des dépenses publiques, base de toute réforme qui s’inscrive dans la durée, et non à l’échelle d’un mandat politique…

  • 1 Jacques Julliard, Le malheur français, Flammarion, 2005.

8Le parti pris est ici plutôt orienté à droite, vers une moindre intervention de l’État et une place plus grande laissée au marché. Pour l’auteur, qui reprend les propos de Jacques Julliard1 il est souhaitable de « cesser de regarder les entreprises en suspectes et les entrepreneurs en exploiteurs potentiels […] ». On peut multiplier les rapports et les préconisations, comme celles nombreuses de la Cour des comptes, mais cette partie aurait pu aussi être consacrée à une réflexion sur le fonctionnement démocratique de nos institutions, et notamment à la (faible) place qui y est faite aux citoyens « d’en bas » qui sont pourtant les premiers intéressés de ces réformes…

9L’ouvrage d’Alain Chaffel remplit sa fonction de synthèse accessible sur le thème complexe du déclin français. Il permet de faire rapidement le tour des problématiques économiques et sociales contemporaines, même si certains aspects mériteraient d’être développés. Il comporte également un parti pris qu’il est sain d’avoir à l’esprit à propos de cette thématique.

Haut de page

Notes

1 Jacques Julliard, Le malheur français, Flammarion, 2005.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Alain Chaffel, Le déclin français : mythe ou réalité ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13023

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page