Navigation – Plan du site

Frédéric Rouvillois, L'invention du progrès, 1680-1730

Pascale-Marie Milan
L'invention du progrès, 1680-1730
Frédéric Rouvillois, L'invention du progrès, 1680-1730, CNRS, 2011, 509 p., EAN : 9782271070425.
Haut de page

Texte intégral

1Frédéric Rouvillois, professeur de droit public à l’université Paris Descartes, offre dans cette réédition augmentée, une analyse de l’invention de la notion de progrès entre 1680 et 1730. L’idée principale est de mettre à jour les éléments décisifs qui ont engendré la formulation systématique de l’idée de progrès. L’ouvrage vient s’ajouter à la liste des « essais » sur la question et ne s’avère malheureusement pas plus convaincant que d’autres. S’ajoutent à cela quelques exemples et une large référence à Fontenelle, qui loin d’étayer le propos, paraissent simplement créditer l’ouvrage d’un « Francocentrisme ». Si l’approche de Frédéric Rouvillois consiste à nous livrer les prémisses de la formulation de l’idée de progrès, à travers l’analyse de citations convoquées de manière tout azimut, qui rendent la lecture pénible (l'auteur renvoie à 94 pages de notes), on ne sait malheureusement pas où se place l’auteur. Ce procédé conduit à simplement « rescénariser » (Laplantine) le réel. Entendons-nous, il ne s’agit pas de remettre en cause le sérieux de l’auteur, mais la forme avec laquelle il nous livre sa pensée. Si l’entreprise paraît louable de prime abord, tant une analyse de l’utilisation contemporaine de la notion de progrès fait défaut, la méthodologie même de sa démonstration ne lui permet pas d’analyser en profondeur les raisons qui ont conduit à cette cartographie mentale dont nous avons hérité et qui placent cette idée de progrès dans les antres néo-évolutionnistes de notre système de pensée. Ce n’est donc pas la profondeur historique du construit symbolique au sein duquel l’idée de progrès est née qui est critiquée. C’est la focale herméneutique qu’il utilise. À travers les mailles d’auteurs triés sur le volet, Frederic Rouvillois restitue des discours censés faire autorité sans rien déconstruire. L’ouvrage mériterait sans doute que l’on s’attarde un peu plus sur le fond, mais déjà la forme des explications devenant des conclusions évidentes, nous empêche de ne voir autre chose qu’un procédé vainement stratégique, créant des liens là où il n’en existe pas d’explicites. Le raisonnement qu’il déploie, « pêche » par manque de rigueur. L’auteur postule par exemple que la montre est un élément décisif de l’avènement du progrès. C’est une manière, il nous semble, de s’endiguer dans des méandres ethnocentriques (le temps n’est pas la prérogative de l’Occident !), imprégnant de ce fait du sceau évolutionniste progressiste le raisonnement. Ce raisonnement même qui entend mettre à jour les éléments décisifs de l’avènement de la notion de progrès. Le procédé est purement rhétorique. Il injecte des arguments qui ne paraissent pas décisifs dans son argumentation et dont on aimerait pourtant bien connaître la filiation avec ce qu’il avance ! On ne peut que regretter qu’il ne s’intéresse pas en profondeur aux soubassements de cette architecture complexe. Lorsqu’il nous invite pour la première fois à réfléchir sur l’influence de la machine et de la technique dans « la pensée moderne en général » (p.26), il ne nous donne aucun élément sur les capacités cognitives de l’homme à intégrer cette idée. Au contraire, il écarte cet aspect parce que « artificiel » et « délicat » (p.167). Par contre, il nous informe que nous retrouverons en filigrane cette dernière affirmation (p.26). Les interrogations se bousculent alors. La pensée n’est-elle pas le nœud gorgien à partir duquel l’idée, la raison s’élaborent ? Ne mériterait-elle pas d’avantage d’attention ? C’est peut être au travers de la pensée intellectuelle, que l’auteur se plait à restituer de manière cumulative, que l’on pourrait répondre à ces questions. On aurait, néanmoins, aimé qu’il s’attarde sur une explication des mécanismes de la raison. Irrémédiablement si il y a un progrès c’est à la faveur de celle-ci. Il ne suffit pas de coupler, alors la question à quelques éléments (la morale, la géométrie, le bonheur, l’État) pour en faire un autre élément d’importance (p.231). L’idéologie du progrès peut-elle donc se passer d’une étude approfondie de la raison ? Entre temps Frédéric Rouvillois se livre à une étude systémique du progrès mais l’axiome encore une fois n’est pas évident. Il réitère, au travers d’un méandre herméneutique, ce que l’on savait déjà : le progrès se joue lors du passage d’un « monde traditionnel cyclique » à celui d’une« idée d’un perfectionnement perpétuel » (p.166). On retrouve en fait dans la querelle des anciens et des modernes les tenants de l’idée de progrès. Comme si d’une part la phrase même contenait à elle seule l’explication de l’avènement de l’idée. L’auteur fait de l’analyse de l’idée de progrès une donnée exclusivement occidentale et par conséquent nie l’existence de « progrès » multiples propres à chaque société. Cela pause une question de fond majeure : l’idée de progrès est-elle, comme l’intelligentsia occidentale a pu le formuler parfois à propos de la modernité, la prérogative de l’Occident ? Si tel n’est pas précisément le propos de l’auteur, il ne semble pas moins enfermer, encore, dans ces carcans son argumentation. A la décharge de l’auteur, sa méthodologie (et peut-être la discipline à laquelle il appartient) ne lui permettent pas de traiter la question autrement. Cela suffit finalement, selon lui, à expliquer comment l’Homme en est venu à intégrer l’idée de progrès de manière systématique. Néanmoins l’ensemble des situations, dans leur complexité, n’est pas traité et cela conduit à de nombreux raccourcis. Des éléments complémentaires, traités à partir d’une focale économique, auraient permis, par exemple, d’intégrer l’échange marchand et la réaction en chaîne qui suit et qui permet la fabrication systématique de ce qu’il pose à la base (matérielle) du progrès : la machine, la montre….dans son raisonnement. Ensuite, il aurait été souhaitable de prêter une plus grande attention à des associations manifestement à l’origine des dispositions cognitives qui ont mené à cette idée de progrès. Nos catégories de pensée sont tant ancrées dans les racines judéo-chrétiennes et gréco-romaines qu’il nous semble incontournable de consacrer une part plus importante de la démonstration à ces profondeurs historiques. L’ouvrage n’est malheureusement pas destiné à vulgariser l’idée que cette croyance méliorative du progrès n’est pas l’unique voie (voix) par laquelle le monde peut être pensé, car il est avant tout destiné à un public académique sinon spécialiste. On voit mal en quoi son approche contribuerait alors à la connaissance du plus grand nombre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale-Marie Milan, « Frédéric Rouvillois, L'invention du progrès, 1680-1730 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 07 mars 2011, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1303

Haut de page

Rédacteur

Pascale-Marie Milan

Doctorante en anthropologie à l'université Lyon 2 et Laval (Québec) et membre du Crea

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page