Navigation – Plan du site

Jean-Pascal Daloz, Rethinking Social Distinction

Agathe Foudi
Rethinking Social Distinction
Jean-Pascal Daloz, Rethinking Social Distinction, Palgrave Macmillan, 2013, 240 p., EAN : 9780230300354.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Daloz Jean-Pascal, The Sociology of Elite Distinction: From theoretical to comparative perspectives(...)
  • 2 « […] To encourage the development of a truly comparative analysis of social distinction […]. »

1Abordée dès 2010 au travers d’un ouvrage1 portant sur la « distinction élitiste » (celle qui est pratiquée par les élites), la thématique de la distinction est loin d’être étrangère à Jean-Pascal Daloz. S’inscrivant dans la perspective tracée par ce premier ouvrage, Rethinking Social Distinction se veut une étape supplémentaire dans la réflexion menée par l’auteur. Après avoir opéré une critique (constructive) des divers modèles théoriques élaborés pour appréhender la distinction élitiste - tel était l’objectif recherché dans le travail de 2010 -, ce livre s’efforce en effet « […] d’encourager le développement d’une véritable analyse comparative de la distinction sociale […] »2 (p. xi de la préface).

  • 3 « Truly collaborative effort » (p. 11)

2Dès le chapitre introductif, Jean-Pascal Daloz revient donc sur les écueils dans lesquels sombrent selon lui les approches traditionnelles de la distinction sociale que sont par exemple celles développées par Thorstein Veblen (soutenant la thèse de la « consommation ostentatoire » de la « classe de loisirs ») ou par Pierre Bourdieu (défendant la thèse de la « distinction » bourgeoise). Ces approches seraient, selon l'auteur, caractérisées par un certain ethnocentrisme lié à l'utilisation d'un raisonnement exclusivement déductif : alors même que les modèles et les concepts qu'ils utilisent sont forgés dans un contexte historique et socioculturel particulier, les penseurs de la distinction sociale les « appliqueraient » sans grande précaution à tous les contextes, produisant ainsi des analyses ne rendant pas totalement compte de la réalité étudiée. De plus, dans la mesure où ces approches sont élaborées sans « véritable effort de collaboration »3 entre les différents théoriciens, les perspectives d'analyse qu'elles offriraient seraient fortement teintées de réductionnisme.

3C'est précisément contre ces deux écueils majeurs de la pensée – ethnocentrisme et réductionnisme- qu'entend lutter Jean-Pascal Daloz en élaborant une analyse comparative de la distinction sociale dont il donne à voir les grandes lignes à la fin de cette introduction ; et ce moins d’ailleurs sous la forme d’un programme scientifique que sous la forme d’un ensemble de préconisations épistémologiques et méthodologiques.

4La portée heuristique de ce mode d’analyse est éprouvée au cours des sept chapitres qui suivent et qui, pour l’auteur, constituent autant d’angles d’attaque sur la question de la distinction sociale.

5L'une des préconisations centrales de Jean-Pascal Daloz étant de faire valoir et d’adopter une approche théorique plurielle de la distinction sociale, celui-ci s'emploie, à de nombreuses reprises au cours de l'ouvrage, à opposer la richesse d’une telle approche aux limites d’une perspective théorique unilatérale toujours partiellement valide.

  • 4 « On a continuum going from unconscious to semi-conscious to fully conscious » (p. 172)

6Cette manière de procéder est appliquée par exemple à la question de la nature des logiques de distinction dans le chapitre 8. Après avoir montré qu'il existe des différences notables notamment entre la perspective d'Erving Goffman (pour lequel la « présentation de soi » réalisée par les acteurs sociaux est marquée par une forte intentionnalité) et l'approche de Pierre Bourdieu (qui donne, selon ses écrits, plus ou moins de poids au caractère « stratégique » de l'action individuelle), Jean-Pascal Daloz préconise de s'affranchir de tout dogmatisme et d'envisager les logiques et les pratiques de distinction sociale comme le fruit de processus plus ou moins conscients et de les appréhender « sur un continuum [je souligne] allant d'une dimension non consciente à une dimension totalement consciente, en passant par une dimension semi-consciente »4.

  • 5 « Inevitably leading to theoretical tunnel vision. » (p. 9)
  • 6 J’emploie ici cette notion au sens où l’entend Bernard Lahire, notamment dans les ouvrages Portrait (...)
  • 7 « Bring new insight and help amend a body of theory which has hitherto neglected some rather signif (...)

7Contre les écueils d’une approche déductive « menant inévitablement à une conception théorique étroite des choses »5, l’auteur prône par ailleurs l’adoption d’une optique plus inductive, à même selon lui « d’apporter un nouvel éclairage et d’aider à amender un ensemble de théories qui, jusqu’à présent, a négligé certaines variations6 significatives observées sur le terrain [de la distinction sociale] »7. L’auteur montre notamment qu'en s'intéressant aux formes historiques concrètes de la distinction sociale, on peut mettre en évidence des pratiques de distinction au sein des élites (alors que la distinction est bien souvent appréhendée par les sociologues au travers d'une opposition entre élites et « dominés »). L'auteur mentionne notamment le cas des « patriciens Hollandais » de la seconde moitié du XVIIe siècle, qui ont pris conscience de la nécessité d'adopter le mode de vie aristocratique (et non celui du simple bourgeois) pour acquérir un statut valorisé à l'échelle européenne et se démarquer ainsi des autres « dominants » locaux. (p. 186, note 21)

  • 8 « […] Tackling the topic of ostentation while remaining attentive to cultural disparities should le (...)

8L’adoption d’une approche inductive serait aussi le gage d’un usage réfléchi des notions et des catégories sociologiques et permettrait d’éviter les dérives ethnocentriques : « […] s’atteler à la question de l’ostentation tout en restant attentif aux particularités culturelles devrait nous amener à nous demander comment et pourquoi ce qui est perçu comme remarquable varie considérablement à travers le temps et l’espace. […] Le « remarquable » et l’ostentation sont des notions éminemment relatives, et il est peu probable qu’elles soient correctement appréciées en dehors du contexte dans lequel elles sont ancrées »8 (p. 24-25).

  • 9 « Different universes of meaning are at work. » (p. 60)

9Enfin, selon Jean-Pascal Daloz, un telle approche devrait mener le chercheur en sciences sociales à appréhender la distinction in situ, c'est-à-dire dans son contexte spatio-temporel, et à porter ce faisant un intérêt plus conséquent aux représentations des acteurs ainsi qu’au sens qu’ils donnent à leurs pratiques. L’auteur montre en effet qu’une même pratique (celle des réceptions publiques), observée dans trois contextes culturels fortement différents, aboutit à des constats distincts : considérées comme gages de crédibilité des leaders politiques au Nigéria, ces réceptions peuvent, si elles sont jugées dispendieuses, mettre en cause les personnalités politiques dans les pays nordiques, tandis qu’elles font l’objet en France de points de vue contrastés (chapitre 3). Il en résulte bien l’idée selon laquelle, en fonction du contexte, « différents univers de sens sont en jeu. »9.

  • 10 « A toolkit  » (p. 13)

10Au final, l’ouvrage de Jean-Pascal Daloz constitue une contribution originale et intéressante à la réflexion sur la manière de faire des sciences sociales. L’auteur, qui déplore le « suivisme » des jeunes chercheurs, trop prêts selon lui à se couler dans le moule des théories déjà construites et trop friands de « prêt-à-penser », plaide en effet pour une posture alliant, à une reconnaissance des apports des grands modèles sociologiques, un détachement et une mise à distance constructive à leur égard. Mais, si la position de Jean-Pascal Daloz semble féconde en ce qu’elle invite à la mise en œuvre d’un regard critique et élargi sur la sociologie en train de se faire, elle peut aussi mener à l’excès inverse de celui qui est dénoncé, à savoir la non-formulation de propositions théoriques alternatives ; ce que l’auteur assume d’ailleurs en tout état de cause. Dès lors, le lecteur/chercheur, bien que muni d’une « boîte à outils »10 particulièrement pratique et facilement utilisable pour appréhender les phénomènes sociaux, pourrait rester démuni s’il entend entreprendre l’élaboration d’une nouvelle théorie générale.

Haut de page

Notes

1 Daloz Jean-Pascal, The Sociology of Elite Distinction: From theoretical to comparative perspectives, Palgrave Macmillan, 2010

2 « […] To encourage the development of a truly comparative analysis of social distinction […]. »

3 « Truly collaborative effort » (p. 11)

4 « On a continuum going from unconscious to semi-conscious to fully conscious » (p. 172)

5 « Inevitably leading to theoretical tunnel vision. » (p. 9)

6 J’emploie ici cette notion au sens où l’entend Bernard Lahire, notamment dans les ouvrages Portraits sociologiques. Dispositions et variations individuelles, Nathan, 2002 et La Culture des individus : dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, 2004.

7 « Bring new insight and help amend a body of theory which has hitherto neglected some rather significant variations observed in the field » (p. 11).

8 « […] Tackling the topic of ostentation while remaining attentive to cultural disparities should lead one to examine how and why perceptions of conspicuousness vary considerably across time and space. […] Conspicuousness and ostentation are eminently relative notions, and it is unlikely that they can be properly assessed outside the context they are embedded in ».

9 « Different universes of meaning are at work. » (p. 60)

10 « A toolkit  » (p. 13)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agathe Foudi, « Jean-Pascal Daloz, Rethinking Social Distinction », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 17 décembre 2013, consulté le 27 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13033

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page