Navigation – Plan du site

Cécile Chartrain (dir.), « Les jeunes face aux discriminations liées à l'orientation sexuelle et au genre : agir contre les LGBT-phobies »

Bernard Bier
Les jeunes face aux discriminations liées à l'orientation sexuelle et au genre : agir contre les LGBT-phobies
Cécile Chartrain (dir.), « Les jeunes face aux discriminations liées à l'orientation sexuelle et au genre : agir contre les LGBT-phobies », Cahiers de l’action, n° 40, 2013, INJEP.
Haut de page

Texte intégral

1La lutte contre les phobies anti-lesbiennes, gays, bi, trans (LGBT) et contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle fut longtemps le fait d’associations militantes, dans le silence des institutions, voire leur dénégation du fait – quand elles n’étaient pas le lieu de la (re)production de l’hétéro-normalisation. Les temps semblent avoir changé. Et aujourd’hui, à l’instar de ce qui s’est produit pour le racisme, et dans la suite d’un mouvement amorcé par les institutions européennes, l’État se veut porteur d’un discours « égalitaire ». Ce volume à sa manière en est un des signes.

2Publié par l’Institut de la Jeunesse et de l’Éducation Populaire (INJEP), établissement public sous tutelle du ministère en charge de la jeunesse, il obéit au cahier des charges de la collection qui l’accueille. S’adressant à la fois aux chercheurs et aux acteurs (professionnels et bénévoles, politiques et techniciens) du secteur de la jeunesse et de l’éducation, il croise apports théoriques et analyses d’expériences.

3Trois textes constituent la première partie « théorique » de l’ouvrage. Arnaud Lerch retrace les étapes de la lente reconnaissance du fait homosexuel, sa visibilisation croissante sous l’influence des mobilisations émancipatrices des années post 1968 et la sortie du double mouvement de pathologisation et de pénalisation qui le frappait. Si l’arrivée du VIH a pu constituer un temps de retour de la stigmatisation, l’ampleur de la maladie s’est accompagnée d’un regard compassionnel et de la découverte de la réalité du couple homosexuel. Le combat pour le PACS y a participé. On est aujourd’hui dans une situation d’« acceptation croissante mais contrastée » de l’homosexualité, dont témoignent les manifestations autour du mariage pour tous au printemps 2013.

4Le second texte signé Arnaud Alessandrin et Yves Raibaud prolonge cette réflexion en explorant les figures et lieux de l’homophobie ainsi que la construction sociale de l’altérité homosexuelle à partir d’espaces qui, derrière une neutralité de façade, se révèlent de fait ceux d’un pouvoir hétéro-sexiste et producteur d’« hétéro-normativité ». Pour les auteurs, les sciences sociales (la psychologie et la psychanalyse d’inspiration freudienne comme la sociologie à dominante durkheimienne) participent de ce mouvement d’exclusion/domination qu’elles ont légitimé. Un dernier texte, de Coraline Delebarre et Clotilde Genon, aborde l’homophobie dans ses effets psychosociaux et ses effets sur la santé des jeunes concernés : ma-être et isolement, sursuicidalité, usage de produits psychoactifs... Un utile encart donne quelques définitions des notions les plus usitées : sexe et genre, hétérophobie/hétérocentrisme, orientation sexuelle/identité sexuelle...

5La seconde partie est le résultat d’un important travail de recension d’expériences, de ressources et de démarches de prévention, d’accueil et d’accompagnement des jeunes. Les titres des chapitres disent assez leur contenu : « Protéger, prendre en charge, accompagner les jeunes LGBT » (Cécile Chartrain) ; « Prévenir et sensibiliser dans le cadre scolaire » (Cécile Chartrain) ; « Prévenir et sensibiliser au-delà du cadre scolaire » (Cécile Chartrain, Yaëlle Amsellem-Mainguy, Alice Olivier). Cette présentation s’enrichit aussi d’entretiens et de témoignages, qui contribuent à la connaissance du sujet. Les auteurs soulignent entre autres, au-delà d’une sensibilisation accrue à cette problématique, la persistance de la méconnaissance, de l’indifférence et du refus d’un certain nombre de professionnels de voir la portée des discriminations ordinaires dont sont victimes les jeunes LGBT, et la nécessité d’intervenants particulièrement formés pour conduire les actions de prévention ou d’accompagnement.

6Cet inventaire foisonnant – et à notre connaissance inédit – fait de cet ouvrage un outil indispensable aux professionnels, et ce d’autant plus que la dernière partie esquisse des pistes de travail, ouvre sur des expériences européennes, et fournit une très utile boîte à outils, dont il est d’ailleurs constaté qu’ils « s’adressent très peu aux lesbiennes et trans » et avant tout aux professionnels. Et pourtant, au terme de cet ouvrage, le lecteur a un sentiment d’inachevé. On regrette par exemple l’absence dans la partie théorique d’articles, d’une part sur les fondements religieux et politiques du rejet de l’homosexualité, d’autre part sur les processus de la construction de l’identité de genre. Peut-on ne pas interroger ce qui fonde anthropologiquement cette « idéologie » homophobe ? Peut-on ne pas expliciter les phénomènes psychiques ou psychosociaux qui génèrent ou amplifient le sexisme et l’homophobie ?

7Par ailleurs, certaines affirmations pourraient au moins être mises en débat dans un ouvrage qui se veut outil de sensibilisation. Il en est ainsi de la référence récurrente à la norme. Faut-il parler de normativivité (« hétéro-normativité ») comme le font les contributeurs ? Ou plutôt de normalisation (il y a toujours de la norme, elle est même constitutive du social comme du psychique ; par contre la normalisation est l’affirmation d’une norme comme exclusive et indiscutable) ? La reconnaissance de l’égalité des différences de genre est indissociable d’un nouveau modèle anthropologique, qu’il aurait été intéressant d’expliciter, et qui se légitime aussi sur des (d’autres) modèles scientifiques. N’assiste-t-on pas à la naissance d’un nouvel ordre normatif (ou normalisateur) ? Ce qui est en cause, est-ce la norme ou la nature de certaines normes ?...

8D’un point de vue plus pratique, quel sens y a-t-il de travailler en direction des jeunes, si l’on ne travaille pas sur le sexisme et l’homophobie des adultes ? Pourquoi faire comme si seraient indemnes du sexisme et de l’homophobie les institutions républicaines (l’école), les fédérations d’éducation populaire... ? Faut-il une lutte contre (et une prévention de) l’homophobie ? Ou des interventions non sexistes, non homophobes, inscrites dans le quotidien, l’ordinaire de l’action éducative ?... Autant de questions que cet ouvrage permet aussi de poser, et qui participent de son intérêt.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Bier, « Cécile Chartrain (dir.), « Les jeunes face aux discriminations liées à l'orientation sexuelle et au genre : agir contre les LGBT-phobies » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13034

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page