Navigation – Plan du site

Gloria Origgi (dir.), « La réputation »

Thomas Mollanger
Traduction(s) :
Gloria Origgi (dir.), « La réputation », Communications, n° 93, 2013
La réputation
Gloria Origgi (dir.), « La réputation », Communications, n° 93, 2013, Paris, Seuil, ISBN : 978-2-02-111779-0.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Le dernier numéro de la revue Communications est consacré à un concept émergent au sein des travaux sociologiques, psychologiques et économiques : la réputation. Pendant longtemps perçue comme une notion secondaire, la réputation apparaît aujourd’hui comme une entité à part entière et légitime. Autour de la figure de Gloria Origgi, ce sont près d’une dizaine de chercheurs issus d’horizons divers qui ont contribué à façonner cet excellent numéro, prônant une approche pluridisciplinaire du concept de réputation. Le caractère interdisciplinaire est central dans le discours de Gloria Origgi qui, dès l’introduction, met en exergue l’ubiquité de la réputation. Intimement liée à la question de la communication et à celle de l’information, la réputation est au cœur de moult phénomènes. Cependant, elle souffre de lacunes historiographiques qui ont pour conséquence d’en faire un concept encore profondément « enchanté ». C’est tout l’enjeu de ce numéro que de tenter de désenchanter les phénomènes réputationnels.

2Composé de douze contributions, l’ouvrage s’ouvre par l’œillère de la psychologie. Dans la première contribution, Nicolas Baumard et Dan Sperber proposent une réflexion fertile sur le lien entre réputation et moralité. Sommes-nous moraux uniquement pour avoir une bonne réputation ? En requérant la psychologie expérimentale et évolutionniste, les deux auteurs démontrent que la thèse mutualiste selon laquelle la réputation est corrélée à la morale n’est en rien incompatible avec l’idée d’une motivation à agir moralement pour des raisons proprement morales. Dans la droite lignée de cette première contribution, John Elster entreprend une réflexion à propos de l’influence de l’autoréputation sur la moralité de nos actions. Le souci de l’autoréputation peut s’avérer un facteur de motivation puissant pour agir moralement. Une bonne action dans le seul but d’être bien vu (l’exemple des « résistants de septembre » est frappant) n’est pas morale parce qu’elle se cantonne au visible. Entre le souci du désintéressement et le souci désintéressé, il n’y a qu’un pas pourtant difficilement franchissable lorsqu’il est question de réputation.

  • 1 En se référant à juste titre aux travaux de Ronald Burt. Burt Ronald S., Brokerage and Closure. An (...)

3Dès la troisième contribution cependant, la perspective rationaliste qui était commune aux deux premières contributions par l’articulation entre réputation et morale est revisitée. En analysant le traitement de la réputation dans l’œuvre de Hobbes, Barbara Carnevali établit un lien essentiel entre la question de la reconnaissance et celle du pouvoir. C’est même ce qui caractérise le genre humain : l’homme se distingue par son insatiabilité pour les biens matériels et immatériels, dans un jeu à somme nulle. La vision hobbésienne a irrigué nombre de travaux ultérieurs, de Bourdieu au paradigme de l’Homo economicus, qui ont en commun une représentation de l’individu guidé par le même intérêt vital (le conatus) et la même inclination à l’affirmation de soi. C’est la même idée d’une course à la réputation comme course à l’affirmation de soi qui sous-tend la contribution de Philippe Rochat à propos de l’émergence d’une conscience chez les enfants. En retraçant les origines et le développement de la honte chez l’enfant, Philippe Rochat place sur un même plan la question de la réputation et celle de l’identité. Il montre que c’est à l’âge de 7-8 ans, avec le développement de la sociabilité, que l’enfant se construit une réputation. La peur du rejet par les autres serait au fondement de la formation d’une réputation. Le rapport à l’autre apparaît comme constitutif de la réputation à plus d’un titre. C’est également le sens de la contribution de Nicholas Emler sur la réputation comme instrument social. En soulignant le rôle crucial et nécessaire du langage comme condition de circulation et de création de la réputation, Emler pose sur la table la question de l’influence de la taille et de la densité des réseaux sur les conditions de diffusion de la réputation1. La question de la réputation est inséparable de la celle de la diffusion de l’information, ce qui, en dépit de son caractère manipulable, lui confère une fonction de prévision et de contrôle social qui permet de rendre les actions humaines plus efficaces.

4Gloria Origgi poursuit la réflexion sur la valeur informationnelle de la réputation en adoptant l’angle de l’épistémologie sociale. Elle souligne la valeur informationnelle de la réputation, ce qui la conduit à aborder la question de la réputation comme « signal ». La valeur du signal a d’autant plus de sens que l’incertitude est forte. Loin de se cantonner à la simple observation individuelle de la conduite d’autrui les dispositifs donnent un poids massif à l’opinion des autres dans la formation de nos propres jugements. « Dans l’économie réputationnelle, le jugement des autres est la première source d’information sur le marché » (p. 117).

  • 2 Karpik Lucien, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007.

5Ce besoin du jugement des autres pour la construction des réputations est un topos de la littérature en sociologie économique. C’est précisément l’angle opté par les trois contributions suivantes. Lucien Karpik, dans la droite lignée de son Économie des singularités2, distingue deux logiques marchandes de la réputation attachées à deux catégories de produits : les produits standards et les produits singuliers. Loin de se cantonner à une logique uniforme, la réputation revêt différents mécanismes en fonction du type de produit auquel elle s’applique. Pour les produits standards, profit et réputation sont corrélés alors que pour les produits singuliers, c’est le degré d’incertitude qui détermine le degré de confiance.

6Pierre-Marie Chauvin propose quant à lui une méthodologie féconde pour appréhender la réputation. Selon lui, la réputation obéit moins à une logique essentialiste (réputation-reflet) qu’à des logiques sociales (constructiviste). Il avalise une approche de la réputation fondée sur la contextualisation et l’intérêt porté aux sources externes, sans négliger le contrôle d’ego sur sa propre réputation, la critique de la dichotomie manichéenne bonne/mauvaise réputation et la question des transferts de réputation. Pierre-Michel Menger, dans une perspective de sociologie économique, propose une réflexion sur la capacité de la réputation à nous garantir la qualité d’un produit dans une situation de forte incertitude. Il débute par un important prélude théorique dans lequel il souligne les conditions de construction de la réputation (environnement incertain, transactions répétées) qui permettent de distinguer la notion d’autres concepts voisins tels que la notoriété ou la célébrité. En étudiant le marché de l’art et le marché aux puces, Menger montre que la réputation est un mécanisme important de réduction de l’incertitude : elle permet aux chalands de se faire une idée sur l’honnêteté du comportement d’autrui, et elle permet aux offreurs d’adapter leurs comportements afin d’obtenir des gains à long terme. Toutefois, il signale que la réputation peut ne pas suffire en situation de forte asymétrie informationnelle : des garanties, notamment statutaires, interviennent alors pour garantir la survie du marché.

  • 3 Fine Gary Alan, Sticky Reputations: The Politics of Memory in Midcentury America, London, Routledge (...)

7Dans un article analysant l’intense compétition pour la visibilité sur le Web, Dominique Cardon aborde la question de la mesure de la réputation. À la différence des médias traditionnels qui mesurent la réputation d’un programme par rapport à son audience, le Web se caractérise par ses mesures originales de la réputation. Cardon identifie deux mesures de la réputation. La première, issue du PageRank de Google, fidèle aux idéaux des pionniers du Web, mesure la réputation d’une page par rapport au nombre de liens hypertextes que lui adressent les autres documents du Web. Il s’agit de prélever les liens internes au texte en soustrayant le contenu à la personnalité de l’auteur. Cependant, avec le développement des réseaux sociaux, une autre mesure de la réputation émerge. Avec le EdgeRank de Twitter et Facebook, la réputation est mesurée comme l’effet des stratégies de promotion qu’un site ou une personne a déployées pour susciter l’attention de son environnement numérique. Ce qui oppose ces deux conceptions de la réputation est que, dans le premier cas, la réputation est considérée comme le résultat non intentionnel d’une évaluation de la qualité documentaire d’une page, alors que dans le second, la réputation est la conséquence recherchée d’une action stratégique du producteur d’informations pour recevoir l’approbation. Ce passage du Web des documents au Web des personnes accorde une place toute particulière au travail d’ego sur sa propre réputation. Enfin, Jean-Pierre Cavaillé, en étudiant la réputation du musicien Dassoucy au xviie siècle, nous rappelle à quel point la réputation peut être « collante »3. Dassoucy aurait été victime de rumeurs infondées à propos de ses mœurs légères. À l’origine de ces rumeurs, on trouve Chapelle et Bachaumont, deux auteurs « réputés » qui rédigèrent un récit viatique défavorable à Dassoucy. La construction de la réputation de Dassoucy comme libertin sodomite est indissociable de la question de la circulation de l’imprimé au sein des milieux littéraires et mondains du xviie siècle. Mais loin de se cantonner à subir sa réputation, Dassoucy entreprit de contrecarrer ses détracteurs en publiant ses propres « aventures », mêlant prose et dérision. C’est par la littérature que Dassoucy a pu se saisir d’une possibilité de réélaborer sa propre réputation.

  • 4 Voir, entre autres, les travaux de Charles Fombrun : Fombrun Charles J., Reputation: Realizing Valu (...)

8Nous ne pouvons que louer ce numéro consacré à la réputation, notamment parce qu’il offre une excellente introduction au concept, en français. En revanche, on peut regretter son manque de dialogue avec la littérature anglophone. Les Reputation Studies sont un champ institutionnalisé de l’autre côté de nos frontières hexagonales4. De même, si l’on comprend très bien que la réputation puisse se mesurer socialement, en revanche, on aurait sans doute apprécié de plus amples développements sur la façon de mesurer cette réputation (par l’analyse de réseaux, par exemple). Mais tout cela dépasse sans doute les objectifs de ce numéro qui a réussi avec brio à désenchanter la réputation.

Haut de page

Notes

1 En se référant à juste titre aux travaux de Ronald Burt. Burt Ronald S., Brokerage and Closure. An Introduction to Social Capital, Oxford, Oxford University Press, 2005.

2 Karpik Lucien, L’économie des singularités, Paris, Gallimard, 2007.

3 Fine Gary Alan, Sticky Reputations: The Politics of Memory in Midcentury America, London, Routledge, 2011.

4 Voir, entre autres, les travaux de Charles Fombrun : Fombrun Charles J., Reputation: Realizing Value from the corporate image, Harvard, Harvard Business School Press, 1996, 546 p. On peut également mentionner le Oxford University Centre for Corporate Reputation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Mollanger, « Gloria Origgi (dir.), « La réputation » », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13036

Haut de page

Rédacteur

Thomas Mollanger

Doctorant de deuxième année en histoire économique à l’université Bordeaux IV. Membre du GREThA UMR CNRS 5113. Recherches portant sur l’analyse historique du rôle et de l’importance de la réputation sur les marchés.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page