Navigation – Plan du site

Isabelle Gouarné, L'introduction du marxisme en France. Philosoviétisme et sciences humaines (1920-1939)

Corinne Delmas
L'introduction du marxisme en France
Isabelle Gouarné, L'introduction du marxisme en France. Philosoviétisme et sciences humaines (1920-1939), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2013, 288 p., ISBN : 978-2-7535-2761-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Isabelle Gouarné, Philosoviétisme et rationalisme moderne. L’introduction du marxisme dans les scie (...)

1Issu d’une thèse soutenue en 20101, cet ouvrage analyse l’émergence d’un marxisme universitaire en France entre les deux guerres. À cette fin, l’auteure étudie les relations nouées entre le monde académique et scientifique français d’une part, et un monde communiste en voie de formation d’autre part. Mobilisant une perspective socio-historique, elle oriente le regard sur les membres de la commission scientifique du Cercle de la Russie neuve (CRN) au sein de laquelle s’est définie une nouvelle posture intellectuelle, conciliant science, marxisme et communisme ; ce cénacle a par ailleurs contribué au lancement de la revue La Pensée, en 1939. L’argumentation se développe en trois temps, qui constituent autant d’angles d’approche de ces relations entre milieux scientifiques, académiques et communistes.

2Une première partie est consacrée à la genèse des philosoviétismes dans les milieux intellectuels français, de 1920 jusqu’à la création, en 1932, de la commission scientifique du CRN. L’étude biographique des acteurs qui s’y engageront vise « à saisir les rapports, réels et symboliques, qu’ils ont alors établis avec le communisme soviétique et à en comprendre les logiques sociales, politiques et intellectuelles sous-jacentes » (p. 17). Deux familles de trajectoires sont successivement étudiées.

3Un premier chapitre traite ainsi de l’avant-gardisme intellectuel dans les années vingt, c’est-à-dire à un moment où les frontières entre littérature, politique, journalisme et sciences sociales sont poreuses et où nombre d’intellectuels se rapprochent du PCF naissant, comme en atteste la création de nouvelles revues. Selon l’auteure, les positions anti-intellectualistes du PC ont pu paradoxalement conduire à l’adhésion de jeunes intellectuels : normaliens talentueux mais d’origine sociale modeste tels Jean Bruhat, Georges Cogniot et Paul Nizan, mais aussi élèves issus de la bourgeoisie économique juive (comme George Friedmann et Paul Bénichou) pour lesquels « l’engagement à gauche pourrait (…) constituer une des dimensions symboliques de leur nouvelle identité d’ « intellectuel » » (p. 45). D’autres trajectoires, telle celle de Georges Politzer, combinent ruptures sociale et politique avec le milieu familial ; l’engagement communiste serait ici une réponse au « besoin de réparation des attitudes familiales défaillantes » (p. 45).

4Un second chapitre aborde la trajectoire des intellectuels liés aux milieux universitaires-scientifiques qui, au cours des années 1920, se tiennent éloignés du PCF, ce dernier ne cherchant guère de son côté à les mobiliser. Ce sont les franges du monde scientifique les plus tournées vers la spéculation et la théorie qui auraient été les mieux disposées à l’engagement philosoviétique. Par ailleurs, ces scientifiques s’inscrivent souvent dans une histoire sociale ascendante rendue possible par la politique de la Troisième République. Devant être pensé en lien avec l’affirmation du rôle social et politique de l’intellectuel-scientifique face aux hommes de lettres, et de la défense de la science, le philosoviétisme est particulièrement marqué dans des disciplines qui, telle la psychologie, voient leur légitimité scientifique contestée. Les rivalités auraient ainsi favorisé son émergence, comme en attesterait l’itinéraire de Jean-Maurice Lahy, engagé dans la critique du système taylorien d’organisation du travail et dont le programme psychotechnique doit être replacé dans la lutte opposant alors savant universitaires et ingénieurs. J.-M. Lahy incarnerait ainsi la figure du « scientifique théoricien marxiste », le matérialisme permettant à ses yeux l’unification des sciences, tandis que les deux autres trajectoires analysées, celle de Henri Piéron et Henri Wallon, seraient celles de « savants experts » au service de la République.

5Une deuxième partie porte sur l’invention d’un marxisme français, entre 1932 et 1939, sous la forme du « rationalisme moderne ». Centrée sur la commission scientifique du CRN, elle étudie comment des intellectuels de professions se sont accommodés des exigences et contraintes du monde communiste. L’auteure y distingue trois périodes.

6Une première séquence correspond à l’émergence du groupe dans la sphère d’action de la diplomatie culturelle soviétique. L’auteure analyse ici la création de la commission scientifique sous l’impulsion de la VOKS, organisation soviétique fondée en 1925 et chargée des échanges culturels avec l’étranger. Dominée à ses premières heures par des universitaires, la commission entretient alors des relations distendues avec le PCF. Mais cette configuration initiale est rapidement remise en cause dans un contexte marqué par la montée en force des fascismes. Les transformations du PCF, en particulier l’ouverture d’une période de stabilisation de son équipe dirigeante avec l’arrivée en 1930 de Maurice Thorez, et la mise en œuvre d’une politique d’ouverture aux intellectuels, obligent le groupe à redéfinir ses positions dans l’espace communiste ; s’amorce alors un processus d’intégration au sein de l’entreprise partisane communiste. Domaine privilégié où les intellectuels de profession étaient autorisés à s’investir, la lutte pour la paix et contre le fascisme passe par diverses formes d’action (représentation, production de discours…).

7La partie se conclut sur la réussite politique de ce mouvement. Le groupe de la commission scientifique de la CRN existe en effet désormais, à compter de 1939, par l’entremise d’une revue, La Pensée. Revue du rationalisme moderne, censée incarner durablement leur posture intellectuelle. Le marxisme universitaire peut ainsi être perçu comme un renouvellement de la pensée rationaliste française. Les échanges, circulations d’idées et confrontations entre le monde communiste et certaines fractions du monde universitaire-scientifique seraient ainsi à l’origine d’une nouvelle position épistémologique, le « rationalisme moderne ».

8Une troisième partie analyse la réception de ce rationalisme marxiste au sein des sciences humaines et sociales françaises. Elle analyse dans un premier temps le travail doctrinal réalisé pour faire de Marx un auteur légitime dans un univers encore dominé par la référence durkheimienne. Les intellectuels associés à l’entreprise culturelle communiste sont ainsi invités, à un moment où le PCF souhaite promouvoir un marxisme « à la française », au milieu des années 1930, à redéfinir les rapports entre Marx et les grands penseurs sous la forme, non plus d’une opposition irréductible, mais d’une filiation. L’auteure analyse les contributions, à cette entreprise, des philosophes René Maublanc et Armand Cuvillier. Elle étudie ensuite la mise en œuvre d’un programme centré sur l’étude des sciences, des techniques et du travail. Retraçant la rencontre des Annales avec le « marxisme vivant », elle souligne le caractère autant politique que culturel et intellectuel de l’attrait pour le marxisme, dont la réévaluation est favorisée par la politisation du monde universitaire au milieu des années 1930 marquées par le soutien aux républicains espagnols, les luttes pour la paix, contre le fascisme et l’Action française. Elle analyse la formation d’un réseau structuré par un programme interdisciplinaire de recherches grâce auquel André-Georges Haudricourt, élève de Marcel Mauss, devient un intellectuel « marxiste » reconnu, « alors même que ni son origine sociale ni son itinéraire ne semblaient le disposer à une carrière académique » (p. 203). Elle conclut sur le volet politique de cette entreprise de légitimation, avec l’association de ces recherches au projet de transformations sociales dont le PCF était porteur. Née dans un contexte de forte politisation, la science sociale marxiste ne retrouve pas, après-guerre, son élan initial ; les intellectuels ralliés poursuivront alors leurs recherches de façon dispersée. Sans doute lié au renforcement des clivages disciplinaires, ce « demi-échec » tiendrait surtout aux enjeux politiques dont il était porteur et de ses liens avec le projet communiste, sa visée étant de repenser une idée de progrès humain alors discréditée. La logique de fermeture et la stalinisation qui travaillent le PCF rendent pour leur part caduc le nouveau rôle de l’intellectuel devenu légitime dans les milieux universitaires, comme en atteste la controverse suscitée par la publication en 1938 par Georges Friedmann, de son ouvrage De la Sainte Russie à l’URSS.

9Isabelle Gouarné propose ici une analyse stimulante de la constitution du marxisme, sous une forme rationaliste, comme pôle d’attraction pour des intellectuels en quête dans l’entre-deux-guerres d’un nouveau paradigme unificateur, après la dispersion de l’école durkheimienne. En éclairant la constitution puis l’éclatement d’un réseau intellectuel au cours des années 1930, elle montre le caractère paradoxal de ces dernières puisque « c’est au moment même où, avec la stalinisation, “les concepts ouverts du marxisme se sont fermés”, que cette pensée est apparue en France, à nombre d’intellectuels, comme étant la “philosophie indépassable de notre temps”, selon la célèbre formule de Sartre. » (p. 234). L’ouvrage propose ainsi une solide contribution à l’histoire d’une tradition intellectuelle ayant durablement marqué les sciences humaines et sociales en France.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Gouarné, Philosoviétisme et rationalisme moderne. L’introduction du marxisme dans les sciences humaines françaises (1920-1939), thèse de sociologie, Université de Nantes, 2010, 2 vol.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Delmas, « Isabelle Gouarné, L'introduction du marxisme en France. Philosoviétisme et sciences humaines (1920-1939) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 24 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13053

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page