Navigation – Plan du site
Le silence en politique

Le silence en politique

Denis Barbet, Jean-Paul Honoré (dir.), « Le silence en politique », Mots, n° 103, novembre 2013, 164 p., ENS Éditions, ISBN : 978-2-84788-527-9.
Notice publiée le 20 décembre 2013

Présentation de l'éditeur

Apparent paradoxe au regard de son titre : la revue Mots. Les langages du politique a retenu « le silence en politique » comme dossier de son prochain numéro. Le silence est généralement défini par la négative ou l'absence, opposé à la parole ou au bruit. Pour autant, le silence n’est pas nécessairement dépourvu de sens. Il est d’abord diversement perçu selon les époques et les cultures. Il peut ensuite être interprété différemment : la réponse par le silence à une question n’a pas la même signification en tout lieu. Il vaut accord ou acquiescement, comme en droit le plus souvent, selon le principe « Qui ne dit mot consent », mais peut aussi traduire le refus ou la désapprobation. Le silence est enfin valorisé ou déprécié en fonction des circonstances : il en est dans lesquelles il convient de parler, et d’autres où il est recommandé de se taire. Si les silences sont multiformes et polysémiques, silence et parole restent indissociables et inséparables. Mais quelle place et quelle importance accorder au silence dans l’analyse du discours ? Envers de la parole, point aveugle, partie fonctionnelle et structurante du discours, composant essentiel des énoncés, élément constitutif de la communication, mécanisme producteur du sens, « matière signifiante par excellence » ? Au-delà de ces interrogations, le dossier vise particulièrement les usages et les interprétations des silences en politique. On s’intéressera au silence politique lui-même et au traitement (médiatique notamment) qui en est fait, plutôt qu’au non-dit, à l’implicite, à l’indicible, à l’ineffable ou au refoulé des discours.

Sommaire

Hommage à Maurice Tournier


DOSSIER

Denis Barbet, Jean-Paul Honoré — Ce que se taire veut dire. Expressions et usages politiques du silence

Marion Béchet, Marion Sandré, Fabrice Hirsch, Arnaud Richard, Fabrice Marsac, Rudolph Sock — De l'utilisation de la pause silencieuse dans le débat politique télévisé. Le cas de François Hollande

Paola Paissa — Le silence sur la torture pendant la guerre d'Algérie. Analyse d’un corpus de presse française (1957 et 2000)

Anaïs Theviot — Un silence numérique bavard. Controverses autour de l’interdiction de la propagande politique en ligne avant le vote


VARIA

Damon Mayaffre — Sarkozysme et populisme. Approche logométrique du discours de Nicolas Sarkozy (2007-2012)

Josette Lefèvre — La parole en mouvement du patronat. CNPF-Medef 1981-2010

Notes de recherche

Haoues Seniguer — Genèse et transformations de l’islamisme marocain à travers les noms. Le cas du Parti de la justice et du développement

Grégory Piet — Derrière les mots du politique. Le-pire-est-à-venir, un marqueur temporel particulier dans le discours politique en Belgique

Sébastien Ledoux — Les historiens face aux nouveaux usages du mot mémoire

Comptes rendus de lecture
François Gaudin éd., Alain Rey, vocabuliste français (Foudil Cheriguen)
Yeni Serrano, Nommer le conflit armé et ses acteurs en Colombie. Communication ou information médiatique ? (Pierre Fiala)
François Rastier, Apprendre pour transmettre. L’éducation contre l’idéologie managériale (Damon Mayaffre)

Haut de page