Navigation – Plan du site

Catherine Delcroix, Education(s) et réseaux de sociabilité. Parcours de jeunes en difficulté

Hervé Polesi
Education(s) et réseaux de sociabilité
Catherine Delcroix (dir.), Education(s) et réseaux de sociabilité. Parcours de jeunes en difficulté, Editions Pétra, coll. « Education, art du possible », 2010, EAN : 9782847430363.
Haut de page

Texte intégral

1Catherine Delcroix nous propose, sous sa direction, un ouvrage collectif particulièrement stimulant : Education(s) et réseaux de sociabilité, aux éditions Petra. Il s’agit d’un compte-rendu d’une recherche-action portant sur les parcours d’adolescents et de jeunes adultes en difficulté. Le pluriel proposé entre parenthèses dans le titre indique d’entrée de jeu l’une des hypothèses centrales du travail engagé : il s’agissait d’identifier les multiples acteurs intervenant dans le parcours des jeunes concernés par des mesures éducatives diverses. Les travailleurs sociaux engagés dans cette aventure qui les a menés loin de leurs terrains habituels sont soit membres d’unité éducative en milieu ouvert, soit d’une association impliquée dans l’animation socioéconomique d’un quartier, soit enfin d’un foyer mixte d’action éducative.

2Le premier chapitre de l’ouvrage, présentant la problématique et la méthodologie du travail, propose de façon remarquablement claire le cadre de l’étude : que faut-il entendre par « coéducation », qu’est-ce qu’une « étude de cas élargie », etc.. Même le lecteur très éloigné des questions d’éducation et d’insertion trouve très rapidement les éléments lui permettant de suivre par la suite le propos des équipes qui se sont engagées dans la recherche-action, ainsi que les enjeux du travail. En termes opérationnels, chaque équipe s’est attachée à explorer un réseau de coéducation différent : réseaux familiaux et de voisinage, pairs, réseaux liés à l’insertion, à la scolarité, ou encore à caractère religieux.

3Il s’agissait, pour chacun des groupes de travail, de reprendre a posteriori le parcours d’adolescents et de jeunes adultes qui sont parvenus à s’extraire des difficultés auxquelles ils avaient été confrontés. L’enjeu était d’identifier, dans chacun des réseaux de coéducation déjà cités, des acteurs ayant été porteurs des « moments décisifs » qui ont permis à ces jeunes citoyens de s’extraire d’une trajectoire difficile. Le lecteur peut en être surpris, mais pour les travailleurs sociaux cette démarche semble tout-à-fait inhabituelle : la question des personnes gravitant autour des adolescents concernés par des mesures éducatives n’est généralement pas abordée lors d’un suivi, à l’exception du père et de la mère.

4Il est délicat de porter un regard critique sur le travail des équipes : c’est l’un des effets de la dimension recherche-action, car même lorsque le travail ne produit pas de résultats remarquables sur le plan de la recherche, il a tout de même un impact très clair sur les pratiques professionnelles des personnes engagées dans la recherche, notamment en termes de regard critique. Il est difficile de négliger cet aspect de la recherche-action, et, dans le même mouvement, il est délicat pour le lecteur peu au fait des questions professionnelles d’en mesurer toute la portée. Car, à la lecture des 300 pages de l’ouvrage, il semble indéniable que les personnes qui ont pris part à ce travail de recherche en ont retiré un bénéfice incontestable.

5Pour autant, sur le strict plan de la recherche, tous les champs explorés n’ont pas été également féconds. L’exploration des réseaux familiaux et de voisinages, par exemple, a permis la mise à jour d’un matériau intéressant et notamment de pointer les limites d’une approche éducative centrée sur les jeunes et leurs parents (au sens technico-légal du terme, c'est-à-dire les parents en tant que responsables légaux). Il apparaît en effet que l’intervention de certains adultes proches (oncles, voisins, parents de copain) peut s’avérer plus déterminante et décisives que toutes les autres. A l’opposé, le groupe ayant travaillé sur les réseaux liés à la pratique religieuse propose un compte-rendu moins riche : cela ne reflète pas la qualité ou l’implication des personnes, mais la difficulté à entrer dans le sujet par une porte finalement très restrictive. La pratique religieuse apparaît en effet en filigrane dans les autres explorations, soit par l’intervention de proches très inscrits religieusement, soit comme une sorte de fanal revendiqués par les jeunes interrogés : certains expriment en effet que, dans leur vision de leur parcours, ils seront « un jour » de « bons pratiquants ».

6Les apports sont donc divers mais les questions travaillées sont vraiment toutes dignes d’intérêt. Il est extrêmement profitable de voir comment les travailleurs sociaux se sont emparés de l’outillage proposé par Catherine Delcroix, comment ils ont affronté des questions centrales du travail de recherche (faut-il faire valider les retranscriptions d’entretiens ? Quel sens et quel impact pour cette validation ? Peut-on utiliser finalement un entretien qui n’a pas reçu de validation par défaut de réponse ?) et enfin comment ils ont négocié avec la difficulté de leur positionnement dans le cadre d’une recherche-action. Mener une recherche sur et avec des jeunes dont ils ont assuré le suivi éducatif par le passé n’est pas forcément simple ; il est ainsi possible de lire dans une présentation de trajectoire : « Anne n’a pas souhaité le maintien d’un accompagnement éducatif, alors que nous pensions qu’il était encore nécessaire. ». En quoi le fait que l’équipe ait pu juger par le passé que l’accompagnement devait se poursuivre est-il pertinent pour la recherche ?

7Au final, nous ne pouvons qu’encourager à la lecture de l’ouvrage dirigé par Catherine Delcroix. Il nous semble s’adresser aussi bien à des lecteurs concernés par le sujet d’étude qu’à des personnes engagées dans des recherches de terrain et prêtes à toujours interroger leurs pratiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Polesi, « Catherine Delcroix, Education(s) et réseaux de sociabilité. Parcours de jeunes en difficulté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 10 mars 2011, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1307

Haut de page

Rédacteur

Hervé Polesi

Chargé d'études en santé publique à l'ORS Alsace et doctorant au sein du laboratoire Cultures et sociétés en Europe (CNRS/Université de Strasbourg)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page