Navigation – Plan du site

Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz, Charlotte Vorms (dir.), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970

Romain Maurice
L'urbanisme espagnol depuis les années 1970
Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz, Charlotte Vorms (dir.), L'urbanisme espagnol depuis les années 1970. La ville, la démocratie et le marché, Presses universitaires de Rennes, coll. « Espace et Territoires », 2013, 307 p., ISBN : 978-2-7535-2671-6.
Haut de page

Texte intégral

1L’Espagne est depuis une trentaine d’années régulièrement prise en exemple, bon ou mauvais, en matière d’urbanisme et de logement. Les différents auteurs de cet ouvrage collectif reviennent sur l’émergence de nouvelles formes de gestion de l’urbain dans les années 1980, particulièrement celles liées aux grands projets urbains et à « l’évènementiel » (Exposition Universelle de Séville, Jeux Olympiques de Barcelone, musée Guggenheim de Bilbao…), puis sur le dynamisme des marchés immobiliers au cours des années 2000 et leur chute brutale en 2008.

2L’ouvrage est divisé en trois parties. La première porte sur la réappropriation des questions urbaines par les habitants après la chute du régime franquiste et les premières élections libres de 1977, puis sur l’émergence dans les années 1980 de nouvelles politiques d’inspiration libérale, qui donnent un poids croissant à de nouveaux acteurs majeurs, en particulier les promoteurs immobiliers. La deuxième partie de l’ouvrage porte sur les mutations des tissus anciens des grandes agglomérations et les difficultés à faire émerger des politiques de réhabilitation efficaces dans ce pays très tourné vers l’aménagement et l’immobilier neuf. Enfin la dernière partie se focalise sur la genèse de la crise immobilière et économique. Il en ressort que les difficultés économiques et sociales actuelles ne sont pas uniquement dues à l’éclatement d’une bulle immobilière, mais ont une origine qui remonte à la fin des années 1970. Les coordinateurs de l’ouvrage ont fait le choix de largement laisser la parole aux auteurs espagnols (13 contributions sur 16). Il en ressort un panorama d’une recherche espagnole en urbanisme et en sociologie urbaine très marquée par les approches marxistes (des auteurs français tels qu’Henri Lefebvre, Manuel Castells, Christian Topalov ou Alain Lipietz sont notamment cités), sans pour autant savoir qu’on sache vraiment s’il s’agit d’un choix des coordinateurs ou d’un échantillon représentatif de la recherche urbaine actuelle en Espagne.

3Les auteurs constatent que leur pays est régulièrement pris comme un modèle à part en Europe en matière de politiques du logement et d’urbanisme, aussi bien comme exemple à suivre qu’à ne pas suivre, pour plusieurs raisons. Premièrement, un certain nombre de contributeurs reviennent sur le « modèle Barcelone », le « modèle Bilbao » ou le « modèle madrilène » (notamment en termes de planification). L’année 1992 avait en effet été le signe éclatant du retour de plain-pied de l’Espagne dans l’Union Européenne et sur la scène internationale après des décennies de franquisme : Jeux olympiques de Barcelone, Exposition Universelle de Séville, Madrid capitale européenne de la Culture, inauguration de la première ligne de train à grande vitesse… Jordi Borga, qui a été au sein de la municipalité de Barcelone entre 1983 et 1993 un des acteurs majeurs de la transformation de la ville, reconnaît quelques éléments problématique (absence depolitique d logement social, pas de planification à l’échelle métropolitaine), mais mais en rappelle les résultats globalement positifs : le visage de Barcelone a été transformé, des quartiers populaires et industriels sont sortis de leur isolement. Toutefois, il met en garde toutes les villes qui voudraient « copier le modèle » : les politiques urbaines menées à Barcelone ou Bilbao à l’époque prennent place dans un contexte politique et social bien particulier à l’époque. Autrement dit, il n’y a pas de solutions globales à des problématiques locales. Antonio Montiel Marquez revient quant à lui sur Valence et le mode d’aménagement urbain de « l’agent urbanisateur », qui laisse une large place aux acteurs privés. S’il a été souvent pris comme modèle dans le reste de l’Espagne afin de mener de vastes aménagements sans mobiliser trop de fonds publics, l’auteur met en garde contre les nombreuses dérives que cela a engendré : faible prise en compte de l’avis des habitants et des propriétaires fonciers initiaux, privatisation des profits et socialisation des pertes.

4La seconde raison pour laquelle l’Espagne se démarque du reste de l’Europe tient au « modèle » de développement économique que ce pays représentait dans les années 1990 et 2000. Tous les auteurs qui évoquent cette période de libéralisation et d’essor économique en rappellent une conséquence fondamentale : la hausse des prix immobiliers intervenue au même moment (mais tous ne parlent pas de « bulle financière »). Ce boom immobilier incontrôlé serait la cause principale de la crise économique, sociale et environnementale actuelle. Cette crise s’inscrit également dans « une séparation progressive du modèle espagnol d’occupation et d’utilisation du territoire vis-à-vis du modèle continental européen » (Luciano Parejo Alfonso). José Manuel Naredo nous rappelle que cet assouplissement marqué des règles d’urbanisme a eu lieu au même moment qu’un déferlement de capitaux dans l’immobilier espagnol. Pour Horacio Capel Saez, aussi bien les autorités publiques, les professionnels de l’immobilier que les citoyens ont alors rejoint la course aux gains faciles et rapides.

5Ces éléments ont engendré une « grande dépendance du modèle économique vis-à-vis du secteur du bâtiment » (Estrella Cruz Mazo et Alfonso Fernandez Tabales) et ont rétrospectivement eu de nombreux effets négatifs. Tout d’abord, l’urbanisation sauvage a été dommageable pour les environnements naturels, agricoles et pour les paysages, en particulier le long des côtes (Jose Manuel Barredo). Nacima Baron-Yelles montre également que les logiques de protection des espaces naturels en Andalousie ne vont pas forcément à l’encontre d’une logique de développement immobilier. Deuxièmement, la concentration quasi exclusive des aides au logement sur l’accession à la propriété s’est faite au détriment de la construction de logements sociaux, et l’augmentation du nombre de propriétaires immobiliers est désormais jugée démesurée. Cela accentue les difficultés de l’Espagne à rebondir économiquement (immobilisation de capitaux dans le foncier et l’immobilier, endettement des ménages, manque de logements locatifs libres et sociaux).Troisièmement, Julie Pollard revient sur le poids très important qu’ont pris les promoteurs immobiliers dans les décisions publiques et dans la structuration des marchés immobiliers. Avec l’arrivée de la crise économique, cette augmentation du pouvoir des acteurs privés a engendré, pour Antonio Montiel Marquez, une socialisation des coûts et une privatisation des plus-values foncières en faveur de grands groupes d’aménagement, tout en prenant très partiellement en compte l’avis des populations dans les nouveaux outils d’aménagement et d’urbanisme.

6Enfin, Maria Castrillo Romon constate et dénonce une focalisation des politiques sur les aménagements nouveaux plutôt que sur la réhabilitation des quartiers anciens. Mises à part certaines expériences réussies des années d’immédiat après-franquisme, les réhabilitations ne touchent aujourd’hui pas assez les quartiers qui en ont réellement besoin. De plus, la manière dont ces politiques de réhabilitation sont menées pousse souvent à une gentrification, donc à une exclusion de fait d’une partie de la population avec pour résultat des villes telles que Barcelone ou Madrid qui sont aujourd’hui fortement ségrégées, comme le montrentHovig Ter Minassian pour Barcelone, et Renaud Boivin pour Madrid. Après quelques programmes vigoureux de résorption des bidonvilles (les chabolas ou baraccas) au début de l’ère démocratique, les pouvoirs publics ne prennent plus véritablement les choses en main aujourd’hui pour modifier les déséquilibres socio-spatiaux. La majorité des articles abordent également un des éléments évoqués dans le sous-titre de l’ouvrage : la démocratie. Les avis convergent, à savoir qu’après une période de forte implication et participation des habitants dans des formes nouvelles de démocratie locale suite à la chute du franquisme, les mouvements citadins se sont petit à petit institutionnalisés, et le pouvoir concentré dans quelques mains. Julio Alguacil Gomez revient sur ce phénomène en évoquant le cas de Madrid.

7Cet ouvrage offre un panorama clair et diversifié de l’urbanisme espagnol, entendu au sens très large de « ce qui touche à l’urbain », sur ces quatre dernières décennies. La diversité des contributions ne nuit pas à l’intérêt global de l’ouvrage. Il en ressort que les difficultés actuelles de l’Espagne ne proviennent pas d’un facteur unique mais d’une série de décisions politiques nationales et locales. Pour les lecteurs français, chercheurs ou professionnels, cet ouvrage constitue un appui très intéressant pour intégrer des points de comparaison et ouvrir à la réflexion sur de nombreux éléments : doit-on tendre vers une « France de propriétaires » ? Quelle place faut-il faire à l’urbanisme déréglementé et négocié, à « l’urbanisme de projet » ? Quelles articulations, quels arbitrages financiers faire entre réhabilitation du bâti existant et soutient aux grands projets d’aménagement nouveaux ? Quelles conséquences d’une décentralisation très poussée où les lois d’urbanisme relèvent des régions et où les communes ont une très grande autonomie ? Quelle place donner aux habitants dans la gestion, la réhabilitation et l’extension de la ville ? Les réflexions et les avis parfois tranchés ne manqueront pas d’intéresser les lecteurs français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Maurice, « Laurent Coudroy de Lille, Céline Vaz, Charlotte Vorms (dir.), L’urbanisme espagnol depuis les années 1970 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 21 décembre 2013, consulté le 25 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13085

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page