Navigation – Plan du site

Sami Zegnani, Dans le monde des cités. De la galère à la mosquée

Benoît Ladouceur
Dans le monde des cités
Sami Zegnani, Dans le monde des cités. De la galère à la mosquée, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2013, 238 p., ISBN : 978-2-7535-2273-2.
Haut de page

Texte intégral

1Avec l’arrivée des fêtes de fin d’année, les médias ont l’habitude d’énumérer le nombre de voitures brulées dans les quartiers d’habitat populaire. Ce marronnier est un des éléments illustrant la construction par les médias « du problème des banlieues » dont les principaux responsables seraient les jeunes qui les habitent. L’ambition du travail de Sami Zegnani est de déconstruire les prénotions qui entourent la perception des jeunes de cités en montrant que derrière le réductionnisme trivial assimilant les « jeunes de cités » à des délinquants, se cachent en réalité des modes d’existences variés, imprégnés d’une identité locale qui, elle aussi, ne saurait être réduite à une image simplifiée de ghettos. Pour ce faire, l’auteur, maître de conférence en sociologie à l’université de Rennes 1, rend compte d’une enquête au long cours, menée entre 1997 et 2004 dans trois cités HLM (une à Toulouse et deux en région parisienne). Menée par observations directes et récits de vie, l’enquête ethnographique de Sami Zegnani a pris pour objet cinq groupes de jeunes, issus de milieu populaire souvent liés à l’immigration, afin d’analyser des « formes de sociabilité dans l’espace public des jeunes des cités âgés de 18 à 30 ans et de leurs activités compte tenu de leur parcours dans l’entrée à l’âge adulte ».

2L’ouvrage Dans le monde des cités rend compte de ces différentes monographies à travers deux parties. L’auteur s’intéresse dans un premier temps, aux « jeunes de la rue », figures emblématiques des cités, qui se caractérisent par leur occupation significative de l’espace public. Sami Zegnani souhaite étudier leurs interactions, leurs pratiques de sociabilité, mais aussi mettre en évidence les codes et les rapports sociaux qui structurent ces groupes de jeunes et leurs relations avec le reste de la société. Dans un second temps, le sociologue analyse les pratiques culturelles des jeunes des cités, notamment à travers l’islam et le mouvement hip hop.

3Dans la première partie « Les jeunes de la rue : occuper l’espace public », Sami Zegnani éclaire le fonctionnement social des groupes de jeunes de cités à partir de l’analyse de trois traits majeurs qu’il a identifiés et qui sont selon lui constitutifs de leur mode d’appropriation de l’espace : l’opposition « eux-nous », la stigmatisation des jeunes et leurs rapports sociaux au sein de l’espace public.

  • 1 Evelyne Larguèche, L’Effet injure, Paris, Puf, 1983

4Le premier élément qui permet aux « jeunes de la rue » de se structurer comme groupe est langagier. L’auteur le démontre à partir de son enquête de terrain menée dans le quartier du Plateau à la Galnais (ville de région parisienne dont le nom a été anonymisé). Il met ainsi en évidence l’importance chez les jeunes des cités des « catégorisations langagières utilisées pour signifier à autrui sa non-appartenance » dans des situations spécifiques. C’est à partir du cadre sportif que l’auteur montre comment les insultes et les moqueries proférées à l’encontre des joueurs des clubs adverses fonctionnent pour les jeunes supporters des cités comme des manières de signifier leur appartenance au quartier et de se différencier de ceux qui n’en sont pas. Il ne s’agit pas, précise l’auteur, d’une dichotomie « nationale » ou « raciale » mais bien d’une manière, pour ces jeunes, d’affirmer leur appartenance au quartier en supportant leur équipe face aux autres joueurs extérieurs. Les insultes et moqueries participent de ce que l’auteur appelle avec Evelyne Larguèche1 des « routines communicatives ». Elles permettent aux jeunes d’affirmer le groupe en définissant ses contours, mais elles constituent également un outil de résistance aux stigmates qui s’imposent à eux, du fait même de leur appartenance au quartier.

5En effet, l’appartenance au quartier du Plateau, surnommé « Chicago » dès sa construction, est stigmatisante. L’auteur parle de « stigmate territorial ». Rappelant que la stigmatisation constitue un processus auquel les individus peuvent résister, l’auteur montre comment les jeunes du Plateau tentent de s’opposer aux assignations stigmatisantes dont ils font l’objet. D’une part, ils peuvent faire usage de catégorisations langagières pour tenter d’inverser le stigmate : ainsi regroupent-ils ceux qui ne sont pas du quartier sous des appellations comme « les Français du Gisier ». Cette « insulte péjorative » permet aux jeunes du Plateau de se réapproprier positivement une identité qui leur est imposée par les « Français du Gisier » : les désignant comme tels, ils se construisent comme les « jeunes du Plateau ». La réassignation territoriale des « autres » comme réponse au stigmate est une manière pour les jeunes de la cité analysée par l’auteur de réaffirmer une identité sans la subir. La mise en exergue de la distance entre « eux » et les « autres » leur permet de retourner le stigmate en dénigrant les habitants extérieurs au quartier, et par là de manifester par là leur fierté et leur supériorité en tant qu’habitant du quartier. Il peut arriver également, mais de manière beaucoup plus rare, que les jeunes reprennent les stéréotypes qui les caractérisent pour en brouiller les frontières. Cette réaction ludique car souvent basée sur l’humour et la dérision est d’autant plus fréquente que l’homogénéité sociale et spatiale entre les quartiers est forte.

  • 2 Comme le rappelle d’ailleurs l’auteur, l’occupation de l’espace public par les classes populaires n (...)

6Sami Zegnani démontre dans le troisième chapitre que la sociabilité des jeunes des cités ne peut se comprendre en dehors de la mise en évidence de leur rapport à l’espace public, qui constitue véritablement « leur lieu de vie »2. La rue constitue pour ces jeunes, ni adolescents, ni adultes, « l’endroit principal où s’exercent leurs socialités, alors que cela est de moins en moins toléré dans la société française ». Espace de leurs rencontres, la rue, comme le montre le sociologue, est le support des identités narratives des jeunes et de la « mise en scène de soi ». A travers les récits de bagarres ou celui des actes délinquants, les jeunes se constituent une identité valorisée au sein du quartier.

7Dans la deuxième partie de son ouvrage, Sami Zegnani s’intéresse à deux autres « systèmes de relations » caractérisant les jeunes de la rue. Il s’agit de deux activités relativement visibles et investies par certains jeunes des cités : l’islam salafi et le hip hop. Même s’ils sont minoritaires, comparés aux jeunes de la rue, les musulmans salafis et les rappeurs, participent de la définition de l’espace public des cités.

8Particulièrement visibles dans l’espace public, les jeunes hommes salafis jouent, bien qu’ils soient minoritaires (une cinquantaine d’hommes par cités d’après les observations de l’auteur), un rôle de premier plan dans la vie du quartier. L’auteur étudie de façon précise leurs relations avec les autres « jeunes de la rue » à partir d’observations menées autour de l’attribution et de l’utilisation d’un local associatif. L’auteur montre également comment la pratique de l’islam salafi constitue un moyen pour certains jeunes de sortir de la rue et, à ce titre, transforme les relations des pratiquants avec leurs anciens camarades. La pratique religieuse représente un facteur de stabilisation au sein des familles et par la constitution de familles : le sociologue ne succombe pas au risque de la généralisation et met en évidence les bricolages des individus avec la doxa. De même, comparant la pratique salafi dans le quartier du Plateau à celle de Cerney, l’auteur met en évidence la pluralité des pratiques.

  • 3 L’auteur l’a plus particulièrement démontré pour le rap dans son article « Le rap comme activité sc (...)
  • 4 La pratique du rap passe par un travail d’écriture très strict, même s’il existe un rap freestyle, (...)

9La dernière partie de l’ouvrage, pourtant non délimitée comme telle, s’organise autour de l’appréhension des pratiques du hip hop et du rap à Toulouse. L’auteur montre que la pratique du breakdance par les jeunes des rues obéit à des normes qui dépassent le seul aspect artistique de ce loisir. Sami Zegnani déconstruit l’image du rap comme une pratique spontanée et orale : il montre qu’elle demande au contraire un rapport sophistiqué à l’écrit3. La pratique du Rap4, comme la pratique religieuse salafi, transforme le rapport à l’écrit des jeunes qui s’y engagent.

10La lecture de cet ouvrage donne des clés pour comprendre la culture complexe et traversée des tensions des jeunes hommes des cités : tensions entre la tradition et la modernité, la recherche de sociabilités dans les lieux publics avec des pairs et le souhait de se préserver un espace privé et de construire une famille pour ne citer que les plus importantes. Toujours attentif à ne pas verser dans la généralisation porteuse de stéréotypes, Sami Zegnani décrit les parcours individuels et les configurations locales différentes d’un quartier à un autre, d’un jeune à un autre et éclaire ainsi avec humanité la vie des jeunes de la rue.

Haut de page

Notes

1 Evelyne Larguèche, L’Effet injure, Paris, Puf, 1983

2 Comme le rappelle d’ailleurs l’auteur, l’occupation de l’espace public par les classes populaires n’est pas un phénomène récent et une particularité des populations immigrées, celle-ci remonte au Moyen-Age.

3 L’auteur l’a plus particulièrement démontré pour le rap dans son article « Le rap comme activité scripturale : l'émergence d'un groupe illégitime de lettrés » publié dans la revue Langage et société, en 2004 (n°110), p. 65-84.

4 La pratique du rap passe par un travail d’écriture très strict, même s’il existe un rap freestyle, celui-ci est également composé de rimes écrites en amont.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Ladouceur, « Sami Zegnani, Dans le monde des cités. De la galère à la mosquée », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2013, mis en ligne le 28 décembre 2013, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13091

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page