Navigation – Plan du site

Christophe Fourel (dir.), André Gorz en personne

Fabrice Hourlier
André Gorz, en personne
Christophe Fourel (dir.), André Gorz, en personne, coll. « La Bibliothèque du Mauss », 2013, 128 p., ISBN : 9782356872395.
Haut de page

Texte intégral

1Ardent propagateur de la pensée d’André Gorz, Christophe Fourel a rassemblé dans l’ouvrage qu’il a dirigé différents textes issus d’un colloque qui a eu lieu en 2012 sous le patronage de l’Institut Mémoires de l’édition contemporaine (IMEC). Délibérément, on ne trouvera pas de références aux œuvres théoriques majeures de Gorz (c’est l’objet du second ouvrage, Sortir du capitalisme : le scénario Gorz). Il s’agit dans ce volume d’attirer l’attention sur l’entreprise de prise en main qu’André Gorz a menée sur sa propre personne. Au gré de la lecture des articles, on fait un lien entre son expérience personnelle et ses idées pour un autre type de société. L’une a été un marchepied pour arriver aux autres.

2La majorité des contributeurs font référence au premier livre de Gorz publié en 1958, Le Traître, qui relate les trente premières années de sa vie. Elles se résument par l’épreuve constante de vivre en décalage par rapport aux différentes places qu’on lui assignait. Il ne répondait pas aux attentes de sa mère, il était demi-juif dans une Autriche qui se nazifiait puis dans un internat suisse catholique. Il vivait reclus quand les autres découvraient la vie sociale. Avec cette impression d’être toujours un surnuméraire dans un monde qui lui échappe, Gorz développe ainsi ce sentiment de traîtrise. Il plonge dans un profond sentiment d’absurdité et de mal-être. Identifier et dépasser ce mal-être ont constitué le point de départ d’une reconquête et d’une construction de soi. Cette métamorphose est symbolisée par le passage au fil du livre du « il » au « je » pour parler de lui-même.

3La plupart des auteurs ont déjà une longue histoire avec l’œuvre, voire la personne d’André Gorz. Ainsi, Françoise Gollain avait déjà publié un article le concernant dans la revue du Mauss. Michel Contat a été responsable de l’édition d’un long entretien de Gorz à France Culture, qu’il a commenté dans Vers la société libérée. Hans-Leo Krämer est le spécialiste de Gorz en Allemagne et est à l’origine d’un colloque sur lui en 2013 à Saarbrücken. Dans les différents articles, les auteurs reviennent chacun sur différents aspects de la pensée de Gorz qui lui ont permis de devenir une personne libérée de ses déterminations.

4Michel Contat attire par exemple l’attention sur la rencontre avec Sartre. C’est notamment L’Être et le Néant et l’existentialisme qui l’ont conduit à penser que l’individu peut échapper à une signification venant de l’extérieur et qui le dépasse complètement. Françoise Gollain montre combien Gorz s’est servi de l’acte d’écrire pour arriver à sa conquête d’un « je » qui lui corresponde. Patrick Viveret souligne l’importance de l’amour que lui portait sa femme, à laquelle Gorz rendait hommage dans Lettre à D., près de 50 ans après Le Traître. Cet amour a grandement contribué à changer sa perception de lui-même, initialement dévalorisée. Il serait réducteur de dire que sa métamorphose est due seulement à une auto-analyse approfondie dénuée de sentiments.

5Frédéric Worms évoque l’issue originale que propose Gorz aux contemporains : être dans ce monde tout en ne l’acceptant pas. Ce paradoxe pousse donc à œuvrer pour changer le monde, tout comme Gorz s’est changé lui-même. Hans-Léo Krämer rebondit sur le sujet en décrivant la séduction que peut exercer la pensée de Gorz lorsque celui-ci appelle à des expériences individuelles et collectives pour se libérer et se construire.

6On consultera l’ouvrage pour creuser ces thématiques et pour avoir un aperçu du travail que fournit l’IMEC (légataire des archives d’André Gorz) et ses chercheurs. L’inclusion dans l’ouvrage de deux textes anciens et inédits de Gorz a été heureuse. On peut lire combien ceux-ci sont annonciateurs de ses livres ultérieurs.

7Dans Note sur le journalisme, texte écrit au début des années soixante, on retrouve déjà la réflexion subtile de Gorz sur l’aliénation au travail (et plus particulièrement le travail intellectuel). Il montre ainsi premièrement combien la conception d’un article est la résultante d’un formatage. Pour cela, la connaissance du « goût des lecteurs » sert de justification ultime pour les directeurs de rédaction. Constat aujourd’hui banal pour la sociologie du journalisme, cette pique critique lancée à l’époque apparaît comme visionnaire. Deuxièmement, il montre que, même si son métier lui permet de penser et de s’informer, un journaliste ne peut mobiliser cette pensée et ces informations pour sa réflexion personnelle dans le cadre du travail. On (re)découvrira la méticulosité de l’analyse gorzienne.

8Dans un compte-rendu qu’il avait fait dans le Nouvel Observateur sur l’ouvrage d’Alain Touraine, La Voix et le Regard, on s’aperçoit combien Gorz a fait un emprunt très fort aux premiers travaux du sociologue. La société vue par Touraine fait écho à l’expérience personnelle de Gorz : avec les conflits sociaux, elle est travaillée par des mouvements qui veulent lui donner une orientation valorisant l’autonomie. Se donner sa propre direction, c’est notamment résister à la programmation des vies individuelles par les appareils politiques et économiques.

9Ce petit ouvrage a donc le mérite de présenter un Gorz en genèse, qui est en train de se construire une pensée et un nom. Il s’adresse aux lecteurs qui ont déjà une petite familiarité avec l’œuvre de Gorz. Le lecteur l’appréciera d’autant plus que Le Traître et Lettre à D ne lui sont pas inconnus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Hourlier, « Christophe Fourel (dir.), André Gorz en personne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 02 janvier 2014, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13093

Haut de page

Rédacteur

Fabrice Hourlier

Professeur de sciences économiques et sociales au lycée français de Varsovie, doctorant au Centre de Sociologie Européenne.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page