Navigation – Plan du site

Philippe Zittoun, La fabrique politique des politiques publiques. Une approche pragmatique de l’action publique.

Eric Keslassy
La fabrique politique des politiques publiques
Philippe Zittoun, La fabrique politique des politiques publiques. Une approche pragmatique de l'action publique, Presses de Sciences Po, coll. « Sciences Po Gouvernances », 2013, 340 p., ISBN : 978-2-7246-1416-9.
Haut de page

Texte intégral

1Comment peut-on expliquer que le système politique lui-même ne soit pas remis en cause alors qu’il consacre l’impuissance actuelle de nos dirigeants à résoudre nos difficultés les plus importantes ? Telle est la grande question qui traverse l’ouvrage de Philippe Zittoun.

2Il s’agit d’une question d’une brulante actualité. Songeons que le pouvoir actuel est entré dans une phase aiguë de délégitimation : chacune de ses décisions subit un feu nourri de critiques. Si la contestation fait partie intégrante de la vie démocratique, c’est la difficulté du gouvernement à faire comprendre le sens de ses réformes qui interpelle le plus. Il faut se rappeler que le pouvoir précédent, dirigé par Nicolas Sarkozy, se heurtait à la même délégitimation, qui paraît donc désormais représenter une donnée structurante du champ politique.

3Si elle aidera certainement le gouvernement à mieux se faire entendre par le peuple, il est peu probable qu’une reprise de la croissance économique – aussi durable soit-elle – suffise à complétement le relégitimer. En fait, l’espace démocratique est traversé par des luttes d’interprétation sur la politique menée qui revêtent aujourd’hui une importance fondamentale.

4Dans La fabrique politique des politiques publiques, Philippe Zittoun explique combien il est préférable d’analyser la crise politique dans laquelle le pays est plongé depuis de nombreuses années pour comprendre ce procès en légitimité – plutôt que d’attendre un revirement, à la suite d’éclaircies économiques. Pour l’auteur, cette crise politique s’explique en premier lieu par une méconnaissance de l’activité fondamentale d’un gouvernement : la fabrication des politiques publiques. À la suite d’un important travail de recherche et d’enquêtes menées dans les coursives du pouvoir, il se propose de nous plonger au cœur de ce processus, avec l’objectif avoué que nous saisissions mieux l’activité de nos gouvernants.

5L’inefficacité politique à trouver des solutions aux grands problèmes des citoyens (hausse du chômage, renforcement de la précarité ou encore montée des inégalités économiques et sociales, etc.) est bien quelque peu sanctionnée par l’alternance, la progression des extrêmes et l’abstention. Mais, globalement, on peut observer une étonnante stabilité politique. Pour la comprendre, Philippe Zittoun analyse la façon dont les solutions sont fabriquées, avec un angle d’attaque particulier : il s’agit d’examiner la définition, la diffusion et finalement l’imposition d’une proposition de politique publique pour « remettre en ordre » la société.

6L’ouvrage ne fait pas l’impasse sur une plongée dans les racines de la science politique. En effet, Machiavel est sans doute le premier à avoir compris que la légitimité d’un système politique repose autant sur les actions menées par les gouvernants que sur les « modalités institutionnelles » leur ayant permis de conquérir le pouvoir. Une décision politique est donc jugée sur son efficacité mais pose également à chaque fois la légitimité du pouvoir à gouverner. Le point fondamental reste bien que le pouvoir a besoin de montrer qu’il n’est pas inactif ou fataliste devant les difficultés qui ne manquent pas de s’accumuler – dans cette perspective, on saisit les graves erreurs politiques de François Mitterrand qui expliquait avoir « tout essayé contre le chômage » ou de Lionel Jospin qui, devant des ouvriers médusés, affirmait que « l’État ne peut pas tout ».

7L’activité politique du gouvernement, selon Phlippe Zittoun, consiste donc non seulement à choisir la modalité d’action – aboutissant à une « réforme » – mais aussi à construire une argumentation qui donnera tout son sens à cette proposition. Il s’agit de convaincre que le choix réalisé est le meilleur possible pour solutionner la difficulté recensée. Au fond, cela revient à montrer que le pouvoir est capable de décider et de gouverner.

8De ce fait, chaque fois que le gouvernement se lance dans une réforme, il n’engage pas seulement un combat pour résoudre un problème ; il se lance aussi dans une lutte « définitionnelle » et argumentative pour le sens qu’il a retenu de sa proposition. De sa faculté à imposer sa vision de la politique publique choisie dépend directement sa légitimité politique – qui est à chaque fois remise en cause.

9Sous cet aspect – celui de la fabrique politique des politiques publiques –, la crise politique semble davantage être une crise du sens politique, celui qui consiste à pouvoir transmettre l’idée que l’on se fait de sa politique. Les annonces politiques apparaissent donc, pour le pouvoir, comme des moyens de se définir et de convaincre qu’il cherche bien à améliorer le sort de chacun. Les citoyens peuvent finalement admettre qu’un gouvernement ne trouve pas la réponse ; ils ne peuvent en aucun cas accepter qu’il ne se mobilise pas. En donnant le sentiment de toujours agir, les autorités permettent le maintien d’un système politique dans lequel ils sont pourtant perçus comme de moins en moins légitimes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Keslassy, « Philippe Zittoun, La fabrique politique des politiques publiques. Une approche pragmatique de l’action publique. », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 02 janvier 2014, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13098

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page