Navigation – Plan du site

Zytnicki Colette, Les Juifs du Maghreb. Naissance d’une historiographie coloniale

Florence Ollivier
Les Juifs du Maghreb
Colette Zytnicki, Les Juifs du Maghreb. Naissance d'une historiographie coloniale, Paris, Presses de l'université Paris Sorbonne, coll. « Cahiers Alberto Benveniste », 2011, 391 p., ISBN : 978-2-84050-782-6.
Haut de page

Texte intégral

1Par cet ouvrage, Colette Zytnicki entend rendre raison d’un « quasi-silence » autour des Juifs du Maghreb. Communauté marginalisée, sous la domination des Berbères, des Arabes et des Français, les Juifs ont assez peu suscité l’intérêt scientifique des historiens au temps de la colonisation. Plus attirés et révulsés par les colonisés musulmans, les colons chrétiens ont placés insidieusement les Juifs à la place de troisième acteur, « intermédiaire », dans ce rapport binaire de colonisé/colonisateur. Si, au temps de la colonisation, l’histoire des Juifs d’Afrique du Nord a d’abord été écrite elle-même par des auteurs juifs, elle en a suivi les codes venus de métropole et particulièrement ceux des instituteurs ou des fondateurs de l’Alliance Israëlite Universelle. Selon l’auteure, cette acculturation au contact des coloniaux français aurait poussé les Juifs à poursuivre des études sur l’histoire de leur passé et de leurs origines ou à la recherche d’une essence juive transhistorique.

2Avant d’aller plus loin dans l’ouvrage, rappelons d’abord les clivages qui se sont opérés au fil de l’histoire : d’une part, entre les Juifs sépharades, du Maghreb et du Moyen-Orient, confondus après 1492, et les Juifs d’Europe ; d'autre part, entre les Juifs du Maghreb et les Juifs du Machrek, à partir du XIXe siècle, malgré un contexte culturel commun, celui de l’Islam. Mais le désintérêt doublé d’une méconnaissance de leur histoire, ou ce quasi-silence ne peut, selon l’auteure, s’expliquer simplement par ces différences culturelles entre les mondes Ashkénazes et ceux des Juifs du Maghreb.

  • 1 Le décret Crémieux, daté du 24 octobre 1870, attribue la citoyenneté française aux Juifs de la colo (...)

3À travers un ouvrage composé de six chapitres, l’auteure passe en revue, de manière chronologique, les différentes mises en histoire des Juifs d’Afrique du Nord du temps de la colonisation française jusqu’à la réappropriation de leur histoire. Remis dans leur contexte de production, les mises en récits sur le monde juif de Méditerranée ont une portée politique dès leur émergence. L’auteure montre comment les premiers récits interrogés avaient été pensés d’abord comme « un objet d’histoire », puis ont été pris comme « un instrument dans le débat qui oppose partisans et opposants au décret Crémieux1 » (p. 72). Les défenseurs du décret mettent en avant, par exemple, les qualités d’« intermédiaires » des Juifs entre les colonisateurs et l’Orient, pour justifier l’accession à la citoyenneté française.

4Dans son ouvrage, Colette Zytnicky part ainsi de l’idée que l’historiographie coloniale a longtemps été pensée hors de son contexte de domination. Il y a donc, selon l’auteure, une zone d’ombre sur laquelle elle interroge toutes les productions écrites, de celles des « historiens » aux carnets de voyageurs. Ce faisant, elle entreprend d’analyser avec minutie l’ensemble de la littérature écrite au temps de la colonisation et dans la période qui l’a précédée pour mettre au jour la façon dont les Juifs ont été sujets « construits » au Maghreb. En analysant les récits historiques produits par des auteurs français sur les Juifs d’Afrique du Nord, c’est la place des Juifs dans les sociétés coloniales qu’elle met en évidence. Elle fait état des humiliations subies et des interdits (biens immobiliers, propriété de la terre...) à l’égard des Juifs.

5Elle étudie également la réception et les enjeux de telles publications, ainsi que le profil de leurs auteurs. Son projet vise donc à comprendre « [par] qui, selon quelles modalités et à quelles fins fut écrite leur histoire au moment même où ils sont entrés dans l’influence française par le biais de la colonisation » (p. 16).

6L’auteure de cette historiographie met en évidence les corrélations entre la production des savoirs historiques sur les Juifs et leur contexte de domination coloniale, la position des auteurs (amateurs, « érudits contemporains », historiens de formation, touristes ou encore fonctionnaires de l’Empire), leur trajectoire et les enjeux des institutions culturelles (université, revues, etc.). Colette Zytnicki repère cependant des ruptures dans l’historiographie, en particulier un mouvement d’introspective turn après la seconde guerre mondiale. Il s’agit d’un tournant laïc indiquant une modernisation de la judaïcité. Avant cet introspective turn, l’histoire des Juifs était écrite par des philosophes (Franz Rosenszweig, Baruch Kurzweil) puis par des historiens. Mais ensuite, ceux qui en ont fait l’histoire se sont inscrits dans une période plus critique, réflexive, offrant alors des écrits interrogeant leurs contextes de production, notamment celui de la colonisation. Mais ce tournant historique rompt avec un rapport au passé basé sur une fonction mémorielle de retour vers les malheurs anciens et la fidélité d’un peuple à ses origines, et à son Dieu. Il signifie un nouveau rapport au monde constitutif d’une revalorisation de la place des Juifs dans la société, et d’acquisition d’une conscience de soi, communautaire et universelle.

7Bien que l’ouvrage soit très documenté et résulte d’un travail fouillé, nous pouvons regretter cependant que Colette Zytnicki laisse dans l’ombre son propre rapport à l’objet. Et si l’ouvrage est précis, il nous a aussi manqué la traduction de certains termes hébraïques ainsi que des informations plus fournies sur l’histoire du Maghreb, de sa colonisation et du monde juif.

Haut de page

Notes

1 Le décret Crémieux, daté du 24 octobre 1870, attribue la citoyenneté française aux Juifs de la colonie : « Les israélites indigènes des départements de l’Algérie sont déclarés citoyens français ; en conséquence, leur statut réel et leur statut personnel seront, à compter de la promulgation du présent décret, réglés par la loi française, tous droits acquis jusqu’à ce jour restant inviolables » (extrait du décret).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florence Ollivier, « Zytnicki Colette, Les Juifs du Maghreb. Naissance d’une historiographie coloniale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 03 janvier 2014, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13100

Haut de page

Rédacteur

Florence Ollivier

Doctorante en sociologie (EHESS)

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page