Navigation – Plan du site

Samuel Lepastier, L’incommunication

David Descamps
L'incommunication
Samuel Lepastier (dir.), L'incommunication, CNRS, coll. « Les Essentiels d'Hermès », 2013, 216 p., ISBN : 978-2-271-07913-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dominique Wolton est l'auteur d'un ouvrage intitulé Il faut sauver la communication, paru en 2005.
  • 2 Cet « Essentiel » d'Hermès correspond donc bien au projet évident de démythification de cette « ten (...)

1Il peut sembler étonnant de trouver dans la collection « Les Essentiels d’Hermès », spécialisée dans l'analyse des phénomènes de communication, un ouvrage dédié à « l'incommunication ». Coordonné par Samuel Lepastier, ce travail collectif porte un titre qui ne doit toutefois rien au hasard ni à une quelconque maladresse de mise en page. Au contraire, il s'inscrit très clairement dans l'entreprise poursuivie par Dominique Wolton, directeur de la publication Hermès et contributeur à l'ouvrage. S'employant à réhabiliter la communication1 en en faisant valoir une conception au service de l'Homme et de la démocratie, celui-ci s'attache en effet depuis de nombreuses années à lutter contre son assimilation à une simple idéologie technique. Or, en défendant notamment qu'indépendamment des technologies utilisées, la résolution de « l'incommunication » reste un « horizon de la communication » (p. 161), il est certain que cet ouvrage ne peut que contribuer à la poursuite de cette entreprise.2

2L' « Essentiel » s'ouvre d'ailleurs sur une présentation condensée mais efficace par Samuel Lepastier du projet visé. Ce dernier nous explique qu'il a convoqué des auteurs d'horizons divers (sociologie, psychanalyse, linguistique, sciences de la communication); l'enjeu étant de montrer que le phénomène dit d’« incommunication » peut se retrouver dans toute situation de communication humaine et qu'il est donc justiciable d'approches disciplinaires variées.

  • 3 Le terme désigne un trouble du langage.

3Pour être très schématique, on peut dire que l'ouvrage est construit sur un mode allant du plus « singulier » vers le plus « général ». Ainsi, la question de « l'incommunication » est d’abord approchée par Laurent Danon-Boileau à partir de l'analyse de trois cas de « communication troublée chez l'enfant ». Le psychanalyste cherche dans ce cadre à évaluer l'effet de ces « troubles » sur « l'appareil psychique, la relation à l'autre et la symbolisation » (p. 31). Le premier « cas » porte sur un enfant étiqueté par l'auteur comme souffrant d'une « dysphasie3 expressive sévère ». Le deuxième, sur un enfant dit victime d'une « dysphasie réceptive massive ». Et le troisième, sur un garçon décidant « du sens des mots » et étiqueté en conséquence comme atteint d'un « complexe d'Humpty Dumpty ».

  • 4 Ce point de vue est discuté par exemple dans le premier chapitre de Lahire Bernard, Dans les plis s (...)

4Les deux contributions suivantes sont inscrites dans la veine discutable et discutée des théories sociologiques postulant l'existence d'une injonction sociale à l'autonomie et à l'individualité4. De manière assez ingénieuse, François de Singly utilise une enquête pour mettre au jour non seulement les déterminants sociaux de l'investissement des individus dans la conversation conjugale, mais également l'influence exercée par l'importance de la part de ce qu'il appelle le « moi conjugal » des individus sur leurs pratiques conjugales et notamment sur le contenu de leurs conversations. Si on peut regretter l'utilisation d'une telle expression (qui présente, entre autres, un risque patent de réification), l'enquête aboutit néanmoins à des conclusions intéressantes. Elle montre, par exemple, que la forme de l'union conjugale n'est pas sans lien avec l'intensité et l'ampleur de la conversation au sein du couple mais aussi que celle-ci est intimement liée à la satisfaction conjugale. À la suite du travail de François de Singly, Maïa Fansten nous offre quant à elle un article consacré au hikikomori, expression utilisée pour désigner le phénomène de ces jeunes en retrait qui se cloîtrent dans leur chambre. Après avoir présenté l'émergence du phénomène, l'auteur cherche à apporter un éclairage sur le sens que peut revêtir le retrait et à montrer en quoi une telle pratique se traduit par un « réagencement du temps, de l'espace et des liens sociaux ».

5Dans un article plus normatif et dans un style nettement plus engagé, Arnaud Benedetti dénonce ensuite la marchandisation et la professionnalisation de la communication. Dans la lignée des travaux de Dominique Wolton, il défend alors l'idée selon laquelle la « com’ » n'est souvent que « la réponse pathétique que nous apportons maladroitement à la peur de l'incommunication » (p. 99).

6D'une toute autre nature est l'article suivant. Après avoir constaté que plusieurs publications récentes sont revenues sur la question des rapports entre langue et pouvoir en prenant pour référence le travail de Victor Klemperer, Laurence Aubry nous présente quelques éléments de la vie de cet auteur ainsi que son étude sur les propriétés de la langue totalitaire. Elle revient, ce faisant, sur l'œuvre de ce philologue qui a su montrer combien l'histoire des sociétés marque la langue des individus et exerce une influence sur la pensée. Un extrait de l'ouvrage Le viol des foules par la propagande politique, consacré au symbolisme et à ses fonctions pour les partis de masse, est ensuite proposé au lecteur, ce qui lui permet, en complément, de (re)découvrir certaines des analyses menées par Sergeï Tchakhotine.

7L'article de Michäel Oustinoff, consacré à « La langue de l'exil à l'heure du globish et de la mondialisation des flux migratoires », ramène le lecteur dans un cadre plus contemporain. L'auteur y dresse un état des lieux des effets de la mondialisation et des flux migratoires sur la diversité linguistique. Face à l'accélération de la conversion linguistique qui en découle et qui menace la pérennité des langues dites « périphériques », par opposition aux langues centrales, Michäel Oustinoff plaide très largement, au nom de la préservation de la diversité culturelle et de l'efficacité économique, en faveur du plurilinguisme.

8À l'issue de cet ouvrage, certains regretteront peut-être que toutes les perspectives disciplinaires n'aient pas apporté d'éclairage sur la question et notamment qu'aucun chapitre n'ait été consacré aux neurosciences. Loin de constituer un oubli, cette absence est en réalité clairement assumée par Samuel Lepastier. Et on en comprend bien les raisons. L'objet analysé ayant une dimension symbolique patente, ces sciences peuvent au mieux réaliser un apport partiel à son étude, au pire participer à sa « biologisation ». On comprend bien moins en revanche pourquoi Samuel Lepastier considère que « l'incommunication doit d'abord être appréhendée en référence à la psychologie individuelle » ainsi que la « place particulière » qu'il octroie à la psychanalyse (p. 11). Si, pour Samuel Lepastier, on peut assimiler à une « manifestation d'incommunication » les exemples d'actes manqués qui fourmillent dans la Psychopathologie de la vie quotidienne de Freud et donc considérer que la psychanalyse s'est intéressée dès sa naissance au phénomène, cela ne légitime qu'assez faiblement le propos tenu. D'une part, l'étendue des relations ou rapports sociaux de communication peut largement déborder celle des actes manqués sur lesquels Freud s'est penché. D'autre part (et surtout), le modèle explicatif élaboré par Freud reste fondé sur une hypothèse fragile (celle de l'inconscient) ne permettant pas d'écarter l'appréhension des actes manqués de la vie quotidienne comme faits sociaux.

  • 5 Je reprends ici volontiers une expression de Pierre Bourdieu utilisée dans l'article « L'économie d (...)

9Enfin, le recours assumé au terme d’« incommunication » par certains des spécialistes ayant participé à l'écriture de cet « Essentiel » et son absence - remarquable - dans les articles d'autres contributeurs n'est pas sans susciter, chez le lecteur, un certain nombre d'interrogations stimulantes sur la valeur pratique et le pouvoir heuristique de cette expression et donc sur l'intérêt qu'elle peut présenter pour la recherche en sciences sociales. L'expression d'incommunication permet-elle, par exemple, de penser autrement la communication - en amenuisant la connotation positive et techniciste qu'elle revêt - et de fournir un éclairage adapté sur certaines pratiques de communication ? Permet-elle également de penser l'instrumentalisation dont la communication peut faire l'objet ou de la penser sous forme de rapports voire de rapports de force ? Enfin, la généralisation du recours à cette expression n'occulterait-elle pas les rapports de force symboliques5 que sont objectivement certains rapports de communication ?

Haut de page

Notes

1 Dominique Wolton est l'auteur d'un ouvrage intitulé Il faut sauver la communication, paru en 2005.

2 Cet « Essentiel » d'Hermès correspond donc bien au projet évident de démythification de cette « tendance à identifier le progrès indubitable des techniques, au progrès de la communication humaine. » formulé explicitement par Dominique Wolton dans un édito du N°231 d'avril 2009, du journal du CNRS consacré aux enjeux de la communication. http://www2.cnrs.fr/journal/4269.htm

3 Le terme désigne un trouble du langage.

4 Ce point de vue est discuté par exemple dans le premier chapitre de Lahire Bernard, Dans les plis singuliers du social, La Découverte, Paris, 2013.

5 Je reprends ici volontiers une expression de Pierre Bourdieu utilisée dans l'article « L'économie des échanges linguistiques », Langue française, volume 34, 1977.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Descamps, « Samuel Lepastier, L’incommunication », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 05 janvier 2014, consulté le 20 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13102

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page