Navegación – Mapa del sitio

Philippe Charrier, Gaëlle Clavandier, Sociologie de la naissance

Bénédicte Champenois Rousseau
Sociologie de la naissance
Philippe Charrier, Gaëlle Clavandier, Sociologie de la naissance, Armand Colin, col. « U Sociologie », 2013, 272 p., ISBN : 978-2-200-25451-3.
Inicio de página

Texto completo

1L’objectif ambitieux et en grande partie réussi de cet ouvrage est d’offrir un panorama exhaustif des travaux sociologiques essentiellement français autour de cet évènement si particulier qu’est la naissance. La collation de ces recherches dessine les contours de ce qui pourrait constituer une sociologie de la naissance, mais aussi ses zones inexplorées selon les auteurs. Car, comme Philippe Charrier et Gaëlle Clavandier n’hésitent pas à le souligner : « vue la teneur des enjeux et leurs ressorts, un point de vue sociologique sur cet objet que constitue la naissance, nous semble tout à fait indiqué et ouvre des terrains diversifiés » (p. 11). Pour les auteurs, il s’est produit une rupture dans la façon d’envisager la naissance au vingtième siècle. Ccelle-ci prend sa source dans des évolutions d’origine diverses : les bouleversements familiaux en général et la modification de la place de l’enfant dans la famille en particulier, mais aussi le progrès des techniques médicales autour de la reproduction qui est venu progressivement encadrer de façon de plus en plus précise les femmes dès le projet de conception d’un enfant jusqu’à l’accouchement.

2L’ouvrage s’articule autour de trois parties et de huit chapitres. Dans la première partie, les auteurs reviennent sur les « Révolutions sur la scène de la naissance ». En effet, selon eux, une véritable rupture s’opère au vingtième siècle entre le paradigme de la naissance, évènement d’ordre privé, vécu dans un cadre familial, où prédomine l’entraide et le savoir profane féminin, et une naissance qui va peu à peu entrer à la fois dans la sphère publique à travers les politiques natalistes et leurs déclinaisons, et dans la sphère du contrôle médical avec le développement de professions spécialisées. Les auteurs puisent dans les travaux des historien.ne.s de la naissance pour retracer dans le premier chapitre « une histoire de la naissance », de ses lieux (de la chambre de l’accouchée à la maternité hospitalière), de ses actrices et acteurs, de ses savoirs, de la mise en place de politiques de la naissance et de l’émergence des professions médicales de la naissance.

3Le second chapitre s’intéresse à l’avènement du projet parental comme élément structurant des naissances contemporaines. Il nous replonge dans les mouvements sociaux qui ont permis l’accès des femmes au contrôle de leur capacité reproductive dans les années 1970. Jusqu’à cette période de l’histoire la limitation des naissances existe à travers des pratiques telles que l’abstinence, la virginité au mariage, le report de l’âge à un âge avancé… Mais les femmes actives sexuellement ne sont pas à l’abri de grossesses et de naissances non désirées. À partir des années 50, des associations féministes et des collectifs comme le mouvement pour « la maternité heureuse » se mobilisent en France pour obtenir l’accès des femmes à la contraception. Les revendications ne sont pas toutes homogènes et ne véhiculent pas les mêmes représentations de la maternité. Les lois Neuwirth en 1967, puis Veil en 1975 permettent aux femmes de prendre enfin en main leur capacité reproductive. La reproduction contraceptive aura des effets moins médiatiques et notamment une nouvelle norme procréative qui fonctionne de façon très efficace. L’avortement étant utilisé comme recours lorsque les « (bonnes) conditions socialement définies » (p. 70) de la procréation ne sont pas réunies.

4Le troisième chapitre dans cette première partie est consacré aux « politiques de la naissance », de la production des premières statistiques mettant en évidence la surmortalité des très jeunes enfants dans l’Ancien Régime aux premières politiques familiales, puis à la mise en place de la protection maternelle et infantile (PMI) au sortir de la seconde guerre mondiale et enfin aux plans de périnatalité à partir des années 70. Le plan de périnatalité de 1994 va instaurer le classement des maternités en trois niveaux de technicité correspondant théoriquement au niveau de risque des femmes. Ce plan de périnatalité instaure durablement le paradigme sécuritaire de la maternité, sans améliorer sensiblement les statistiques de morbidité et de mortalité périnatale1. Il aura un effet secondaire important : celui d’aligner le plus souvent la prise en charge des femmes les moins à risque sur celle des femmes dont les conditions nécessitent une attention médicale soutenue. Le plan de périnatalité de 2004 cherchera à satisfaire les revendications qui se font jour pour une naissance plus respectueuse, de la part des futures mères, des associations de parents, et de professionnel.le.s qui voient leur métier évoluer dans une technicisation dont ils apprécient les bienfaits mais critiquent aussi les risques iatrogènes. L’un des résultats des réflexions pour l’élaboration de ce plan sera l’encouragement pour les parents de rédiger un « projet de naissance » qui n’a pas de valeur contractuelle, mais devrait aider à orienter l’action des personnels soignants.

5La seconde partie brosse le « portrait des naissances contemporaines ». Le chapitre 4 est consacré aux « lieux et organisation de la naissance ». Les auteurs y mettent en exergue le fait que les naissances sont considérées comme des moments intimes particuliers s’inscrivant avec une intensité singulière dans l’histoire des couples, mais paradoxalement en France, compte-tenu de l’impératif de maîtriser les aléas de l’accouchement pour améliorer les résultats de santé publique, les naissances se déroulent fréquemment dans des maternités de plus en plus technicisées où la logique organisationnelle prime sur l’expérience individuelle du couple. Ce chapitre est également l’occasion d’évoquer la division du travail entre professionnels dans le suivi des grossesses et des naissances, avec une augmentation sensible du nombre d’interlocuteurs autour des femmes enceintes. Les évolutions techniques et les attentes vis-à-vis de la naissance ont fait éclater le colloque singulier et bouleversé les structures de pouvoir.

6Les deux chapitres suivants évoquent l’accueil du nouveau-né et la place du « bébé ». La naissance n’est plus le passage du monde intra-utérin au monde extérieur, c’est aussi tout ce qui entoure ce moment. Au-delà de la gestion des risques de l’évènement biologique, l’arrivée d’un nouveau-né, surtout lorsqu’il s’agit d’un premier-né nécessite une réorganisation de l’espace, des habitudes et des ressources familiales. Le projet de naissance élaboré par le couple est une façon de préparer certaines conditions de cet accueil, et est aussi une façon pour les professionnels d’évaluer la capacité des futurs parents d’assumer convenablement leur parentalité. La place du « bébé  » ne va pas de soi dans un contexte de sur-valorisation du projet parental. Le rapport au bébé a radicalement changé depuis le début du vingtième siècle, « du poupard, au bébé pluri-compétent, en interaction avec son environnement » (p. 167). Dans un contexte où autant le projet parental que l’existence hors de l’utérus maternel font l’enfant, les fœtus ont pris une importance grâce à l’échographie. Qui est le « naissant » ? Un projet parental réalisé ou un être autonome, compétent, appelé à se réaliser en tant que personne ?

7La troisième partie revient sur les principaux débats sociétaux autour de la naissance et notamment, dans le chapitre 7, sur la longue controverse sur les maisons de naissance qui a abouti récemment à une proposition de loi. Le chapitre 8 aborde la tension entre l’existence d’un projet parental comme condition de la procréation et l’établissement d’un éventuel « droit à l’enfant ». Les AMP permettent aujourd’hui des configurations inédites de parenté (dons de gamètes, ICSI, GPA). Aujourd’hui « l’engendrement, comme l’accouchement, ne semblent plus suffire à établir l’individu comme parent » (p. 216), transformant de ce fait le « rapport à la procréation et aux rôles parentaux » (p. 216). Ceci nous contraint à interroger/repenser nos modèles de filiation. Que peuvent/doivent être aujourd’hui : une famille, un couple, un enfant, au regard du droit ?

8Cet ouvrage est une lecture précieuse pour tous ceux qui s’intéressent à ce moment particulier de la naissance. Il est un viatique pour tout professionnel de la naissance désireux de prendre du champ par rapport à son approche disciplinaire, et une très bonne présentation des recherches sociologiques autour de la naissance en opérant une recension très complète des travaux des vingt dernières années sur le sujet, tout en témoignant de la multiplicité des angles et des approches possibles. Le caractère ambitieux de cet ouvrage laisse malgré tous quelques lacunes. Si le champ de l’histoire de la naissance est bien représenté, on y aborde trop rapidement les travaux d’anthropologie. La dimension comparative, avec la convocation de travaux effectués dans d’autres pays aurait également pu être intéressante à aborder. Il y est peu fait allusion à l’impact des techniques et de dépistage prénatal sur les relations parents-enfants et sur la perception du handicap dans la société comme une condition évitable et donc indésirable. Les auteurs posent en tout cas une question qui mérite d’être examinée : faut-il constituer un champ spécifique d’études sociologiques autonomes autour de la naissance ?

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Bénédicte Champenois Rousseau, « Philippe Charrier, Gaëlle Clavandier, Sociologie de la naissance », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 05 enero 2014, consultado el 24 agosto 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13103

Inicio de página

Redactor

Bénédicte Champenois Rousseau

Sociologue, elle a enseigné pendant dix ans la sociologie et l’anthropologie à l’école de sages-femmes de Poissy puis de l’hôpital Foch, elle est maître de conférences en sociologie à Sciences Po Paris. Elle s’intéresse particulièrement à la Santé Publique, à l’impact des nouvelles techniques médicales sur les relations médecins/patients et aux défis posés par les dépistages et la médecine prédictive. Elle a créé un blog sur ces thématiques : http://laurabodeysimplyhuman.net/.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página