Skip to navigation – Site map

Sylvie Laurent et Thierry Leclère (dir.), De quelle couleur sont les Blancs ? Des « petits Blancs » des colonies au « racisme anti-Blanc »

Marie Peretti-Ndiaye
De quelle couleur sont les Blancs ?
Sylvie Laurent, Thierry Leclère (dir.), De quelle couleur sont les Blancs ? Des « petits Blancs » des colonies au « racisme anti-Blancs », Paris, La Découverte, series: « Cahiers libres », 2013, 350 p., ISBN : 9782707175588.
Top of page

Full text

  • 1 Alain Touraine et Farhad Khosrokhavar, La recherche de soi. Dialogue sur le sujet, Paris, Fayard, 2 (...)

1Les études de la « blanchité » (whiteness studies) constituent un champ de recherches peu développé en France. L’ouvrage collectif dirigé par Sylvie Laurent et Thierry Leclère soulève plusieurs questionnements sur des débats qui se déploient dans l’espace public français contemporain. Qu’elles aient trait au « racisme anti-blancs » ou au « racisme des “petits-Blancs” », ces discussions renvoient, en effet, à des processus de racialisation qui constituent l’un des angles morts de la recherche en France. C’est ici, d’ailleurs, l’une des ambitions majeures énoncées par Sylvie Laurent et Thierry Leclère : « remplir un blanc » pour favoriser cette « double conscience » qui semble parfois faire défaut, et dont on peut penser que l’absence entrave la réflexivité des sujets1.

2L’ouvrage se décline en quatre parties. La première s’ouvre par un texte de Pierre Tevanian qui entreprend de poser les premiers jalons d’une réflexion ontologique. « Qu’est-ce qu’être un Blanc ? » constitue l’une des questions structurantes du livre. Doit-on voir là l’expérience fondatrice de privilèges (Pierre Tevanian) ? Un rapport social qui reste à définir (Sadri Khiari) ? L’imbrication des textes universitaires et militants et des interviews présents dans cette première partie contribue à dresser un tableau contrasté de ce que l’on peut envisager comme une expérience identitaire.

3L’héritage colonial constitue l’objet de la deuxième partie. Les mentions au fait colonial nourrissent ici une réflexion sur la fabrique du Blanc à travers l’histoire et ses liens avec l’esclavage et le métissage. Françoise Vergès évoque les multiples oscillations de la « ligne de couleur » au gré des enjeux économiques et politiques. Elle propose de « revenir à l’esclavage colonial pour analyser comment se sont articulées [...] les notions sociales et culturelles de “Blanc” et de “Noir” ». La possibilité d’une double-conscience apparaît à travers le décentrement offert par l’article de Mineke Schipper sur « L’Autre européen dans les littératures africaines orales et écrites ». Des réflexions sur le droit ou sur l’iconographie nourrissent, plus largement, un questionnement sur la prégnance des catégories construites à l’époque coloniale.

  • 2 Comme le souligne Andrew Asibong, « Catherine Deneuve, icône du cinéma français, a synthétisé de la (...)
  • 3 Eric Macé, La société et son double. Une journée ordinaire de télévision, Paris, Armand Colin, 2006

4La troisième partie explore l’imaginaire de la « blanchité ». Cette entrée par l’imaginaire permet de mettre en évidence « la réversibilité (ou circularité) de la classe et de la race » mais aussi le caractère profondément ambivalent des whiteness studies. Comme le souligne Clarissa Behar, ces études peuvent s’avérer performatives ou contre-performatives car « ce qui se présente comme une défamiliarisation pourrait n’être qu’un recentrement bénéficiant, une fois de plus, à la formation raciale des Blancs ». Le caractère anxiogène, voire hystérique, des mises en scène de la blanchité dans le cinéma français2 et le caractère mouvant des « idéaux de la beauté féminine en France » sont évoqués dans cette optique, de même que la réception des avatars télévisuels de la société3, le rap français et la chanson algérienne.

5La quatrième partie s’intéresse aux usages et aux conséquences politiques de cet imaginaire de la blanchité. Les perspectives sont, ici, historiques, politistes, comparatistes mais aussi polémiques. La contribution d’Ariane Chebel d’Appolonia sur « le monochrome populiste en Europe » met l’accent sur l’extrême plasticité de la « blanchité » et de ses usages populistes - usages qui prennent parfois les traits, souligne-t-elle, de l’antiracisme par un effet de « distorsion discursive qui renverse l’image du couple oppresseur/opprimé ou racisant/racisé : l’Autre devient celui qui exclut, qui veut imposer sa différence, ses valeurs, ses croyances »). Laurent Dornel invite à distinguer xénophobie et racisme lorsqu’il est question du mouvement ouvrier et apporte, ainsi, une nouvelle pierre à la réflexion sur les liens entre question sociale, question raciale et nationalisme. Guillaume Weill-Raynal, s’intéresse, quant à lui, à « la “communauté juive” française, la gauche et le “racisme anti-Blancs” ». Son approche, centrée sur « ceux qui prétendent représenter la communauté juive française ou parler en son nom », dénonce à la suite de Daniel Linderberg, la droitisation de ces porte-paroles. Il insiste sur la manière dont les références au « nouvel antisémitisme » opèrent à ce propos. L’ouvrage se clôt sur un texte de Sylvie Laurent centré sur deux figures stéréotypées de la « haine de classe » : les « white trashes » – « figure conjuratoire et honnie » du lumpenprolétariat blanc, née dans les états esclavagistes des États-Unis – et les « chavs » – ces jeunes anglais dotés de tous les vices ordinairement attribués aux « classes dangereuses ».

  • 4 Etienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, Nation, Classe : Les identités ambiguës, Paris, La D (...)
  • 5 Didier Fassin et Eric Fassin (dir.), De la question sociale à la question raciale ?, Paris, La Déco (...)
  • 6 L’interview de Gérard Noiriel réalisée par Thierry Leclère (« Il n’y a pas de “question blanche” …  (...)
  • 7 Alain Ruscio évoque à ce propos « ces gens de condition modeste, parfois arrivés dans les colonies (...)

6L’une des dimensions-clés de l’ouvrage est de nourrir un questionnement sur les articulations entre race et classe, dans la lignée des travaux d’Etienne Balibar et d’Immanuel Wallerstein4 – avec une perspective plus axée sur la France (et, peut-être, moins marxisante) – et ceux de Didier et Eric Fassin5. Les focus croisés sur les « petits-Blancs » s’inscrivent dans cette perspective : illustration du mépris social, pour les uns6, réalité sociologique pour les autres7. Ils permettent à François Hoarau d’illustrer l’ambiguïté du rapport au métissage à La Réunion où les Petits-Blancs apparaissent parfois frappés d’une « dégénérescence par excès de consanguinité ». Il semble en définitive que, çà et là, « la violation d’un ordre moral » soit en jeu, les « petits Blancs » s’avérant in fine coupables de ne pas tenir « le rang promis par leur blancheur ».

  • 8 Bruno Latour, La science en action : introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découvert (...)

7L’un de ses grands mérites du livre est de permettre à plusieurs débats de se déployer : le discours racial est-il principalement le fait des élites (Gérard Noiriel), ou la racialisation déborde-t-elle aujourd’hui largement ce cadre pour imprégner les performances artistiques des jeunes rappeurs français (Karim Hammou) comme « l’identité de la classe ouvrière française » (Laurent Dornel) ? Quel rôle jouent, à cet égard, les principes universalistes (Dominique Schnapper et Maboula Soumahoro) ? Les controverses qui traversent ces discussions s’avèrent particulièrement fécondes en ce qu’elles concourent à mettre en lumière des arguments et des schèmes explicatifs longtemps restés dans le registre de l’implicite8.

Top of page

Notes

1 Alain Touraine et Farhad Khosrokhavar, La recherche de soi. Dialogue sur le sujet, Paris, Fayard, 2000.

2 Comme le souligne Andrew Asibong, « Catherine Deneuve, icône du cinéma français, a synthétisé de la façon la plus systématique cette construction défensive d’une féminité blanche et éternelle dont la blondeur (artificielle) fonde l’archétype ».

3 Eric Macé, La société et son double. Une journée ordinaire de télévision, Paris, Armand Colin, 2006.

4 Etienne Balibar et Immanuel Wallerstein, Race, Nation, Classe : Les identités ambiguës, Paris, La Découverte, 1997.

5 Didier Fassin et Eric Fassin (dir.), De la question sociale à la question raciale ?, Paris, La Découverte, 2006.

6 L’interview de Gérard Noiriel réalisée par Thierry Leclère (« Il n’y a pas de “question blanche” … », p. 34-38) est éloquente à cet égard.

7 Alain Ruscio évoque à ce propos « ces gens de condition modeste, parfois arrivés dans les colonies en situation d’échec social ».

8 Bruno Latour, La science en action : introduction à la sociologie des sciences, Paris, La Découverte, 2005.

Top of page

References

Electronic reference

Marie Peretti-Ndiaye, « Sylvie Laurent et Thierry Leclère (dir.), De quelle couleur sont les Blancs ? Des « petits Blancs » des colonies au « racisme anti-Blanc » », Lectures [Online], Reviews, 2014, Online since 06 January 2014, connection on 24 August 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13108

Top of page

Copyright

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Top of page