Navigation – Plan du site
La démocratie aux marges

La démocratie aux marges

David Graeber, La démocratie aux marges, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « La Bibliothèque du Mauss », 2014, 120 p., préface d'Alain Caillé, traduit de l'anglais par Philippe Chanial, ISBN : 9782356872968.
Notice publiée le 06 janvier 2014

Présentation de l'éditeur

David Graeber, anthropologue atypique, professeur à la London University et l’un des initiateurs d’Occupy Wall Street, a fait une entrée remarquée à la fois sur la scène scientifique et sur la scène politique en montrant comment un des facteurs qui maintiennent les peuples sous le pouvoir des banques est le sentiment moral que toutes les dettes doivent être remboursées. Un sentiment né il y a 5 000 ans en même temps que l’État, le marché, les grandes religions… et l’esclavage. Fascinante, la thèse appelle discussion. Notamment sur le point de savoir au nom de quelle conception de la démocratie elle peut être tenue.

Non, montre-t-il, l’Occident est loin d’avoir le monopole de la démocratie, et, contrairement à l’opinion omniprésente, ce n’est sûrement pas la « culture occidentale » qui l’a fait apparaître et prospérer. Si l'on entend le mot « culture » au sens anthropologique, il apparaît que la culture occidentale est introuvable (d’où une réfutation convaincante des thèses de Samuel Huntington). Et si l'on entend par culture, la culture des lettrés, alors il n’est pas difficile de se convaincre que ceux-ci, en Occident comme ailleurs, se sont constamment opposés à la démocratie. Celle-ci, en réalité, ne naît et ne vit que dans les marges des systèmes de pouvoir.

Bref l'anthropologie anarchiste, revendiquée comme telle, n'a rien produit d’aussi puissant depuis Pierre Clastres.

Haut de page

Auteur

David Graeber

David Graeber est l'auteur de l'ouvrage remarqué Dette : 5000 ans d'histoire (LLL, 2013).

Publications du même auteur

Haut de page