Navigation – Plan du site

La course à la distinction

Elodie Wahl
La course à la distinction
« La course à la distinction », Sciences Humaines, n° 224, 2011.
Haut de page

Texte intégral

1Le dossier du numéro de Sciences Humaines de mars 2011 est consacré à la notion sociologique de « distinction ». Son principal intérêt réside dans une confrontation de la théorie bourdieusienne avec d'autres théories de la socialisation. Cette confrontation confirme le caractère opératoire du concept éponyme d'un des principaux ouvrages du sociologue Français. Ce dossier s'ouvre sur un article de Jean-François Dortier qui met en regard la notion de distinction – notion consacrée par Pierre Bourdieu – avec l'essai de Rousseau sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes. Cette mise en perspective est tout à fait bienvenue puisque l'auteur du Contrat Social faisait de l'envie de se distinguer, à la fois un fondement et une conséquence de la sociabilité. Selon celui-ci, vivre ensemble c'est aussi se regarder les uns les autres, par conséquent se comparer, rechercher l'estime d'autrui et susciter l'envie ou le mépris. Mais la notion de distinction est également mise en regard d'une autre notion, très contemporaine cette fois : celle de « déclassement ». Si habiter à proximité de ceux auxquels on aime à se comparer est une marque de distinction positive, vivre dans un quartier dont les logements deviennent accessibles à des plus pauvres que soi, qui partagent d'autres mœurs ou d'autres valeurs, est vécu comme le signe d'un déclassement. Se distinguer, c'est donc rechercher l'estime d'autrui, mais d'autrui dont on aime à se sentir proche. Dès lors la notion de distinction peut-être lue au prisme de la théorie hégélienne, qu'Axel Honneth a récemment actualisée : celle de la « lutte pour la reconnaissance ». Bien plus importante que la survie biologique pour l'être humain qui est un être social, la reconnaissance d'autrui, finalité ultime, fonde le désir de se distinguer positivement. L'article de Xavier Molénat, « Les nouveaux codes de la distinction », revient sur l'ouvrage de Bernard Lahire (La culture des individus, 2004) et sur la mise en valeur par celui-ci d'un certain éclectisme des goûts, dans toutes les couches sociales, en matière de consommation (ou de pratique) culturelle. Il rappelle néanmoins que la différenciation des goûts reste marquée par des déterminismes sociaux qui permettent à chacun de choisir de manière non aléatoire parmi des créations culturelles issues de divers milieux. Ainsi des individus très éloignés dans la sphère sociale peuvent écouter parfois un même disque ou regarder un même film, mais pas aux mêmes moments ou pas pour les mêmes raisons. Ce serait alors moins ce qui est « consommé » qui diffère, que la manière dont ça l'est. Autrement dit les codes de la distinction pour se revendiquer de la « culture légitime » deviennent plus subtils à maîtriser, car l'accroissement de la différenciation entre les individus d'une même couche sociale exige une « capacité des classes supérieures à s'encanailler en cumulant culture légitime et incursions menées au sein de la culture populaire ». L'article de Lisa Friedmann évoque le phénomène de la comparaison, d'un point de vue socio-psychologique. Ce n'est pas pour les mêmes raisons explique-t-elle que nous nous comparons tantôt à plus faible tantôt à plus fort que nous. D'abord, si nous nous comparons « latéralement », c'est pour nous assurer notre légitimité dans un groupe : « la comparaison latérale valide nos goûts et nos choix... [elle] permet donc de se sentir dans le juste, le vrai, le bien. » Ensuite, se comparer à plus faible que soi produit de la réassurance en cas de fragilisation de soi (chômage, maladie...). Au contraire, se comparer à « quelqu'un que l'on estime supérieur à soi » permet l'ambition, voire la fierté, puisque nous pouvons jouir par procuration des bénéfices symboliques d'autrui : « une femme sera fière d'avoir un bel homme, un homme sera fier d'avoir une femme riche car l'autre est une partie d'eux et que leur destin est commun ». Enfin l'article de Jean-Louis Dessalles (chercheur en sciences cognitives), « Parler pour exister », décrypte de manière fort pertinente tous les sens que charrie l'interaction langagière. Parler à autrui, explique-t-il, c'est la plupart du temps vouloir le surprendre. Nous évoquons dans la majorité de nos conversations des situations singulières et non des situations banales, il paraît même déplacé de s'adresser à autrui pour évoquer une anecdote qui ne comprendrait aucune dimension de surprise. Nos amitiés, affirme-t-il, « dépendent de notre capacité à partager des situations singulières » et nos amis « sont ceux qui sont capables de nous montrer des aspects surprenants du monde qui nous entoure ». A l'inverse, les gens incapables de nous surprendre sont écartés de notre cercle amical, puisque, comme on dit : ils nous ennuient. Ainsi, « nous faisons et défaisons nos liens sociaux en fonction de l'intérêt de nos conversations », et la matière de cet intérêt peut même se trouver dans la narration du plus négatif de nous-même (récits de hontes ou de culpabilités vécues) : « Nous sommes prêts à nous dénigrer nous-mêmes pour faire valoir une qualité qui semble primer toutes les autres : la capacité à intéresser autrui en produisant du singulier. » Mais là n'est pas le seul élément important de l'interaction langagière : celle-ci n'exige pas seulement que l'on raconte la singularité du monde, il faut aussi savoir le faire « à propos ». On notera également dans ce numéro un article d'Olivier Pétré-Grenouilleau sur l'origine anthropologique de l'esclavage, qui, après le rappel des approches évolutionnistes issues de Darwin et marxienne, montre que l'apparition des sociétés esclavagistes obéit à une étape de transition et précède presque toujours l'instauration des États, dans lesquels il est rarement soluble. En effet si les États créent des hiérarchies politiques très rigides l'esclavage n'est pas nécessaire, si au contraire la mobilité sociale est acceptée, il n'est pas tolérable. Néanmoins certaines conditions sont nécessaires à l'apparition de l'esclavage. L'historien distingue parmi celles-ci, celles qui sont politiques et celles qui sont économiques. Ainsi à Athènes, la démocratie exigeant que les citoyens soient libérés de leurs activités économiques pour remplir leurs devoirs de soldats, l'institution de l'esclavage permettait la continuité de l'économie en temps de guerre. Aux Antilles aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'esclavage s'explique par le choix de la grande plantation qui nécessitait une main d'œuvre nombreuse et bon marché, et les Européens (appelés les « engagés ») avaient rapidement cessé d'être candidats devant l'absence de promotion sociale qui résultait de leur immigration

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elodie Wahl, « La course à la distinction », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 12 mars 2011, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1315

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page