Navigation – Plan du site

Joanna Nowicki, Michaël Oustinoff, Anne-Marie Chartier, Les langues de bois

Marie-Anne Paveau
Les langues de bois
Joanna Nowicki, Michaël Oustinoff, Anne-Marie Chartier (dir.), « Les langues de bois », Hermès, n° 58, 2011, 230 p., CNRS, EAN : 9782271071231.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces deux références sont absentes du numéro.

1La langue de bois n’existe pas, je l’ai rencontrée. C’est la boutade que m’a inspirée ce numéro d’Hermès consacré à cette catégorie, et qui constituera le fil directeur de ce compte rendu. Construit sur un empan disciplinaire vaste (SIC majoritaires, histoire, langues et civilisations, littérature et didactique, sociologie), constitué de 24 articles, il examine des aires culturelles variées (Europe de l’Est, du Nord et centrale, Russie, Asie, Amérique latine), ce qui lui donne une richesse remarquable. Il s’inscrit dans une généalogie des travaux sur la langue de bois qui se sont développés en France dans les années 1980, plutôt dans le champ de l’analyse du discours politique : le dialogue entre Sériot et Tournier dans Mots (1986-13), l’article de synthèse de Sériot dans Langage et société (1986-35)1, l’ouvrage classique de Thom (1987), un numéro thématique de Mots (1989-21). Des études réapparaissent dans les années 2000, jusqu’au récent ouvrage de synthèse de Delporte sur l’histoire de la langue de bois (2009). Il n’y a pas d’article de linguiste dans ce numéro, le papier de Turpin présentant le compte rendu d’un récent colloque sur Klemperer à Cerisy, mais ne constituant pas une étude linguistique à proprement parler. Comme linguiste du discours, je n’ai donc pas la meilleure position pour décrire cette livraison, car mes cadres épistémiques sont un peu différents. Je choisis quelques points d’accroche à partir desquels je propose une discussion critique à partir de l’analyse du discours. Sériot terminait son papier de 1986 dans Mots en déclarant : « La langue de bois […], tout simplement, ça n’existe pas » (p. 188). Il veut dire que la langue de bois est davantage un effet de discours, relevant des échanges verbaux des locuteurs, où se construisent les formes et les cadres du monde. Pour l’ensemble des contributeurs du numéro, il semble au contraire que la langue de bois existe, constituant une réalité observable indépendamment des usagers de la langue. La présentation le dit d’emblée : « Aujourd’hui, la langue de bois est partout » (p. 9). La catégorie ne semble donc pas mise en doute, sauf exceptions sur lesquels je reviendrai. « Cette langue de bois impose autoritairement une vision du monde inversée […] », lit-on aussi dans l’introduction (p. 10). Mais qu’est-ce qu’un monde à l’endroit, pourrait-on demander ? La fin de la présentation, qui donne les axes du numéro, affirme cependant : « En effet la langue de bois n’existe selon nous, que du point de vue des récepteurs » (p. 12). Il y a donc la mention d’une mise en doute de la catégorie, qui n’ouvre cependant pas sur un questionnement des usages discursifs en contexte qui amènerait lui-même à la déconstruction de la catégorie, au sens heuristique. Il me semble que cette double position, principalement naturalisante, avec une sourdine constructiviste, organise le numéro. Pour les chercheurs qui travaillent sur des énoncés empiriques dans une perspective linguistique, la langue, qu’elle soit de bois ou de tout autre matière, n’existe que comme système de compétences et de formes, qui s’activent en discours au sein des échanges des locuteurs. La langue de bois, ce serait donc plutôt un usage de la langue, en contexte, au sein de conditions socio-historiques spécifiques. C’est l’angle adopté par Dufays dans sa comparaison entre langue de bois et stéréotype. La langue n’est jamais en effet que ce que les locuteurs font d’elle. Donc, pour paraphraser Sériot : la langue de bois n’existe pas, mais les effets-langue de bois, si, et ils se rencontrent couramment. Ce qui explique bien ce que notent plusieurs auteurs, que la langue de bois soit toujours celle de l’autre. Nowicki, qui tient à différencier les phénomènes de langue de bois de l’Est de ceux, moins dramatiques, qui sont pointés dans les mondes démocratiques, adopte un angle particulièrement convaincant, qui est justement celui de l’effet et de la perception. « Ce que les dissidents dénoncent avec violence, c’est l’intrusion de la langue d’État dans leur propre mode de sentir et de penser » (p. 25). La langue de bois n’existe donc pas en soi, mais comme effraction linguistique, pourrait-on dire. « Car il n’est pas toujours possible de dire directement les choses », déclare Oustinoff à la fin de son article. Je dirais que ce n’est jamais possible, et que les mécanismes de la langue de bois sont les mécanismes de la langue tout court. C’est en référence à un idéal de transparence référentielle que certains types de discours sont épinglés comme « déviants », ou vus comme des opérateurs de mondes « inversés ». Dewitte mentionne à plusieurs reprises le « bon langage » et parle même de « pathologie » pour la langue de bois (p. 48). Il s’inscrit là dans la tradition française normative, ancienne et toujours florissante. Henry a écrit en 1977 un ouvrage oublié, Le mauvais outil. C’est la langue qu’il désigne ainsi, et son texte est une critique de théories qui présentent les formes d’indirectéité de la langue comme des « écarts » par rapport à sa supposée rectitude sémantique. Mauvais outil, outil de bois, langue de bois. Le jeu de mots est facile, mais recouvre une réalité peu confortable : la transparence ne peut être le fait de la langue, qui n’est pas une nomenclature et ne connaît la bi-univocité entre le signe et le référent. C’est la thèse que défend Valade, qui explique que « cette langue exploite des dispositions naturelles » (p. 36) et que, dans nos sociétés, l’appel à la vérité est plutôt un appel à la conformité. C’est aussi un peu ce que dit Legrand, quand il signale que le « parler cash » contemporain est « le stade ultime de la langue de bois moderne » (p. 153). Et c’est aussi ce qu’affirme Wolton, dans l’interview qui clôt le numéro, quand il affirme qu’après tout, la langue de bois est « plus banale qu’on ne le pense » (p. 160) et qu’elle « est consubstantielle au fonctionnement social et aussi à la démocratie » (p. 163). Les articles du numéro mentionnent de nombreuses catégories langagières, discursives ou rhétoriques, dans l’entourage de la langue de bois, ce qui constitue un arsenal catégoriel riche, qui pose cependant des problèmes de frontière. Dès l’entrée est posée la polysémie de langue de bois, qui désigne un phénomène langagier et socio-politique précis et daté, à l’œuvre dans les régimes soviétiques, et s’étend à des formes moins dramatiques et plus « soft » de discours, comme le langage diplomatique. La catégorie langue de bois entre en effet en résonance avec d’autres catégories qui ont parfois des créateurs identifiés. Je suis d’accord pour associer et comparer la langue de bois au newspeak/novlangue orwellien, au langage totalitaire de Klemperer (Turpin) ou à la LRO chinoise (article de Boutonnet). Je suis plus réservée sur deux points : d’une part l’extension de ces catégories à des formes discursives qui ne me semblent pas relever des mêmes conditions socio-politiques (par exemple le terme de novlangue appliqué au discours des directives européennes par Scibich-Kopiec) ; d’autre part l’inclusion dans la catégorie de la langue de bois du langage diplomatique (qui constitue un type de discours euphémisant, modalisant et mondain peu associable à une langue de bois), des « jargons, pédantismes, sociolectes » épinglés par Rouleau comme des masques de la vanité des chercheurs en SHS, ou encore du langage managérial (D’Almeida & Avisseau). Lecaussin, décrivant le jargon administratif, me fait plus penser à Rabelais qu’à Orwell ; Benedetti, parlant de « la langue de bois des sociétés ouvertes », me semble plutôt décrire la rhétorique. Une dernière remarque, qui est étonnement : il n’y a pas d’exemples dans cette livraison, sauf exception (dans l’article de Dufays par exemple). On trouve des listes de termes (chez D’Almeida & Avisseau par exemple), mais pas d’extraits de corpus sur lesquels travailler cette catégorie de langue de bois. Arifon, d’une manière qui me semble symptomatique (mais je ne sais pas de quoi), mentionne un « télégramme diplomatique » dont il n’a pas pu « obtenir copie ». Curieuse manière de citer un exemple, in absentia. Wolton a raison de terminer son interview en réclamant des « analyses empiriques »

Haut de page

Notes

1 Ces deux références sont absentes du numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Anne Paveau, « Joanna Nowicki, Michaël Oustinoff, Anne-Marie Chartier, Les langues de bois », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 13 mars 2011, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1316

Haut de page

Rédacteur

Marie-Anne Paveau

Professeure en sciences du langage à l’université Paris 13 Nord

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page