Navegación – Mapa del sitio

Renaud Garcia, Léon Tolstoï contre le fantasme de toute-puissance

Célia Poulet
Léon Tolstoï contre le fantasme de toute-puissance
Renaud Garcia, Léon Tolstoï contre le fantasme de toute-puissance, Neuvy-en-Champagne, Le Passager Clandestin, col. « Les précurseurs de la décroissance », 2013, 96 p., ISBN : 978-2-36935-000-2.
Inicio de página

Texto completo

1La collection « Les précurseurs de la décroissance » des éditions Le passager clandestin propose la présentation de ce que l’on pourrait considérer comme des pensées dont l’intuition se situe dans les prémisses des théories de la décroissance, où le concept est saisi dans son approche la plus complexe et la plus heuristique, bien loin des clichés qui y sont ordinairement attachés sous l’expression de « retour à la bougie ». Cet opus est confié aux soins de Renaud Garcia que l’on connaît notamment pour ses travaux sur Kropotkine1 et consiste en un corpus de textes issus des écrits de Tolstoï (Anna Karénine et Guerre et Paix du côté des romans, mais également des extraits d’essais et ouvrages théoriques). L’ouvrage est composé de deux parties distinctes d’égale longueur, la première constituant la présentation du recueil par Renaud Garcia, la seconde rassemblant les extraits illustrant la thèse de l’ouvrage.

2Ces deux moitiés du livre sont organisées selon le même plan de lecture de Tolstoï proposé par Garcia. Le premier temps, intitulé « Contre l’illusion de toute-puissance : la sagesse chrétienne », analyse les liens entre la pensée sociale et politique de Tolstoï et son attachement à la religion chrétienne, non pas tant en tant que dogme et rite, mais plutôt comme prônant la loi de l’amour universel en tant que non-volonté de toute-puissance sur autrui et sur le monde. Plus qu’une spiritualité, c’est en tant qu’axiome moral et théologique que le « paradigme » chrétien apporte à Tolstoï une certaine vision de la révolution comme appel à réfréner « les satisfactions de l’individualité » (p. 17). Parmi les étapes censées mener à un perfectionnement moral de la société, le végétarisme fait figure de passage obligé en tant que maîtrise de soi. La révolution attendue par Tolstoï est profondément pacifiste et implique l’amélioration de chacun par lui-même comme moteur du changement. Ainsi peut-on lire dans un extrait de son journal reproduit ici : « l’unique but de ta vie doit être de t’affranchir du mensonge et de professer la vérité. Et il te suffirait de faire cela pour que ta situation change aussitôt d’elle-même » (p. 51).

  • 2 Ce qui n’est pas sans rappeler la thèse de Pierre Clastres dans La société contre l’État, où, s’opp (...)

3Ce projet d’inspiration chrétienne contribue à la formulation d’une « critique de l’économie politique », deuxième temps de l’ouvrage. Dans son approche de l’économie capitaliste, Tolstoï développe une conception de l’argent qui se refuse au fonctionnalisme, où la monnaie n’est pas seulement conçue comme moyen d’échange mais comme expression-source du pouvoir, permettant l’achat du travail et l’appropriation des terres — Tolstoï s’opposant par là aux théories classiques expliquant l’émergence de la monnaie comme expression de la valeur d’échange. Dans L’argent et le travail, l’auteur des Cosaques s’interroge : « pourquoi n’y a-t-il pas de véritable argent, dans l’acceptation qu’on donne aujourd’hui à ce mot, là où il n’existe pas d’impôt dont le paiement en argent est exigé par la menace et la violence ? » (p. 63). L’apparition de l’argent est donc concomitante, dans cette approche substantive de l’économie, avec l’exploitation de l’État par l’impôt ; plus encore, l’argent apparaît quand le pouvoir en place prélève l’impôt et sert cette exploitation2. Tolstoï se distingue par là à la fois des théories marxistes et libérales, et en ce sens s’impose dans l’analyse de Renaud Garcia comme précurseur des théories de la décroissance.

  • 3 Extrait de L’esclavage moderne (1900).

4La troisième et dernière clé de lecture choisie par Garcia pour présenter la pensée de Tolstoï est celle de la critique de la doctrine du progrès à travers la valorisation du mode de vie paysan, ou, pour le dire plus précisément, des valeurs d’une paysannerie idéale, dans la lignée de ce que Renaud Garcia appelle le « conservatisme révolutionnaire » de Tolstoï et des théories de la décroissance en général, de par leur opposition à la croyance en l’amélioration du monde par le progrès. Cela implique une approche critique des processus d’innovation du point de vue de leur qualité émancipatrice, ou, au contraire, leur rôle dans le maintien de l’exploitation de la force de travail humaine. C’est également l’occasion pour lui de faire la critique du socialisme auquel il reproche de s’ « être avancé le plus loin dans la voie tracée par la science » (p. 78)3. Pour libérer les ouvriers de l’aliénation, il faut rompre la dépendance des ouvriers à l’appareil productif par la valorisation de la paysannerie, entendue comme un certain rapport au monde et à ses ressources, relation marquée notamment par l’enracinement local et la recherche de l’équilibre avec la terre. La paysannerie s’oppose ici à l’agriculture, et la meilleure incarnation de cette tension se trouve dans les pages d’Anna Karénine citées dans le livre, à travers le personnage de Lévine.

5La démonstration à laquelle se livre Renaud Garcia est brillante : à l’issue de la lecture de ce petit livre, s’impose l’idée que Tolstoï est bien un précurseur des théories de la décroissance. Le mot n’apparaît jamais dans ses textes ; néanmoins, l’intuition, les valeurs rattachées à ce courant de pensée économique sont présentes. C’est également l’occasion de découvrir ou de redécouvrir le personnage de Tolstoï, aristocrate épris de paysannerie, végétarien convaincu et militant ayant à la fin de sa vie fui les fastes de la vie mondaine pour se consacrer à une pensée critique du modèle productiviste. Cet apôtre de la non-violence qui, comme le rappelle Renaud Garcia dans l’introduction du volume, a inspiré Gandhi, propose, à la fois dans ses romans et dans ses essais critiques, une pensée véritablement originale aussi bien en rupture avec le socialisme qu’avec le libéralisme économique.

Inicio de página

Notas

1 Voir à ce sujet l’ouvrage d’Édouard Jourdain sur L’Anarchisme : http://lectures.revues.org/10613

2 Ce qui n’est pas sans rappeler la thèse de Pierre Clastres dans La société contre l’État, où, s’opposant à une vision marxiste du monde, l’auteur défend l’idée selon laquelle ce ne sont pas les rapports économiques qui déterminent les rapports sociaux, mais qu’au contraire c’est l’infrastructure sociale des rapports de pouvoir qui s’incarne dans les rapports de production et dans l’ordre économique.

3 Extrait de L’esclavage moderne (1900).

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Célia Poulet, « Renaud Garcia, Léon Tolstoï contre le fantasme de toute-puissance », Lectures [En línea], Reseñas, 2014, Publicado el 07 enero 2014, consultado el 27 junio 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13168

Inicio de página

Redactor

Célia Poulet

Docteur en sociologie, ATER à l’Université de Droit de Clermont-Ferrand. Membre du Centre Max Weber et chercheur associé au LAMES-MMSH.

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página