Navigation – Plan du site

Arnaud Sabatier, Robert Fraisse, Jean-Yves Mondon, Critique de la rationalité administrative. Pour une pensée de l'accueil

Olivier Cléach
Critique de la rationalité administrative
Arnaud Sabatier (dir.), Critique de la rationalité administrative. Pour une pensée de l'accueil, L'Harmattan, coll. « Des hauts & Débats », 2010, 231 p., EAN : 9782296129801.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Critique de la rationalité administrative, Arnaud Sabatier s'engage sur un chemin qui a été largement balisé, notamment par les sociologues ou les politologues (P. Bezès, F. Dreyffus, C. Eyraud, J-L. Metzger, A. Ogien, L. Rouban, pour ne citer qu'eux). Il est vrai qu'il entreprend ce parcours en philosophe – agrégé de philosophie et enseignant au lycée Bellepierre de Saint-Denis de la Réunion – ce qui, sur ce type de questionnements, est plus novateur. Cet essai philosophique, qui se propose de poser un regard critique sur les changements que connaît l'administration, est donc très complémentaire à d’autres lectures sur ce thème. Son fil conducteur peut se résumer en une question : dans quelle mesure les métamorphoses actuelles de l'administration remettent-elles en question (voire, pour l’auteur, en péril) une « pensée de l'accueil », de l'altérité ?

  • 1 Le débat se situe à un autre niveau – plus macro – que les lieux d’accueil du public (les guichets) (...)

2La démonstration d’A. Sabatier est relativement claire, cohérente. Dans un premier temps, il montre et il dénonce les dynamiques de changement, les mécanismes à l'œuvre, les tenants et les aboutissants ainsi que les conséquences de la « logique administrative » qui se met en place depuis quelques années. Dans un second temps, il propose plusieurs pistes pour restaurer la vocation d'accueil1 de l'administration, pour contrecarrer les effets négatifs de la diffusion de cette logique administrative. Pour ce faire, il mobilise des thèmes (le pouvoir, le temps, l'espace, le sens de l’existence, la mort, etc.) et des modes d’exposition (discussion serrée des concepts, emploi de nombreuses métaphores, références à la mythologie…) qui sont chers au philosophe et il apporte un éclairage théorique sur ces points, en mobilisant essentiellement des philosophes contemporains (sociologues et politologues ont certainement été lus, notamment pour rendre compte du processus de transformation de l’administration, mais les principaux représentants de ces disciplines ne sont guère cités).

  • 2 Employé par l’auteur au sens de M. Foucault et de G. Agamben (disposer, ordonnancer et mettre à dis (...)
  • 3 Notamment, dans le cas de l’administration, ceux qui sont prônés par le New Public Management qui s (...)
  • 4 Déterminisme (« on n’y peut rien, ainsi va le monde globalisé, financiarisé, … ») qui cultive la ré (...)

3Le diagnostic du philosophe rejoint dans les grandes lignes celui du sociologue : nous assisterions à un processus de gestionnarisation des services publics. Leur modernisation serait en fait un processus de rationalisation ou, comme le dit l'auteur, de « techno-administration », qui vise à redéfinir les modes d’organisation et d’action de « l’administration-monde ». Ce diagnostic est maintenant relativement bien connu : la rationalisation des services publics repose sur un ensemble de dispositifs2 (un langage spécifique – une « novlangue » –, des chiffres, des modèles de pensée et d’agir, …) et de principes3 (la quantification comme mode d'évaluation de l'action publique, dans une logique d’organisation, la volonté de réduire les incertitudes – notamment celles qui sont liées aux comportements humains –, le démantèlement de l’État afin de faire place à d’autres modes de gouvernance jugés plus « efficaces », le résultat et la performance érigés en valeur, la nécessité, l’inéluctabilité4 comme justifications des changements et des sacrifices qu’ils supposent, etc.), qui, au final, participent à définir un nouvel ordre organisationnel où tout (y compris les comportements, l’espace et le temps) serait sous contrôle.

4Plus précisément, cet ordre – l’administration monde – a pour finalité le contrôle économico-gestionnaire du système en lieu et place de la régulation politique (processus de dépolitisation). Dans cette perspective, la logique administrative (logique gestionnaire) supplante peu à peu la logique de service public : offrir un service oui, mais s'il est rentable, efficace, performant. Cette tension marque le fait que les moyens (chiffrables, comptabilisables, « itemisables », permettant la standardisation, la formalisation, la simplification) supplantent peu à peu les fins (rendre un service d’intérêt général), notamment dans le choix des politiques publiques menées. Soumises aux moyens, les finalités (en matière de santé, d’éducation, de sécurité, …) seront alors poursuivies en fonction de critères d’efficience « objectivés » par des indicateurs, des données chiffrées.

5L’auteur résume très bien, pages 25-26, les principaux enjeux et traits caractéristiques du monde dont il dresse le portrait, page après page : « L’hégémonie grandissante du nécessitarisme techno-administratif, l’obsession pathologique de l’évaluation chiffrée, la soumission mondiale et exclusive à la rentabilité, l’invasion du formalisme, du “formatisme” qui refoule la pensée et anémie l’imagination, doivent être mises au jour, dénoncées, combattues, comme autant de mises en péril de ma mondanité du monde et de l’humanité des humains. Mises en péril d’autant plus pernicieuses que le “dispositif” s’avance masqué avec ses airs de fêtes spectaculaires et son déguisement ludique et enchanteur de progrès moderniste, car l’époque n’est plus à la tyrannie mais à la manipulation douce, sucrée et, pour une bonne part, participative. » Autant dire, qu’avec quelques adaptations liées au contexte actuel, on retrouve dans ce portrait un certain nombre de modèles organisationnels (des « organisations d’ordre ») qui visent à instituer, à pérenniser un système de domination (dont le taylorisme est une bonne illustration) dont la finalité première est le contrôle de ses membres et limitant au maximum le « jeu des possibles ». Les sociologues du travail ont montré depuis longtemps que la justification de changements organisationnels visant à introduire un nouveau modèle d’organisation pouvait reposer sur de « bons sentiments » (par exemple prévenir l’arbitraire, apporter du confort en promouvant la conformité) ou sur la nécessité de s’adapter à un nouveau contexte (principe de contingence), mais que leurs mises en œuvre n’étaient pas exemptes d’effets pervers et/ou inattendus, de non-sens (déshumanisation, dépersonnalisation, désolidarisation, déresponsabilisation…).

6Et pourtant, Arnaud Sabatier, tout au long de son essai, nous dit qu'un autre « monde », un autre « logos », une autre voie, un autre choix de société sont possibles ; car, n’en déplaise à monsieur Taylor, il n’existe pas en la matière de one best way. Ainsi, pour aller à l'encontre de cette logique administrative qu’il dénonce et rétablir ce qu'il appelle une « pensée de l'accueil », l'auteur préconise une action volontariste dont il résume le programme en quelques mots, en quelques « remèdes ». Dé-chiffrer : remettre les chiffres, la quantification à leur juste place. Ce qui est dénoncé ici, ce n’est pas tant la gestion et l’enchiffrement que leur centralité, leur exclusivité, leur prétention à tout régir ; dé-réguler : définir une autre éthique, d'autres règles que celles de la gestion ou du néolibéralisme ; re-politiser en donnant la primauté aux liens sociaux, au partage, à la pluralité ; in-disposer en ouvrant le jeu des possibles ; dé-programmer en repensant les projets de société, en s’ouvrant à la diversité, en expérimentant la contingence, en faisant droit à l’équivoque, à l’imprévu… ; dé-localiser c'est-à-dire habiter des lieux (finis, concrets, ayant du sens, où on s’expose et où on cohabite) plutôt qu’occuper des espaces (non définis, géolocalisables, traçables, donnés voire imposés), retisser des liens défaits, partager l’espace, redonner un esprit aux lieux… ; dé-sinformer : c'est-à-dire « … donner à la communication sa vertu sémantique et politique, sa puissance humanisante … » (p.196), redonner un sens à … Bien entendu, tous ces éléments, tous ces processus ne sont pas propres aux administrations. Bon nombre d’entre eux seraient aisément transposables à d’autres types d’univers organisés.

7Il reste, au final, un essai intéressant (et très abordable pour un non-philosophe), mais discutable sur certains points, sur certaines interprétations (par exemple autour de la question de la régulation, la dernière partie sur la poétique, le débat autour de quels services publics nous voulons collectivement, etc.), notamment quand le lecteur est un sociologue. Mais n'est-ce pas là l'un des objets d'un livre : nous amener à discuter ?

Haut de page

Notes

1 Le débat se situe à un autre niveau – plus macro – que les lieux d’accueil du public (les guichets) étudiés par V. Dubois ou J-M. Weller (notamment) dont les travaux ne sont pas mobilisés par l’auteur. Ce dernier inscrit l’accueil dans une éthique du care

2 Employé par l’auteur au sens de M. Foucault et de G. Agamben (disposer, ordonnancer et mettre à disposition) ; nous l’employons, nous, dans un sens plus large et adapté au cadre de la gestion, celui développé par le réseau thématique 30 « sociologie de la gestion ».

3 Notamment, dans le cas de l’administration, ceux qui sont prônés par le New Public Management qui s’impose dans les années 1990

4 Déterminisme (« on n’y peut rien, ainsi va le monde globalisé, financiarisé, … ») qui cultive la résignation des individus, impuissants à agir face à la fatalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Cléach, « Arnaud Sabatier, Robert Fraisse, Jean-Yves Mondon, Critique de la rationalité administrative. Pour une pensée de l'accueil », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 14 mars 2011, consulté le 24 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1318

Haut de page

Rédacteur

Olivier Cléach

Sociologue, chercheur associé à l’Institut d’Éthique Appliquée de l’université Laval de Québec

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page