Navigation – Plan du site

Marion Montaigne, Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Riche. Pourquoi pas toi ? 

Patrick Cotelette

Texte intégral

1Les cinq dernières années ont vu la multiplication de bandes dessinées consacrées à la narration de discours scientifiques. Les sciences économiques ont été honorées par les Cartoon Introduction to Economics de Grady Klein & Yoram Bauman, par le manga consacré à la narration du Capital de Marx par Studio Variety Artworks ainsi que par la compilation d’histoire économique Economix de Michael Goodwin et Dan E. Burr. Les sciences physiques et la biologie avaient, quant à elles, été abordées par Marion Montaigne dans les séries de La vie des très bêtes et Tu mourras moins bête. C’est la même auteur-dessinatrice que nous retrouvons ici pour la première bande dessinée française consacrée aux concepts de sociologie1. Riche, Pourquoi pas toi ? entre plus précisément dans la sociologie de filiation bourdieusienne2 qu’est celle des Pinçon et Pinçon-Charlot. Par le texte et l’image, le défi lancé ici est de présenter le cœur de leurs analyses sur ce que signifie être « riche » dans la société française.

  • 3 Pour reprendre le titre de l’ouvrage éponyme consacré aux gagnants du loto.

2Tout d’abord, on ne peut que saluer la qualité du travail de retranscription fourni par Marion Montaigne, épaulée par Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot. En 130 pages, on trouve une présentation claire et pédagogique des principaux concepts travaillés par les sociologues. Le début de la bande dessinée est consacré à dépasser le sens commun pour arriver à une définition de ce qu’est la « richesse » dans sa dimension économique. Celle-ci est essentiellement reliée à l’importance des revenus du capital dans la répartition des sources de revenus des individus. Pour cette raison, les « ultra-riches » sont ceux qui appartiennent à – ou arrivent à fonder – une dynastie, c'est-à-dire une structure familiale dans laquelle s’opère une transmission du patrimoine. En utilisant ensuite le twist scénaristique d’un ticket gagnant au loto, le suivi d’un ménage « millionnaire de la chance 3 permet de présenter les dimensions sociales, culturelles et symboliques de la richesse, qui font en réalité toute la différence. Comme l’indique le personnage de Monique Pinçon-Charlot : « Vous, vous avez de l’argent. Le bourgeois, il est riche. Nuance » (p. 66).

  • 4 Et surtout la double page 106 et 107.
  • 5 « C’est tout de même paradoxal, non ? D’un côté, on veut nous fait croire qu’être riche, c’est mal (...)

3Dimension culturelle d’abord, parce que le fait d’être « riche » s’apprend : apprendre à gérer une fortune d’une part, mais surtout apprendre d’autre part les comportements qui rendent à soi-même et aux yeux des autres « normal » l’usage de la fortune. Les pages consacrées à l’hexis corporel4 permettent ainsi de bien montrer toute la différence qui se construit entre ceux qui dès l’enfance prennent « l’habitude de se montrer [… et de] donner [leur] avis » (p. 104) et ceux pour qui le fait d’être à l’aise en public ne fait pas partie d’un apprentissage familial. Sociale ensuite, parce que la richesse correspond à un espace social qui s’entretient par l’entre-soi, c'est-à-dire cette capacité qu’ont notamment les classes les plus supérieures de cultiver leurs relations par de multiples liens de connaissance, d’échange, de faveurs et de collaboration, par exemple sous le forme de transmission de revendications politiques ou de stratégies matrimoniales. Symbolique enfin, parce que les « riches » marquent leur distance au reste de la population par tout un ensemble d’attitudes, principalement inconscientes, et sources de « violence symbolique »  selon l’expression de Pierre Bourdieu : tous les tics, regards, moues, tons, pris par un individu pour marquer sa distance sociale à son interlocuteur au cours d’une interaction sociale. Cette violence symbolique est d’autant plus dévalorisante qu’elle s’inscrit dans une relation de domination qui – et par définition – est acceptée par le dominé parce que les catégories de pensée qu’il utilise pour penser sa relation avec le dominant sont celles qui assoient la position du dominant5.

4De plus, l’usage pertinent de la bande dessinée mérite d’être souligné. À la différence de l’écrit, où les précautions de langage du sociologue peuvent alourdir la lecture par la multiplication de guillemets, d’incises et de parenthèses, le dialogue particulier qui s’instaure entre le texte et l’image dans la bande dessinée permet de restituer le geste sociologique, c'est-à-dire l’effort de distinguer ce qui relève des représentations de ce qui relève des faits en eux-mêmes. Au-delà de sa vertu heuristique, l’écart entre l’image et le texte est habilement utilisé par Marion Montaigne pour produire des effets comiques qui rendent la lecture d’autant plus aisée au néophyte, comme au sociologue. Dans cette présentation des travaux des Pinçon et Pinçon-Charlot, la position spécifique des sociologues connaît le même traitement : comme ils l’écrivent en préface, « notre présence sert […] également à la description de la manière intime et ethnographique avec laquelle nous exerçons notre métier de chercheurs. […] Les observateurs se retrouvent observés et peuvent, après coup, s’observer eux-mêmes dans leur travail d’enquête. Juste retour des choses » (p. 3). A ce titre, Marion Montaigne tient et rend compte du fait que la carrière plus récente des Pinçon et Pinçon Charlot a pris une tournure plus militante, comme en atteste la dernière partie de la bande dessinée intitulée « Que faire ? ».

5En conclusion, c’est avec pleine confiance que vous pouvez vous lancer dans la lecture d’une bande dessinée qui sera à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de la diffusion des sciences sociales. Lectures ne pouvait que saluer une œuvre remplissant à merveille un objectif si proche du sien.

Haut de page

Notes

1 Pour rendre à César ce qui est à César, il existe par contre de nombreuses bandes dessinées « documentaires » permettant d’aborder des notions sociologiques, dont l’excellent Les mauvaises gens d’Etienne Davodeau.

2 Décidément toujours d’actualité, voir notamment Trente ans après la Distinction de Pierre Bourdieu dirigé par Philippe Coulangeon et Julien Duval, ou le roman récent d’Edouard Louis, En finir avec Eddy Bellegueule.

3 Pour reprendre le titre de l’ouvrage éponyme consacré aux gagnants du loto.

4 Et surtout la double page 106 et 107.

5 « C’est tout de même paradoxal, non ? D’un côté, on veut nous fait croire qu’être riche, c’est mal […]. Pourtant, la logique […] actuelle exerce une pression comme jamais sur les gens qui sont priés de faire toujours mieux pour s’enrichir. Eh bien, alors qu’ils triment à cause de la crise… 9 Français sur 10 pensent que les riches sont utiles à la société. Ils assistent à l’enrichissement des plus riches, tiraillés, indulgents, comme si cette richesse au fond profitait par ‘‘ruissellement’’ à tout le monde » (pages 124 à 126).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Cotelette, « Marion Montaigne, Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Riche. Pourquoi pas toi ?   », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 21 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13182

Haut de page

Rédacteur

Patrick Cotelette

Professeur normalien agrégé de Sciences Economiques et Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page