Navigation – Plan du site

Jean-Michel Wachsberger (dir.), Ségrégation et fragmentation dans les métropoles. Perspectives internationales

Sarah Van Hollebeke
Ségrégation et fragmentation dans les métropoles
Marion Carrel, Paul Cary, Jean-Michel Wachsberger (dir.), Ségrégation et fragmentation dans les métropoles. Perspectives internationales, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Le regard sociologique », 2013, 354 p., ISBN : 978-2-7574-0582-6.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’une journée d’études organisée en 2011 à l’Université Lille 3, cet ouvrage collectif entend apporter une contribution originale au débat contemporain sur les multiples différenciations socio-spatiales des grandes villes. Ce projet collectif vise la compréhension d’un monde qui est, selon les auteurs, chaque jour plus métropolitain, et où l’organisation du milieu urbain tend à se complexifier. Dans un tel contexte, la métropole parvient-elle encore à produire du vivre-ensemble et de la cohésion sociale ? Le débat actuel oppose les détracteurs de la grande ville comme lieu de divisions et les apologistes de la métropole comme lieu de rencontres et de contacts. L’ouvrage propose de nuancer ces positions sur la « capacité des métropoles à constituer des supports de l’urbanité », en rassemblant des enquêtes proposant un nouveau regard des « faits urbains et sociaux complexes ». De plus, face à l’intensification des débats et des travaux consacrés à ces thématiques et face à l’urgence de mieux comprendre les mutations contemporaines contrastées de ces dynamiques urbaines, les auteurs souhaitent questionner les notions et concepts utilisés et diffusés de longue date dans les études urbaines.

2La publication, qui réunit 21 contributeurs venant de disciplines variées (sociologie, anthropologie, économie, urbanisme, architecture, géographie, science politique, aménagement du territoire et travail social), se divise en quatre sections thématiques : concepts et mesures, contextes, impact des institutions, et acteurs et contournements. Des réflexions ainsi rassemblées, émergent deux principaux types de préoccupations. D’abord, la volonté d’interroger les concepts de fragmentation et de ségrégation, de les déconstruire, et d’en montrer la spécificité. Ensuite, celle de réfléchir aux formes produites par leur application aux contextes actuels dans différentes villes du monde. L’interdisciplinarité de l’ouvrage et son ambition de comparaison internationale accroissent plus encore son intérêt pour la sociologie urbaine et, plus largement, pour tous les chercheurs travaillant sur la ville.

  • 1 L’étude de l’organisation spatiale et de son agencement avec les formes de la vie sociale est au cœ (...)

3Articulées autour de la question du « comment mesurer, analyser, rendre compte des phénomènes de ségrégation et de fragmentation dans les métropoles ? », les contributions constituant la première partie de l’ouvrage proposent de poser les « jalons théoriques » et de présenter les « difficultés statistiques auxquelles les chercheurs sont confrontés ». Il existe une multitude de formes spatiales reflétant les inégalités sociales selon les contextes. Pour rendre compte de ces « différenciations socio-spatiales en matière résidentielle », une armada de concepts existe dans la littérature scientifique : juxtaposition, séparation, dispersion, fragmentation, partition, exclusion/inclusion, dualisation, gentrification, marginalisation, relégation, etc. P. de Almeida Vasconcelos nous fait voyager dans le temps et dans l’espace, au travers de représentations schématiques, au sein de ces situations socio-spatiales spécifiques. Cette spécificité des concepts pose la question de leur transposition d’un contexte à un autre. Alors que certaines notions sont partagées et universelles (différenciation socio-spatiale, gentrification, relégation, etc.), d’autres, renvoyant à des réalités éparses, perdent leur intérêt heuristique (fragmentation, exclusion, marginalisation, dualisation, etc.). Les premières enquêtes sociales locales anglaises du XIXe marquent les prémisses de l’analyse de l’organisation spatiale de la ville1, selon J. Rodriguez. Déjà à cette époque, des chercheurs tels qu’Engels, Mayhew ou encore Booth décrivaient l’espace urbain sur fond de « métaphores biologiques », comme composé d’entités socio-spatiales, de régions morales ou d’aires dépourvues d’une « liaison organique » permettant de rattacher les divers groupes sociaux. Ce « patchwork urbain » n’est toutefois pas composé de milieux désorganisés ou anomiques.

4Deux méthodologies mobilisées dans les études urbaines permettent de rendre compte de ces phénomènes contrastés. Il s’agit, d’une part, d’analyser la ville par le bas, c’est-à-dire au plus proche de l’expérience citadine et, d’autre part, de l’analyser d’en haut, en ayant recours notamment à la cartographie et à la statistique. Cependant, les statistiques ne doivent pas être prises comme « preuves absolues » pour mesurer la ségrégation ou la fragmentation mais davantage comme l’« étape d’un raisonnement particulier ». Par sa contribution, J.-M. Wachsberger, alimente donc le débat sur les limites des mesures statistiques des formes et processus socio-spatiaux multidimensionnels, concernant divers niveaux d’observation (arrondissements, quartiers, rues, logements,…). Il met en évidence la multitude d’indicateurs statistiques permettant de mesurer les formes de fragmentation ou de ségrégation spatiale (indices d’égalité, d’exposition, de concentration, de regroupement spatial, ou encore indice de centralisation).

  • 2 Certains auteurs vont même jusqu’à parler du développement d’une « ville insulaire ». Cf. le n° 150 (...)
  • 3 Pour plus d’informations sur les limites de la mixité voir E. Charmes, « Pour une approche critique (...)

5Dans ce qui, à nos yeux, forme la seconde partie de l’ouvrage, ces préoccupations sont mises en relief à partir de travaux de terrains variés, menés dans des contextes nationaux distincts. L’objectif de ces contributions est d’analyser les façons dont la métropole est vécue, ainsi que les manières de s’y adapter, d’y trouver sa place ou de « résister aux assignations identitaires » ; en bref, de comprendre l’état du vivre-ensemble dans ces différents contextes. Plusieurs enquêtes empiriques sont présentées, portant sur les favelas brésiliennes, les jeunes cubains de La Havane, les classes moyennes de Lima, l’installation des migrants mozambicains à Johannesburg, etc. Ces contextes ont en commun une croissance démographique importante, avec ce que cela comporte de mixité. Des enclaves se forment, aussi bien pour les plus pauvres que pour les plus riches. Il s’agit d’une nouvelle organisation de l’espace urbain marquée par une augmentation des inégalités. Cette « nouvelle » ville, comme M. Chétry la nomme, est une ville éclatée et fragmentée, une ville en opposition avec la ville organique de l’ancien modèle2. Toutefois, les ruptures et discontinuités du territoire urbain ne doivent pas amener à imaginer des entités qui seraient totalement séparées du reste de la ville, composées d’habitants repliés sur une identité commune. Les notions de fragmentation et de ségrégation appliquées à ces différents contextes permettent de rendre compte de la complexité des transformations territoriales. Cependant, elles rendent difficilement compte des pratiques spatiales et sociales des habitants de ces espaces. Les acteurs vont réagir, s’adapter, voire résister, à ces mutations urbaines ainsi qu’aux stratégies institutionnelles de régulation des dynamiques métropolitaines mises en œuvre dans le but de construire une image positive de la ville, de la rendre attractive et compétitive. En passant par des quartiers de logements en crise, des quartiers en recomposition sociale ou encore des bidonvilles, les configurations particulières de la ville analysées dans cet ouvrage interrogent toutes la question des effets des opérations de rénovation sur la cohabitation de populations aux origines sociales et aux pratiques culturelles hétérogènes. Face à cette problématique, les politiques publiques tendent à promouvoir la mixité sociale comme moyen de lutte contre la ségrégation et comme objectif pour diversifier la population, dans l’idée que « diversité de l’habitat et mixité rimerait avec harmonie sociale ». Mais cette idée est très discutable car la mixité n’est pas toujours synonyme de cohabitation harmonieuse ; la reconquête de l’attractivité urbaine est souvent source de conflits, voire aboutit à une ségrégation accrue des classes populaires. La mixité tant prônée dans les discours est limitée en pratique3. Les habitants résistent aux transformations urbaines et adoptent leurs propres stratégies pour articuler dynamiques d’entre-soi et mixité, afin d’assurer le vivre-ensemble.

6L’ensemble des contributions réunies dans cet ouvrage collectif permettent de nuancer les phénomènes de ségrégation et de fragmentation et, ainsi, de prouver empiriquement la diversité des phénomènes d’évitement ou de solidarité dans les métropoles. Dans sa conclusion, M. Carrel souligne que les travaux ici rassemblés ne s’intéressent pas à ce que pensent les habitants. Ont-ils réellement envie de se mélanger ? L’entre-soi est-il problématique ou peut-il être vu comme une ressource ou un support pour la sociabilité dans le quartier ? Ce sont là des questions à nuancer et à approfondir pour donner suite aux développements théoriques et aux mises en œuvres empiriques ici présentées. On retiendra l’intérêt de cet ouvrage pour tous les chercheurs et étudiants désireux de mieux saisir la multiplicité des formes pouvant être prises par l’organisation de l’espace. De plus, sa lecture ne fera assurément pas de mal aux décideurs politiques, qui y trouveront un support bien utile pour penser et mettre en œuvre les politiques urbaines.

Haut de page

Notes

1 L’étude de l’organisation spatiale et de son agencement avec les formes de la vie sociale est au cœur de l’écologie urbaine développée par les sociologues de l’École de Chicago au début du XXe siècle. Pour plus d’informations à ce sujet voir I. Joseph, Y. Grafmeyer, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Flammarion, 2009.

2 Certains auteurs vont même jusqu’à parler du développement d’une « ville insulaire ». Cf. le n° 150 de la revue Espaces et Sociétés, 2012, recensé par L. Francou : http://lectures.revues.org/9547.

3 Pour plus d’informations sur les limites de la mixité voir E. Charmes, « Pour une approche critique de la mixité sociale. Redistribuer les populations ou les ressources ? », in La vie des idées, 2009, [PDF en ligne], URL : http://www.laviedesidees.fr/Pour-une-approche-critique-de-la.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sarah Van Hollebeke, « Jean-Michel Wachsberger (dir.), Ségrégation et fragmentation dans les métropoles. Perspectives internationales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 19 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13195

Haut de page

Rédacteur

Sarah Van Hollebeke

Sociologue, diplômée du Master à finalité recherche et intervention sociale, UCL (Université catholique de Louvain).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page