Navigation – Plan du site

Deniz Günce Demirhisa, Ilan Lew et Marina Repezza (dir.), « Mémoire collective, subjectivité et engagement », Émulations, n° 11

Rémy Besson
Mémoire collective, subjectivités et engagement
Deniz Grünce Demirhisar, Ilan Lew, Marina Repezza (dir.), « Mémoire collective, subjectivités et engagement. Socio-anthropologie des pratiques d'engagement (en Amérique) », Émulations, n° 11, 2013, 136 p., Presses universitaires de Louvain, ISBN : 9782875581143.
Haut de page

Texte intégral

1Afin d’appréhender la notion de mémoire collective, la demi-douzaine de jeunes chercheurs dont les articles sont réunis dans le numéro 11 de la revue Émulations adoptent une méthode relevant du domaine de la socio-anthropologie des pratiques d’engagement. Présentant chacun des études de terrain qui s’inscrivent dans l’espace géographique Américain (du Canada au Brésil, en passant par les États-Unis, le Mexique, la Colombie et le Chili), ils abordent ainsi les actions menées aussi bien par des militants syndicaux, des représentants de minorités ou encore des intellectuels. Comme l’expliquent les coordinateurs du dossier, Deniz Günce Demirhisa, Ilan Lew et Marina Repezza, « le point de convergence de ces propositions est de prendre le partie du Sujet et de la démarche ethnographique qui est le plus apte [selon eux] à le saisir en puissance et en action » (p. 11). Si les objets analysés sont résolument hétérogènes, c’est cette clef de lecture méthodologique qui donne à ce recueil toute sa cohérence. Cela conduit à voir plusieurs lignes de force se dégager au fil de la lecture.

2Le choix d’aborder des corpus portant principalement sur des thèmes politiques est clairement identifiable. Ainsi, l’article de Diego Fernandez Varas a pour objet le rôle de la mémoire dans les revendications identitaires d’un groupe d’indigènes colombiens s’étant vu retirer le statut de minorité ethnique et les avantages sociaux qui lui sont associés. Francisca Gutierrez et Nicolas Angelcos s’intéressent quant à eux aux rapports que de jeunes syndicalistes chiliens entretiennent avec les années Pinochet (1973-1990) et avec les pratiques militantes de la génération de leurs parents. Le souvenir de la dictature est également au centre du texte que Roberta Borrione consacre à des universitaires brésiliens (quatorze professeurs de l’Université de Sao Paulo). Dans celui-ci, elle effectue une typologie des réactions au régime militaire (1964-1985) et s’intéresse en particulier à la manière dont celles-ci sont revendiquées, refoulées ou questionnées aujourd’hui. Elle identifie l’existence d’un véritable mythe résistancialiste, qui s’est imposé au mépris de la réalité passée. Julie Métais aborde la coexistence de plusieurs mémoires au sein d’un même groupe de militants mexicains. Elle fait apparaître des lignes de fracture derrière l’unité politique de façade défendue par les représentants officiels du syndicat. L’article d’Olivier Jubien qui porte sur un meurtre homophobe perpétré en 1998 aux États-Unis rend lui compte d’une stratification des types de réaction qui dément les clichés maintes fois répétés à ce sujet. Cette étude est menée à travers l’analyse de deux films et d’une pièce de théâtre, proposant ainsi une approche résolument culturaliste. Le dernier texte de ce dossier, écrit par Audrey Tuaillon Demésy, suit cet axe s’éloignant un peu de la dimension strictement politique, puisque l’auteur aborde les pratiques amateurs liées à la reconstitution de combats médiévaux.

3Le point commun entre cet article ayant pour objet la pratique de l’histoire vivante médiévale et les autres textes constitue la deuxième ligne de force de ce numéro ; il tient au choix de mener des études qualitatives à une échelle microsociale. Ainsi, les corpus constitués sont restreints à de petits groupes d’individus (les membres du syndicat Oaxaca au Mexique, quelques professeurs d’une université brésilienne), à une communauté précise (4 000 indigènes de Cota en Colombie), à quelques productions culturelles (dans le cas du traitement médiatique de l’affaire Matthew Shepard). Il est donc régulièrement question d’expériences subjectives et de récits individuels. Cela rend compte du refus partagé par les auteurs des approches qui relèvent du quantitativisme et/ou qui font correspondre mémoire collective et mémoire nationale. Ce choix de se situer « au ras du sol » conduit les chercheurs à porter attention à des individualités singulières et à des comportements ou des rites se situant hors de la norme. Pour autant, ce n’est pas à l’exceptionnalité des pratiques observées qu’ils consacrent leur attention, mais bien souvent à ce qui est le plus quotidien dans l’engagement de chacun de ces acteurs sociaux. Cela les mène à s’intéresser aux liens entretenus par des groupes précis et des collectivités plus larges au sein desquelles ils évoluent. Ainsi, les rapports entre privé et public, entre local et national et entre individu et collectif ne sont-ils jamais considérés comme un donné mais, au contraire, se situent au cœur des questionnements développés. Cela donne lieu à de passionnantes tentatives de création d’échelles intermédiaires qui viennent complexifier l’expression, trop souvent acceptée comme allant de soi, de « mémoire collective ». Il y a ainsi une constante recherche de récits alternatifs qui viennent progressivement brouiller ce qui semblait, au premier abord, évident. Il s’agit, comme le précise Julie Métais, de « donner à saisir des récits alternatifs aux histoires officielles » (p. 78). Les auteurs rivalisent alors d’ingéniosité afin de contourner cette remontée en généralité problématique. Ils choisissent, par exemple, de faire usage de l’expression de « mémoire collectée » (Jeffrey Olick), de « mémoire héritée » ou de « mémoire partagée », insistant par là même sur leur propre rôle dans la fixation des récits de mémoire qu’ils proposent à leurs lecteurs.

  • 1 Lesbiennes, Gays, Bi et Trans.

4Le troisième vecteur de cohérence de ce numéro, qui découle de cette attention portée à l’identité des groupes sociaux étudiés, consiste en un intérêt partagé pour la performativité de la mémoire. En effet, le rôle réel ou fantasmé de la mémoire de ces groupes dans l’espace public est une dimension centrale dans chacune des études présentées. Ainsi, « se souvenir de » est, ici, considéré moins comme un acte tourné vers le passé et la remémoration que comme un acte prenant place dans le présent et orienté vers le futur. Par exemple, Diego Fernandez Varas identifie que, dans le cas des indigènes de Cota, des rites et des pratiques ancestrales sont exhumés par les membres de la communauté afin de créer du lien social. Ces éléments fonctionnent à la manière d’arguments mémoriels servant à une reconnaissance du groupe au niveau national. La mémoire prend ainsi place dans un projet politique. Elle vise à « renforcer la cohésion sociale de la communauté et faire face à la marginalisation dont elle est victime » (p. 84). Dans ce cas, une fois constitué en mémoire partagée, le souvenir vaut car il fait agir. Cette idée peut être reliée à celle de « mémoire créatrice », qui est développée dans un entretien mené avec le metteur en scène Didier Ruiz. Les pièces de théâtre montées par ce dernier s’appuient sur la collecte des souvenirs de personnes âgées avec lesquelles il travaille. Pour autant, il a moins pour objectif de rendre compte de l’expérience de chacune d’entre elles que d’intégrer ces bribes de passé à une narration qui vient avant tout de lui-même. Il explique, « le plus important pour chacun d’eux n’est pas le plus important pour moi. Ce qui correspond à mon critère de choix passe par la question est-ce que cela me touche ou pas » (p. 125). La mémoire individuelle de chacun des protagonistes est donc un point de départ, un matériau, à partir duquel il y a création d’autre chose, d’une mise en partage qui relève d’une construction en mosaïque (p. 126). Le passage du subjectif au partagé est ainsi, chaque fois, présenté comme étant le résultat d’un processus orienté en fonction de choix stratégiques. Dans le cas de la pratique des arts martiaux historiques, la manière dont la mémoire permet de constituer les individus en groupe culturel (et non en association sportive) est également soulignée. Audrey Tuaillon Demesy précise : « la mémoire renvoie toujours à une identité construite par les enquêtés : celle d’appartenir à un groupe particulier, qui partage des valeurs communes et une vision similaire du Moyen Âge. » (p. 106). À travers le cas de Matthew Shepard, c’est également à cette performativité de la mémoire que s’intéresse Olivier Jubien. Ainsi, il conclut son article sur le constat que « les différentes pratiques mémorielles ont abouti à la prise en compte politique et législative du problème des crimes de haine et donc à la modification du comportement prescrit dans la sphère public envers les personnes LGBT1 » (p. 58). Il insiste alors sur le rôle d’amplificateur joué, dans ce cas particulier, par les médias.

5Ces trois dimensions, choix de sujets politiques, d’une échelle commune et d’une analyse de la mémoire au prisme de sa performativité, font toute la force et l’intérêt de ce très riche numéro. Il est, par contre, dommage, de noter l’absence de travaux portant sur l’articulation entre les notions de mémoire et d’histoire (à l’exception du dernier article), et surtout entre les notions de mémoire et de culture. Cela est certainement en partie lié à la décision de travailler sur des cas précis (et non de proposer des réflexions conceptuelles), ainsi que d’opter pour une démarche socio-anthropologique (et non d’histoire sociale ou culturelle). Pour autant, il aurait été intéressant de voir chacun des auteurs essayer d’articuler ce qu’il entend par « mémoire collectée », « mémoire partagée », « mémoire héritée » avec les concepts d’histoire et/ou de culture de groupe. Une approche plus explicitement pluridisciplinaire aurait ainsi certainement mené à de plus amples développements concernant les acquis de l’anthropologie historique, de la microhistoire, de l’histoire du quotidien ou encore de l’histoire de la mémoire. Un tel type de questionnement viendrait ajouter un degré de complexité à des approches déjà très riches, en leur permettant une inscription plus fine de la notion de mémoire dans l’espace et dans le temps.

Haut de page

Notes

1 Lesbiennes, Gays, Bi et Trans.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémy Besson, « Deniz Günce Demirhisa, Ilan Lew et Marina Repezza (dir.), « Mémoire collective, subjectivité et engagement », Émulations, n° 11 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 24 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13197

Haut de page

Rédacteur

Rémy Besson

Post-doctorant au Centre de recherches intermédiales sur les arts, les lettres et les techniques à l’Université de Montréal, Rémy Besson a soutenu en 2012 un doctorat en histoire à l’EHESS (Paris), portant sur la mise en récit du film Shoah de Claude Lanzmann.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page