Navigation – Plan du site

Danielle Tartakowsky, Les Droites et la rue. Histoire d’une ambivalence de 1880 à nos jours

Lilian Mathieu
Les droites et la rue
Danielle Tartakowsky, Les droites et la rue. Histoire d'une ambivalence, de 1880 à nos jours, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2014, 224 p., ISBN : 978-2-7071-7817-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Danielle Tartakowsky, Le Pouvoir est dans la rue, Paris, Aubier, 1998, p. 191 ; voir également, de (...)

1Historienne des manifestations, Danielle Tartakowsky faisait remarquer dans un précédent ouvrage que la mythologie de cette forme protestataire appartenait à la tradition du mouvement ouvrier et, plus globalement, de la gauche1. Mais elle y relevait déjà que la droite n’est en rien étrangère à la pratique manifestante et que plusieurs dates clés de son histoire politique correspondent à des défilés protestataires d’ampleur. C’est dire si les commentateurs des récentes mobilisations hostiles au « mariage pour tous » se trompent lorsqu’ils y décèlent une découverte du recours à la rue par les mouvements et partis conservateurs. Ceux-ci y sont de longue date rompus mais rencontrent manifestement quelque difficulté à assumer un héritage contestataire parfois encombrant.

  • 2 Ibid.

2Telle est en tout cas la thèse de cet ouvrage érudit, basé sur l’ample connaissance du phénomène manifestant qu’a acquise Danielle Tartakowsky au fil de sa carrière. Hormis les matériaux relatifs à la « manif pour tous » de 2013, il ne mobilise pas de données nouvelles mais développe une réflexion spécifique sur le recours des droites à la manifestation, ce qui explique qu’on y retrouve la typologie (manifestation pétition, manifestation insurrection, manifestation procession et levée en masse) préalablement forgée par l’auteure et présentée dans de précédentes publications2. La démarche est fructueuse et permet de repérer constantes et évolutions au fil d’un récit organisé chronologiquement, de l’agitation boulangiste puis antidreyfusarde des années 1880 au « printemps français » de 2013.

3La période initiale de cette chronologie permet de constater que la contribution des mobilisations conservatrices à la définition de la « forme manifestation » est loin d’être négligeable, spécialement à partir des processions religieuses, dès lors qu’elles sont investies d’une signification politique. Elle permet également de relever que cette formalisation ne s’opère pas de manière isolée mais au travers d’une interaction conflictuelle entre mobilisations rivales, spécialement lors des multiples manifestations et contre-manifestations qui opposent antidreyfusards et dreyfusards. Reste que l’action collective souffre sous la IIIe République d’une illégitimité foncière en regard des principes de la démocratie représentative, ce qui contribue à expliquer qu’elle soit adoptée de manière privilégiée par les organisations extérieures au jeu électoral, telles que les ligues d’extrême droite (Ligue des patriotes, Ligue antisémite, Action française, etc.). Les accompagnent de près, spécialement dans l’après-Première Guerre mondiale, les mouvements socioprofessionnels (de petits commerçants, d’agriculteurs, de contribuables ou d’anciens combattants) et surtout des catholiques opposés à la politique du Cartel des gauches.

4La dynamique contestataire de l’entre-deux-guerres culmine, à droite, avec la manifestation véritablement insurrectionnelle du 6 février 1934. Composite (les anciens combattants communistes la côtoient tandis que les Croix de feu affichent leur distance), celle-ci n’en est pas moins immédiatement interprétée comme un succès par l’extrême droite puisqu’elle entraîne la chute du cabinet Daladier. Succès ambigu pourtant, et en fin de compte éphémère, parce que la menace d’un coup de force fasciste conduit à une remobilisation décisive de la gauche, dont le point d’orgue est la journée de grèves et de défilés du 12 février, et dont l’aboutissement politique est le gouvernement de Front populaire. De fait, le 6 février a pesé et pèse encore comme une sorte de mauvaise conscience manifestante sur la droite, le spectre de l’insurrection antidémocratique disqualifiant durablement son recours à la perturbation dans et par la rue.

5Février 1934 aboutit à une première réglementation des manifestations mais aussi à une certaine désaffection de la droite pour cette forme d’action qu’elle abandonne, de fait, à la gauche et aux syndicats. Cette intégration des cortèges protestataires à l’imaginaire politique de la gauche n’empêche pas les mouvements de droite de continuer à y recourir, mais sur un registre en quelque sorte mineur. Les rassemblements à l’occasion des déplacements du général de Gaulle pendant les premières années du RPF (Rassemblement du peuple français), les protestations publiques des poujadistes mais surtout les mobilisations en défense de l’Algérie française donnent lieu aux principaux cortèges de droite de la IVe République. Cette dynamique protestataire culmine en mai 1958 en se dotant à nouveau d’une dimension antiparlementaire lorsque ce sont les policiers parisiens qui manifestent en contestant directement le régime ou lorsque, à Alger, les militaires organisent des défilés dénonçant la « politique d’abandon ». L’ambiguïté des origines de la Ve République, née de la menace d’un coup de force militaire, explique sans doute la volonté de de Gaulle d’inscrire la nouvelle constitution dans une tradition républicaine. Le grand rassemblement organisé par ses soutiens place de la République le 4 septembre 1958 en fournit la principale illustration. Dix ans plus tard, c’est sur le mode de la levée en masse que le régime gaulliste surmonte la crise de Mai 68 : entendant reconquérir sur son adversaire l’espace de la rue, ses soutiens défilent sur les Champs Elysées au son de la Marseillaise, une brochette de ministres occupant les premiers rangs. Paradoxalement, ce cortège destiné à renforcer le gouvernement face à ceux qui le contestent bruyamment dans la rue contribue à légitimer la forme manifestation, qui n’est dès lors plus réservée à l’opposition de gauche.

6Cette légitimation, pour autant, reste durablement sans suite. Pendant la plus grande partie des années 1970 et 1980, le recours de la droite à la manifestation reste cantonné à ses franges les plus extrêmes. Le Front national, notamment, commence à organiser ses défilés-processions en l’honneur de Jeanne d’Arc, en référence directe aux cortèges de l’extrême droite des années 1930. Commence également à se développer, une nouvelle fois dans une dynamique d’affrontement à d’autres mobilisations antagonistes, la pratique des manifestations d’entrepreneurs ou d’usagers des transports en commun, organisées avec le soutien des partis de droite lors de mouvements sociaux d’ampleur. Mais c’est surtout du camp catholique, qui a pourtant largement désinvesti la rue depuis les années 1920, que surgissent les principales mobilisations de droite de l’histoire récente : grande manifestation en défense de l’école libre en 1984, défilés contre le Pacs en 1999 et « manif pour tous » de 2013 contre l’accès au mariage des couples de même sexe. D. Tartakowsky relève ce que le succès de ces mobilisations doit aux considérables ressources organisationnelles dont dispose l’Église catholique. Elle souligne également, s’agissant du plus récent de ces mouvements, combien la participation aux Journées mondiales de la jeunesse a contribué à façonner chez les jeunes catholiques une inclination relativement inédite (au moins pour la période récente) pour l’action collective.

7L’avenir dira si cette première expérience manifestante débouchera sur une disposition durable à la protestation au sein de la droite. Les Droites et la rue se conclut par des développements très suggestifs sur le rapport à l’histoire qui caractérise la droite française, spécialement dans ses fractions catholiques. Ce rapport est éminemment complexe, compte tenu de la valorisation conservatrice d’un « ordre naturel » qui marque ces courants et de leur rejet de toute vision progressiste du cours historique. Il est également complexe (ou complexé), s’agissant plus spécifiquement du rapport de la droite à son histoire manifestante, hantée par le souvenir de ses tentations insurrectionnelles antidémocratiques.

8Le livre offre, dans un format assez court, une représentation synthétique du recours des droites à la manifestation. Si les temps forts de cette histoire sont bien entendu soulignés, ses épisodes plus ordinaires ou moins spectaculaires ne sont en rien négligés. On regrettera cependant que l’organisation chronologique de l’ouvrage laisse peu de place à des développements plus systématiques sur certains aspects de cette histoire. Il en est ainsi, par exemple, de l’attitude des forces de l’ordre – leur complaisance est plusieurs fois évoquée – à l’égard des défilés « de droite », ou des effets d’évaluation mutuelle et d’imitation, produisant parfois de véritables isomorphismes, lorsque mouvements de gauche et de droite s’affrontent par manifestations interposées. Reste que Les Droites et la rue fournit une bonne base pour une telle démarche plus analytique.

Haut de page

Notes

1 Danielle Tartakowsky, Le Pouvoir est dans la rue, Paris, Aubier, 1998, p. 191 ; voir également, de la même auteure, La Manif en éclats, Paris, La Dispute, 2004.

2 Ibid.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Mathieu, « Danielle Tartakowsky, Les Droites et la rue. Histoire d’une ambivalence de 1880 à nos jours », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 10 janvier 2014, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13199

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page