Navigation – Plan du site

Hakima Mounir, Entre ici et là-bas. Le pouvoir des femmes dans les familles maghrébines

Johan Younes Van Praet
Entre ici et là-bas
Hakima Mounir, Entre ici et là-bas. Le pouvoir des femmes dans les familles maghrébines, Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais », 2013, 270 p., préface de Michelle Perrot, ISBN : 978-2-7535-2667-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Hakima Mounir est issu de sa thèse soutenue en 2007 sur les pouvoirs domestiques des femmes marocaines, appréhendées dans une approche comparative entre le Maroc et la France. Dans ce livre, la sociologue offre une analyse du pouvoir à travers les multiples décisions prises au sein du couple : l’achat de biens, l’éducation des enfants, la sexualité…. Elle mobilise tant les statuts que les discours des femmes enquêtées et tente de comprendre les logiques et les moyens des contre-pouvoirs féminins, au service d’une réflexion portée à la fois sur le genre et sur les relations entre famille et État.

2Pour ce faire, l’auteure emprunte la méthodologie empirique de l’entretien semi-directif, auprès de quatre-vingt femmes marocaines. Dans une démarche comparative, H. Mounir a constitué sa population d’enquête de 40 femmes mariées vivant au Maroc et de 40 autres ayant immigré en France. Dans chaque groupe, 20 sont au foyer et 20 occupent un emploi.

  • 1 Principalement les travaux de François De Singly.
  • 2 Entre autres, les travaux de Blood et Wolf, mais également ceux de C. Delphy et de A. Michel

3L’ouvrage contient deux parties. La première s’ouvre sur un chapitre qui pose le cadre théorique à travers lequel la sociologue a saisi la thématique du pouvoir des femmes dans les familles maghrébines. Au croisement des travaux sur la famille1 et sur le genre2, l’approche se veut critique, notamment envers « la théorie des ressources » selon laquelle l’acquisition du pouvoir par les femmes au sein du couple dépend de leurs ressources économiques issues du salariat. Ainsi, la force de cet ouvrage réside dans le regard porté sur les ressources informelles et symboliques à travers la notion de « capitaux », que l’auteure emprunte à Bourdieu. Comment des femmes a priori dépossédées de ressources financières parviennent-elles à exercer un pouvoir dans la sphère domestique ? L’auteure prend également position en intégrant des « instances extérieures » dans l’analyse des sphères domestiques : les systèmes juridiques et scolaires, la religion et la magie. H. Mounir avance ainsi l’hypothèse que les sphères politique et familiale s’influencent mutuellement. Par cela, elle légitime l’intérêt accordé au quotidien des sphères domestiques dans l’étude des rapports sociaux de pouvoir. Mounir définit les concepts centraux de « pouvoir », d’« autorité », de « stratégie » et d’« influence » avant de s’arrêter sur leur expression dans le contexte marocain. Ainsi, la « fitna », synonyme de désordre, de tentation et « de subversion de l’ordre social », se révèle structurante tant elle est socialement associée aux femmes et participe donc à les exclure de l’espace public.

4Dans le chapitre 2, l’enquête de H. Mounir porte à l’analyse la décision de grands achats comme celui d’une maison. Paradoxalement, si c’est une affaire d’homme au Maroc, l’expression « dar » qui signifie littéralement la « maison » renvoie également à la « femme », et donc à un potentiel pouvoir féminin. En France, les femmes au foyer parviennent à influencer la décision du mari. Elles abandonnent le projet du « retour » au pays et refusent d’y suivre leur mari, conscientes des libertés qu’elles ont acquises à travers l’immigration. Elles justifient leur refus au nom de l’intérêt de la scolarité des enfants, s’appuyant à la fois sur leur rôle de mère en matière d’éducation et sur l’alliance créée avec les enfants qui préfèrent rester en France.

5Au Maroc, les femmes salariées affirment participer à la décision d’achat, même si la signature notariale, finale et officielle reste celle du mari. Par cette nuance, H. Mounir met en lumière l’importance de la « vitrine », c'est-à-dire l’image extérieure de la sphère conjugale qui doit, pour préserver l’honneur du mari, laisser paraître l’autorité masculine. En France, « loin de la pression de la famille et de la tradition », les femmes salariées sont plus revendicatives quant à l’imposition de leur signature. L’auteure souligne l’existence de revenus non-apparents. Malgré un mari parfois « contrôleur », les femmes au foyer au Maroc parviennent à se constituer un « trésor de guerre » en commerçant occasionnellement. En France, les allocations familiales sont une ressource importante et favorisent leur indépendance. Ces éléments, étonnement absents des « statistiques officielles », peuvent éclairer des formes de pouvoir féminin jusqu’alors inexpliqués

  • 3 Glaude M., De Singly F., « L’organisation domestique : pouvoir et négociation », Économie et statis (...)

6Le chapitre 3 intitulé « Autorité, honneur et politique » traite des enjeux de l’éducation dans la sphère familiale. Selon l’auteure, l’éducation des enfants, qui comprend à la fois l’« apprentissage au quotidien » et l’« apprentissage scolaire », est un « pôle d’ancrage essentiel de l’identité féminine »3 ainsi qu’une source de pouvoir légitimée par la tradition et la religion. Bien qu’on puisse penser la spécificité féminine de ce « pouvoir » comme une restriction à la sphère familiale, l’enquête réalisée par H. Mounir montre que la prise en charge de l’éducation par les femmes marocaines favorise leur « sortie » vers l’espace public. Et ce d’autant plus que, dans le contexte migratoire, elles parviennent à « grignoter » les responsabilités masculines, motivées par un « mythe mobilisateur » selon lequel la réussite sociale passe par la réussite scolaire. Ces mères mobilisent alors les dispositifs existants tels que le soutien scolaire, puisent dans leurs propres ressources, et deviennent des interlocutrices majeures dans la relation au système scolaire français. Au Maroc, c’est au père que revient l’intervention dans l’espace scolaire, mais de nombreuses associations féminines se sont créées dans l’objectif de valoriser la participation des femmes à la vie publique. Ainsi, H. Mounir observe l’émergence d’une troisième sphère mi-domestique, mi-publique : « l’action sociale féminine ». Ce regard comparatif permet de mieux comprendre l’attachement de nombreuses femmes à leur rôle éducatif. Tandis que certaines études voient dans cet attachement la subordination des femmes, à travers un prolongement restrictif de la fonction maternelle. H. Mounir estime au contraire qu’il témoigne de la volonté pour ces femmes de préserver ce pouvoir que leur confère l’éducation des enfants.

7La seconde partie de l’ouvrage porte sur « les moyens du pouvoir domestique ». Dans le chapitre 4, H. Mounir nous restitue les propos recueillis sur les questions de maternité et de sexualité. La maternité vécue par ces femmes marocaines, loin de certaines conceptions féministes qui y voient un genre d’« esclavage », semble être le terrain de stratégies et de contre-pouvoirs spécifiquement féminins. Au Maroc, le fait d’engendrer des garçons peut conférer un capital et une reconnaissance sociale. Cela s’explique dans un contexte où avoir des enfants permet d’obtenir des ressources et plus d’indépendance. Quant aux femmes marocaines en France, leurs enfants restent moins longtemps au foyer parental. Ainsi, la descendance, même masculine, représente bien moins une ressource, notamment chez les femmes salariées. À travers ces évolutions, la sociologue met en lumière la crise du « pouvoir masculin traditionnel » et la valorisation de la réussite scolaire et du travail des filles. Concernant le contrôle des naissances, les femmes salariées sont plus nombreuses que les femmes au foyer à utiliser un contraceptif et elles l’utilisent mieux. De plus, le choix d’un contraceptif se fait davantage dans la concertation, ce qui confirme la « théorie des ressources ».

  • 4 Mauss Marcel Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques In Sociol (...)
  • 5 Favret-Saada Jeanne, Les mots, la mort, les sorts, Gallimard, 1977.

8La sexualité est abordée au chapitre 5. Tandis que de nombreuses femmes n’osent pas refuser les avances de leurs époux par crainte d’être répudiées, certaines jouent dans les causeries féminines le rôle de « conseil en stratégie ». Malgré cette apparente domination masculine, la sociologue s’interroge : qui décide de passer au rapport sexuel ? D’après les résultats, les femmes marocaines vivant en France adoptent plus le « contre-modèle » français consistant pour les femmes à « chercher » les hommes. La sexualité est présentée par l’auteure comme un « moyen d’échange ». Les femmes enquêtées témoignent de stratégies qui se transmettent de génération en génération. Céder aux faveurs de l’époux signifie alors sortir ou acheter ce qu’elles veulent. À travers ce « don contre don »4, elles établissent un contre-pouvoir en prétextant être fatiguées ou indisposées jusqu’à ce que leur mari cède. Puis la sociologue met en avant la notion centrale de l’ouvrage : la « ruse » en tant que « stratégie de pouvoir » qu’elle définit avec une étonnante portée synthétique : « La ruse ménage une position supportable dans un rapport inégal sous couvert d’une apparente soumission recouvrant une résistance larvée ». Dans cette définition, l’« apparente soumission » des femmes est une condition du contre-pouvoir féminin. En effet, qu’il s’agisse de l’éducation des enfants ou de la sexualité, les processus a priori de domination cachent des formes de « résistance ». Au Maroc, la ruse est un savoir-faire qui se transmet à travers des « récits » tels que les contes de « Lalla Aïcha » ou de « Aïcha Qandicha ». Le mot « kayd » caractérise au mieux ce « mode de résistance féminine » dans l’univers marocain. Synonyme de « complot, artifice, conspiration […, son] sens est ici plutôt péjoratif » et renvoie spécifiquement aux femmes. Ce mythe est également reconnu par les hommes, qui participent à le maintenir et à le rendre efficace dans les représentations collectives. Au même titre, la sorcellerie des femmes suscite une réelle peur. Ici H. Mounir évoque les contre-pouvoirs féminins faisant appel à la magie. Elle rappelle d’ailleurs qu’il existe en France des formes persistantes de magie5. Le recours à la sorcellerie est très présent au Maroc et l’immigration n’y change rien ; les femmes marocaines font appel à des réseaux d’expertes. La pratique courante du nœud ou « tqaf », qui vise à rendre le mari sexuellement impuissant, nourrit les angoisses masculines, conférant aux femmes une force de contre-pouvoir.

9Dans le chapitre 6, H. Mounir tente d’expliquer pourquoi, à contre-pied de la « théorie des ressources », certaines femmes ayant un salaire s’en trouvent dépossédées par la pression familiale et traditionnelle, alors que d’autres, non salariées, sont de puissantes « femmes d’intérieur ». La sociologue prend en considération toutes les formes de travail dans son analyse du pouvoir. Ainsi, le « travail ménager » (ménage, gestion administrative, éducation) leur octroie du pouvoir car il créé une dépendance des maris vis-à-vis de leur femme. C’est en ce sens que Mounir propose le concept de « capital ménager ». Se confrontant à la « théorie des ressources », l’auteure relativise le lien entre pouvoir et travail. La perception du travail salarié comme pouvoir dépend de la position de l’emploi dans la hiérarchie du prestige social. En effet, pour les femmes des milieux populaires, au Maroc comme en France, le travail salarié ne renvoie qu’à la fatigue. De plus, si leur revenu est souvent absorbé par les dépenses du ménage, elles sont incitées à masquer leur participation financière à la vie du foyer, au risque de porter atteinte à l’honneur du mari. La corrélation entre travail salarié féminin et pouvoir dans la sphère familiale est donc peu évidente.

  • 6 C’est la position de sociologues féministes comme Andrée Michel et Christine Delphy.

10Comme le souligne la sociologue : « Nous avons découvert dans cette étude que l’idée que “le partage des tâches ménagères correspond à l’égalité entre époux dans le couple” semble assez spécifique aux sociétés “occidentales” ». En effet, les femmes qui réalisent uniquement un travail ménager sont considérées, en France, comme « inactives ». H. Mounir l’explique par la nature différente des tâches ménagères au Maroc et en France et nous fait partager « une journée type de femme au foyer au Maroc et en France », dont le lecteur appréciera le sens du détail. Pourquoi des femmes résistent-elles à la mécanisation des tâches ménagères ou au partage avec le mari ? Selon l’auteure, la division sexuée et stricte du travail leur assure « un rôle précis, une identité, et certains pouvoirs ». Le concept de « capital ménager » renvoie « à un savoir-faire, à la compétence, la patience, la rigueur » déterminant un « territoire » exclusivement féminin et leur attribuant le rôle de « maîtresse de maison ». Un rôle qui crée de la dépendance et de la reconnaissance au sein de la famille. H. Mounir rejoint alors les travaux des sociologues féministes qui « ont essayé de sortir le travail domestique de l’ombre »6.

11L’auteure conclut par une synthèse de ses résultats majeurs. Le facteur le plus déterminant, plus encore que le salariat, est le pays de résidence. Le cadre institutionnel français, caractérisé par un modèle égalitaire, du moins en théorie, favorise le partage des décisions au sein du couple et même le « grignotage » par les femmes des responsabilités traditionnellement masculines. Une autre hypothèse se confirme : « le pouvoir domestique des femmes doit rester dans l’ombre et soustrait au regard extérieur pour être “efficace” ». L’ouvrage tire profit du concept de « capital ménager » à travers lequel l’auteure déconstruit notre représentation du travail. Dans cette enquête, H. Mounir met en lumière toute la légitimité de l’étude empirique des sphères familiales en lien avec les rapports de pouvoir et invite à reconsidérer l’espace domestique dans la compréhension de phénomènes sociaux généraux.

  • 7 Pour n’en citer qu’un : Mahmood Saba, Politique de la piété. Le féminisme à l’épreuve du renouveau (...)

12L’intérêt de l’ouvrage réside dans cette capacité de l’auteure à remettre en cause l’évidence en matière de rapport sociaux de genre. Derrière les processus de subordination se trouvent parfois des moyens de contre-pouvoir et de résistance féminine. L’enquête fait apparaître un progressif affaiblissement de l’autorité masculine. On regrettera l’absence d’une approche plus approfondie du religieux, à l’instar de l’islam, que l’auteure réduit à sa fonction reproductrice de l’ordre social. En effet, la religion peut tout autant devenir un facteur de changement et une ressource pour les femmes, comme l’ont montré de nombreux travaux7. On saluera toutefois la mise en évidence de l’espace féminin des mosquées comme espace public que les femmes peuvent s’approprier, idée qui ouvre un champ d’investigation inédit en sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Principalement les travaux de François De Singly.

2 Entre autres, les travaux de Blood et Wolf, mais également ceux de C. Delphy et de A. Michel

3 Glaude M., De Singly F., « L’organisation domestique : pouvoir et négociation », Économie et statistique, n° 187, 1986.

4 Mauss Marcel Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques In Sociologie et Anthropologie, PUF, Collection Quadrige,‎ 1973, p. 149-279.

5 Favret-Saada Jeanne, Les mots, la mort, les sorts, Gallimard, 1977.

6 C’est la position de sociologues féministes comme Andrée Michel et Christine Delphy.

7 Pour n’en citer qu’un : Mahmood Saba, Politique de la piété. Le féminisme à l’épreuve du renouveau islamique, La Découverte, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Younes Van Praet, « Hakima Mounir, Entre ici et là-bas. Le pouvoir des femmes dans les familles maghrébines », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 13 janvier 2014, consulté le 19 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13222

Haut de page

Rédacteur

Johan Younes Van Praet

Doctorant en sociologie à l’Université de Rouen, membre du laboratoire DYSOLA, chercheur associé au CISMOC

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page