Navigation – Plan du site

« Éducation : émancipation ? », Tracés, n° 25, 2013

Ismail Ferhat
Éducation : émacipation ?
Hourya Bentouhami, Marc Lenormand (dir.), « Éducation : émacipation ? », Tracés, n° 25, 2013, 256 p., ENS Éditions, ISBN : 978-2-84788-399-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Dubet, Marie Duru-Bellat, Antoine Veretout, Les Sociétés et leur école, Paris, Le Seuil, 2 (...)

1La société hexagonale, en comparaison aux autres sociétés occidentales, accorde une place privilégiée à l’école, comme le soulignent les sociologues de l’éducation François Dubet et Marie Duru-Bellat1. Cependant, cette importance n’a pas toujours tenu aux mêmes raisons, au long de l’histoire contemporaine de la France. En effet, la IIIe République a légué l’image d’une institution scolaire mise au service de l’émancipation de l’ensemble de la population. Pour reprendre le titre parlant de la revue du Syndicat national des instituteurs (SNI), la culture républicaine croyait profondément en « l’école libératrice ». Cette image, qui a longtemps imprégné les gauches hexagonales, s’est lentement déstructurée. La sociologie critique de l’éducation l’a particulièrement affaiblie : montrée comme reproductrice par Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, l’école a aussi été pointée comme capitaliste par Christian Baudelot et Roger Establet. À cette critique s’ajoute un changement de perception. Depuis les années 1980, le système éducatif, quand il est présenté positivement, l’est d’abord, au sens propre, comme étant un « investissement » profitable. Instrument de « l’économie de la connaissance » ou institution légitimant les inégalités sociales, la perception de l’école navigue entre ces deux thèmes, qui ne s’excluent pas d’ailleurs. Qu’en est-il aujourd’hui de la vocation émancipatrice dont se réclamait l’école républicaine ?

2La revue Tracés, éditée par l’ENS Lyon, propose un dossier décapant sur les liens entre émancipation et éducation, coordonné par Marc Lenormand et Hourya Bentouhami. L’éditorial introductif souligne que la question peut paraître incongrue, à l’heure de PISA, de la compétition des diplômes et du marché scolaire. Respectant l’originalité éditoriale de la revue Tracés, l’approche est à la fois multidisciplinaire (histoire, science politique, sociologie, sciences de l’éducation, anthropologie) et comparative (Europe, Moyen-Orient, Amériques).

3Tout d’abord, qu’est-ce que l’émancipation, et dans la déclinaison présente, l’émancipation scolaire ? Prenant l’exemple de l’imposition de l’obligation scolaire en Belgique en 1914, Elsa Roland montre son ambiguïté. S’appuyant sur les analyses de Michel Foucault, elle étudie la volonté des classes dominantes belges de « discipliner » les enfants des classes populaires, dont l’environnement social et familial serait défectueux. Dès lors, l’obligation d’instruction est aussi bien un moyen d’inculquer aux enfants de nouvelles normes que de remettre en cause la toute-puissance parentale. Émancipatrice et dirigiste, l’obligation scolaire est ambiguë dans son origine comme dans sa pratique.

4Fabien Truong analyse le processus APB (admission post-bac) qui guide le choix des élèves de terminale en France. S’appuyant sur son expertise à la fois de sociologue et de professeur de lycée, il étudie ce dispositif informatique, qui vise théoriquement à assurer le « libre choix » et « l’auto-orientation » de l’élève dans l’enseignement supérieur. Dans la réalité, les déterminants sociaux (financiers, culturels, familiaux) pèsent lourdement sur les élèves des quartiers urbains populaires étudiés par l’auteur. Ceux-ci sont aussi victimes de phénomène d’autocensure de leurs ambitions scolaires. De plus, le regard de la communauté éducative (à commencer par les enseignants) façonne parfois de manière inconsciente le choix des élèves : l’effet Pygmalion (expression utilisée pour définir l’influence du regard de l’enseignant sur les performances de l’élève) semble toujours à l’œuvre.

5Camille Giraudon étudie quant à elle la notion de « personnalisation des parcours » qui a marqué la réforme dite Châtel du lycée portée depuis 2010. L’une des mesures phares de celle-ci consiste en « l’AP », l’accompagnement personnalisé des élèves, un temps scolaire de deux heures hebdomadaires dont la définition concrète reste relativement large. L’auteure note que la « personnalisation » des parcours des élèves est une notion qui différencie les pratiques des enseignants, selon leurs cultures professionnelles et leurs sensibilités pédagogiques.

6Sébastien Charbonnier (sur la lutte contre le paternalisme dans les pratiques pédagogiques), Anne Herla (sur la discussion philosophique en classe), Charlotte Hess et Valentin Schaepelynck (sur la pédagogie institutionnelle) étudient les rapports entre émancipation et école dans les pratiques en classe. Comment et dans quelles conditions les relations entre enseignant et élève peuvent-elles être libératrices ? La question est d’autant plus complexe qu’elle interagit avec la manière de transmettre le savoir. Ainsi, comment la discussion philosophique peut-elle être menée tout en étant émancipatrice ?

7Federico Tarragoni s’intéresse aux « missiones », les programmes locaux d’action sociale établis par Hugo Chavez au Venezuela, et Damien Simonin à l’école Nadi al Toufoula en Syrie. Dans des contextes culturels, politiques et géographiques qui différent profondément, l’école devient plus nettement encore un moyen d’émancipation. Au Venezuela, les missiones sont le triple fruit de l’élection d’Hugo Chavez en 1998, de la réforme de la constitution en 1999 et des missions dans les quartiers populaires urbains (les « barrios »). Elles se concentrent, rappellent l’auteur, sur les adultes et adolescents exclus de la démocratisation scolaire, avec des dispositifs locaux mobilisant conjointement les autorités éducatives, les acteurs de l’éducation populaire, le tissu associatif et les habitants eux-mêmes. L’action éducative est vue ici comme une des conditions du succès des politiques de justice sociale, qu’elle vient compléter et auxquelles elle donne son sens civique. En Syrie, l’école Nadi al Toufoula s’est distinguée dans une actualité dramatique, puisqu’elle a été un des foyers de la contestation depuis 2011. Fondée par deux enseignantes en 1993, cette école originale est un lieu de rencontre entre culture laïque, féminisme, éducation populaire et pédagogies alternatives. Dans un pays qui a expérimenté, depuis les années 1990, un processus méconnu de privatisation et d’accroissement des inégalités sociales (y compris dans un secteur éducatif désormais dual), les deux fondatrices ont fait le pari d’un établissement privé ne sélectionnant pas par l’argent.

  • 2 La National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) a été la première grande orga (...)

8Pour conclure ce riche dossier, une double réflexion sociologique et historique est proposée. D’une part, un texte de William E.B. Du Bois (1868-1953), grande figure de l’émancipation des afro-américains et fondateur de la NAACP en 1909, rappelle l’importance de l’instruction dans les luttes civiques de la minorité noire2. Cet auteur respecté s’oppose, dans ce texte, à une vision élitiste (réservant l’enseignement théorique à une fraction privilégiée des Noirs américains et cantonnant les autres dans une éducation essentiellement manuelle et pratique), il souhaite un enseignement humaniste et universel. D’autre part, deux entretiens, l’un avec Christian Lagarde sur les langues minoritaires, l’autre avec Ugo Palheta sur la question sociale à l’école, rappellent la complexité du sujet. En effet, le système éducatif est traversé par plusieurs types d’inégalités (ethno-linguistiques pour les langues minoritaires, socio-économiques pour les classes sociales). Pourtant, il est aussi au cœur des espoirs d’émancipation et des évolutions progressistes. Ceci suscite une réflexion chez le lecteur de ce dossier bienvenu : ne faut-il pas réhabiliter, tout en l’adaptant, la volonté libératrice qui fut celle des fondateurs du système éducatif hexagonal ? Loin d’être des figures naïves et jaunies par le temps, Condorcet et Ferdinand Buisson ne restent-ils pas toujours d’actualité, dans leur volonté d’améliorer l’humanité par l’instruction pour tous ?

Haut de page

Notes

1 François Dubet, Marie Duru-Bellat, Antoine Veretout, Les Sociétés et leur école, Paris, Le Seuil, 2010.

2 La National Association for the Advancement of Colored People (NAACP) a été la première grande organisation luttant spécifiquement en faveur des droits des afro-américains et contre la ségrégation. Elle s’est située dans une tradition réformiste et légaliste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ismail Ferhat, « « Éducation : émancipation ? », Tracés, n° 25, 2013 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 14 janvier 2014, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13237

Haut de page

Rédacteur

Ismail Ferhat

Enseignant d’histoire, docteur du CHSP/Sciences-Po.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page