Navegación – Mapa del sitio

Bénédicte Lefebvre, Michel Rautenberg, Utopies et mythologies urbaines à Villeneuve d'Ascq

Marie Opoczynski
Utopies et mythologies urbaines à Villeneuve d'Ascq
Bénédicte Lefebvre, Michel Rautenberg, Utopies et mythologies urbaines à Villeneuve d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, col. « Le regard sociologique », 2010, 221 p., @ean : 9782757401767.
Inicio de página

Texto completo

1« L’installation dans la ville nouvelle est une étape décisive qui permet, comme tout emménagement, une remise en ordre des manières d’habiter et des pratiques de sociabilité ». Une sociologue et un anthropologue ont mené des entretiens ciblés sur ce moment spécifique pour mieux comprendre comment les habitants se sont appropriés la ville nouvelle de Villeneuve d’Ascq qui se distingue aujourd’hui encore, 40 ans après sa création, par la qualité de ses espaces publics et la richesse de sa vie associative. Les élus locaux ont été exclus de toute la gestation de la ville nouvelle par les services de l’Etat. Paris leur a tout imposé : fusion des communes existantes, transformation d’un boulevard urbain en autoroute (pour relier Paris à Gand). Gérard CAUDRON, nouveau maire élu en 1977, décide de lutter contre l’Etat et sa volonté de poursuite du développement en freinant toute nouvelle construction pour stabiliser la pop. autour de 60.000 habitants, mais aussi contre le maire de Lille et son désir d’annexion. Il a été largement soutenu par les habitants. Du fait de sa fondation particulière, Villeneuve d’Ascq a favorisé une nouvelle forme de militantisme politique. Les ambitions affichées (être une ville ouverte, innovante, à la campagne) ont attiré nombre de militants post-soixante-huitards mus par un idéal communautaire. Celui-ci s’est trouvé favorisé par les circonstances. Il faut en effet lutter collectivement, faire front aux constructeurs face aux malfaçons constatées dans les logements mais aussi se bagarrer pour obtenir le classement dans le domaine public de voies initialement prévus comme relevant des copropriétés. Outre ces mobilisations collectives, les ajustements à la vie locale passent par l’école. La plupart des nouveaux résidants sont des jeunes couples attirés par la possibilité d’avoir une maison avec jardin. Les auteurs notent aujourd’hui une certaine difficulté à développer une convivialité partagée entre les habitants plus nouveaux et plus anciens du fait d’un « effet générationnel » : installation concomitante de propriétaires issus de catégories sociales proches, d’une même classe d’âge et qui accompagnent, durant trente ans, toute l’histoire de la ville nouvelle. Avoir vécu ensemble les premières années et les luttes collectives semble être vis-à-vis des seconds, un avantage à vie. L’aptitude des habitants à une sociabilité ouverte et généreuse renvoie aussi à des récits mythiques qui contribuent à forger la notoriété de la ville. Aujourd’hui, de nombreux « anciens » envisagent de partir pour Lille ou sous un climat plus clément. L’époque est plus individualiste. Le sentiment d’appartenir à une communauté de quartier s’est estompé. « Le voisinage n’est vraiment important que si l’on a vécu quelque chose ensemble, si l’on a partagé une histoire. » Les relations sociales passent moins par le voisinage que par l’engagement associatif. Certains estiment que continue à exister une certaine identité spécifique qui est cet esprit de réunion et de participation à la vie citoyenne qui s’exprime notamment à travers un tissu associatif encore remarquable (1.300 associations aujourd’hui). Les innovations urbaines de la ville nouvelle induisent-elles de nouveaux comportements ? Les concepteurs ont octroyé une grande place à l’espace public de rencontre (parcs, cheminements piétons, métro, locaux associatifs). Celui-ci est d’autant plus apprécié que l’habitat est dense : les formes intermédiaires furent privilégiées. Les choix urbanistiques et architecturaux ont eu un impact réel sur les pratiques de voisinage, en favorisant les pratiques de voisinage : les îlots organisent la sociabilité de proximité. La vie sociale s’organise souvent autour d’un « rond-point », une rue en impasse dont les maisons sont disposées autour d’un terre-plein central. Pour les enfants, cette configuration constitue un « monde protégé » dans lequel se constituent les premières socialisations. La ville fut surtout innovante par la multiplicité des passages, par la porosité volontaire des limites, par ses passerelles entre privé et public, entre jardins, entre équipements publics et les habitants. Aujourd’hui, ce sont surtout les cheminements piétonniers qui assurent ce rôle de lieu d’échange. Les aménageurs ont octroyé une large place à l’espace public de rencontre. Les communications ne sont pas aisées d’un quartier à l’autre en automobile, mais favorisent les promenades, favorisées par des cheminements piétons et des pistes cyclables de grande qualité. Les jeux des habitants dans la gestion des espaces sont subtils, encouragés par l’indétermination volontaire des délimitations entre espaces publics et privés. Elle a pu en gêner certains, mais a surtout permis et permet aujourd’hui encore un certain degré de liberté dans la pratique de la ville : certains espaces publics ont été « récupérés » par les habitants qui agrandissent leurs jardins, sans le dire. La notion d’ouverture a été complètement intégrée par les premiers habitants de la ville et se trouve de plus en plus contournée : de nombreux jardins ont ainsi été clôturés. Les pionniers passaient de maison en maison pour emprunter un outil, se visiter. L’absence de clôtures entre les jardins donnait l’illusion d’une vie plus ou moins communautaire. On peut regretter que cette étude n’ait porté que sur 19 entretiens. Toutefois, à l’heure de l’injonction généralisée de réaliser des écoquartiers, la lecture de cet ouvrage s’avère utile pour mieux comprendre toute l’importance que ces projets ont à être portés haut et fort par leurs habitants et être complètement appropriés.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Marie Opoczynski, « Bénédicte Lefebvre, Michel Rautenberg, Utopies et mythologies urbaines à Villeneuve d'Ascq », Lectures [En línea], Reseñas, 2011, Publicado el 23 marzo 2011, consultado el 15 octubre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/1323

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página