Navigation – Plan du site

Carole Barthélémy, La pêche amateur au fil du Rhône et de l’histoire

Frédéric Roux
La pêche amateur au fil du Rhône et de l'histoire
Carole Barthélémy, La pêche amateur au fil du Rhône et de l'histoire. Usages, savoirs et gestions de la nature, L'Harmattan, coll. « Eau des villes / Eau des champs », 2013, 180 p., ISBN : 978-2-343-00474-7.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Bernard Picon, L’espace et le temps en Camargue, Arles, Actes Sud, 1978 (réed. 1988).

1Cet ouvrage est la version remaniée d’une thèse de sociologie dirigée par Bernard Picon auteur d’une étude fondatrice en sociologie de l’environnement1. Il s’inscrit dans un projet pluridisciplinaire d’étude de l’environnement situé dans le delta du Rhône. Les relations entre « humains et non humains » et plus largement entre les humains et la nature, y sont repensées comme des constructions sociales. Peu étudiée par la sociologie, la pratique pourtant répandue et banale de la pêche à la ligne est ici abordée comme un « monde » à la Becker, avec son propre système de normes et son rapport populaire et empirique à l’environnement. Dans la préface, Bernard Picon retrace la genèse du centre de recherche au sein duquel Carole Barthélémy a mené ses enquêtes et souligne l’intérêt d’une étude monographique serrée pour soulever des questionnements plus larges sur l’évolution des rapports sociaux à la nature.

2L’étude est faite de deux parties très distinctes mais offrant chacune un éclairage sur les trois dimensions qui s’articulent en permanence: d’une part les usages sociaux de la nature, passant par le prisme de cultures matérielles et immatérielles, d’autres parts les savoirs populaires et savants voire technocratiques qui les théorisent, et enfin les évolution plus larges des sensibilités à l’égard des animaux et des biotopes. La première partie « Quand le pêcheur naît et disparaît » retrace l’histoire de la gestion de la pêche amateur en France depuis le milieu du XIXe siècle. Elle s’appuie sur des documents variés : textes de lois, rapports scientifiques mais aussi manuels halieutiques. La deuxième partie est ancrée dans le terrain fluvial du Rhône et étudie de façon ethnographique et compréhensive les normes et pratiques de deux groupes de pêcheurs distincts par leurs modes opératoires mais aussi par leur identité: les pêcheurs d’aloses et les pêcheurs de carpes.

  • 2 Pour reprendre les expressions de Catherine et Raphaël Larrère, Du bon usage de la nature. Pour une (...)
  • 3 Sur la genèse de cette vision en France, voir Florian Charvolin, L’invention de l’environnement en (...)

3Carole Barthélémy repère dans la première partie trois moments de l’histoire de l’organisation de la pêche récréative en France, marqués par des lois importantes mais aussi et surtout par des conceptions différentes de l’activité halieutique et in fine de l’environnement naturel et des poissons. La première période va de 1849 à 1941 et correspond à ce que l’auteur appelle une « gestion socio-naturelle ». C’est en effet en 1849 qu’est inventé un procédé de reproduction artificielle des truites. L’époque est marquée par la prise de conscience de la pollution industrielle, par l’essor de la pêche à la ligne au sein des catégories populaires urbaines – même si elle connaît aussi des déclinaisons plus élitistes- mais également par un optimisme lié à la confiance dans la science et la technique. « La rivière est alors envisagée comme un cours d’eau cultivable qu’il suffit d’ensemencer pour en cueillir une nouvelle denrée alimentaire, le poisson. » (p. 55). La loi du 12 juillet 1941, qui instaure la « taxe piscicole » annonce l’entrée dans une nouvelle période, marquée par la « sacralisation gestionnaire du pêcheur » et l’institutionnalisation d’une activité qui ne se pense plus seulement comme alimentaire mais comme un loisir populaire légitime qu’il faut réguler et encadrer par le tissu associatif. Le nombre de pêcheurs ne cesse de croître durant les Trente Glorieuses mais cette situation se retourne à la fin des années 1960. L’état des eaux et de nouveaux rapports à la nature moins tournés vers la prédation expliquent cette désaffection relative, raisons auxquelles il faudrait sans doute ajouter le déclin des cultures rurales et ouvrières. La « loi pêche » de 1984 nous fait entrer dans une nouvelle ère, après celles du poisson et du pêcheur, marquée par l’arrivée de termes comme « milieu » ou « protection » qui dénotent une vision plus systémique, moins anthropocentrique  et donc plus « écocentrée » de la nature2. Le savoir pratique du pêcheur doit se soumettre à une vision scientifique et technocratique plus globalisante3 qui le déligitime.

4La deuxième partie explore deux univers halieutiques en s’appuyant sur des observations serrées « en situation » et sur des entretiens. Le premier « monde » est celui de pratiquants d’une pêche saisonnière traditionnelle d’un poisson migrateur, l’alose, capturé à l’aide d’engins et non de cannes. Pêche communautaire et identitaire, elle est « la pêche d’un lieu », pratiquée par des hommes qui mettent en avant une culture d’initiés et des valeurs technicistes de débrouille et de ruse, des « auto homo faber ». Leur pêche, à la lisière entre pratique amateur et professionnelle est avant tout alimentaire et s‘assimile à une cueillette respectueuse de « connaisseurs ». Ces pêcheurs se voient invités par une association savante à tenir un carnet de prises et à noter leurs observations. Carole Barthélémy analyse finement les résistances et les incompréhensions que génère cette confrontation avec la culture scolaire et savante. Mais elle montre aussi que la culture « sensorielle » et empirique de ces pêcheurs peut parfois converger par son aspect systémique avec celle des scientifiques (par exemple, quand les pêcheurs théorisent l’incidence de la couleur des affluents sur les remontées d’aloses). Mais les scientifiques peuvent parfois exprimer des formes de condescendance pour ces pêcheurs « folkloriques », « patrimonialisés », quand ils ne les stigmatisent pas comme « braconniers ».

  • 4 Norbert Elias Eric Dunning, Quest for Excitment. Sport and Leisure in the Civilizing Process, Londr (...)

5Le second groupe de pêcheurs du Rhône, celui des « chevaliers de la carpe », se distingue du premier par la modernité de son rapport à l’activité mais aussi par une moindre visibilité sociale. Loin d’être une proie que l’on destine à la consommation, la carpe est considérée ici comme un partenaire de jeu que l’on doit respecter et donc relâcher avec précaution après la prise (« no-kill »). Cette pêche statique mais « sportive » par les émotions qu’elle génère (« le combat ») est fortement tactique et codifiée. Elle requiert un matériel sophistiqué et assez coûteux. La dimension culinaire traditionnelle se voit transférée du poisson vers les appâts (les « bouillettes ») dont la préparation donne lieu à une activité intense mais plutôt végétale que carnée. Rejetant la violence de la souffrance du poisson et de sa mort au profit de la gestion des émotions et de l’esprit chevaleresque, ce rapport ludique à la pratique halieutique évoque avec évidence les analyses de Norbert Elias et Eric Dunning sur la sportization et la pacification des loisirs traditionnels4. Carole Barthélémy recense les opinions, les oppositions et les contradictions que la pratique du « no-kill » peut générer, notamment autour de sa portée écologique et « protectrice ». On pourra déplorer que les prises de positions (et plus largement les affinités pour telle ou telle pratique halieutique) ne soient pas reliées plus systématiquement à des positions sociales. C’est sans doute la limite de l’approche ethnographique qui peut difficilement saisir a priori, comment des pratiques s’inscrivent dans un espace social, voire un champ.

6Dans la conclusion, que l’on peut lire comme un programme de recherche sur les rapports entre savoirs ordinaires et savoirs savants et les recompositions que ces configurations opèrent sur notre rapport à la nature et à l’animal, l’auteur s’interroge: « D’une nature gérée par l’usage et par les connaissances liées à ces usages, sommes-nous passés à une nature gérée par les connaissances et pour des usages compatibles avec les principes édictés par ses connaissances ? » (p. 155) Cette réflexion la conduit de façon pertinente à questionner le rôle de médiateur et d’interprète que peut jouer le sociologue à la croisée de ces « deux natures ». Cet ouvrage intéressera certainement tous ceux qui veulent porter un regard critique et distancié sur la question environnementale, mais aussi plus simplement ceux qui veulent pénétrer un monde à la fois banal et méconnu, celui des pêcheurs à la ligne.

Haut de page

Notes

1 Bernard Picon, L’espace et le temps en Camargue, Arles, Actes Sud, 1978 (réed. 1988).

2 Pour reprendre les expressions de Catherine et Raphaël Larrère, Du bon usage de la nature. Pour une philosophie de l'environnement , Paris, Aubier, 1997.

3 Sur la genèse de cette vision en France, voir Florian Charvolin, L’invention de l’environnement en France. Chronique anthropologique d’une institutionnalisation, Paris, La Découverte, 2003.

4 Norbert Elias Eric Dunning, Quest for Excitment. Sport and Leisure in the Civilizing Process, Londres, Basil Blackwell, 1986. Traduction française : Sport et civilisation. La violence maîtrisée, Paris, Fayard, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Roux, « Carole Barthélémy, La pêche amateur au fil du Rhône et de l’histoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2014, mis en ligne le 17 janvier 2014, consulté le 17 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/13281

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Roux

PRAG en sciences sociales, docteur en sociologie, Espé d’Aquitaine, Université de Bordeaux, laboratoire SPH EA 4574

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page